James Darmesteter

  • Entre 1877 et 1880, le Soudan égyptien est gouverné, au nom de l'Empire ottoman, par le général et administrateur britannique Charles George Gordon. Il pacifie l'ensemble du pays, et se retire en 1880. L'instauration d'un protectorat britannique en Égypte, en 1882, aggrave les tensions internes au Soudan. La révolution nationaliste mahdiste naît à ce moment : les disciples de Muhammad Ahmad Abd Allah, qui s'est proclamé Mahdi (c'est-à-dire imam caché, ou messie, dans la tradition musulmane), remportent plusieurs victoires. James Darmesteter, sous les feux de cette actualité, prononce une conférence qui est pour lui l'occasion de montrer que les événements du Soudan ne sont rien de nouveau dans l'histoire de la tradition islamique : «[...] Dans le monde musulman, l'histoire se répète si étrangement que [...] raconter les aventures des Mahdis d'autrefois, c'est déjà [...] faire par avance l'histoire du Mahdi d'aujourd'hui, son histoire passée, présente et future.» La conférence de Darmesteter constitue ainsi un fil directeur pour une lecture éclairante des rapports consubstantiels tissés dans la tradition islamique, «depuis l'origine jusqu'à nos jours», entre Religion et Politique. Au-delà d'une réflexion sur le Messianisme politico-religieux dans la tradition islamique et sur ses conséquences dans l'Histoire et dans notre contemporanéité, c'est à une profonde méditation sur l'eschatologie musulmane que ce texte nous convie.

  • UN jour le roi Behram Gor, d'historique et légendaire mémoire, était aux pieds de sa maîtresse, la belle Dil Aram. Il lui disait son amour, elle lui répondait le sien. Comme les deux coeurs battaient d'accord, les paroles battaient de même et retombèrent sur le même son, comme un écho. C'est ainsi que naquit en Perse la poésie, et le rythme, et la rime.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty