Jean Delumeau

  • "A la recherche de la peur", l'historien Jean Delumeau a réussi une peinture sans précédent de l'Occident du XIVe au XVIIIe siècle, tout à la fois histoire des mentalités, histoire de la vie quotidienne.

    L'auteur dépeint :

    I. "Les peurs du plus grand nombre" (peur de la mer, peur des ténèbres, peur de la peste, etc.) ;

    II. "La culture dirigeante et la peur" (l'attente de Dieu, la présence de Satan et de ses agents - le juif, la femme -, la sorcellerie...).


    Né à Nantes en 1923, agrégé d'Histoire, Jean Delumeau est depuis 1975 professeur au Collège de France. Il a derrière lui une oeuvre importante, marquée par des ouvrages qui lui ont valu une réputation internationale. Sa thèse sur Rome au XVIe siècle a été rediffusée dans une collection pour le grand public. La Civilisation de la Renaissance a obtenu le prix Gobert de l'Académie française en 1968. Les deux livres de la "Nouvelle Clio", Naissance et affirmation de la Réforme et Le Catholicisme entre Luther et Voltaire, ont ouvert de nouvelles voies à l'historiographie religieuse. Enfin, Le Christianisme va-t-il mourir ? continue de connaître un grand succès. Jean Delumeau est directeur de la collection "Les Temps et les Hommes" (Hachette) et codirecteur de la "Nouvelle Clio" (PUF).

  • « Lorsque descend le soir de la vie, il est normal de jeter un regard en arrière. Vient le moment de faire le tri et de retenir l'essentiel de ce qu'on a pu dire et publier. Au début de ma carrière je n'avais pas envisagé l'élargissement ultérieur de mon activité ni les responsabilités en résultant. Je voudrais maintenant, avant de refermer le livre de ma vie, à la fois retracer mon itinéraire d'historien et faire comprendre comment il m'a conduit à prendre position sur les grands problèmes religieux d'aujourd'hui. » J. D. 60 ans de vie intellectuelle et spirituelle sont racontés dans cet ouvrage pour découvrir ou redécouvrir le parcours de ce grand historien. De la vie économique à Rome au xvie siècle à l'histoire culturelle du paradis en passant par les ressorts de la peur à la Renaissance, les thèmes chers à Jean Delumeau couvrent un large spectre. Ces nombreux travaux sur les mentalités religieuses, et sans doute aussi sa propre foi, l'ont poussé, tout au long de sa vie, à s'interroger sur les inquiétudes contemporaines, le besoin de sécurité et l'avenir du christianisme. Un livre sensible sur une oeuvre majeure.

  • Un voyage enchanté au coeur de la cité de Rome entre Ville éternelle et capitale de religion. Après une décadence de près d'un millénaire, voici le récit des deux siècles - 1450-1660 - par lesquels Rome redevint la Ville éternelle et rayonna à nouveau en Occident d'une splendeur incomparable. Ce qu'il a fallu d'énergie, de ténacité, parfois de démesure aux grands papes Borgia, Della Rovere, Médicis et Farnèse pour opérer ce redressement et ce renouvellement urbain est aujourd'hui difficile à imaginer. A cette grandiose résurrection politique, intellectuelle, spirituelle et surtout artistique resteront associés les noms de Bramante, Raphaël, Michel-Ange et Titien, mais aussi d'Ignace de Loyola, Philippe Neri et Charles Borromée. Saint-Pierre de Rome incarne à elle seule cette époque inégalée.

  • Extrait

    PRÉFACE, par Jean DELUMEAU
    Première partie
    LA CHRETIENTE MEDIEVALE par André Chédeville
     
    Chapitre premier. DE LA LÉGENDE A L'HISTOIRE
    Chapitre II. LE TEMPS DES RÉFORMES ET DU DYNAMISME (XIe-XIIe SIÉCLES)
    Chapitre III. DIFFICULTÉS ET AFFERMISSEMENT (XIIIe-XVe SIÉCLES)
    Deuxième partie
    EMERGENCE D'UNE TERRE FIDELE (1532-1840) par Michel Lagrée
    Chapitre premier. L'ÂGE DE NOËL DU FAU ET L'HUMANISME RUSTIQUE (XVIe SIÉCLE)
    Chapitre II. LES BASES URBAINES DE LA CONQUÊTE BAROQUE
    Chapitre III. INSTRUIRE LE PEUPLE DES CAMPAGNES
    Chapitre IV. RELIGION VÉCUE ET CULTURE POPULAIRE AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES
    Chapitre V. L'IRRUPTION DE L'HISTOIRE
    Chapitre VI. L'ACHÈVEMENT DE LA CONQUÊTE (1800-1840)
     
    Troisième partie
    L'AGE DES REMISES EN CAUSE (DE 1840 A NOS JOURS)
    Chapitre premier. EGLISE ET POUVOIR, DE LOUIS-PHILIPPE A CHARLES DE GAULLE, par Michel LAGRÉE
    Chapitre II. L'APOGÉE DU SIMPLE PRÊTRE, par Bernard HEUDRÉE, avec la collaboration de Michel LAGRÉE
    Chapitre III. LES FIDÈlES ET L'HÉRITAGE D'UNE CHRÉTIENTÉ, par Bernard HEUDRÉE, avec la collaboration de MICHEL LAGRÉE
    Chapitre IV. LES ÉLITES. DES NOTABLES AUX MILITANTS, par Bernard HEUDRÉE, avec la collaboration de Michel LAGRÉE
     
    EPILOGUE : Fin d'une chrétienté ?, par Bernard HEUDRÉE
    LISTE DES ÉVÊQUES ET ARCHEVÊQUES
    CALENDRIER DES SAINTS HONORÉS DANS LE DIOCÉSE ACTUEL
    BIBLIOGRAPHIE
    CARTES



  • Si notre fin de siècle est marquée par le pessimisme, l'histoire de la chrétienté a été imprégnée par le millénarisme plus profondément qu'on ne le croit d'ordinaire. Nombreux en effet furent ceux qui crurent que le Christ reviendrait sur terre et y régnerait pendant mille ans auprès des justes ressuscités. Les hommes, enfin, vivraient heureux. Le diable, la mort, le péché, l'enfer s'évanouiraient.

    Cette croyance, qui s'appuyait sur des prophéties de l'Ancien Testament et sur l'Apocalypse de saint Jean, fut combattue par saint Augustin. Mais elle réapparut à la fin du XIIe siècle sous la plume du moine calabrais Joachim de Flore dont les visions prophétiques se répandirent dans toute l'Europe. Au fil des siècles, le millénarisme refit surface sous de multiples formes. Thomas Müntzer, Jean de Leyde, Campanella et Jurieu, entre autres, évoquèrent cet avenir radieux qui, pour les uns, s'instaurerait par la violence et, pour les autres, se réaliserait dans la paix. Christophe Colomb espérait étendre ce royaume chrétien des " derniers jours " à la terre entière. Les Pères pèlerins qui s'établirent en Amérique du Nord dans les années 1620 voulaient faire de cette partie du monde le centre du royaume du Christ, et cet espoir a été l'une des composantes de l'identité américaine.

    Les attentes millénaristes se laïcisèrent peu à peu pour rejoindre l'idéologie du progrès: Priestley attendait mille ans de bonheur à la suite de la Révolution française. Et c'est bien la tradition millénariste qui inspirait encore Pierre Leroux, inventeur du mot " socialisme ", lorsqu'il écrivait: " Le règne du Christ est promis sur la terre. " Après Une histoire du Paradis, le Jardin des délices, Jean Delumeau, membre de l'Institut et professeur honoraire au Collège de France, continue ici sa grande enquête sur les rêves de bonheur de l'Occident chrétien. Auparavant, il en avait exploré les angoisses (La Peur en Occident, Le Péché et la Peur) et leurs remèdes (Rassurer et protéger, L'Aveu et le Pardon).

  • Dans l'Occident des xvie-xviiie siècles, quelles relations réciproques soudaient les comportements religieux d'une communauté reconnue comme significative à son outillage mental, à sa grille de concepts, à son échelle de valeurs, à son type d'émotivité ? Il s'agit de tenter l'appréhension globale du vécu religieux et d'évaluer, dans des espaces et des temps dits « de chrétienté », l'intégration au sens commun du modèle de christianisme de l'époque. Celui qui nous sert de paramètre, c'est moins le syncrétisme médiéval que la religion de l'âge classique à la fois unanimiste et austère et qui, beaucoup plus que celle du Moyen Âge, voulut au niveau des masses transformer réellement le prescrit en vécu et l'idéal de quelques-uns en vie quotidienne de tous. Et, s'il est vrai que ce modèle de christianisme est à l'arrière-plan de notre discours actuel sur la déchristianisation, alors il faut conclure que la grande christianisation de l'Europe est un fait relativement récent. Car ce sont les deux Réformes, protestante et catholique, qui ont répandu dans les campagnes où vivait l'immense majorité de la population le type de religion et de pratique religieuse qui nous sert de référence pour apprécier la situation présente.

  • Le fait religieux

    Jean Delumeau

    • Fayard
    • 13 Octobre 1993

    La religion de demain sera-t-elle l'agnosticisme? Jamais, en Occident, la foi traditionnelle n'a été tant remise en cause. La tendance au syncrétisme fait fortune, les sectes ont chaque jour de nouveaux adeptes et, partout, le repli sur des intégrismes agressifs semble s'accentuer. Ce sont là les aspects les plus visibles du fait religieux aujourd'hui. Il en est beaucoup d'autres de par le monde, plus difficiles à saisir, car ce que représente la religion pour des millions de croyants nous échappe souvent.

    Cet ouvrage a une ambition: faire découvrir la diversité du patrimoine spirituel de l'humanité et montrer l'esprit de chaque confession _ christianisme, judaïsme, islam, mais aussi hindouisme, bouddhisme, taoïsme, confucianisme, shintô, religions d'Afrique. Chacune a ses dogmes, ses écritures saintes ou ses mythes fondateurs. Même l'idée de salut individuel est loin d'être universelle: ici on croit en un au-delà, ailleurs on parle de renaissance ou de réincarnation. Ici il existe un clergé, des sacrements, ailleurs ils sont absents.

    Au-delà de la diversité des croyances qui y sont décrites, cette encyclopédie des grandes religions _ à laquelle ont participé des représentants de chaque confession, des historiens et des sociologues _ nous invite à réfléchir sur l'homme religieux de tous les temps. L'homme a besoin de rites et de sacré pour retrouver à la fois l'ordre universel et des raisons de vivre. Toutes les religions, dans le langage qui leur est propre, exaltent la sagesse et la compassion, la sincérité et l'humanité.

    Verra-t-on un jour une religion de l'humanité comme l'espéraient les romantiques? Personne ne peut le savoir, mais il nous appartient de comprendre l'autre.

    On participé à cet ouvrage: J. BAUBEROT, J.-P. BERTHON, F. CHAMPION, O. CLEMENT, J. DELUMEAU, A. GUELLOUZ, M.-R. HAYOUN, M. HULIN, L. KAPANI, I.-P. LALEYE, J.-N. ROBERT, J. ROGUES, K. SCHIPPER, H. TINCQ, M. TOKI, L. VANDERMEERSCH, M. WIJAYARATNA.

  • Quels cheminements conduisent un historien chrétien, en raison même de ses recherches, à intervenir dans le présent de l'Église ? La réponse apparaîtra à la lecture des dossiers réunis dans ce livre. Ils se répartissent en deux ensembles : le premier évoque à la fois le vécu religieux à la sortie du Moyen Age et l'immense peur de l'hérésie ressentie alors par l'Église ; le second saisit la Réforme catholique en action à travers miracles et missions et grâce à la radioscopie d'une congrégation féminine.Quelques questions majeures ressortent de ces enquêtes convergentes (qui ne négligent pas d'interroger le théâtre comique) : christianisme et magie sont-ils conciliables ? En terre chrétienne, au XVVle siècle, y avait-il des agnostiques ? Quelles furent les causes lointaines de la déchristianisation ?

    L'auteur du Christianisme va-t-il mourir ? et de La peur en Occident se déclare convaincu que dans l'ancien modèle de christianisme - celui de l'Église-pouvoir - la christianisation était moins forte qu'on ne l'a cru et donc qu'aujourd'hui la déchristianisation n'a pas les dimensions qu'on lui accorde d'ordinaire. Ce Chemin d'histoire débouche ainsi sur l'espoir.

  • L'historien et la foi

    Jean Delumeau

    • Fayard
    • 13 Mars 1996

    En dépit, ou peut-être en raison de la déchristianisation de notre époque, l'histoire religieuse est l'un des domaines de recherches les plus florissants.
    Ce livre qui vient clore les années d'enseignement de Jean Delumeau au Collège de France réunit les témoignages de vingt-cinq historiens chrétiens dont les travaux sont orientés sur le passé de l'Eglise. A travers leurs divers engagements, ils évoquent les exigences réciproques de leurs convictions religieuses et de leur discipline, montrant comment leur familiarité avec l'histoire du christianisme a influencé leurs prises de position de croyant.
    Loin d'être incompatibles, la foi et l'histoire peuvent et doivent s'enrichir.
    L'avenir du christianisme lui-même n'est-il pas lié à sa réconciliation avec la modernité, c'est-à-dire avec l'esprit scientifique .et la tolérance?
    />
    Ont participé à cet ouvrage : Marcel Bernos, Alain Cabantous, Pierre Chaunu, Gérard Cholvy, Bernard et Monique Cottret, Jean Delumeau, Alexandre Faivre, Jacques Fontaine, Michel Lagrée, François Lebrun, Nicole Lemaitre, Marc Lienhard, Jean-Pierre Massaut, Georges Minois, Michel Mollat du Jourdin, Pierre Pierrard, Claude Prudomme, Jean Quéniart, Francis Rapp, René Rémond, Pierre Riché, Claude Savart, Marc Venard, Bernard Vogler.

  • Ce que je crois

    Jean Delumeau

    • Grasset
    • 2 Octobre 1985

    Il y a des chrétiens heureux pour lesquels l'histoire a un sens et l'homme un avenir : Jean Delumeau en témoigne. Il croit à la beauté de Dieu et du monde, non sans s'interroger sur la permanence du mal ; il croit en l'harmonie de la science et de la religion. Comme Montaigne et Pascal, il met en relief la nécessité d'une Révélation et explique pour les hommes d'aujourd'hui la richesse et l'actualité du credo chrétien. Hors de toute polémique, il affronte aussi les préoccupations concrètes qui sont celles de tout croyant. Sur l'oecuménisme, la théologie de la libération, la contraception, l'avortement ou la fécondation artificielle, il prend position avec la plus grande netteté, mais aussi avec les nuances qu'impose le respect des opinions en présence.

  • Faire avouer le pécheur pour qu'il reçoive du prêtre le pardon divin et s'en aille rassuré : telle a été l'ambition de l'Église catholique, surtout à partir du XIIIe siècle, lorsqu'elle a rendu la confession privée obligatoire chaque année et qu'elle contraint à l'aveu détaillé de tous les péchés mortels.

    En prenant ces décisions l'Église romaine ne mesurait sans doute pas quelle avalanche de problèmes elle allait déclencher. A l'Age classique, la pratique pénitentielle suscita des débats qui passionnèrent Pascal, Boileau et Bossuet.
    Confidence volontaire des péchés ou aveu autoritairement décrété ? Morale de la compréhension ou rigidité élitiste? Les débats furent vifs. Ils subsistent toujours.

    Quel fut le comportement réel des confesseurs? Comment les chrétiens vécurent- ils cette obligation de la confession? Les conseils d'écoute bienveillante donnés aux confesseurs renvoient indiscutablement à la difficulté psychologique de l'aveu, en particulier celui des péchés sexuels.

    La confession a voulu rassurer, mais c'était après avoir inquiété le pécheur.
    Elle a affiné la conscience, fait progresser le sens des responsabilités, mais elle a aussi suscité les maladies du scrupule et fait peser un joug très lourd sur des millions de fidèles. La confession des péchés, qui n'a d'équivalent dans aucune autre religion, bouleversa le vécu religieux. Aujourd'hui encore nous restons marqués par cette formidable contribution à la connaissance de soi.

    Jean Delumeau, membre de l'Institut, professeur au Collège de France, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont La Peur en Occident (Fayard, 1978), Le Péché et la Peur (Fayard, 1983), Rassurer et protéger (Fayard, 1989).

  • "Guetter l'aurore constitue, dans mon esprit, une suite à mon Ce que je crois, paru en 1985. J'y affirme les mêmes convictions et la même espérance, mais dans un contexte partiellement nouveau : celui de critiques sans cesse croissantes contre le christianisme en général, et le catholicisme en particulier.Comme vous tous, j'entends et je lis les objections formulées contre les croyances chrétiennes, et les reproches faits aux Eglises. Je voudrais donc les prendre en compte et les affronter ici, sans esprit polémique.Mon but avoué est double : tenter à la fois de montrer la permanente actualité du mystère chrétien et l'absolue nécessité de le rendre crédible dans la société sécularisée d'aujourd'hui."

  • La pandémie actuelle de Covid-19 nous donne l'impression de vivre un moment unique. Pourtant, l'histoire française est pleine de calamités et de fléaux. Hier, les pestes, les famines, les pillages, les inondations... Aujourd'hui, les accidents nucléaires, les épidémies nouvelles, le terrorisme... Loin de nous désespérer, ce constat doit nous rassurer : si nos aïeux ont su s'en relever, pourquoi n'en serions-nous pas capables ?
    C'est en effet à la lumière des malheurs d'hier que les historiens dégagent ce qui conditionne nos réactions face aux menaces du XXIe siècle. Cette nouvelle édition augmentée éclaire ainsi les maux qui ont marqué la France du début du Moyen Âge à nos jours, tels qu'ils ont été vécus et qu'ils ont évolué.
    « Car n'est-ce pas précisément la fonction de l'historien dans la société de fournir à ses contemporains les lumières sur le passé dont ils ont besoin pour comprendre le présent, prendre du recul par rapport à lui et, en même temps, inventer l'avenir ? » Jean Delumeau.
     

  • Lorsqu'il commenta l'Épître aux Romains (1515-1516), Luther avait, semble-t-il, déjà découvert le thème central de sa théologie. Identifiant péché et tentation, il fut désormais convaincu que l'homme reste toute sa vie indigne du salut. Le péché originel a été trop profond et trop grave. Mais Dieu se refuse à regarder les fautes d'un pécheur qui continue d'espérer dans son sauveur. C'est la doctrine de la «?justifi­cation par la foi?». Le présent ouvrage la replace dans son contexte historique et en suit la diffusion dans la partie de la chrétienté devenue protestante. Pour la première fois dans l'histoire une «?hérésie?» chrétienne tenait en échec l'autorité romaine.

  • La Renaissance catholique qui suivit le concile de Trente est justiciable de deux lectures historiques concomitantes. Elle fut durcissement des structures, enrégimentement des masses par un clergé mieux tenu en main, puissante entreprise de catéchèse, et cela grâce à l'appui de l'État. Mais elle fut aussi sainteté et piété. Ces deux aspects, qui peuvent paraître contradictoires l'un avec l'autre, cohabitèrent en réalité dans le vécu quotidien. Et si une christianisation quantitativement importante résulta de l'action méthodique de l'Église romaine, c'est parce que cette action fut qualitativement doublée, appuyée, vivifiée de l'intérieur par des trésors de dévouement, d'héroïsme, de charité, de spiritualité, d'imagination créatrice. Se pose toutefois la question des limites de la christianisation ainsi réalisée entre l'arrivée de Luther sur la scène historique et l'époque de la mort de Voltaire. À peine remis de la secousse protestante, le catholicisme dut affronter le choc des « Lumières ».

  • La vie ne vaudrait d'être vécue, dit-on, que si elle apporte le bonheur. Mais que signifie être heureux ? Y a-t-il des recettes au bien-être ? Où se niche le bonheur ? Dans l'argent ? La réussite personnelle ? La santé ? Les plaisirs ? L'espérance d'un jour meilleur ? Est-il dans ce que nous avons ou dans ce que nous sommes ?
    Le bonheur n'est pas une idée neuve en Europe, il a lui aussi une histoire qui, depuis des millénaires, colle à nos désirs et à nos désillusions. C'est cette longue aventure qui est racontée ici, avec les regards croisés du philosophe, du croyant et de l'historienne. De la pensée antique à nos frustrations modernes, en passant par l'invention du paradis, on verra comment l'idée du bonheur a évolué au fil du temps, et combien son histoire mouvementée peut nous aider à mieux vivre aujourd'hui.

empty