Jean Lombard

  • La médecine antique nous semble balbutiante et périmée. Elle peut se lire comme un début, une avancée glorieuse mais réversible à laquelle la médecine moderne aurait d'une certaine façon mis un terme. Pourtant, plus qu'un moment daté elle est un commencement, où la médecine de l'Occident est instituée. Hippocrate représente un accès à la genèse archivée mais vivante du geste médical.

  • Platon traite de la médecine examinant tour à tour la maladie et la santé, le diagnostic et le traitement, les symptômes et la guérison. Loin de confirmer que la pensée platonicienne ait pu faire obstacle à la pensée scientifique, ces constantes interrogations sont une condition fondamentale de l'élaboration de la science.

  • Le principe fondamental de l'École est que les savoirs ne sont pas seulement les résultats de la formation mais qu'ils sont eux-mêmes formateurs. Encore faut-il que les contenus et les modalités de l'enseignement ne compromettent pas cette fonction proprement scolaire. Or l'École d'aujourd'hui se déscolarise sous la pression de la logique libérale, de l'attente sociale, du modèle de l'entreprise, du pédagogisme, des contre-cultures et de toutes les formes modernes d'irrespect pour l'étude...

  • Dans les années soixante, Hannah Arendt avait diagnostiqué le caractère fatal de la subversion de l'éducation par la pédagogie et du transfert de l'autorité au monde enfant, qui ont gagné depuis tous les systèmes éducatifs occidentaux. Mais c'est son oeuvre tout entière qui en révèle le "sens", à la lumière des ruptures du siècle, de la perte de la tradition, de la crainte d'un retour du mal, de l'aliénation du monde moderne. Elle a édifié la philosophie de l'éducation de la modernité et elle a renouvelé la promesse humaniste de rendre "tous les commencements possibles".

  • De l'analyse de la techné médicale, Platon avait dégagé ce qui fait d'elle un modèle de compétence et de rationalité et ce qui permet à partir d'elle un éclairage métaphorique sur la cité. Avec Aristote, la philosophie rencontre véritablement la médecine, non plus comme activité de référence pour d'autres fins mais comme une science du visible. Un discours médical nouveau, oeuvre exemplaire de la raison, va résulter de cette confrontation.

  • La philosophie est partout : envahie par les signes, la modernité en recherche le sens, et au-delà des effets de mode, il existe bien dans ce que l'on appelle le grand public un authentique désir de philosopher. Comme on ne peut pas, comme le dit Kant, "apprendre la philosophie" mais "apprendre à philosopher", cet ouvrage propose six parcours pour y accéder.

  • La vieillesse s'est imposée avec une sorte d'évidence énigmatique à l'observation des hommes dès les premiers temps de la Grèce, d'abord dans une anthropologie enrichie par la science naissante et le premier discours médical, avant que la philosophie y découvre une sorte de poste avancé de l'existence, où se croisent la vie, la mort et le temps. De cette rencontre du chant du cygne et de l'oiseau de Minerve naîtra, avec le stoïcisme romain, une éthique de l'existence ultime.

  • Éthique est devenu un signifiant maître : adjectif ou substantif, il a envahi le discours contemporain, où il n'est question que de valeurs, de respect et de prise en compte de l'humain, surtout là où ils font défaut. Une véritable prolifération normative déferle sous ce nom, des droits de l'homme à l'environnement. Dans le même temps, on assiste à l'émergence de néo-valeurs, comme la transparence, le partage, l'exemplarité, le vivre-ensemble, qui déstructurent le champ des valeurs et préfigurent un monde sans éthique, à l'entière dévotion de l'ordre établi. Un anti-manuel se doit de protéger l'éthique tant de sa dégradation en système de règles et de consignes que de sa chosification en moralisme vague.

  • L'éthique médicale est tenue à juste titre pour la première des éthiques et elle l'est chronologiquement, avec le Serment d'Hippocrate. La philosophie grecque, à travers une série d'éthiques premières, de la vie, de la mort, de l'art, de l'humanité, constitue une sorte de comité d'éthique intemporel. C'est l'exploration de ce legs antique qui est ici proposée.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'agonie

    Jean Lombard

    « Partout la désertion se faisait autour des nouveaux massacres : des cavaliers seulement apparaissaient dans un éloignement de crépuscule, la pique à l'air ou le glaive brandi ; des fumées noires montaient lourdement que le vent très faible avait peine à dissiper. Et ces fumées flottaient, pareilles à des draperies, sur les sept collines, sur le Tibre et sur l'horizon, mangeant peu à peu les bandes vineuses de ce crépuscule sinistre, enveloppant les faîtes des temples, les pointes des colonnes et des obélisques, les terrasses des maisons, les bordures des arcs, les coupoles, les toits, les cirques, les amphithéâtres, les mausolées, dont les ors extérieurs flambèrent un moment pour s'atténuer et disparaître, dévorés par une gueule effroyable de nuit. »

  • Maître par excellence pour des générations de philosophes, longtemps véritable éducateur public, penseur de l'éducation dont une certaine pédagogie officielle semblait ressentir le besoin, Bergson n'a pourtant consacré aucune de ses oeuvres majeures aux questions éducatives. Entre une contribution à la problématique de l'enseignement de son temps et une vue prophétique de l'avenir que confirme aujourd'hui son caractère étonnamment actuel, la « pédagogie » de Bergson se définit comme l'art de penser l'invention.

  • La peinture du siècle d'or est pour l'histoire de l'art un moment privilégié, où le lien entre l'histoire et la création picturale semble rendre limpide la signification des oeuvres. Les spécialistes n'ont cessé de perfectionner le système explicatif créé au XIXè siècle et le discours traditionnel est fait à présent de déductions si assurées que les événements auxquels elles s'appliquent semblent avoir été inéluctables. Au-delà d'une lecture savante, la vocation de l'histoire de l'art est bien de découvrir l'itinéraire dont les oeuvres sont la trace séduisante.

  • L'aggravation du désordre et des difficultés de tous ordres rencontrées par l'institution scolaire conduit à réclamer le retour de l'autorité. Cette revendication insistante appelle une réflexion sur la relation du savoir et du pouvoir, sur les places respectives de la rencontre avec le monde et la transmission dans le processus éducatif, sur la contradiction entre l'idéal pédagogique de non-directivité et la fonction magistrale. Ces six études rapportent la situation d'urgence que connaît aujourd'hui l'école aux interrogations majeures de la philosophie de l'éducation.

  • Six études de Bruno Barthelmé, Charles Coutel, Bernard Jolibert, Jean Lechat, Yves Lorvellec et Bernard Vandewalle réexaminent, à partir des pratiques pédagogiques actuelles et des idéaux qui les fondent, les conditions et les enjeux de l'accès scolaire au savoir scientifique, les apports de la philosophie à ce débat fondateur, la "contre-révolution épistémologique" qui fait de la science elle-même un obstacle, l'idée, essentielle mais souvent malmenée, de culture scientifique.

  • A La Réunion, la crise du chikungunya souligne la défaillance du savoir médical et nous plonge dans l'univers oublié de l'ignorance. Elle a excédé de beaucoup les limites du champ sanitaire. Lorsque la rumeur de la cité, la culture du malheur et les nouveaux périls du monde les mettent en cause, la médecine et la philosophie ont à se retrouver autour de la rationalité.

  • Ces études invitent à une réflexion sur la relation mutuellement fondatrice de la philosophie et de l'école, actuellement en crise : longtemps considérée comme vaine et obscure, la "discipline reine" est désormais accueillie avec empressement dès l'école primaire, séduite par sa fonction pseudo-socratique d'opérateur intellectuel idéal dans un monde pressé et affairé.

  • Loïs Majourès

    Jean Lombard

    - Sauvés, nous sommes sauvés !Ainsi s'exclamait Loïs Majourès en agitant la lettre d'Algaigne, qui l'appelait à la rédaction en chef de l'Avenir de Fonsmijoul. Elle ne pouvait survenir plus à propos. Majourès et les siens végétaient depuis cinq années. Fils unique de Francisque-Pierre Majourès, ex-armateur marseillais, il avait dépensé toute sa fortune - plus de cent mille francs - pour l'agitation démocratique, et tout dernièrement, une revue, l'Union des Races, lui dévorait près de douze mille francs.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les Entretiens d'Epictète, notes de cours rédigées par un disciple, éclairent la problématique de la leçon et sa place dans la réflexion pédagogique antique et moderne. La leçon de philosophie a eu dès l'origine la particularité d'être à la fois une leçon comme une autre et une leçon qui ne ressemble à aucune autre. Les Entretiens montrent une évolution majeure de la leçon en tant qu'espace du discours à l'heure du stoïcisme héroïque : ils portent à des sommets les schémas hérités du socratisme fait pour interpeller et y ajoutent une fonction de subversion venue du cynisme. Epictète fait ainsi de la leçon philosophique un modèle.

  • Vous rêvez de posséder la repartie de Jean-Paul Belmondo ou la charmante maladresse de Woody Allen  ? Maîtriser les bons mots de Michel Audiard ou l'uppercut langagier de Clint Eastwood  ? Témoigner du flegme de Jean-Pierre Marielle ou de l'humour de Whoopi Goldberg  ?
    Formules grivoises, discours percutants, agiles mots d'esprit... Cet ouvrage réunit 600 des répliques les plus drôles et impertinentes du cinéma, certaines devenues cultes. 600 répliques, à savourer et à s'approprier, qui pourraient bien faire de vous un expert de la parade et de la facétie.

  • Le ministère de la Culture a 60 ans ! Ses grandes missions telles qu'elles ont été conçues par André Malraux ont été poursuivies et enrichies au fil des ans : faciliter l'accès de tous à l'art et à la culture, protéger et valoriser le patrimoine, stimuler la création, et aussi favoriser la diversité culturelle en prenant en compte les enjeux liés à la communication et aux industries culturelles. Jusqu'où l'État doit-il intervenir dans la politique culturelle ? Comment peut-il le mieux répondre aux attentes des créateurs et des publics ? Quel est son rôle aux côtés des collectivités territoriales et du secteur privé ? Alain Lombard retrace l'histoire, l'organisation et les missions d'une institution essentielle, qui continue de rendre possible une vie artistique et culturelle ne dépendant pas des seules lois du marché et qui croit à l'importance de l'émancipation par la culture.

  • Les répliques de Michel Audiard sont entrées au Panthéon du cinéma ainsi que dans la mémoire collective. Mais d'où les sortait-il ? En réalité, il puisait dans ses souvenirs, ses lectures, ses connaissances et ses rencontres. Sous la casquette de Michel Audiard nous livre l'origine des réparties les plus célèbres du «  P'tit cycliste  ». Où l'on découvrira que Les Tontons flingueurs cite Céline et Saint-Thomas-d'Aquin, que des répliques coupées de Mélodie en sous-sol ont été réutilisées pour Le Pacha, que l'avenue de l'enfance d'Audiard est évoquée dans Les Grandes Familles, que Gabin déclame de l'Apollinaire... et du Gabin, etc. L'occasion de se pencher sur la vie et les thèmes de prédilection du cinéaste (l'Occupation, le 14e arrondissement, les maisons closes...), d'éclaircir des références d'époque (les Ballets roses, Antoine Pinay, le vol du train postal Glasgow-Londres...), de s'intéresser à sa collaboration avec Albert Simonin et de répondre à la question «  Audiard écrivait-il vraiment en argot  ?  ». Le livre est divisé en catégories, qui sont autant de moments clés et de thèmes majeurs dans la vie de Michel Audiard.

  • Ce manuel, synthétique et pédagogique, présente le programme de droit administratif général enseigné dans les facultés de droit et les instituts d'études politiques. Il constituera également une base de révision efficace pour la plupart des concours administratifs.
     
    PLAN DE L'OUVRAGELa soumission de l'administration au droit la portée du principe de juridicitéLa soumission de l'administration au droit  : le régime de la responsabilité civile de l'administrationThéorie générale de l'acte administratifLe service publicLa juridiction administrativeLes recours devant le juge administratif 
    FRÉDÉRIC LOMBARD est agrégé des facultés de droit, professeur à Aix-Marseille-Université. JEAN-CLAUDE RICCI est professeur émérite à Aix-Marseille-Université et directeur honoraire de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dans la même collection, ainsi que de manuels dans la collection «  HU Droit  », chez le même éditeur.

  • La saga Star Wars décryptée !
    Il y a 40 ans, Luke Skywalker, Chewbacca, Dark Vador, Leia et Yoda débarquaient sur les écrans et marquaient le début d'un phénomène cinématographique sans précédent : Star Wars, ou en France, La Guerre des étoiles.
    En 2015, Disney rachète la licence pour 4 milliards de dollards. Preuve que la saga n'a pas fini de faire parler d'elle...
    Cinéphile passionné, Philippe Lombard vous dira tout sur l'univers imaginé par George Lucas : sources d'inspiration, personnages phares, répliques cultes, anecdotes de tournage et références à ne pas manquer..

empty