Collection XIX

  • Orléans, mardi 5 octobre 1773. - Vous trouverés bon, mes très chères nièces, que ce soit toujours à vous à qui j'adresse quelques détails de mon voyage. Ils seront d'un stile de voyageur, sans prétention, et comme je verrai les choses. Il est sur que tous les jours j'écris. Nous voilà arrivés à Orléans à dix heures du soir avec assés de peine faute de chevaux qui se trouvent extrêmement fatigués sur cette route. Notre bagage est composé d'une berline dans laquelle nous sommes.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • MADAME VERRIÈRES.Nous n'avons que le temps de passer une robe, Juliette ; la baronne va venir nous prendre dans une heure et demie pour aller au sermon.JULIETTE.Savez-vous, ma cousine, que ce père lazariste a un grand talent : il vient jusqu'à des jeunes gens pour l'entendre.MADAME VERRIÈRES.On y voit même des maris avec leurs femmesJULIETTE.Pourvu que le baron laisse venir la sienne !Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty