Sciences humaines & sociales

  • S'intéresser aux toxicomanies est, de nos jours, une nécessité et une tâche bien délicate : ce phénomène est très inquiétant mais il ne faut jamais perdre de vue que nous ne sommes face à un symptôme traduisant des désordres d'un ordre beaucoup plus profond, sur lesquels il convient de centrer nos préoccupations. Dans cette quatrième édition de son ouvrage, Jean Bergeret se limite aux aspects strictement humains du « problème drogue », aux connaissances que nous possédons sur ce point de vue, aux hypothèses qui sont actuellement émises ainsi qu'aux conséquences pouvant être tirées de l'ensemble de ces réflexions.

  • Poursuivant ses recherches sur la théorie et la clinique du narcissisme, recherches développées dans le même axe que les travaux de H. Kohut et O. Kernberg aux Etats-Unis et de B. Grunberger en France, Jean Bergeret a été un des premiers analystes à tenter de réaliser une synthèse des conséquences méthapsychologiques et psychogénétiques de la découverte par Freud, en 1914, d'une étape de l'évolution du fonctionnement affectif ayant dépassé l'auto-érotisme sans avoir atteint encore un développement imaginaire place sous le primat de l'hétérosexuel et du triangulaire, donc de l'oedipien.
    La clinique de la dépression, la théorie des Etats-Limites, la mise au clair des propositions de Freud, portant sur l'existence d'un instinct violent primitif (et non sadique ni agressif) commun à l'homme et aux animaux, la nature spécifique de l'imaginaire primaire, la rigueur indispensable dans l'emploi du terme de « névrose » sont les thèmes que développe Jean Bergeret dans un ouvrage qui reprend et réactualise l'essentiel de ses travaux antérieurs en débouchant sur un certain nombre d'interrogations difficilement contournables pour un psychanalyste attaché à sa problématique propre ainsi qu'à sa méthodologie particulière.

  • « Jean Bergeret ose affirmer que la toxicomanie n'existe pas, qu'il s'agit de la fabrication d'un mythe dangereux pour soi-même et pour autrui ; par des exemples clairs et concrets, dans une langue vivante et admirablement simple, il nous explique que ce qui est important, ce n'est pas le symptôme mais les causes qui ont engendré l'apparition du symptôme : causes sociales, économiques bien sûr, mais surtout causes qui se situent dans l'individualité de chaque sujet » Docteur Claude OlivensteinPsychiatre, psychanalyste, professeur à l'université de Lyon-2, Jean Bergeret est spécialiste des problèmes liés à la pharmacodépendance.

  • Comment dépasser les pertes, les renoncements et les deuils qui rendent plus vulnérables, comment continuer de grandir au-delà de l'âge ? Ce livre stimulant nous donne envie de vieillir. Il dégage un message spirituel fort qui correspond à une demande actuelle dans un monde en crise d'identité, en mal de repères et en risque de déshumanisation. Les auteurs dont les travaux novateurs représentent une avancée notoire dans leurs différentes disciplines proposent de regarder autrement la question du vieillissement. Il s'agit de considérer une personne dans sa trajectoire de vie, une personne qui, après 70 ans, a tous les âges à la fois, mais ne perd pas pour autant son statut d'adulte. Loin de la piste marketing du « vieillir jeune », ils proposent des pistes pour vieillir vieux et fiers de l'être, pour avancer en âge dans une mobilité narcissique qui permette de poursuivre une évolution spirituelle, bref pour vieillir en « accord-d'âge ». Un véritable art de vivre se dégage de leurs contributions.

  • Dans les pathologies Alzheimer comme dans les différentes formes d'autisme, le Sujet, touché dans son intégrité psychique et corporelle nous emmène au coeur des processus archaïques. Ce Sujet n'habite plus entièrement son corps ou l'habite autrement ; un corps trop souvent réduit par ceux qui l'approchent au tout neuronal, à une dimension machinale, chosifié dans des visées normatives et rééducatives au détriment de sa dimension psycho-affective.

    Sans évacuer aucune des sources de ces symptomatologies multifactorielles, c'est à l'intériorité de ce Sujet coupé plus ou moins de lui-même et de son histoire, mais surtout coupé des autres, que s'intéressent les auteurs.

    Cet ouvrage propose des pistes pour un travail en réseaux efficace entre les différents acteurs du sanitaire et du médicosocial. En effet, il est important de mettre en oeuvre une prévention non prédictive mais prévenante et un management bien-traitant pour les équipes soignantes, qui pérennise dans la durée une culture du prendre soin. Seule une réflexion éthique, politique et clinique collective qui respecte des approches complémentaires adaptées à la singularité de chaque situation et tisse une alliance thérapeutique avec les familles, ces "aidants familiaux" ayant un proche souffrant d'Autisme ou d'Alzheimer, sera garante d'une prise en charge globale de ces patients atteints dans leur identité.

  • Fille de missionnaire, Claude Njiké-Bergeret est née au Cameroun et y a grandi jusqu'à ses treize ans, avant de rentrer en France. Dix-huit ans plus tard, elle choisit de revenir au village de son enfance, en mettant de côté son éducation et les valeurs occidentales qu'on lui a apprises pour revenir à une existence moins codifiée, plus libre et plus harmonieuse. 
    A la mort du chef de village, son époux, elle décide de pousser plus loin son aventure africaine, et s'installe sur une parcelle de brousse inhabitée avant elle. Là, au bord du Noun, à 25 kilomètres de Bangangté, au Nord-Ouest du Cameroun, elle construit sa « ferme », cultivant maïs, arachides, maniocs, ignames... d'abord seule, puis rejointe par ses enfants et de nombreux jeunes qui tentent de cultiver ces terres vierges. Une houe sur l'épaule et une machette à la main, elle cherche chaque jour à vivre sur, de et avec la terre. Contre toute son éducation qui l'avait préparé à vivre en ville, dans l'abondance et le culte exclusif du progrès, Claude Njiké-Bergeret habite une nature sauvage, envahissante, imprévisible, mais aussi généreuse et pleine d'enseignements. En tenant compte des valeurs du peuple Bangangté, elle cherche à mieux la comprendre et la respecter. Cette vie, loin de la modernité, peut déranger ceux qui croient aux bienfaits d'un progrès et d'une croissance illimitée mais c'est celle qu'elle a choisie. Bien sûr, ce chemin est difficile : le travail de la terre est épuisant, parfois ingrat et semé d'embûches, lorsque les singes détruisent ses récoltes, ou que les crues inondent tout... mais elle apprend et s'émerveille chaque jour.

  • Au début des années 50, dans le cadre du Traité de l'Atlantique Nord, une dizaine de bases américaines s'installent en France pour protéger de la supposée menace communiste grandissante. Ces militaires apportent avec eux leur civilisation, l'American way of life, dans un brutal déferlement. Dans quelle mesure la présence américaine modèle-t-elle la France des années 1950 et 1960 ? Quelles seront les conséquences du départ des Nord-américains en 1966 et 1967 ?

  • La crise du " milieu de vie " est traversée chez les femmes par un événement majeur, la ménopause, vécue par beaucoup comme une réalité honteuse. Plus encore, constate Catherine Bergeret-Amselek, elle fait l'objet d'un véritable déni, en particulier de la part des psychanalystes. D'où l'ambition de l'auteur de lever un tabou solidement ancré et d'appréhender cette réalité dans sa dimension existentielle. Quelle est la nature de cette crise existentielle parfois violente, susceptible de déstabiliser une femme à la cinquantaine ? En quoi consiste le travail de renoncement nécessaire pour parvenir à une maturité nouvelle pleine de promesses ?

  • Catherine Bergeret-Amselek explore depuis plusieurs années les crises maturatives que nous traversons, en vacillant parfois fortement, à chaque entrée dans un nouvel âge de la vie. La vie à l'épreuve du temps propose un regard nouveau sur le grand âge qui tient compte des âges précédents. Et si, contrairement aux idées reçues, un travail analytique pouvait être fructueux après 70 ans ? Qu'en est-il de la sexualité, de la créativité dans la deuxième partie de la vie ? À condition d'assumer les pertes, les renoncements et les deuils en cours, sénescence peut être une étape fondamentale pour se réaliser pleinement. L'auteur nous fait entrer dans les coulisses de la scène analytique, dévoilant sa pratique atypique avec les personnes âgées, mais aussi ses doutes et ses questionnements. On s'aperçoit qu'au crépuscule, la lumière peut être aussi vive qu'à l'aube pour éclairer le temps qui reste. Catherine Bergeret-Amselek est psychana­lyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne où elle anime un séminaire sur les âges de la vie. Elle a publié notamment Le mystère des mères et La Femme en crise, aux éditions Desclée de Brouwer.

  • Cet ouvrage rassemble des spécialistes de la périnatalité, de l'enfance, de l'adolescence et de l'adulte à tous les âges de la vie. Tous de discipline différente ont été invités à réfléchir à la dimension éthique, politique et psychologique d'un vivre ensemble, jeunes et vieux, dans une société en pleine révolution de l'âge.


    Le défi que l'ouvrage nous invite à relever consiste à porter un autre regard sur l'avancée en âge, pour faire tomber aussi bien le racisme anti-jeune que le racisme anti-vieux, pour lutter contre l'isolement à tous les âges, prendre soin des plus vulnérables : les bébés, les enfants, les personnes âgées, y compris celles qui sont touchées par des maladies neurodégénératives ou par un handicap. Les auteurs font le pari du Sujet en devenir tout au long de sa vie à qui on doit pouvoir fournir des tuteurs de résilience garants d'une souplesse identitaire qui lui permette de dépasser les deuils, les pertes et les renoncements engendrés par le temps qui passe, d'un Sujet en allant-devenant, going on being, jusqu'à son dernier souffle pour bien vieillir ensemble aujourd'hui et demain.

  • Ce volume consacré aux troubles de la personnalité et des conduites recueille une partie des conférences prononcées au cours du Ve Congrès de la Société Internationale de Psychiatrie de l'Adolescent (ISAP). Il s'est tenu à Aix-en-Provence devant 900 spécialistes les 4/5/6/7 juillet 1999.

  • Pour regarder l'adolescence en face, les auteurs,spécialistes reconnus dans le domaine de la psychologie de l'enfant et de l'adolescent, nous entraînent quelques années avant, chez les 7 à 12 ans, pour analyser ce qui oeuvre et s'élabore en sourdine - la période de latence n'est pas forcément aussi calme que nos théories nous le font croire - et pour tenter de découvrir les turbulences de l'adolescence depuis l'âge de raison. Catherine Bergeret-Amselek, psychanalyste, Paris.

  • Le CCRE (Conseil des Communes et Régions d'Europe) est la plus ancienne association de collectivités en Europe. Crée en 1951, elle a alors pour projet de fédérer les Etats européens en préservant l'autonomie des Etats et les libertés locales et propager l'esprit européen dans les collectivités locales. Cet ouvrage propose un panorama de l'histoire de cette association, des enjeux et des obstacles qui sont aujourd'hui les siens.

  • Pourquoi ai-je épousé le chef traditionnel de Bangagté ? Parce que je l'aimais, voilà tout. Et puis, ce genre de questions, on ne se les pose pas dans mon pays, on ne se les pose pas en Afrique. Demandez donc à un Africain : "Que faisit cette Blanche au sein d'une chefferie polygame ?" Il répondra simplement : " Dieu seul le sait." Pour lui, personne n'est maître de son destin. Nul besoin d'explication, d'analyse, Dieu seul le sait. Rechercher la sagesse est bien plus important que la quête du savoir.
    Ainsi commence la confession de Claude Njiké-Bergeret, "La Reine blanche" d'un des plus passionnants reportages d'Envoyé spécial. Fille et petite-fille de missionnaires protestants, Claude vit ses treize premières années au Cameroun. Une expérience qui la marquera à tout jamais. De retour en France, ni une éducation provinciale étriquée, ni un premier amour suivi des joies de la maternité ne lui feront oublier les fortes sensations de l'enfance. Et un jour de destin l'appelle à nouveau en Afrique. Amoureuse du Chef de Banganté, elle va l'épouser et s'installer à la chefferie en compagnie d'une quarantaine de co-épouses et leur progéniture. Pendant neuf ans, elle y mènera une vie riche et singulière entre le quartier des femmes, le palais, les bois sacrés. Aujourd'hui, Claude vit dans sa "ferme africaine" au bord du fleuve Noun, vallée féconde où, avec ses enfants, l'une de ses anciennes compagnes et d'autres pionniers, elle cultive ses champs.
    Itinéraire unique d'une femme exceptionnelle,ma passion africaine est avant tout un lyrique chant d'amour à une terre, le pays Banganté, à un homme, le chef, à une famille élargie et à un peuple. Mais c'est aussi la découverte d'un autre mode de vie et de pensée. Un modèle de tolérance.

  • Le titre provocant de cet ouvrage, dans le style des conseils aux éducateurs du XIXe siècle n'abuse personne et fait la part de l'humour. En effet, ce livre est sensible et favorable aux enfants. Néanmoins il faut bien avouer que de tout temps les punitions ont fait partie de l'éducation des enfants et coloré vivement les relations qu'ils ont avec leurs parents et les adultes qui exercent une autorité sur eux. Aujourd'hui on les minimise, on en dénie l'emploi, et pourtant elles persistent plus ou moins... camouflées, rationalisées. Sont-elles nécessaires ou peut-on éduquer sans sévir ? Quelles sont les modalités des punitions ? Comment les voient ceux qui punissent et ceux qui sont punis ? Où se situe la frontière entre sévices et punitions ? Qu'en pensait Freud qui avait six enfants ? Pourquoi punit-on les enfants ? Les enfants recherchent-ils, provoquent-ils les punitions ? Qu'écrivait la « divine » comtesse de Ségur en 1850 ? Quelle est l'histoire du fouet, de la discipline à l'école ? Que disent d'eux-mêmes les maîtres et que disent les élèves de leurs maîtres ? L'enfant psychotique ou retardé mental doit-il en être exempté ? Existe-t-il des méthodes rationnelles d'éducation sans punition aucune ? Telles sont les principales questions qui se posent chaque jour à tout parent ou éducateur, professionnel ou non. Il n'y a pas de manuel pour y répondre et, de toute façon, aucun délai pour surseoir à l'instant. Ce livre apporte avec franchise une approche transdisciplinaire. Michel Soulé

empty