Jean Guézennec

  • La mer et les océans évoquent les loisirs, les courses autour du monde, la pêche et de nombreuses autres activités. Une partie de la bioressource marine nourrit quotidiennement des millions de personnes. Mais si la mer nourrit, elle peut aussi soigner, guérir et participer à notre bien-être : nouveaux anti-douleurs, anti-cancéreux et antibiotiques, nouveaux actifs en cosmétologie, préservation de notre environnement,...
    Il existe pourtant, dans cette biodiversité, une composante invisible que l'on a vraiment peu considérée jusque ces dernières années : la composante microbienne. Les microorganismes ont pour une majorité d'entre eux, développé des stratégies de défense, de survie et d'adaptation à des modifications de leur environnement. Cela est encore plus vrai au niveau des écosystèmes que l'on peut qualifier d'extrêmes ou d'atypiques du fait de conditions physico-chimiques particulières.
    C'est dans cette capacité de défense que se trouvent peut-être de nouveaux médicaments et approches thérapeutiques, de nouveaux biopolymères et autres molécules pouvant répondre à des problèmes actuels de société.
    Cet ouvrage aborde quelques unes des opportunités que nous proposent ces microorganismes et les espoirs mis dans ce que l'on appelle les biotechnologies bleues.
    Des zooms sur l'actualité de la recherche, passée et présente, intéresseront le lecteur curieux des progrès offerts par Dame Nature.

  • Détérioration des monuments historiques, effondrements de ponts et structures métalliques, fuites de liquides et produits toxiques, contamination des denrées alimentaires...
    Pour trouver les coupables, la loupe de Sherlock Holmes ne suffira pas : ce sont des microorganismes. À priori, ils sont inoffensifs. Mais quand ils déferlent en masse sur une cible, ils sont aussi destructeurs que les hordes de sauvages de Gengis Khan. Qui sont-ils ? Par quels mécanismes parviennent-ils à ces dégradations ? Quels sont les risques, les enjeux et les coûts induits ?
    C'est ce que ce petit livre vous dévoilera tant sur le comportement de ces tueurs de l'ombre, sur la résistance des matériaux attaqués (car tous sont concernés, des alliages aux polymères, en passant par les ciments et bétons), que sur les conséquences environnementales ou de santé publique.
    Alors, que cette face cachée des microorganismes ne reste plus dans l'ombre !

  • Les Yougoslaves ont été les précurseurs de l'autogestion.
    Pour beaucoup, en France, ce n'est encore qu'une idée dans laquelle on voit la relance d'un socialisme démocratique.
    Le livre de Georges Guezennec permet de passer des idées aux réalités. il expose les réalisations positives de la Yougoslavie autogestionnaire pour qu'elles soient utiles au reste du monde.
    Il analyse ses erreurs pour qu'elles soient évitées ailleurs.
    L'époque prestigieuse commencée en 1941, avec les Partisans s'achève avec les conséquences de la crise économique mondiale qui, comme les autres pays en voie de développement a frappé très durement la Yougoslavie.
    Avec les famines et l'explosion démographique du Tiers-monde, le chômage, la destruction de l'environnement, la bombe atomique, les risques d'affrontement Nord-Sud, dont la guerre du Golfe aura été la tragique prémisse, l'humanité est menacée dans sa survie. Dans quelle mesure l'expérience yougoslave peut contribuer à la compréhension et à la solution de ces dangers ? Telle est la question à laquelle Georges Guezennec s'efforce de répondre.

empty