Jean Marcel & Patric

  • 31 plumes déliées, précises et souvent illustres nous racontent l'histoire riche et extraordinaire des relations du Royaume avec les pays francophones d'Occident. Elles soulignent aussi la grande pérennité, dans notre regard, de « l'âme siamoise  » à travers les âges.
    Avec un livret photos dont la plupart inédites.
    Premier ouvrage du genre à présenter les principaux textes qui illustrent l'histoire dense et déjà longue des relations du Royaume avec les pays francophones d'Occident (France, Belgique, Québec, Suisse), cette anthologie issue des auteurs s'exprimant en français sur le Siam ancien et la Thaïlande moderne nous plonge dans le passé flamboyant - et parfois bien singulier vu d'aujourd'hui - des princes, diplomates, missionnaires et militaires, elle se poursuit dans l'ébauche d'un monde contemporain où explorateurs et visiteurs qualifiés prennent un relais tout à la fois aventurier, savant, élitiste et individualiste sur ce qui relevait jusqu'alors du domaine réservé des États et des religions, pour se fondre enfin en nos temps modernes où un tourisme butineur ne se nourrit plus que de notre insatiable appétit d'exotisme.
    De Jacques de Bourges ou Simon de La Loubère à Morgan Sportès en passant par Paul Morand et bien d'autres, les plumes déliées, précises et souvent illustres choisies et présentées par Patrick Binot et Jean Marcel nous racontent cette histoire riche et à bien des égards extraordinaire. Elles nous en restituent les contextes particuliers, l'atmosphère qui leur était propre selon les années où elles livrèrent leur témoignage, mais nous en soulignent aussi la grande pérennité, de ce que d'aucuns appelleraient, du Siam à la Thaïlande dans notre regard, «  l'âme d'un peuple  » à travers les âges.
    Une sélection de 31 textes de Jacques de Bourges, Nicolas Gervaise, Alexandre de Chaumont, François-Timoléon de Choisy, Claude de Forbin, Simon de La Loubère, Jean Donneau de Visé, Guy Tachard, Maréchal Desfarges, Pierre Bigrot, Voltaire, Louis de Jaucourt, Jean-Baptiste Pallegoix, Henri Mouhot, Ludovic de Beauvoir, Georges « Puck » Chaudoir, Emile et  Denise Jottrand, Charles Buls, Etienne Lunet de la Jonquière, André Malraux, Paul Morand, Guy de Pourtalès, Jacques May, Jean Decoux, André Gomane, Morgan Sportès, Lorenzo Pestelli, Marguerite Yourcenar, Jean Marcel.
    Patrick Binot est né en Belgique en 1959. Après avoir obtenu une maîtrise en Langues & Linguistique à l'Université Libre de Bruxelles (U.L.B.), il a enseigné le français en Espagne pendant 16  ans. Depuis 2002, il vit et travaille en Thaïlande. Il est actuellement lecteur de français à l'Université Srinakharinwirot de Bangkok.
    Jean Marcel est né au Québec en 1941. Professeur à la retraite de l'Université Laval (Québec). Docteur en philologie et littératures romanes du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale (Poitiers). Academic expert (conseiller spécial) à la section de français de l'Université Chulalongkorn (Bangkok), il a poursuivi sa carrière d'écrivain en Thaïlande pendant près de 30 ans. Jean Marcel est décédé à Bangkok le 30 juin 2019.

  • Marseille et le café ... Une longue histoire que celle de la rencontre du grand port méditerranéen et d'une denrée exotique. Marseille n'avait-elle pas alors quelque droit à voir se tenir chez elle la première journée de rencontre régionale entre spécialistes de différentes disciplines en sciences humaines et praticiens expérimentés. Car ce droit s'appuyant sur les courants commerciaux contemporains, que les statistiques mettent en valeur, se fonde également sur l'Histoire elle-même. Ainsi c'est par l'intermédiaire du port de Marseille que l'introduction du café se fit en France grâce à Jean de la Rocque, négociant, de retour vers 1644 d'un long voyage en "Arabie heureuse".

  • Après le café en Méditerranée, l'huile d'olive... Il nous est particulièrement agréable de présenter cette publication, dernier fruit de la coopération étroite qui unit le Groupement d'intérêt scientifique « Sciences humaines » sur l'aire méditerranéenne, d'Aix-en-Provence, et notre Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille. L'huile, un produit depuis si longtemps intimement lié à la vie de notre cité portuaire qu'on y retrouve encore, sous son appellation ancienne de « Place aux huiles », le lieu spécifique où s'effectuaient les opérations à quai de chargement et de déchargement de ces lourdes futailles. Dans les limites de notre circonscription consulaire, des terroirs renommés pour leurs oliveraies : hier, Aix qui, aux xviie et xviiie siècles, produisait une huile considérée comme la meilleure du royaume ; aujourd'hui, La Fare-les-Oliviers... En ce Palais de la Bourse, lieu privilégié où se forge le destin économique de notre région, où sont débattus les problèmes intéressant les nombreux pays riverains d'une mer unificatrice, il est pour le moins agréable d'accueillir de semblables tables rondes qui font le point des connaissances sur le présent, mais aussi le passé d'un secteur d'activité.

empty