Presses de l'Université du Québec

  • La pratique du travail social en santé mentale s'est transformée et dépasse maintenant les frontières des organisations rattachées exclusivement à ce domaine. Les travailleurs sociaux sont quotidiennement en situation d'intervention auprès de personnes ayant des troubles mentaux, diagnostiqués ou non, et dont la gravité varie.

    Aujourd'hui, cette pratique se déploie principalement dans la communauté, à proximité des personnes atteintes et des familles qui les soutiennent. Elle allie différentes méthodes d'intervention et s'appuie sur des approches variées, avec comme ancrage transversal la perspective du rétablissement. La complexité et la richesse de cette discipline proviennent des multiples aspects devant être considérés dans un contexte d'intervention, soit la personne et ses vulnérabilités, de même que les environnements familiaux, groupaux, communautaires et collectifs, et leurs interactions.

    Cet ouvrage, qui s'adresse tant aux étudiants qu'aux intervenants des milieux institutionnels et communautaires, vise à fournir des repères pour bien apprendre, comprendre et s'engager dans ce champ d'action du travail social désormais multiforme.

    Christiane Bergeron-Leclerc est travailleuse sociale et professeure au Département des sciences humaines et sociales de l'Université du Québec à Chicoutimi. Ses recherches portent sur les processus et les pratiques d'inclusion sociale et de rétablissement des personnes ayant des troubles mentaux.

    Marie-Hélène Morin est travailleuse sociale et professeure au Département de psychosociologie et travail social de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR). Ses activités de recherche et de formation
    portent sur l'intervention familiale et les proches aidants dans le domaine de la santé mentale.

    Bernadette Dallaire est professeure titulaire à l'École de travail social et de criminologie de l'Université Laval. Elle combine des expertises en santé mentale et en gérontologie, et a étudié l'approche du
    rétablissement en santé mentale, de même que les interventions psychosociales et médicales auprès des jeunes en difficulté.

    Cécile Cormier est travailleuse sociale spécialisée en santé mentale et professeure au Département de psychosociologie et travail social de l'UQAR. Elle est aussi responsable de la formation pratique
    du campus de Lévis et membre du Collectif de recherche participative sur la pauvreté en milieu rural.

  • Cet ouvrage s'adresse aux étudiants, professeurs et chercheurs en aménagement, en urbanisme, en géographie, en sociologie, en science politique, en design de l'environnement, etc. Il intéressera aussi les professionnels et autres intervenants des affaires municipales, de l'aménagement urbain et du développement communautaire, de même que toute personne soucieuse du devenir des vieux quartiers.

  • En s'intéressant à certaines populations socialement disqualifiées, soit les personnes ayant des problèmes de santé mentale et les résidents en habitation à loyer modique, les auteurs étudient le logement non seulement comme l'un des déterminants de la santé et du bien-être mais également comme un lieu d'intervention majeur dans le domaine des services sociaux.

  • Cet ouvrage traite de plusieurs objets de la psychologie, notamment de la dynamique du comportement, de la relation humaine, des processus d'influence et des structures sociales appliqués principalement dans le cadre du travail. Il s'adresse à tous ceux, psychologues ou gestionnaires, qui veulent comprendre la dynamique des individus pour mieux mettre en valeur les talents, les connaissances, les habiletés de chacun, ce qui constitue la plus-value des entreprises.

  • En utilisant tant les données de sources diverses que les résultats d'enquêtes auprès de plusieurs échantillons de PME québécoises, ce livre montre où en sont les PME manufacturières du Québec face à la mondialisation des marchés, puis conclut qu'en général, elles se débrouillent relativement bien dans le contexte d'une tendance qui s'accélère de plus en plus.

  • Le propos du présent ouvrage s'inscrit dans un champ de recherche aujourd'hui largement étayé qui met de l'avant le cercle vertueux de la valorisation des savoirs des usagers dans les différents axes d'intervention des politiques publiques. Nous assistons de ce fait à un vaste mouvement de remise en cause de la hiérarchie traditionnelle des savoirs qui tend à valoriser, c'est-à-dire à reconnaître, la plus-value de la prise en compte de l'expérience des citoyens « ordinaires » dans les processus de prise de décisions qui les affectent directement.

    À partir de témoignages de locataires, de résultats de recherches participatives menées dans des habitations à loyer modique (HLM) au Québec et de mises en perspective historiques et thématiques, ce livre met en évidence les savoirs d'usage basés sur l'expérience dont sont porteurs les résidents des HLM familles au Québec. Il montre les processus d'appren­tissage et de mobilisation de ces connaissances par les locataires et la manière dont elles sont valorisées par les institutions, en particulier les offices. Il veut faire comprendre comment la prise en compte de ces savoirs peut contribuer à l'amélioration des conditions de vie et au développement de la capacité d'agir des locataires dans le milieu HLM.

empty