Littérature générale

  • Ces souvenirs ne sont pas venus selon un ordre chronologique comme le sont habituellement les Mémoires. Ils sont venus à ma rencontre selon l'inspiration, les circonstances. S'interpellant les uns les autres, certains en ont fait émerger d'autres de l'oubli.
    Ils témoignent que j'ai pu admirer inconditionnellement des hommes ou femmes qui furent à la fois mes héros et mes amis.
    Ils témoignent des dérives et des dégradations, mais aussi des grandeurs et des noblesses que les violents remous de l'Histoire ont entraînées chez tant de proches.
    Ils témoignent des illuminations qui m'ont révélé mes vérités  ; de mes émotions, de mes ferveurs, de mes douleurs, de mes bonheurs.
    Ils témoignent que je suis devenu tout ce que j'ai rencontré.
    Ils témoignent que le fils unique, orphelin de mère que j'étais, a trouvé dans sa vie des frères et des soeurs.
    Ils témoignent de mes résistances : sous l'Occupation, puis au cours des guerres d'Algérie, de Yougoslavie, du Moyen-Orient, et contre la montée de deux barbaries, l'une venue du fond des âges, de la haine, du mépris, du fanatisme, l'autre froide, voire glacée, du calcul et du profit, toutes deux désormais sans freins.
    Ces souvenirs témoignent enfin d'une extrême diversité de curiosités et d'intérêts, mais aussi d'une obsession essentielle, celle qu'exprimait Kant et qui n'a cessé de m'animer : Que puis-je savoir ? Que puis-je croire ? Que puis-je espérer ? Inséparable de la triple question : qu'est-ce que l'homme, la vie, l'univers ?
    Cette interrogation, je me suis donné le droit de la poursuivre toute ma vie.
     
      Edgar Morin
     
    Né en 1921, ancien résistant, sociologue et philosophe, penseur transdisciplinaire et indiscipliné, Edgar Morin a conçu la «  pensée complexe  » dans son oeuvre maîtresse, La Méthode. Il est l'un des derniers intellectuels à avoir observé et vécu une grande partie du XXe siècle et les premières décennies du XXIe. Il est docteur honoris causa de trente-quatre universités à travers le monde.

  • "L'Europe en crise doit apprendre à dépasser ses démons qui la menacent. Car il existe une barbarie européenne spécifique qui entretient une relation complexe, à la fois antagoniste et complémentaire, de la culture européenne, qui, elle, au contraire est un foyer d'idées émancipatrices." Edgar Morin

    Edgar Morin est un sociologue et philosophe français né en 1921. Il est l'auteur de nombreux ouvrages.

  • Incontestablement, Edgar Morin est l'un des intellectuels contemporains les plus importants, les plus en prise avec le monde qui nous entoure. Homme engagé, son oeil aiguisé - et souvent facétieux - semble se poser sur ce que beaucoup ignorent, ou choisissent d'ignorer.

    Ces dernières années, nos sociétés ont été bousculées, meurtries, secouées. Et, régulièrement, l'Aube a publié des dialogues de ce grand penseur avec différentes personnalités - Boris Cyrulnik, Éric Fottorino, Stéphane Hessel, François Hollande, Laurent Greilsamer, Denis Lafay, Christiane Taubira, Nicolas Truong -, pour nous aider à mettre en mots, à comprendre, à voir. Dans cet ouvrage, il s'agit bien de Penser nos désarrois, aussi divers soient-ils.

    Edgar Morin est un sociologue et philosophe français né en 1921. Il est l'auteur de très nombreux ouvrages.

  • Passionnant et riche dialogue entre deux penseurs de notre temps dont le trait commun est l'interdisciplinarité : sociologie, psychiatrie, psychanalyse. Ils constatent l'un et l'autre l'indissociabilité du cerveau et de l'esprit, l'interdépendance du culturel et du psychologique, du cérébral et du biologique.

  • Les stars
    Comment, dans quelles conditions, pourquoi sont apparus ces êtres fabuleux que nous nommons " stars " ? Ce sont des marchandises et ce sont des idoles. Elles sont divines et elles sont mortelles. Que nous disent-elles sur notre civilisation ? notre société ? notre temps ? Que nous disent-elles sur nous-mêmes ?
    Le phénomène des stars est ici étudié dans ses dimensions économiques, sociales, culturelles, esthétiques, et aussi mythiques.
    Le " star-system " qui a fait la gloire d'Hollywood est mort. Mais les stars du passé ressuscitent : Louise Brooks, Garbo, Marlène, Marylin ont acquis cette survie que nous appelons immortalité. Elles vont traverser les années-Lumière...
    Et notre temps ne cesse de susciter de nouvelles stars, pour une nouvelle gloire...
    Edgar Morin
    Philosophe et sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS et docteur honoris causa de vingt-sept universités étrangères, Edgar Morin est l'auteur d'une œuvre transdisciplinaire abondamment commentée et traduite.

  • "Je vous surveille depuis longtemps, je vous vois mettre votre nez partout et c'est exactement le reproche que l'on me fait. En vous lisant, j'ai l'impression d'avoir trouvé une attitude mentale tournée vers l'homme", dit Boris Cyrulnik."Pour vous comme pour moi, on ne peut parler de l'être humain, sans le considérer à la fois comme un être biologique, culturel, psychologique et social. Nous nous rencontrons parce que nous savons que le fantasme, l'imaginaire ou le mythe sont des réalités humaines fondamentales", lui répond Edgar Morin.Boris Cyrulnik est psychiatre.Edgar Morin est philosophe.Pascal Lemaître est illustrateur.

  • Vers l'abîme ?

    Edgar Morin

    • L'herne
    • 1 Octobre 2007

    Il s'agit d'un ensemble d'articles paru ces 10 dernières années, qui ont en commun d'aborder, à vif pourrait-on dire, la question de l'avenir de la planète, de nos irresponsabilités collectives, de l'aveuglement très largement partagé. L'auteur, qui vient de publier un livre avec Nicolas Hulot, ne cherche pas à alimenter le catastrophisme ambiant mais, sur le fond d'un constat (notre disparition, à terme, est programmée, comme celle du système solaire ou de l'univers), un appel à la fraternité planétaire. Nous sommes perdus, soyons donc des frères de perdition. Cet appel à la fraternité n'a pas d'accents mièvres, il comporte une nécessaire prise de conscience de ce que nous sommes, de notre inscription dans l'ensemble du vivant, de la complexité de nos manières d'être et de penser.

  • "La Marseillaise est un grand hymne où sont associés Nation, République, universalisme, liberté, dans une intensité frémissante qui est justement celle de l'an I, de Valmy, du moment fondateur de la France républicaine et du moment paroxystique de la défense de la liberté nationale. En dépit de ses excès de langage qui, en contrepartie, apportent un extrême romantisme, il doit être conservé. C'est un hymne d'éveil et de résistance qui a valu pour les résistances qui ont suivi, qui vaut pour celles que nécessite notre temps, et qui vaudra pour les résistances futures." Edgar Morin

    Edgar Morin est l'un des plus grands penseurs contemporains.

    Pascal Lemaître est illustrateur dans l'édition et la presse internationales.

  • - 67%

    Ouvrir son coeur

    Alexie Morin

    Ce livre s'appelle Ouvrir son coeur. Le sujet de ce livre, c'est la honte. Ce livre raconte ma vie, des morceaux de ma vie. Il raconte la solitude d'une enfant, l'école peuplée de camarades qui savaient, eux, comment être des enfants, comment être un groupe, alors que je ne savais pas. Il raconte l'histoire de mon oeil. Il raconte les chirurgies, la peur, et l'amitié fusionnelle et jalouse avec une petite fille lumineuse, que la mort guettait. Il raconte une adolescence atrabilaire et secrète. Il raconte une petite ville industrielle, son usine immense et inhumaine, aux allures de vaisseau générationnel, et l'été de terreur et d'hébétude que j'y ai vécu, avant ma fuite à Montréal, qui n'arrangera rien. En racontant, j'essaie de comprendre comment les souvenirs deviennent des souvenirs, les personnes des personnes, les livres des livres. L'instant présent est inconnaissable et le passé est perdu. Les souvenirs, les livres, les personnes se construisent en se racontant. En se racontant, ils se transforment. Rien n'est jamais fixé. Au bout de cette histoire se trouve la mort. Ce livre s'appelle Ouvrir son coeur. Le sujet de ce livre, c'est la mort. - Alexie Morin

  • Comment fait-on à 18, 30, 40 ou 50 ans, pour changer le cours de sa vie insatisfaisante, et conquérir l'apaisement, peut-être même le bonheur et l'amour ? Avec grande maîtrise, l'auteur nous entraîne dans la "ronde" d'une petite dizaine de personnages parisiens, d'âges et de conditions sociales et raciales différentes, tous saisis à un moment de questionnement et de basculement.... vers un avenir meilleur. Cinquième roman très contemporain de Pascal Morin, optimiste et convaincant, sur la force des rencontres qui nous amènent à devenir autres.

  • On lui a dit que sa mère, qui était en cure, allait rester absente quelque temps. Albert Mercier, jeune garçon sensible et imaginatif, est accueilli chez sa tante, dans les faubourgs parisiens. Confronté au désespoir de son père et noyé dans l'atmosphère oppressante des non-dits, Albert devra mobiliser toute la puissance de ses rêveries pour tenter d'affronter ce monde à jamais effondré mais seul désormais, à l'instar des héros de ses romans d'enfant. Ecrit de jeunesse jusqu'ici inédit d'Edgar Morin, L'île de Luna irrigue de façon nouvelle l'oeuvre du philosophe, auteur chez Actes Sud de Impliquons-nous et de Enseigner à vivre.

  • Mon Paris, ma mémoire

    Edgar Morin

    « Je suis né à Paris, le 8 juillet 1921, rue Mayran, dans le IXe arrondissement, au pied de la butte Montmartre... »C'est à l'occasion de la remise par Bertrand Delanoë, maire de la capitale, de la médaille d'honneur de la Ville de Paris, que, prononçant son discours de remerciement, l'auteur de La Voie, bon pied , bon oeil, a eu l'idée de ce récit de sa vie en évoquant ses tribulations dans les différents quartiers de la capitale. A chaque déménagement, à chaque compagne ou conquête amoureuse correspondent aussi des étapes de la vie intellectuelle et des engagements politiques de l'inventeur de la « pensée complexe », co-auteur avec Stéphane Hessel du Chemin de l'espérance. Un récit pétillant d'humour et d'intelligence par le plus non-conformiste des jeunes nonagénaires, traduit et célébré dans le monde entier.

  • Depuis 45 ans, Danielle, neurologue à la retraite, vient passer ses vacances dans la  maison de famille, sur la Côte d'Azur. Comme chaque été, elle y accueille son fils Pierre-Marie, psychiatre, et son unique petit-fils, Arthur, élève en classe scientifique. La seule nouveauté, cet été-là, c'est la présence de Prisca, une jeune fille recrutée pour aider aux tâches ménagères. Prisca, comme une météorite tombée d'une autre planète, va agir, par sa seule présence, comme un révélateur de leurs manques et de leurs frustrations... et les remettre en mouvement. Dans les paysages magnifiques de la Côte d'Azur, une parabole sur la vie comme nécessaire renouveau perpétuel.

  • Le Journal d'Edgar Morin constitue un volet d'autant plus mal connu de son œuvre que seules certaines de ses séquences ont été publiées, quand d'autres étaient restées jusqu'ici inaccessibles au public.
    Ce premier tome, qui couvre vingt-cinq années de sa vie, réunit des ouvrages déjà parus et plusieurs textes inédits : Le Vif du sujet, interrogation d'un homme en convalescence sur ce qui est essentiel pour lui, entrecoupée par les événements qui marquent sa renaissance à la vie ; le Journal de Plozévet, carnet de terrain de sa célèbre enquête sur cette commune bretonne et témoignage en direct de la mutation de la campagne française ; le Journal de Californie, découverte d'une Amérique " en transe ", dont le tourbillon culturel croise le propre mouvement de sa pensée ; une ébauche inédite de " Retour sur soi " au moment d'entreprendre La Méthode ; le Journal d'un livre, tenu parallèlement à l'écriture de Pour sortir du XXe siècle et prolongé par deux textes jamais encore publiés, " Apprendre à désespérer " et " Le serpent " ; " Krisis ", enfin, épisode sombre longtemps resté secret, qui préfigure d'autres " années cruelles ".
    Loin de constituer un volet anecdotique ou un simple exercice de style, ce Journal éclaire la relation permanente entre la vie et la pensée d'Edgar Morin.
    Philosophe et sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS et docteur honoris causa de vingt-sept universités étrangères, Edgar Morin est l'auteur d'une œuvre transdisciplinaire abondamment commentée et traduite, dont l'ambitieuse Méthode, en six tomes, publiée au Seuil.

  • Royaute

    Morin Alexie

    David McCabe était pareil en vrai. Habité, économe de tout geste. À chaque pose je le comparais à un nouvel animal. J'avais presque tous ses films sur mon disque dur, et des dizaines de photos. On avait décidé de se filmer ensemble. Je suis une créature entièrement artificielle. Je lui aurais ouvert la porte en robe pâle et perles. On n'aurait jamais quitté le corridor. C'est là qu'il m'aurait ôté ma robe, qu'il se serait agenouillé devant moi. Ensuite, on aurait tourné des variantes.

  • La Vendée, son Histoire, donnent un reflet des forces vives qui l'habitent. Ces gens d'ici, qui ne connaissaient que la glèbe comme unique horizon, ont ourdi une trame incrustée au plus profond des sillons qu'ils labourent.
    Les temps contemporains ont activé son entrée dans l'existence du progrès. Et ce département de tradition a ouvert ses frontières à moult expatriés. Ainsi, en 1939, on vit plus de 80 000 Ardennais débarquer en Vendée, au plus loin des tumultes guerriers de chez eux.
    De manière plus isolée, des Républicains espagnols ont entrepris ce chemin vers la Vendée. En 1939, la guerre perdue face au Franquisme armé par l'Allemagne d'Hitler. Ils vont être plus de 450.000 à franchir la frontière français, non loin de Perpignan. Ici, chez les Vendéens, beaucoup d'entre eux vont s'intégrer à la vie locale et y faire souches. Parfois les habitants les dénommaient les Espingoins, une basse moquerie...
    À partir de cet exode, j'ai écrit ce roman à la progression littéraire régulée par le rythme contenu de ce Terroir Bocain, silencieux, discret, mais laborieux...

    À travers des personnages fictifs, cet ouvrage offre un regard sur une rencontre fortuite en lien avec cet exil espagnol précité. En ces temps difficiles d'après la guerre 1939-45, la venue d'un Républicain espagnol dans le canton de Palluau ranime des débats à propos de l'insurrection des paysans vendéens en 1793. Si sa liaison - puis son union - avec une jeune femme du cru inquiète, elle va aussi accélèrer la volonté d'émancipation qui se propage avec toute l'aventure de la motorisation agricole, du confort ménager nouveau, de l'électricité tentaculaire, du développement de l'automobile...

    Cela suffira-t-il pour subsister ici ?

  • Illustration en acte de la « pensée complexe », le Journal d'Edgar Morin entrelace esquisses d'analyses, considérations sur les choses vues, vécues ou lues, réflexions et jugements inspirés par l'actualité, interrogations et notations personnelles sur les événements frappants, heureux ou tragiques de l'existence comme sur ses moments quotidiens. Attentif à saisir l'épaisseur du réel et les aspérités de la matière humaine, le diariste y expose ouvertement ses faiblesses, refusant de se « statufier dans des poses nobles ».
    Dans la continuité du premier tome, le second mêle opus déjà publiés et séquences inédites, avec, ici, la moitié du volume occupée par ces dernières de 2001 à 2010. Débutant par le « Journal de Chine », relation d'un voyage effectué trois ans après le Printemps de Pékin, et continué par ces deux journaux de la fin d'un siècle que sont Une année Sisyphe et Pleurer, aimer, rire, comprendre, il s'achève par le récit des « Années cruelles » qui marquent pour Edgar Morin, avec l'ouverture du nouveau millénaire, l'ultime décennie d'Edwige, sa femme, emportée par la maladie.

  • «  J'ai les cuisses qui frottent  », «  Je suce toujours mon pouce  », «  Je sens
    des pieds  »... est-ce normal ? Si ça gratte, brûle ou gêne, le premier réflexe de
    la plupart des personnes est de vérifier sur Internet. Taper son problème de santé dans le moteur de recherche est facile et des témoignages sur des forums peuvent rassurer, on se sent moins seul...
    Or, les propos y sont souvent dramatisés, les explications insuffisantes et
    le lecteur peut s'alarmer encore plus. La gêne est pourtant si grande qu'en parler
    à son médecin reste une épreuve insurmontable.
    Sans langue de bois, Mélanie Morin s'adresse avec ce livre à tout le monde, car 
    - soyons honnêtes -, des questions de santé embarrassantes, on s'en pose tous ! Elle liste les questions les plus gênantes, - les chiffres des recherches sur Internet
    à l'appui -, et y répond de manière franche et dédramatisée.
    Un prétexte amusant pour apprendre et comprendre le fonctionnement du corps humain.

  • Un sculpteur célèbre et scandaleux a disparu. Un romancier mène une enquête biographique, pour tenter de comprendre la source de son art et, peut-être, les raisons de sa disparition. Mais de faux miroirs en vrais indices, le biographe et son personnage vont nous entraîner dans un vertige troublant? Ce quatrième roman de Pascal Morin frappe par son ambition et sa singularité.

  • Le vaisseau spatial terre, agité de conflits ethniques, religieux, politiques et de convulsions économiques, continue sa course à toute vitesse. Il est propulsé par plusieurs moteurs : science, économie, technique, profit, chacun portant en lui les possibilités du meilleur et du pire. Pas de pilote à bord, pas de boussole. Suit-il la bonne voie? Ne va-t-on pas vers des désastres? Est il possible de changer de voie ? Le pire est probable, mais l'improbable est souvent advenu dans l'histoire humaine. Ce livre s'essaie à un diagnostic sur le cours présent et futur de la mondialisation. Il indique comment une multiplicité de crises se trouvent enchevêtrées dans la grande crise de notre humanité qui n'arrive pas à devenir humanité. Il montre comment nous vivons à la fois le pire et le meilleur. Il indique comment peut-être un nouveau futur, encore indiscernable, a déjà commencé. Une Voie nouvelle, issue de la conjonction de myriades de voies réformatrices, pourrait nous conduire à une métamorphose encore plus étonnante que celle qui a jadis transformé de petites sociétés archaïques de chasseurs-cueilleurs pour engendrer les sociétés historiques

  • A près de cinquante ans, Anne et Moussa se sont rencontrés à l'occasion d'échanges culturels entre la France et la Guinée. Peintres tous deux, c'est d'abord leurs regards d'artistes sur le monde qui les a rapprochés et qui fait naître une histoire d'amour. Dans cet échange, Moussa et Anne se débattent dans les scories de l'esclavage et de la colonisation, se heurtent à l'actualité, à l'ambiguïté des ONG, aux doutes de l'immigration et au racisme sournois, à la recherche d'un équilibre où chacun aurait sa place. Jusqu'à ce que le Destin frappe...

  • L'an 2045.

    Le Québec est souverain depuis deux décennies, mais ses provinces, rongées par la paresse et le manque d'enthousiasme, vivent une profonde crise identitaire. Dans une ultime tentative d'élévation, elles devront faire appel à Clotaire Rapaille, rock star de la psychanalyse.

    Malgré un succès initial retentissant, les interventions mégalomaniaques de Rapaille entraîneront de terribles catastrophes, et la ville de Québec, jusqu'alors snobée par le grand maître, entamera une violente croisade dans le but de le détrôner.

    Clotaire, seul avec sa cape et son bâton de marche, devra affronter ses anciens démons et descendre à Québec pour sauver le pays et, sans doute, l'humanité...

  • A près de 50 ans, Anne et Moussa se sont rencontrés à Conakry à l'occasion d'échanges culturels entre la France et la Guinée. Leurs regards d'artistes sur le monde les a rapprochés et leur histoire d'amour s'est concrétisée dans le projet de faire de Tafory, le village natal de Moussa, un lieu de partage artistique et culturel entre l'Afrique traditionnelle et l'Occident. Mais un jour le destin a frappé... La mort a brutalement fauché Moussa. L'avenir s'est écroulé. Anne affronte son deuil entre la France et la Guinée, naviguant entre raison et irrationnel, profane et sacré, réel et surnaturel...

empty