Jean-Jacques Paul

  • Des outils économétriques permettant d'évaluer les ressources mobilisées pour l'éducation et la formation dans les pays de l'OCDE. Des indices présentant le calcul du financement de l'enseignement supérieur, l'estimation de la fonction de production en éducation ou l'impact économique du système scolaire à travers la variable "taux de rendement".

  • Latitude Mer est un mook (magazine-livre) destiné aux amoureux du grand large, du long cours, des navigations extrêmes mais aussi du sable blanc, des galets, des bouées jaunes, des bazars de la plage, des mers calmes et des tempêtes. Il réconcilie marins d'eau douce et loups de mer. C'est un manifeste de liberté, de combat, d'engagement en faveur de l'Océan et une invitation au voyage à toute saison. Créé par Olivier Frébourg, Écrivain de Marine, Latitude Mer est le premier bateau-livre consacré exclusivement à la mer. Il propose récits littéraires, reportages, entretiens, portraits, sous toutes les latitudes. Pour ce numéro inaugural, il embarque à son bord des écrivains, des scientifiques, des photographes, des illustrateurs, des navigateurs, des philosophes et un cuisinier. L'Océan nous intéresse dans tous ses états et sous tous ses angles de navigation. Latitude Mer sera lancé en librairie le 7 juillet, au moment où les Français partent vers les plages. Il les invite à ne plus tourner le dos à l'Océan mais à l'embrasser en surface et en profondeur. Ouvrons les volets, faisons entrer l'air marin, regardons l'horizon, hissons les voiles, nageons loin, plongeons, pour renaître enfin. L'Océan est notre révolution, ici et maintenant.
    Escales à : ANTIBES o CADAQUES o CAP SIZUN o CASSIS o DJIBOUTI o ILES EPARSES o GRANVILLE o HA LONG o KERGUELEN o KOH PHI PHI o LOCQUIREC o MIMIZAN o NOUADHIBOU o OCRACOKE o PORT-LA-FORET o PORT-SAINT-LOUIS- DU-RHONE o ILE RIOU o SAIGON o SAINT-JEAN-DE-LUZ o SAINT-MALO o SAINTE-MARGUERITE-SUR-MERo SAINT-MELOIR-DES-ONDES o ILE VIERGE

  • Jhen, l'architecte, et Venceslas, le tailleur de pierres, se rendent à Trani pour réparer le campanile de la cathédrale. Le chantier est immense et doit avancer rapidement sous la pression de la riche famille Saverio qui le finance. Peu à peu, un mal étrange et insidieux se répand en ville et ranime les rancoeurs du passé.

  • Depuis que nous avons conscience du Monde, nos regards sont tournés vers le ciel cherchant des réponses à nos questions: d'où viennent les étoiles et les planètes? Qu'y a -t-il au coeur d'un trou noir? L'univers a-t-il une limite? Y-a-t-il de la vie ailleurs ?
    Du Big Bang initial il y a13,8 milliards d'années au vide absolu de ses derniers instants, Jacques Paul et Jean-Luc Robert-Esil vous racontent la fabuleuse l'histoire de notre univers. Plongez dans ce livre et lisez-le d'une seule traite ou picorez-le au gré de vos envies, vous y découvrirez les  étonnants mystères du cosmos et les efforts de l'humanité pour l'explorer.
     

  • De la fin de l'Antiquité jusqu'à la Renaissance, ce manuel présente l'histoire de la culture littéraire et théologique, de la pensée juridique, savante et philosophique, de la chronologie et de la géographie de la culture, mais aussi de sa diffusion, entre autres à travers les universités et les écoles.

  • Ce manuel se veut le plus exhaustif possible sur tout ce qui concerne aujourd'hui la sphère financière, dans un secteur en constante évolution, au niveau des produits proposés, des acteurs concernés, des organismes de contrôle, des nouvelles méthodes de gestion des risques encourus... Il envisage comment les différentes théories monétaires expliquent et interprètent les modifications actuelles de la pratique des banques centrales, en particulier de la Banque Centrale Européenne. Il s'attache aux transformations récentes des marchés financiers, qui remettent en question toutes les connaissances antérieures quant à l'influence de la finance sur le secteur réel de l'économie. Il examine comment les nouveaux organismes de régulation, tant nationaux qu'internationaux, agissent pour éviter le retour des crises dont l'histoire la plus récente est rappelée. Dans un monde où les risques sont de plus en plus présents, les épisodes de crise plus fréquents, il analyse le rôle moderne des institutions financières et comment elles permettent de gérer les risques encourus tant par les entreprises que par les États.

    Ce livre intéressera non seulement les étudiants des niveaux M1 au doctorat, dans les facultés de droit, de sciences économiques et d'administration des entreprises, les IAE, les écoles de commerce et de management, les écoles d'ingénieurs, mais aussi les cadres de banque et des marchés financiers. Il servira également à la préparation aux examens de certification de l'Autorité des Marchés Financiers et des organismes de contrôle des assurances.

  • Très tôt, Paul Morand et Jacques Chardonne ont compris qu'ils écrivaient ensemble leur grand oeuvre. Dès 1957, ils rêvaient à la postérité offerte par cette correspondance. À travers leur amitié, deux univers et deux caractères s'affrontent : le cosmopolitisme face au microcosme, la vitesse flamboyante face à la concision lumineuse. Si leur style se change parfois en arme lourde et néfaste, le plus souvent les lames sont fines et étincelantes. Morand a la tenue noble du cavalier au sabre, dans une armure ciselée de mots qui brillent de mille feux. En bon Charentais, Chardonne excelle dans la botte de Jarnac et ses phrases courtes de moraliste font souvent mouche. Le sage Chardonne, chirurgien du coeur, reste immobile dans son jardin de La Frette, tandis que l'ardent Morand ne s'arrête jamais, décapoté, de Vevey à Tanger en passant par le Portugal. Après les années noires de la guerre, c'est un bain de jouvence.
    Les Hussards naissent armés, comme Athéna, de ce couple improbable. Sous leur plume s'anime toute une génération de jeunes écrivains : Nimier, Frank, Blondin, Sagan, Laurent, Déon, Nourissier, tandis que Cocteau, Mauriac ou Malraux paradent. Morand et Chardonne, qui ne renient rien de leurs engagements, se tiennent en embuscade. Deux fois Morand échoue à l'Académie française, malgré les stratégies de Chardonne. Aux lectures au long cours - Chateaubriand, Proust, ou le Journal des Goncourt - se mêlent les commentaires des événements de Suez et de Budapest, de la guerre d'Algérie ou de la politique de celui qu'ils surnomment Gaulle.
    La date de l'an 2000, à laquelle leur correspondance pourrait être divulgée, revient souvent comme l'horizon de l'immortalité. Si l'on parle encore d'eux au XXIe siècle, pour Morand, la partie est gagnée : Nos lettres pourraient être publiées, en l'an 2000, sous le titre Après nous le déluge, non ?.


  • On a tous quelque chose de Graeme Allwrigth !

    On a tous quelque chose de Graeme Allwright !
    On a tous dans la tête son refrain Qui a tué Davey Moore ? - adapté de Bob Dylan. Et aussi tout le répertoire nord-américain qu'il a traduit et interprété en français : les plus belles chansons de Leonard Cohen (Suzanne, L'Étranger, Jeanne d'Arc), de Pete Seeger (Jusqu'à la ceinture), de Woody Guthrie (Le Trimardeur) ou de Tom Paxton (Qu'as-tu appris à l'école ?).
    Nombre d'anglophones dans le monde connaissent et fredonnent Brassens parce que Graeme Allwright l'a chanté en anglais.
    Autre singularité : lui-même auteur-compositeur, ce Néo-Zélandais installé et marié en France a interprété ses propres chansons écrites en français (Il faut que je m'en aille, Johnny, Dommage...), à la manière d'un bluesman ou d'un folksinger.
    Sa vie a été à l'image de sa carrière : atypique, curieuse (des autres humains), voyageuse. À quatre-vingt-dix ans passés, il se retourne pour la première fois sur sa propre histoire.
    Il se raconte sous la plume de Jacques Vassal, à qui il a confié documents et souvenirs et accordé de précieux entretiens. Il narre son pays natal, sa découverte de l'Angleterre puis de la France, ses mille et un métiers, ses pérégrinations sur la planète bleue, ses engagements humanitaires. Il le fait sans oublier de proclamer son amour du théâtre et de la chanson.
    Graeme Allwright par lui-même ou la belle mémoire d'un artiste hors normes. Voire d'un sage.

  • "Il était ma liaison avec la jeunesse, avec la vie, les éditeurs, les journaux, les films. [...] Nous étions, un peu, son père." Roger Nimier est mort brutalement le soir du 28 septembre 1962, sur l'autoroute de l'Ouest. Après ce "coup de massue", Paul Morand n'a plus que sa correspondance quotidienne avec Jacques Chardonne pour se consoler.

    Depuis dix ans, les deux épistoliers illustrent au plus haut "un certain esprit français", avec ses travers comme ses traits de génie. Morand et Chardonne dominent toujours le siècle littéraire comme au balcon d'un théâtre : tandis que sur la scène disparaissent les amis Céline, Pierre Benoit et Cocteau, ressurgissent Proust, Claudel et Drieu la Rochelle. À l'orchestre, Mauriac, Jouhandeau ou Sartre reçoivent des boulettes de papier. Privé de son "fils" Nimier, Morand met alors en scène sa propre jeunesse dans des tableaux éblouissants : les riches heures 1900 ou les temps héroïques de la génération 1925.

    Ni la mort du hussard, son ancien protégé, ni celle de son fils Gérard ne troublent véritablement Jacques Chardonne. Le coeur blindé par le style, il est tout à l'éducation de son nouveau favori, Matthieu Galey, et couve Bernard Frank, François Nourissier et Michel Déon d'un regard de velours cachant le venin. En secret, Chardonne prépare une "Histoire de l'édition" qui doit l'occuper jusqu'à sa mort.

    De l'Écosse à Madère, Paul Morand, lui, poursuit ses voyages. Il vagabonde dans l'histoire et la politique, jouant aux prophéties avec Chardonne et trouvant dans le présent la confirmation de ses choix passés. Morand s'indigne de la construction du mur de Berlin, observe "Gaulle" devenu "le Guide" se dépêtrer de la guerre d'Algérie et de l'OAS, ou arbitre le duel entre Khrouchtchev et Kennedy avant la mort de ce dernier, qu'il trouve "balzacienne". Chez Morand et Chardonne, la littérature, c'est beaucoup plus que la littérature.

  • L'Antarctique, situé à plusieurs milliers de kilomètres des premières terres habitées, est le continent de tous les extrêmes : le plus froid, le plus aride, le plus venteux. De lui, au début du XX e siècle, Jean-Baptiste Charcot disait : " C'est le sanctuaire des sanctuaires où la nature se révèle en sa formidable puissance. "

    L'Antarctique, situé à plusieurs milliers de kilomètres des premières terres habitées, est le continent de tous les extrêmes : le plus froid, le plus aride, le plus venteux. De lui, au début du XXe siècle, Jean-Baptiste Charcot disait : " C'est le sanctuaire des sanctuaires où la nature se révèle en sa formidable puissance. "

    Aujourd'hui, en vertu de traités internationaux, il est devenu le continent de la science. Sa population, uniquement composée de chercheurs et de techniciens, varie de mille au coeur de l'hiver à sept mille en été. Vingt-neuf pays y sont représentés. Modèle de gestion à l'échelle planétaire, utopie réalisée grâce à une communauté scientifique unie, terrain exemplaire d'interdisciplinarité : ce laboratoire à ciel ouvert n'a pas fini de nous fasciner.

    Conquêtes antarctiques retrace cette étonnante histoire. Histoire des découvertes du continent lui-même, mais aussi de l'océan qui l'entoure. Histoire des missions et coopérations scientifiques successives. Tâtonnements, échecs, persévérance, intuitions, rencontres, opportunités : ces aventures sont ici contées par deux de leurs acteurs.

  • Marcel Légaut (1900-1990) a été l'un des grands spirituels du XXe siècle. Sa rencontre et ses livres ont profondément marqué des générations d'hommes et de chrétiens en recherche de leur propre humanité et d'une vie chrétienne adulte. Ceux-ci ont trouvé auprès de lui souffle et nourriture pour inventer leur voie personnelle en expérimentant une liberté exigeante. C'est que le témoignage de son existence, patiemment mûrie à travers une série de choix qui se sont imposés à lui, inspirés par son souci constant d'authenticité, rejoignait les aspirations intérieures de ses interlocuteurs et lecteurs.
    Vingt-cinq ans après sa mort, la parole de Marcel Légaut est toujours d'actualité. Ses livres sont réédités, des groupes d'hommes et de femmes, chrétiens ou non, les lisent et la maison communautaire qu'il a créée en 1967 dans la Drôme avec ses amis ne désemplit pas chaque été.
    Cet ouvrage atteste la fécondité de son témoignage à travers les voix singulières de trois contemporains : deux l'ont fréquenté de son vivant, le troisième l'a découvert après sa mort. Chacun a fait fructifier à sa manière la parole reçue. Ils partagent ici les échos personnels qu'a suscités en eux un des grands textes de Marcel Légaut, tiré de « Prières d'homme », qui est comme un condensé de sa démarche spirituelle. Leurs paroles plurielles et situées sont les fruits uniques à la fois de leur propre démarche intérieure et de l'auteur qui les a inspirés.
    Ce livre illustre ce qu'écrivait Marcel Légaut en 1980 dans « Devenir soi » : « En se disant en toute fidélité, avec exactitude, sans rien voiler, majorer, extrapoler, l'auteur offre à son lecteur l'occasion et peut-être la possibilité de se déchiffrer lui-même ». Ainsi d'humain en humain les paroles vraies reçues, recréées et partagées deviennent indéfiniment source, souffle et nourriture.

  • 800 000 personnes en France, 100 000 au Québec, sont atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de syndromes apparentés. L'épidémie progresse rapidement en raison du vieillissement de la population et en l'absence, jusqu'ici, de traitement curatif. Cette maladie frappe non seulement le patient, mais tout particulièrement son entourage, ce qui constitue un véritable défi de santé publique. Les plans de lutte contre ce fléau visent en premier lieu un diagnostic précoce sans ambiguïté et la guérison des patients en développant un effort de recherche sans précédent. Ils veulent aussi, parallèlement, améliorer leur prise en charge, leur parcours de soin, la formation et le soutien de tous ceux qui les entourent, proches, aidants et personnels soignants. La France et le Québec ont uni leurs efforts en instaurant leurs plans Alzheimer respectifs et en initiant des recherches concertées visant à une synergie mutuellement bénéfique. En partenariat avec la Délégation Générale du Québec à Paris, l'Académie Nationale de Médecine a réuni les participants de ces actions pour faire la synthèse de ces travaux et en dégager de nouvelles pistes et de nouveaux espoirs. Ce livre, destiné aussi bien aux personnes impliquées dans la lutte contre la maladie qu'au grand public, fait la synthèse des progrès réalisés dans les multiples aspects de la prise en charge de la maladie, montre les orientations nouvelles, tant en termes d'éthique que de diagnostique ou de traitement et apporte une véritable note d'espoir à tous ceux qui sont concernés ou qui craignent cette maladie.

  • Religion de salut, le christianisme enseigne un monothéisme exclusif de toute autre croyance et engage ses fidèles à vivre selon la morale la plus rigoureuse. L'attente d'un bonheur céleste et de la fin des temps les détourne largement du monde. Par tous ces traits, les chrétiens sont étrangers à la civilisation gréco-romaine.En dépit d'un rejet par les élites et de dures persécutions, le christianisme s'impose jusqu'à devenir la religion officielle de l'Empire romain, puis de tous les royaumes qui se succèdent au moyen Âge en Europe occidentale. L'Église devient un acteur essentiel de la vie sociale. Elle contribue à aménager les sociétés en s'impliquant fortement dans l'exercice de l'autorité. Elle adopte le savoir antique et l'utilise pour élaborer ses propres conceptions. Elle bâtit et développe un art en empruntant à celui de tous les peuples. Cette naturalisation sociale et culturelle s'accomplit au prix d'une difficile adaptation, trop bien réussie peut-être. Or les Écritures, qui renvoient en permanence à l'idéal religieux primitif, inspirent une remise en cause fréquente de cet ordre. L'exercice du pouvoir, la hiérarchie sociale, les comportements humains, les modes de raisonnement sont successivement concernés. Réformer sans cesse induit un dynamisme qui se dément rarement.C'est cette histoire longue et complexe que le présent ouvrage retrace dans toute sa diversité.Jacques Paul est professeur à l'université de Provence Aix-Marseille I. Il est l'auteur chez Armand Colin de Histoire intellectuelle de l'Occident médiéval et de Culture et vie intellectuelle dans l'Occident médiéval.
    Le salut. L'Écriture sainte. L'Église. Le christianisme latin à la fin de l'Empire romain. Les chrétiens et l'Empire. Les chrétiens et les religions païennes. Du héros au saint. Les chrétiens et la culture antique. Ordre du monde et salut chrétien (500-1050). La christianisation des peuples barbares. L'expérience insulaire. Christianisme et Empire carolingien. L'Église entre l'Empire et la féodalité. La liberté de l'Église et l'évangélisme (1050-1280). Principes et idéologie des réformateurs. Le sacerdoce et l'empire. Ascétisme et évangélisme. La vie religieuse des laïcs. Vie intellectuelle et essor artistique. La conscience chrétienne et le monde. L'affranchissement des États. Crises dans l'Église. L'essor de la vie spirituelle. L'encadrement des fidèles et la pastorale. De la pensée spéculative à l'humanisme.

  • Les pertes des récoltes de légumineuses contaminées par les insectes peuvent être limitées par des stratégies de lutte raisonnée. Ces méthodes proviennent des résultats obtenus en Afrique sur la biologie des coléoptères Bruchinae, les hyménoptères parasitoïdes, les biopesticides et les variétés de légumineuses résistantes.

  • Ce récit a pour toile de fond l'histoire conjointe d'une faculté de médecine et d'un hôpital pendant les années 1950 à 2000. Il décrit la carrière d'un médecin, Alexis Lenfant, qui a fait ses débuts dans l'hôpital d'une ville de l'Est de la France et franchit ensuite toutes les étapes de la carrière médicale jusqu'au grade envié de professeur de clinique médicale et de chef de service hospitalier. Ce second volume décrit l'érection des bâtiments modernes de l'école de médecine de Mires et son inauguration.

  • Ce récit a pour toile de fond l'histoire conjointe d'une faculté de médecine et d'un hôpital pendant les années 1950 à 2000. Il décrit la carrière d'un médecin, Alexis Lenfant, qui a fait ses débuts dans l'hôpital d'une ville de l'Est en France et franchit ensuite toutes les étapes de la carrière médicale jusqu'au grade envié de professeur de clinique médicale et de chef de service hospitalier. Dans ce troisième tome, l'auteur nous décrit en détail la révolte estudiantine de Mai 1968, les espoirs, les fièvres et les absurdités du mouvement.

  • Ce récit a pour toile de fond l'histoire conjointe d'une faculté de médecine et d'un hôpital pendant les années 1950 à 2000. Il décrit la carrière d'un médecin, Alexis Lenfant, qui a fait ses débuts dans l'hôpital d'une ville de l'Est de la France et franchit ensuite toutes les étapes de la carrière médicale jsuqu'au grade envié de professeur de clinique médicale et de chef de service hospitalier. Dans ce volume, notre héros progresse dans sa belle carrière, part pour les Etats-Unis avec sa famille. Il devient directeur d'une unité de recherches du CNRS et siège au comité national de cet organisme.

  • Ce récit a pour toile de fond l'histoire conjointe d'une faculté de médecine et d'un hôpital pendant les années 1950 à 2000. Il décrit la carrière d'un médecin, Alexis Lenfant, qui a fait ses débuts dans l'hôpital d'une ville de l'Est de la France et franchit ensuite toutes les étapes de la carrière médicale jusqu'au grade envié de professeur de clinique médicale et de chef de service hospitalier. Ce cinquième volume nous décrit les réformes universitaires sous Mitterrand. Notre héros, las, se sent vieillir et approche de la retraite.

  • Les onze articles de Jacques Paul rassemblés dans ce volume, dont l'édition est offerte à l'auteur par le Centre de Recherche SICMA (Sociétés, Idéologies, Croyances au Moyen Âge) de l'Université de Provence, témoignent d'un univers intellectuel dans lequel le lecteur est invité à s'engager, comme le voyageur sur une route nouvelle. Chacun d'eux constitue une approche phénoménologique d'une partie du vécu des hommes du Moyen Âge et de leur perception du monde, fondée sur la critique d'oeuvres littéraires ou artistiques. Miracles et mentalité religieuse, dévotion populaire, symbolique d'une tapisserie de la Création, d'un manteau impérial, d'une représentation de la Rome éternelle, interrogations sur les « schémas imaginatifs », les « attitudes mentales », sur le caractère polyvalent des gestes et des paroles, autant de domaines parfaitement maîtrisés par l'auteur, et l'occasion pour le lecteur de faire, dans la relecture de ces articles dont certains ont été réécrits, de nouvelles découvertes.

  • René de Chateaubriand et Juliette Récamier, Napoléon et Joséphine de Beauharnais, Honoré de Balzac et Eve Hanska, Victor Hugo et Juliette Droüet, George Sand et Frédéric Chopin, Franz Liszt et Marie d'Agoult, Arthur Rimbaud et Paul Verlaine, Auguste Rodin et Camille Claudel : Pourquoi ces monstres sacrés ont-ils formé des couples unis ou déchirés ? La graphologie et la morphopsychologie fournissent ici des pistes intéressantes pour la compréhension de leur créativité.

  • La Fish ! Cette philosophie vous enseigne comment rompre le cercle infernal métro-boulot-dodo, au fil d'une fable destinée à réveiller l'énergie, la créativité et l'enthousiasme qui sommeillent en vous.
    Lu par : Pierre Augé
    Durée : 2h07min

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty