Jean-Louis Le Grand

  • Faire sa vie n'a jamais été facile. La gagner, non plus. La comprendre, encore moins. En ce début de millénaire, si le cours de la vie humaine s'enrichit de nouvelles possibilités, il se trouve aussi engagé dans une révolution bio-éthique, où naissance et mort doivent s'accorder aux mesures de la biogénétique. Les pratiques d'« histoires de vie » s'appuient sur différents genres d'« écritures du moi » (biographies, autobiographies, journal, mémoire, arts visuels), afin de retrouver la signification de faits temporels personnels. Quels nouveaux savoirs ces pratiques introduisent-elles ? Dans quelle mesure modifient-elles les dispositifs d'information sociale ? Que signifie enfin cette entrée progressive de la vie dans l'histoire, et de l'histoire dans la vie ?

  • Afin de ne pas succomber à la sinistrose pendant le confinement dû à la pandémie de Coronavirus, les éditions Zinédi ont proposé à ses auteurs une expérience, comme les aimaient les surréalistes : écrire librement, chacun son tour, une page de feuilleton... et cette aventure s'est transformée en livre, dont les droits sont reversés au Secours Populaire.
    L'histoire commence à la fin de l'épidémie de Covid-19, Juliette Maroy, archéologue spécialiste de l'Arctique, apprend la bonne nouvelle à la radio : dans sa région, le confinement est levé. Enfin, la liberté et le bonheur retrouvés ! Vraiment ?
    Ont participé à cette histoire collective : Jean-Louis Azencott, Pierre Efratas, André Fanet, Martine Gasnier, Francis Germain, Jacqueline Grand, Yan Kouton, Marie-France de Monneron, Gilles Pivard, Joëlle Tiano-Moussafir.

empty