Langue française

  • Pourquoi la recherche est-elle un enjeu dans la l'autonomie de l'université? Après trente ans de combat pour construire un couple université recherche fort, Jean-Marc Monteil prend la plume pour défendre sa vision. Éloignée des universités étrangères et notamment des universités allemandes qui font une place centrale à la recherche scientifique,l'Université française a éprouvé longtemps de grandes difficultés à construire une indépendance stratégique, alors même que son désir d'autonomie ne date pas d'hier. Dans ses rapports directs ou indirects avec la recherche, avec ses partenaires et avec les territoires, des grandes écoles aux organismes de recherche, la voie de l'université est demeurée étroite. Dans cet ouvrage, l'auteur, témoin engagé au long cours, décrit la marche de l'université dans la quête de son autonomie. Par de courtes incursions derrière le décor des trente dernières années et, en notant les défis scientifiques, économiques et sociaux de nos sociétés, ils'attache, en lui donnant toute sa place, à souligner la liberté et la responsabilité de l'Université pour les relever.

  • Inédite, évidemment, anxiogène, sans aucun doute, partagée, assurément (par son aspect planétaire et la permanence de son suivi), la pandémie qui nous confine affecte nos comportements, au point parfois de nous faire perdre ce que la littérature scientifique nomme le « sentiment de contrôle » - cette capacité à contrôler l'exécution de nos actions liée au sentiment que nous avons de posséder un minimum d'emprise sur nos environnements physiques et sociaux - et celui de disposer d'une certaine liberté de se comporter face à des exigences attachées à des situations imprévues.

  • La réussite et l'échec scolaires sont au coeur de la préoccupation des parents, des enseignants et des élèves. Comment favoriser la première et éviter le second? Quelles que soient les époques, cette question court les salles de professeurs, taraude les différents responsables de l'éducation nationale et in fine alimente de manière récurrente le débat public. Ce livre ne prétend évidemment pas y répondre. Il a néanmoins l'ambition de fournir quelques pistes pour l'action. Les sciences du comportement offrent en effet aujourd'hui un ensemble de résultats qui conduisent à mieux évaluer les conséquences possibles de certains actes pédagogiques parmi les plus ordinaires : présenter une tâche, évaluer une performance, donner une note, émettre publiquement une appréciation, faire réaliser un travail en groupe, etc. Apparemment simples, ces actes sont pourtant en mesure d'affecter considérablement la performance scolaire des élèves. Aussi trouvera-t-on dans ce livre quelques éléments issus de recherches scientifiques susceptibles de nourrir, même modestement, une réflexion qui associe les performances scolaires à la fois aux conditions de leur réalisation et à l'histoire de leurs auteurs.

empty