Littérature générale

  • Edition enrichie (Préface, notes, dossier sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)«Werther. Je me souviens de l'avoir lu et relu dans ma première jeunesse pendant l'hiver, dans les âpres montagnes de mon pays, et les impressions que ces lectures ont faites sur moi ne se sont jamais ni effacées ni refroidies. La mélancolie des grandes passions s'est inoculée en moi par ce livre. J'ai touché avec lui au fond de l'abîme humain... Il faut avoir dix âmes pour s'emparer ainsi de celle de tout un siècle.» À ces lignes de Lamartine pourraient s'ajouter d'autres témoignages : très tôt, le livre entre dans la légende, jusqu'au suicide, dit-on, de certains de ses lecteurs.
    Si à sa parution, en 1774, il établit d'un coup la réputation du jeune Goethe encore presque inconnu, s'il est rapidement traduit en français, c'est sans doute parce que, dans ce roman par lettres dont la forme est depuis longtemps familière au lecteur, la voix même du personnage fait retentir l'intransigeance de la passion, mais c'est surtout que Werther, le premier héros romantique, exprime de manière éclatante la sensibilité aussi bien que le malaise de son temps où l'individu se heurte à la société.

  • Faust

    Johann Wolfgang Von Goethe

    Faust
    Goethe
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    Deux pièces de Johann Wolfgang von Goethe sont intitulées Faust, du nom d'un alchimiste allemand du XVIe siècle, héros d'un conte populaire... Goethe a travaillé sur le thème de Faust pendant une longue partie de sa vie et Faust est souvent considérée comme l'oeuvre la plus importante de la littérature allemande. La première pièce, souvent appelée Faust 1, a été publiée dans sa version définitive en 1808. La seconde, ou Faust 2 est une suite au Faust 1 publiée peu après la mort de l'auteur, en 1832. Elle est considérée comme beaucoup plus difficile d'accès que le premier Faust.
    Goethe a déclaré que la première partie de Faust était l'oeuvre « d'un être troublé par la passion, qui peut obscurcir l'esprit de l'homme ». La seconde partie révèle un monde moins soumis à la passion. Dans sa dernière version de Faust, Goethe a écrit un "Prologue" qui pose la question obsédante du salut de l'âme. L'oeuvre est ainsi une parabole de l'Humanité souffrante, tiraillée entre pensée et action.
    Faust y est présenté comme un homme admiré par le peuple pour sa sagesse, épris de connaissance profonde, vivante, transcendante. Accablé par l'insignifiance de son savoir et désespérant de ne rien découvrir qui puisse le satisfaire, il signe un pacte avec Méphistophélès. Celui-ci doit l'initier aux jouissances terrestres et le servir fidèlement dans ce monde. En échange de cela, Faust s'engage à lui livrer son âme dès qu'il ira dans l'autre monde, au lieu de chercher sans trêve de nouvelles jouissances, il dira paresseusement à l'instant qui passe « Arrête-toi, tu es si beau ! ». Cette pièce se rattache au courant Sturm und Drang.
    La pièce se compose de 4615 vers en comptant la dédicace et les deux prologues. La dédicace et le "Prologue sur le théâtre" ne participent pas directement à l'action et ne sont pas toujours joués.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • À la suite des Années d'apprentissage, et après avoir renoncé à sa vocation théâtrale, Wilhelm, désormais accompagné de son fils, abandonne la seule formation de soi pour s'ouvrir à la réalité sociale dont il veut montrer à Félix les divers aspects. Le « voyage » qu'ils entreprennent est une pérégrination à travers cette époque charnière où l'Europe bascule dans des préoccupations modernes : les formes nouvelles de la production, les transformations de la vie communautaire et jusqu'à l'horizon utopique qui oriente le voyage des protagonistes. Cette traversée de l'époque se double d'un parcours esthétique des genres : récits, nouvelles, correspondances, contes, aphorismes philosophiques, poèmes...
    Goethe, au sommet de sa maîtrise littéraire, orchestre un vaste kaléidoscope des formes littéraires en le mêlant à un testament politique.

  • Les Affinités électives (1809), récit de la maturité de Goethe, est l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature allemande. Roman social offrant une peinture critique de l'aristocratie terrienne à l'aube du XIXème siècle, Les Affinités électives est en même temps un roman d'amour, décrivant avec un détachement scientifique les mystérieux phénomènes d'attirance et de répulsion qui se jouent entre les êtres comme dans la nature, mais aussi, et surtout, une oeuvre tragique et mélancolique, une histoire de passion et de mort, qui s'achemine vers un désastre programmé.
    Le détachement ironique du narrateur, les ambiguïtés du récit, la subtilité de la construction font de ce livre un des premiers grands romans modernes.

  • Il faut plus de vingt heures pour jouer sur un théâtre l'intégralité du Faust. Pour l'écrire il a fallu à Goethe plus de soixante ans. Deux projets le fascinaient, quand il avait vingt ans : raconter, pour la scène, un épisode de l'histoire allemande ; donner, pour la scène, une nouvelle version d'une légende allemande traditionnelle.
    Il termine et fait jouer Götz von Berlichingen dès 1773. C'est seulement en 1790 qu'il publie un fragment du Faust, en 1808 qu'il donne la première partie de la tragédie. Il ne cesse pas pour autant de penser à la suite, qu'il 'boucle' quelques mois avant sa mort, en 1832, et qui paraîtra de manière posthume. Hélène de Troie domine cette seconde partie de la tragédie ; Marguerite régnait sur la première, mais elle revient à la fin de l'ensemble, lorsqu'une réponse est donnée à la question initiale : Faust sera-t-il damné, comme il l'était systématiquement dans la tradition populaire ?
    Un jeu drôle et tragique fait se rencontrer, d'un bout à l'autre de l'oeuvre, Méphistophélès, "l'esprit qui toujours nie", et "l'Éternel féminin".

  • La publication de ce texte, fruit de la découverte fortuite d'une copie authentique du manuscrit, date de 1910/1911 seulement. Il s'agit de la première mouture des Années d'apprentissage de Wilhelm Meister. Les similitudes (personnages, situations...) sont fortes entre les deux versions. Mais La Vocation est plus proche du monde du théâtre dont elle dessine un tableau coloré, évoquant le monde des actrices et des acteurs, ses intrigues, ses affaires parfois louches. Elle offre également un panorama des formes populaires que sont les spectacles de foire, les jeux de marionnettes, les improvisations. C'est un Goethe jeune qui s'exprime ici au moment où se constitue un répertoire national nourri de Shakespeare.
    On s'est interrogé sur les raisons pour lesquelles Goethe a interrompu prématurément son récit. C'est en fait l'enfermement du protagoniste dans l'imitation d'Hamlet, ce « procrastinateur mélancolique », et la confusion de la fiction et du réel qui rendent compte de l'inaboutissement d'un projet appelé à s'accomplir à la lumière d'une anthropologie renouvelée.

  • "On n'est jamais plus esclave que quand on se croit libre sans l'être" Goethe. Ce recueil d'aphorismes, écrit par l'un des plus grands penseurs à la fin de sa vie, aborde des thématiques très diverses (le bonheur, la société, la politique...) et propose un regard sur la vie des Hommes d'une modernité surprenante. Très agréable à lire, l'ouvrage ne nécessite pas d'être parcouru de façon linéaire et se laisse parfaitement découvrir au fil de lectures aléatoires et vivifiantes.

  • Goethe's masterpiece and perhaps the greatest work in German literature, Faust has made the legendary German alchemist one of the central myths of the Western world. Here indeed is a monumental Faust, an audacious man boldly wagering with the devil, Mephistopheles, that no magic, sensuality, experience, or knowledge can lead him to a moment he would wish to last forever. Here, in Faust, Part I, the tremendous versatility of Goethe's genius creates some of the most beautiful passages in literature. Here too we experience Goethe's characteristic humor, the excitement and eroticism of the witches' Walpurgis Night, and the moving emotion of Gretchen's tragic fate.
    This authoritative edition, which offers Peter Salm's wonderfully readable translation as well as the original German on facing pages, brings us Faust in a vital, rhythmic American idiom that carefully preserves the grandeur, integrity, and poetic immediacy of Goethe's words.

  • The second part of Goethe's masterpiece opens with Faust struggling to recover from the death of his beloved Gretchen. The quick-witted demon Mephistopheles soon persuades him to look beyond his sorrow and enter the world of politics and power, but the great scholar is still eager for new sensations, and asks Mephistopheles to reveal Helen of Troy to him in a vision. Overwhelmed by her beauty, Faust demands she be brought back from the underworld - but even this fails to bring him contentment, and his appetite for knowledge remains unsated. Completed a few months before Goethe's death, this rich and allusive work weaves together a wealth of diverse philosophical ideas and influences, reworking the medieval myth of Dr Faustus and speculating upon the search for truth in the Age of Enlightenment.

  • You only find true love once.When Werther dances with the beautiful Lotte, it seems as though he is in paradise. It is a joy, however, that can only ever be short-lived. Engaged to another man, she tolerates Werther's adoration and encourages his friendship. She can never return his love.Broken-hearted, he leaves her home in the country, trying to escape his own desire. But when he receives a letter telling him that she is finally married, his passion soon turns to destructive obsession. And as his life falls apart, Werther is haunted by one certainty:He has lost his reason for living.

  • Eduard and Charlotte are an aristocratic couple who live a harmonious but idle life in their estate. But the peace of their existence is thrown into chaos when two visitors - Eduard's friend the Captain and Charlotte's passionate young ward Ottilie - provoke unexpected attraction and forbidden love. Taking its title from the principle of elective affinities - the theory that certain chemicals are naturally drawn to one another - this is a penetrating study of marriage and adultery. Inspired by Goethe's own conflicting loyalties as he battled to maintain his relationship with his wife and control his feelings for a younger woman, Elective Affinities is one of the greatest works of the romance era: a rich exploration of love, conflict, and the inescapable force of fate.

  • Throughout his long, hectic and astonishingly varied life, Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) would jot down his passing thoughts on theatre programmes, visiting cards, draft manuscripts and even bills ... Goethe was probably the last true 'Renaissance Man'. Although employed as a Privy Councillor at the Duke of Weimar's court, where he helped oversee major mining, road-building and irrigation projects, he also painted, directed plays, carried out research in anatomy, botany and optics - and still found time to produce masterpieces in every literary genre. His fourteen hundred Maxims and Reflections reveal some of his deepest thought on art, ethics, literature and natural science, but also his immediate reactions to books, chance encounters or his administrative work. Although variable in quality, the vast majority have a freshness and immediacy which vividly conjure up Goethe the man. They make an ideal introduction to one of the greatest of European writers.

  • A major work of German romanticism in a translation that is acknowledged as the definitive English language version. The Vintage Classics edition also includes NOVELLA, Goethe's poetic vision of an idyllic pastoral society.
    From the Trade Paperback edition.

  • Véritable histoire d'amour et de jalousie, cette pièce raconte l'histoire d'Amine et de son amant, Éridon. Celui-ci est opposé à ce qu'Amine aille danser seule à un bal... auquel il ne semble pas vouloir se rendre. Mais Éridon est-il vraiment aussi fidèle qu'il semble l'exiger de la jeune femme... ?
    Cette pièce de Goethe a été écrite en 1768 et fait partie aujourd'hui encore des chefs-d'oeuvres de la littérature européenne.
    Cette édition, spécialement éditée pour la lecture numérique, comprend :
    - La biographie de Goethe
    - La pièce de théâtre complète

  • Ce livre numérique présente Toutes les Oeuvres Majeures de Goethe avec une table des matières dynamique et détaillée.

    Johann Wolfgang von Goethe, né le 28 août 1749 à Francfort et mort le 22 mars 1832 à Weimar, est un poète, romancier, dramaturge, théoricien de l'art et homme d'État allemand, passionné par les sciences, notamment l'optique, la géologie et la botanique, et grand administrateur. Il est l'auteur d'une oeuvre prolifique aux accents encyclopédiques qui le rattache à deux mouvements littéraires : le Sturm und Drang et le classicisme de Weimar (Weimarer Klassik). En physique, il proposa une théorie de la lumière et en anatomie, il fit la découverte d'un os de la mâchoire. Il est souvent cité en tant que membre des Illuminés de Bavière (nom d'ordre : Abaris). Son Divan doit beaucoup à Hafez. Il est notamment l'auteur des Souffrances du jeune Werther (Die Leiden des jungen Werthers), Les Affinités électives (Wahlverwandtschaften), Faust I et II, Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister (Wilhelm Meisters Lehrjahre) ainsi que de nombreux poèmes dont beaucoup sont si célèbres que des vers en sont entrés comme proverbes dans la langue allemande : Willkommen und Abschied (« es schlug mein Herz, geschwind zu Pferde / es war getan fast eh gedacht »), Mignon (« kennst du das Land wo die Zitronen blühn... », Connais-tu le pays où fleurit le citronnier), Le Roi des aulnes (« Wer reitet so spät durch Nacht und Wind / es ist der Vater mit seinem Kind... ») Der Knig in Thule, etc.

    Contenu:


    1770 - Le Caprice de l'amant


    1770 - Le Frère et la Soeur


    1770 - Les Complices


    1773 - Goetz de Berlichingen à la main de fer


    1774 - Clavijo


    1774 - Les Souffrances du jeune Werther


    1774 - Prométhée


    1776 - Stella


    1780 - Jery et Bætely


    1780 - Torquato Tasso


    1787 - Elpénor


    1787 - Iphigénie en Tauride


    1789 - Egmont


    1789 - La Gageure


    1790 - Epigrammes


    1790 - Le Grand Cophte


    1793 - Le Citoyen Général


    1793 - Les Révoltés


    1793 - Siège de Mayence


    1794 - Le renard


    1795 - Entretiens d'émigrés allemands


    1796 - Xénies et autres épigrammes


    1800 - Les Bonnes Femmes


    1804 - La Fille naturelle


    1807 - Pandore


    1808 - Faust


    1809 - Les affinités électives


    1809 - Lieds


    1819 - Vers inspirés par la vue du crâne de Schiller


    1822 - Campagne de France


    1826 - Nouvelle


    1832 - Second Faust


    1833 - Maximes et Réflexions

  • "Niemand ist mehr Sklave, als der sich für frei hält, ohne es zu sein." Goethe. Die "Maximen und Reflexionen" sind aus verschiedenen Werken Goethes entnommen.

  • Ähnlich wie sein Gtz wollte auch Goethe mit diesem Stück Grenzen einreißen. Er stellte sich gegen die bisherigen Theater-Konventionen. Die Einheiten von Ort, Zeit und Handlung werden aufgehoben: Es gibt insgesamt über fünfzig Handlungsorte, und die dargestellte Zeit wird nicht auf einen Tag beschränkt, sondern durch mehrere parallel laufende Handlungen gedehnt.

    Gtz entstammt der mittelalterlichen Welt des Faust- und Fehderechts, agiert aber auch Stände übergreifend, indem er z.B. den Bauern hilft. Mit seiner Figur stßt das auf gewachsenem Naturrecht und Treue gegründete freie Rittertum auf die dem abstrakten rmischen Recht verpflichtete Welt des intriganten Adels. Goethes Gtz beweist zwar einen die historischen Konventionen überwindenden Charakter, seine auf individueller Unabhängigkeit einerseits und persnlicher Loyalität andererseits basierende Utopie einer idealen Monarchie lassen ihn jedoch in Konflikt mit der gerade entstehenden bürgerlichen Gesellschaft geraten. So kämpft Gtz von vornherein auf verlorenem Posten. Resigniert muss er letztlich feststellen: Freiheit gibt es nur im Jenseits, die Welt aber ist ein Gefängnis.

  • "Los años de aprendizaje de Guillermo Meister" es la segunda novela de Goethe, publicada por primera vez en 1796. En ella su protagonista, Guillermo, transita el sendero de la auto-realización, tratando de escapar de lo que él considera la vida vacía de un hombre de negocios burgués. La obra gozó de gran éxito cuando fue publicada, y se convertie en un referente para toda la literatura alemana posterior. El autor no busca más en ella que responder a la pregunta ¿cómo se puede llegar a ser feliz?

  • Este ebook presenta "Fausto (texto completo, con índice activo)" con un sumario dinámico y detallado.
    Fausto, de Johann Wolfgang von Goethe es una obra trágica, dividida en dos partes, la primera publicada en 1808 y la segunda, de manera póstuma, en 1833. Enfrascado en un intenso monólogo, el personaje principal, el sabio doctor Fausto, cuestiona la vida y el valor de las cosas mundanas y los sentimientos, mientras invoca a un ser maligno para recuperar, a la vieja tradición de rito maléfico, la juventud perdida y el tiempo para el amor. Fausto es el individuo eternamente insatisfecho dispuesto a venderse al diablo para solucionar su insatisfacción permanente, el hombre que se pasa la vida corriendo en pos de nuevas metas movido por anhelos cambiantes.
    Johann Wolfgang von Goethe (1749 - 1832) fue un poeta, novelista, dramaturgo y científico alemán que ayudó a fundar el romanticismo, movimiento al que influenció profundamente. Su obra abarca todas las facetas de la literatura, con obras como "Tempestad y arrebato","Elegías romanas", "Viaje a Italia", "Egmont", "Tasso", "Epigramas venecianos", su autobiografía "Poesía y verdad", y el gran legado "Fausto" que terminó un año antes de morir.

  • Goethe accordait beaucoup d'importance à cet ouvrage de dimension modeste et sa correspondance en témoigne : à partir de 1795, date de la parution du Conte, et tout au long de sa vie, il n'aura de cesse de rappeler à ses correspondants que ce petit texte n'est ni une charade, ni une fable, mais bien une oeuvre qui, par sa symbolique et sa poésie, tend à la totalité.

  • La correspondance amoureuse unique et troublante de Goethe et la jeune Bettina von Arnim.Il est le plus grand poète, dramaturge, romancier de son temps, il est un sphinx, l'homme exemplaire de son pays, il est un monument. Il a cinquante-huit ans. Elle est vive, irrespectueuse, déterminée, cultivée, éduquée dans un milieu intellectuel, et jolie comme on l'est à dix-huit ans. Elle veut qu'il l'aime, elle lui écrit, il répond. Leur correspondance, leur conversation plutôt dure cinq ans.
    Il y a tant de façon de s'aimer, de se trouver, de se fuir, de se raconter, de réfléchir, de vibrer, de rire ensemble ! De vivre par l'écriture et seulement par elle une histoire d'amour unique et troublante. Voici, la correspondance de Goethe et de Bettina von Arnim.

  • Ce bilingue d'un nouveau genre est en français/français. Avec ce Neveu de Rameau, nous sommes en plein roman policier, entre un original disparu et une traduction de traduction.
    Diderot écrit un texte subversif, la Satire seconde, qu'il ne montre à personne. Il en fait faire trois copies. À sa mort en 1785, sa fille transfère à Saint-Pétersbourg sa bibliothèque et une collection manuscrite de ses oeuvres. De Russie, une copie parvient jusqu'à Goethe en 1803. Goethe décide de traduire en allemand ce texte que personne en France n'a jamais lu, et qui, sous le titre de Rameau's Neffe, passe à la postérité. La copie dont Goethe s'est servi a disparu. En 1821, Joseph-Henri de Saur et Léonce de Saint- Geniès retraduisent en français la traduction de Goethe, comme s'il s'agissait du texte authentique de Diderot. Il faut attendre la
    fin du XIXe siècle pour que soit redécouvert un manuscrit autographe
    chez un bouquiniste parisien.
    Pour la première fois, les trois textes sont réunis ici : en vis-à-vis, l'original de Diderot et la rétrotraduction du texte de Goethe, avec, en rez-de-chaussée, la traduction allemande de Goethe. On touche ainsi l'impalpable distance, violente pourtant, entre un texte et sa, ou plutôt ses traductions, à deux degrés d'éloignement - « l'original est infidèle à sa traduction », disait Borges.
    L'histoire hors du commun d'un texte lui-même hors du commun est présentée et commentée par Jacques Berchtold et Michel Delon.

  • Faust

    ,

    • Ligaran
    • 26 Janvier 2015

    Extrait : "Ah ! philosophie, jurisprudence et médecine pour mon malheur ! théologie aussi, j'ai tout approfondi avec une ardeur laborieuse ; et maintenant me voici là, pauvre fou ! aussi sage qu'auparavant. Je m'intitule, il est vrai, maître, docteur, et, depuis dix ans, deçà, delà, en long, en large, je traîne mes élèves par le nez."

empty