Julie Richard

  • Les Vélomaniacs passent à la 4e étape et accueillent une guest star de renom : Richard Virenque ! À Pignon-sur-Rut - petit coin du Sud renommé pour son anisette - si vous ne faites pas de vélo, vous êtes le Maillot Faible !... Son équipe cycliste, le Guidon's Club, porte haut et fier les couleurs locales. La lutte est rude avec les bourgades voisines, que ce soit les équipes de Coursan-la-Selle, Bâton-dans-les-Rous ou Gros-Braquet. Bref, quand il s'agit de monter sur le podium, tous les moyens sont bons. Y compris faire appel à toute l'expérience du célèbre Richard Virenque pour gagner les compétitions !

  • Aimé, le coach, se réjouit déjà de pouvoir compter sur Richard Virenque. Car pour entraîner son peloton de mous du boyau, il faut des réserves. D'ailleurs, c'est simple, on ne retrouve ses gars en danseuse qu'à l'approche du ravito. Autre excellent moment pour l'équipe, la descente. Grâce au nouveau truc trouvé par Aimé. À l'insu du plein gré des coureurs, le coach a simplement supprimé les freins. Avec Les Vélomaniacs, tous en selle pour le tour du rire !

  • Soleil en tête

    Julie Gravel-Richard

    • Hamac
    • 18 Septembre 2012

    Atteinte d'une tumeur au cerveau et ne sachant comment y faire face, Julie Gravel-Richard décide d'entreprendre la rédaction d'un blogue qu'elle nomme joliment Soleil en tête. Lucide, elle veut rendre compte de ce qu'elle vit au fil des jours en transformant son épreuve en expérience positive.
    Au-delà de la mort, dont on sent la menace constante en filigrane, ce qui ressort de ce carnet, c'est avant tout une grande expérience humaine et un désir de savourer chaque seconde de la vie, malgré la maladie.
    «Je suis malheureuse de rendre ma mère malheureuse. Et je n'y peux rien. Je ne peux pas lui enlever sa souffrance. Je suis impuissante. Je ne peux même pas la consoler.
    C'est la dualité de l'amour. On souffre quand l'autre souffre. Parce qu'on a investi dans notre amour. L'autre est devenu précieux. Ma mère a investi tout son amour dans ses enfants, comme j'investis mon amour dans les miens. Et la souffrance de ceux qu'on aime est terrible.
    Ce que je peux faire, c'est lutter.»
    Julie Gravel-Richard se passionne pour la littérature grecque et latine, la mythologie et les langues mortes. Détentrice d'une maîtrise en histoire grecque de l'Université Laval, elle enseigne les civilisations anciennes au Cégep Garneau. En 2008, elle a fait paraître Enthéos, un premier roman extrêmement bien accueilli par la critique. Soleil en tête est son deuxième livre.

  • Intitulé « Perfomatifs », le numéro 115 de la revue Inter, art actuel nous offre un grand dossier sur l'art performance. Tout d'abord, une « phrase » héroïque de 6000 mots d'Alain-Martin Richard retrace les 35 années d'activités de cette revue qui fait la promotion des arts performatifs depuis ses débuts. Les collaborateurs Jonathan Lamy, Barbara Roland, Julie Fiala, Magalie Uhl, Michaël La Chance, Hervé Fischer, Priscilla Vaillancourt et Patricia Aubé y vont de leurs analyses et de leurs commentaires afin de susciter la réflexion. Un index du performatif - inséré en supplément dans ce numéro - contribue à dresser un portrait actuel de cette forme d'art tout en donnant des outils pour mieux le comprendre. Un document incontournable pour les passionnés de l'art performance.

  • Avec « Québec, ville insolite », Moebius nous invite à oublier les images de carte postale au profit d'une vision plus inhabituelle de Québec. Les écrivains ayant collaboré à ce numéro - Patrick Nicol, Martin Grange, Martine Delvaux, Éric Plamondon, Hélène Matte, pour ne nommer que ceux-ci - prennent plaisir à s'aventurer au-delà des clichés, renversant le regard pour créer de nouvelles perspectives. Car malgré les nombreuses étiquettes terriblement usées qui lui sont accolées, la capitale nationale ne cesse d'attiser l'imagination des écrivains qui s'ingénient à la nommer autrement, « chatouillant le romanesque, soufflant le poème comme du verre de Murano » (Marie-Ève Sévigny). Un numéro piloté par Marie-Ève Sévigny.

  • « Faire statue » : voici le thème qui inaugure le 30e anniversaire d'Espace art actuel. Il s'agit de mettre en lumière des actes performatifs s'appropriant certains aspects de la statuaire, des années 1960 aux oeuvres les plus contemporaines. Pourquoi cette fascination prégnante pour le corps immobile? Quels fantasmes révèle-t-elle? Quels rapports entre action et inaction? Sept auteurs s'emparent du sujet. Défis d'endurance de la statuaire, effet comique du corps-sculpture, réminiscences des mythes de Pygmalion et de Galatée, correspondances entre le corps humain et l'objet : autant de thèmes fouillés à travers l'analyse de corpus précis, d'hier à d'aujourd'hui. En entrevue avec Sylvie Tourangeau, les artistes Julie Laurin, Victoria Stanton et Nicole Panneton, qui déambulent et justement « font statue » dans l'espace public, s'expriment aussi sur leur pratique. Vous trouverez également dans ce numéro d'hiver d'Espace les habituels comptes rendus d'expositions ainsi que des recensions de livres.

  • GRANDE DÉCOUVERTE AU PÔLE NORD! Une famille complète provenant de l'époque des hommes des cavernes a été trouvée CONGELÉE dans un iceberg par des scientifiques.
    L'énorme morceau de glace a été transporté par bateau jusque sur une plage de Cancún, au Mexique. Au grand étonnement de tout le monde, lorsque la glace a fondu, l'homme, la femme et le petit garçon de cette famille millénaire se sont mis tous les trois à bouger... ET À GROGNER!

  • This book collates the most up to date information on Fragaria, and Rubus genomes. It focuses on the latest advances in the model system Fragaria vesca, along with the allied advances in economically important crops. Covering both basic and applied aspects of crop genomics, it illustrates strategies and resources for the study and utilization of genome sequences and aligned functional genomics resources.Rosaceous berries are collectively an increasingly important set of high-value global crops, with a trade value of over £2 billion dollars per annum. The rosaceous berries strawberry, raspberry and blackberry share some common features at the genome scale, namely a range of ploidy levels in each genus and high levels of heterozygosity (and associated inbreeding depression) due to self-incompatibility systems, dioecy, or multispecies hybridization events. Taken together, although the genomes are relatively compact, these biological features lead to significant challenges in the assembly and analysis of berry genomes, which until very recently have hampered the progress of genome-level studies.
    The genome of the woodland strawberry, Fragaria vesca, a self-compatible species with a homozygous genome was first sequenced in 2011 and has served as a foundation for most genomics work in Fragaria and to some extent Rubus. Since that time, building upon this resource, there have been significant advances in the development of genome sequences for related crop species. This, coupled with the revolution in affordable sequencing technology, has led to a suite of genomics studies on Fragaria and more recently Rubus, which undoubtedly aid crop breeding and production in future years.

  • This collection explores the aftermath of the Representation of the People Act, which gave some British women the vote. Experts examine the paths taken by both former-suffragists as well as their anti-suffragist adversaries, the practices of suffrage commemoration, and the changing priorities and formations of British feminism in this era.

  • Des nouvelles de Port-Menier, Oshawa, Saint Alexis-des-Monts, Baie Saint-Paul, Charlesbourg, Amqui, Asbestos et du quartier montréalais Milton Parc.

  • « Quelque chose en lui refuse de mourir. Car n'est-ce pas ce qu'il espère, en réalité, depuis plus d'un an ? Mourir, tout en restant vivant. Mourir intérieurement. Tout en avançant dans un monde défait, dissolu. Un mort-vivant à travers une vie dénuée de sens. Sa vie, réduite à néant, à des ruines éparses de son ancien monde. »

    Taciturne et un peu misanthrope, Thomas a perdu la foi mais il ne réussit pas à perdre espoir, à faire table rase du passé. Poursuivi la nuit par des cauchemars où se profile la Grande Courtisane, surnageant le jour entre ses cours de grec ancien et la lecture des Nourritures terrestres, Thomas essaie de se réinventer en se reniant. Tiraillé entre sa raison et ses passions, il repousse toujours plus loin la coupe de sang qui lui est tendue. Ce sang qui tapisse les murs de ses souvenirs et qui le hante.

    Enthéos, porté par le style à la fois haletant et introspectif de Julie Gravel-Richard, saura à coup sûr remuer le lecteur.

empty