Laurent Lesnard

  • Tôt le matin, tard le soir, trois heures en milieu de journée et quatre en fin d'après-midi, la nuit, le dimanche : les journées de travail d'un nombre croissant de Français changent de visage. Ces décalages se transforment rapidement en casse-tête lorsqu'il s'agit de faire correspondre deux emplois du temps... Cet ouvrage prend appui sur les enquêtes sur l'emploi du temps de grande ampleur menées par l'INSEE pour dessiner le paysage complexe et contrasté du quotidien des couples biactifs d'aujourd'hui.
    Entre désir croissant de loisirs communs et contraintes extérieures inégalement maîtrisées, cet ouvrage montre que, loin d'être un choix, la désynchronisation des horaires de travail des couples n'est bien souvent que la traduction des horaires atypiques imposés aux salariés précaires, ouvriers, employés des services et du commerce. Les politiques de dérégulation du temps de travail menées depuis la fin des années 1970 et les nouvelles méthodes d'organisation du travail ont pour effet d'affaiblir le lien familial de couples qui cumulent par ailleurs insatisfaction dans le travail et instabilité de l'emploi ; et ce, jusqu'au point de rupture que représente la famille désarticulée, qui n'arrive plus à se réunir dans sa totalité.
    L'auteur dresse ici un état des lieux précis et chiffré de l'organisation du temps des couples biactifs au quotidien et de la préservation possible du lien familial à l'épreuve de la déréglementation du temps de travail.

  • Les avancées récentes des sciences sociales doivent beaucoup aux grands programmes et enquêtes statistiques qui permettent de comparer dans différents pays aussi bien l'impact des choix effectués en matière de politiques publiques que les évolutions des sociétés. Ces données sont maintenant facilement accessibles grâce à des centres d'archivage spécialisés qui les mettent gratuitement à la disposition des étudiants et des chercheurs. Mais jusqu'ici sociologues et politistes français étaient, dans l'ensemble, peu familiers de ces enquêtes et des réseaux d'archives.

    Cet ouvrage se veut un manuel d'initiation aux enquêtes comparatives et au partage des données internationales. Dans cet objectif de pédagogie, et dans une approche exempte de jargon statistique, les auteurs dressent ici un bilan des acquis essentiels de ces enquêtes dans les domaines des comportements électoraux, de la religion et des valeurs, des modes de vie, des pratiques culturelles, de la mobilité sociale, des comportements démographiques.

    A cela s'ajoute un guide méthodologique des techniques d'échantillonnage, des principales difficultés et potentialités de la comparaison internationale, des apports de l'analyse longitudinale (panels), de l'organisation des réseaux d'archives, et des principes éthiques qui assurent la protection des données individuelles.

    Ont également contribué à cet ouvrage : Pierre Bréchon o Anne Cornilleau o Philippe Coulangeon o Aline Désesquelles o Dominique Joye o Nonna Mayer o Ekkehard Mochmann o Mirna Safi o Nicolas Sauger o Roxane Silberman o Olivier Thévenon o Louis-André Vallet o Mary Vardigan.

    Le réseau Quetelet coordonne les activités d'archivage, de documentation et de diffusion des données en sciences humaines et sociales du Centre de données socio-politiques (CDSP), du Centre Maurice-Halbwachs (ADISP) et du service des enquêtes de l'Ined.

  • « Jour du Seigneur », le dimanche a longtemps été dédié à l'assistance aux offices religieux. Le XIXe siècle industriel en a fait un jour travaillé comme les autres, et ce sont finalement les luttes pour l'amélioration des conditions de travail qui ont poussé l'ensemble des pays industrialisés à renouer avec la tradition du dimanche chômé. Si aujourd'hui le dimanche demeure « un jour pas comme les autres », force est de constater que depuis trois décennies un processus de dérégulation du repos dominical est à l'oeuvre tant en France qu'en Europe.
    Cet ouvrage décrypte les enjeux de ces « batailles du dimanche ». Il vise surtout à analyser l'impact de la banalisation croissante du travail dominical sur les conditions de vie des personnes qui travaillent ce jour-là, de même que sur leurs usages du temps. Les effets négatifs sur leur vie sociale et familiale amènent les auteurs à appréhender la question du travail dominical au prisme de son utilité sociale, notamment à l'aune des attentes de la population.

empty