Lewis Trondheim

  • Afin d'impressionner Camille, l'ex-bibliothécaire désormais
    reconvertie en éditrice d'Un peu d'amour, Lapinot se toque d'enrichir
    son vocabulaire de mots rares et désuets. Le ciel de leur amour
    serait sans nuages, si l'ironie caustique de Richard ne venait pas
    s'en mêler... il n'est décidément pas toujours aisé de conjuguer amour
    et amitié !

  • Lapinot, le bras plâtré est face à un nouveau dilemme : doit-il ou non porter plainte contre les parents qui l'ont injustement tabassé dans un jardin public, après l'avoir pris pour un pédophile ?Tiraillé entre son besoin de justice et son empathie pour les familles de ses assaillants, Lapinot part se mettre au vert avec Richard. Une retraite compliquée, puisqu'une météorite s'écrase sur le capot de la voiture, alors qu'ils font une pause sur le parking d'un supermarché... et les ennuis commencent !Bastons, appât du gain, courses-poursuites en forêt, collapsologues barrés... Lapinot et Richard ne sont décidément pas au bout de leurs peines. Toujours en phase avec les obsessions de ses contemporains, Lewis Trondheim signe ici un nouvel album au goût musqué d'apocalypse, comme un mode d'emploi pour survivre en riant en milieu hostile, le cinquième de la série triomphante Les nouvelles aventures de Lapinot à L'Association.

  • Dans un parc ensoleillé, à l'heure du déjeuner, Richard et Lapinot plaisantent à propos de la mort. Une petite minute... Lapinot ? Vous avez bien lu, Lapinot est de retour ! Premier tome des « nouvelles aventures de Lapinot » (pourvu qu'il y en ait beaucoup d'autres), nous retrouvons dans Un Monde un peu meilleur Lapinot dans les tourments de la séparation, nous faisons la connaissance de Gaspard, affligé de l'encombrante aptitude de voir l'émanation psychique des gens qu'il croise, nous constatons que Richard, à peine remis de ses blessures, a gardé intacte la faculté de déclencher des catastrophes, que Titi, après sa chimio, a toujours le sens de la fête et que l'aura de Nadia est à la mesure de ses ambitions journalistiques. On y utilise des applis, on participe à des règlements de compte, on rencontre une mère toxique, et on assiste à l'intervention musclée des forces de l'ordre dans un régime d'état d'urgence. Un monde un peu meilleur, c'est un monde avec Lapinot plutôt que sans, où la catastrophe qui s'annonce n'est pas aussi terrible qu'on aurait pu le craindre, une période contemporaine que Lewis Trondheim continue d'interroger avec malice et dont il explore la poésie du quotidien. Et puis, un type qui meure et qui ressuscite, pour nous parler d'un monde (un peu) meilleur, ça nous rappelle quelque chose, non ? On espère que notre messie pointure 88 n'a pas fini son épopée. On compte sur lui pour la suite.

  • Si Richard aime taquiner les gens, il est surtout extrêmement joueur.
    L'histoire d'une visite au cimetière qui dérape.

  • La patience, Richard, c'est pas son fort. Alors, quand il se retrouve
    en salle d'attente chez le médecin, il passe le temps à sa manière..

  • Dans la rue, une militante hèle Richard pour plaider la cause
    palestinienne. S'ensuit une discussion mouvementée au cours de
    laquelle Richard prend un malin plaisir à la faire tourner en
    bourrique...

  • Richard relit la bande dessinée d'un de ses amis. Une mission qu'il
    prend très au sérieux... trop peut-être ? Le portrait grinçant de
    Richard en troll jusqu'au-boutiste.

  • Tragiquement disparu en 2004 dans La Vie comme elle vient, il reprend aujourd'hui, comme si de rien n'était, le cours de ses aventures. C'est aussi son retour à L'Association, le terrier qui l'a vu naître en 1992 avec Lapinot et les carottes de Patagonie.

  • Dans son village, Ralph Azham est considéré comme un bon à rien indiscipliné et insolent. Doté d'étranges pouvoirs (il voit les naissances et les morts), Ralph se met à dos tout le village très régulièrement. Pressenti, lorsqu'il était enfant, pour être l'Élu que tout le village attendait, Ralph Azham n'a pas été reconnu par l'oracle... Depuis, il traîne une réputation de paria, jusqu'au jour où il tient tête à La Horde, une poignée de soldats craints comme la peste par les villageois. Commence alors pour lui et pour Raoul, le petit garçon qu'il a pris sous son aile, une vie d'aventures et de dangers pour échapper à la vengeance de La Horde... On retrouve toute la fantaisie débridée et l'humour décalé de Lewis Trondheim dans cette grande saga d'heroic fantasy qui monte en puissance d'épisode en épisode.

  • Pour le surintendant du royaume, la vie semble bien morne. Ralph en a ras-le-bol. Tout simplement. Sa copine et lui ont rompu, son père a été assassiné, sa soeur croit qu'il est le meurtrier et s'est enfuie, son meilleur ami a déserté pour cause de différends religieux et il n'arrive pas à contrôler le peuple comme il veut. Alors quand sa meilleure ennemie, Tilda Pnns, lui tombe dans les bras et que le roi revient, il prend la décision de passer la main. Malheureusement, le roi comprend mal et décide de l'assassiner. L'Élu toujours contrariant préfère rester en vie et décide de se venger. Mais tuer un immortel n'est pas aussi simple. Surtout quand il a 1000 ans d'avance sur le moindre plan.

  • Après les événements dramatiques perpétrés sur ordre du roi à Malène, Ralph Azham est plus que jamais déterminé à ramener la paix dans son royaume en dépit des craintes qui le taraudent. L'angoisse d'être corrompu par l'attrait du pouvoir a disparu devant la nécessité de maintenir l'ordre à Astolia, et pour ce faire, l'Élu sait qu'il peut compter sur son premier cercle, dans lequel se trouvent entre autres Yassou et Zania.
    La brusque disparition de Will qui les espionnait tous lance d'ailleurs Yassou sur ses traces. Grâce à la perle directionnelle qui le mènera à lui, celui-ci découvrira le clan des immortels et leurs secrets. Quant à l'amour unissant Ralph Azham et Zania, il risque fort de s'éteindre dès que notre héros aura pris connaissance du second pouvoir de sa bien-aimée !

    Ce dixième tome de la saga d'heroic fantasy de Lewis Trondheim offre des révélations stupéfiantes, entre les réponses qui s'esquissent et de sombres questionnements. Au coeur de la tourmente, Ralph Azham sera forcé de prendre des décisions qui impliquent non seulement son amour et son avenir, mais aussi la sûreté de toute la nation !

  • Revers d'astol pour Ralph Azham ! Après la trahison de Zania, le surintendant souhaite négocier une alliance avec Tilda Pnns. Cette redoutable Bleuie, chef de son clan de rebelles, est une des rares à faire peur au surintendant. Mais il sait que son soutien sera décisif dans la bataille qui l'oppose au préfet Poltosian, son ennemi juré. Tout reste cependant à jouer, car le terrain d'entente sera difficile à trouver. Par ailleurs, les interventions de l'Élu gênent de plus en plus les Grands Prêtres. En sauvant la jeune prophète Hyllie d'une tâche épuisante, il s'est attiré les foudres des religieux. Il est alors convoqué pour répondre de ses actes... au moment même où il s'envole en compagnie de sa soeur en quête d'informations ! En effet, celle-ci a découvert un village dont les habitants auraient comme elle perdu la mémoire dans des circonstances mystérieuses. Et elle espère obtenir des renseignements en se rendant sur place. Sauf que les habitants ne voient pas d'un bon oeil cette arrivée impromptue.

  • L'infâme Vom Syrus est toujours en fuite. Pour le rattraper, Ralph Azham se résout à faire alliance avec le roi. Mais pour espérer maîtriser leur ennemi commun, il leur faut d'abord récupérer la baguette d'Anghtar, aux mains d'une communauté de magiciens pas vraiment accueillants... Magie, trahisons et humour à froid nous accompagnent vers le dénouement des aventures de Ralph Azham, héros malgré lui de la saga de Lewis Trondheim.

  • Après avoir mis en déroute la horde de Vom Syrus, Ralph fuit le village, flanqué de Raoul et de Claire. Arrivés à Astolia, où sont regroupés les Élus avant d'être présenté à l'oracle, ils réalisent que le Maître des lieux a une bien étrange conception de l'hospitalité... Une fois encore, le salut est dans la fuite, Ralph poursuit sa quête en compagnie d'un improbable magicien et d'un fylphe.

    Le deuxième tome plein de surprises de la nouvelle saga de Lewis Trondheim, dont on retrouve la fantaisie débridée, l'humour décalé et le goût de l'aventure chevaleresque.

  • Après avoir vaincu le dangereux Vom Syrus et prouvé ainsi à tous qu'il était l'élu, Ralph Azham est devenu régent du royaume d'Astolia. Pour régler des problèmes de gestion, il se rend, avec l'aide de son bracelet, aux quatre coins du royaume pour remettre dans le rang les mauvais contribuables. C'est lors d'une de ces visites qu'il va faire la rencontre d'un nouvel ennemi : une religion qui remet en cause toute croyance, dont les pratiquants ont une oreille coupée et dont l'une des dirigeantes, la mystérieuse Tilda Pnns, semble invincible !Après un premier cycle de sept albums, Lewis Trondheim plonge son héros dans une nouvelle aventure feuilletonesque, sans perdre le rythme, le ton et l'humour qui font de cette série d'heroic fantasy un sommet dans l'oeuvre de l'auteur.

  • Ralph, toujours accompagné par les magiciens Yassou et maître Migachi, a décidé de voler la couronne de Tanghor, dont le pouvoir pourrait rendre la mémoire à sa soeur. Il s'associe à trois voleurs rencontrés sur le bord de la route et se rend à Onophalae, où la couronne magique est conservée en haut d'un pic particulièrement bien protégé. Du moins pour le commun des mortels, car rien ne résiste aux méthodes non- conventionnelles de Ralph. De son côté, le père de Ralph, qui a survécu à l'effondrement du barrage, s'installe à Astolia, où il ouvre une boutique de gâteaux-surprises, dans l'espoir que son fils l'y rejoindra. Mais il n'est pas le seul à l'y attendre : nombreux sont ceux qui aimeraient toucher la prime promise pour sa capture !

    Les aventures débridées de Ralph Azham et de ses compagnons se poursuivent sous la plume d'un Lewis Trondheim en grande forme.

  • Ralph Azham est à la croisée des chemins. Alors que son peuple et ses amis comptent sur lui pour maintenir la paix et lutter contre son nouvel ennemi, Tilda Pnns, celui qui a vaincu le grand Vom Syrus est maintenant confronté à un problème d'un tout nouvel ordre, celui de gérer son pouvoir et les responsabilités qui lui incombent. Craignant de devenir une mauvaise personne, selon le principe que le pouvoir corrompt, Ralph pense à abandonner son poste de surintendant. Mais la découverte d'une perle directionnelle autour du château va lever son lot de mystères et, bien malgré lui, l'élu va devoir reprendre la route !

    Ce neuvième tome de la série d'heroic fantasy de Lewis Trondheim n'en finit pas de nous étonner. Après un premier cycle plein de rebondissements et d'aventures, et un précédent volume qui ouvrait une toute nouvelle ère, Ralph Azham passe aujourd'hui à l'âge adulte.
    Entre épopée fantastique, humour pince-sans-rire et grands questionnements moraux, une série malicieuse et addictive !

  • Les oracles, ça ne raconte pas de bobards : conformément à leurs prédictions, Ralph a bel et bien décapité le terrible Vom Syrus. Ou plutôt son sosie empaillé, utilisé par le roi pour entretenir la légende... Privé de l'alliance qu'il voulait nouer avec cet homme de paille et de retour sur les terres d'Astolia, Ralph va devoir trouver son père, une nouvelle stratégie, et un pantalon confortable ! Car l'aventure ne s'arrête pas pour la petite bande qui va découvrir que les ennemis de nos ennemis ne sont souvent que... d'autres ennemis !Lewis Trondheim, proclamé "pape de la nouvelle bande dessinée", poursuit ici l'une de ses oeuvres les plus riches. Paria d'un petit village victime des assauts de hordes barbares, Ralph Azham va se métamorphoser en héros bien malgré lui, accomplissant, en dépit de sa désinvolture et de son cynisme, moult nobles actions. Grâce à ses pouvoirs qui lui permettent de faire apparaître les victimes des tueurs à qui il parle et de deviner qui est enceinte, il devient un être redoutable pour les hordes barbares, les tueurs sanguinaires... et les femmes qui veulent cacher leur grossesse.

  • Ralph, Yassou et Zania, accompagnés de quelques oracles, ont réussi à quitter Octania à bord du Vaticyne. Après un dernier ravitaillement à Luccia, ils vont enfin pouvoir attaquer la grande traversée qui les mènera sur les terres du terrible VomSyrus auquel ils souhaitent s'allier pour renverser le roi d'Astolia. Mais la traversée s'annonce mouvementée, d'autant plus que le roi a lancé des tueurs à leur poursuite...Lewis Trondheim, proclamé "pape de la nouvelle bande dessinée", poursuit ici l'une de ses oeuvres les plus riches. Paria d'un petit village victime des assauts de hordes barbares, Ralph Azham va se métamorphoser en héros bien malgré lui, accomplissant, en dépit de sa désinvolture et de son cynisme, moult nobles actions. Grâce à ses pouvoirs, qui lui permettent de faire apparaître les victimes des tueurs à qui il parle et de deviner qui est enceinte, il devient un être redoutable pour les hordes barbares, les tueurs sanguinaires... et les femmes qui veulent cacher leur grossesse.

  • Ralph Azham a réussi à rendre la mémoire à sa soeur Rose, et à quitter Astolia. Mais, tant que le fourbe Malek continuera à se faire passer pour le roi, lui, sa famille et ses amis seront toujours en danger. Pour évincer l'usurpateur, Ralph a un plan aussi simple que dangereux : il va s'allier avec le grand méchant Vom Syrus. Reste à trouver un bateau pour rejoindre son île lointaine...Le deuxième cycle de la saga la plus folle que Lewis Trondheim ait créée depuis Donjon démarre en fanfare ! On y retrouve l'humour et la fantaisie débridée qui font, depuis ses débuts, le succès de cette série née sous la plume d'un des créateurs les plus étonnants et les plus talentueux de la bande dessinée actuelle.

  • Mildiou est un usurpateur de la pire espèce, un parasite bien nommé qui, par la force, l'oppression et la malhonnêteté, s'est arrogé le titre du roi. Fort heureusement la révolte du peuple a eu raison de lui et le roi légitime est de retour. Mildiou doit admettre sa défaite mais il ne peut s'y résoudre sans se désigner un dernier adversaire qui sera sa victime expiatoire. Au hasard de la foule, il choisit le plus faible, le plus inoffensif, le plus naïf : un lapin qui n'a rien demandé, le malheureux Lapinot. Le voilà alors embarqué dans une folle course-poursuite ! Dans ce livre qui marque ses débuts, Lewis Trondheim se montre aussi agile que son fameux lapin en menant un récit frénétique qui ne s'essouffle jamais. Si Mildiou manie l'épée, Lapinot manie le verbe et la traque devient une formidable joute verbale où le plaisir des dialogues ne cède en rien à celui de l'action. Rebondissements, ripostes et répartie sont les moteurs d'un face à face où la raison du plus fort est constamment démentie. Initialement publié au Seuil en 1994, Mildiou faisait suite au feuilletonnesque Lapinot et les carottes de Patagonie ; sa logique réédition à L'Association révèle d'autant plus la continuité entre ces deux livres qui contiennent déjà le bel avenir de Lapinot.

  • Dans ce petit livre, qui a donné lieu à une pièce de théâtre et à un court métrage, Lewis Trondheim multiplie les rebondissements avec une aisance inégalée. Le scénario le plus rocambolesque qui soit en 24 pages.

  • Les Fins du monde inaugure avec la nouvelle édition de Bleu, la toute nouvelle collection de L'Association « Pattes d'eph ». Ces courts récits publiés en 2007 dans le magazine Spirou, vous feront entrer dans la folie de professeurs illuminés dont le but ultime est l'anéantissement de l'espèce humaine. Trou noir psychique, gaz mortel, expanseur d'A.D.N. Les scénarios insensés s'enchaînent, se croisent et s'entremêlent donnant naissance à de drôles de monstres. Boris, héros ordinaire, tente désespérément de sauver le sort de l'humanité coincé entre deux professeurs hystériques qui ne manquent pas d'imagination pour « anéantir notre race stupide et médiocre. »

  • Willard Watte est un héros hors du commun, Martin Mollin est un libraire pas très malin. Rien, jusqu'ici, ne les prédisposait à se rencontrer. Sauf, peut-être, une bande dessinée. En effet, Willard n'est pas un justicier comme les autres, accompagné de sa fine équipe d'experts, il combat le crime et ses aventures sont reproduites et publiées sous forme de feuilletons dessinés. Vengeur cagoulé, sa véritable identité reste mystérieuse et les extrapolations fantaisistes à son sujet vont bon train. À la suite d'une bagarre sur son lieu de travail à laquelle il a assisté, Martin est amené à la base secrète de Willard pour y être interrogé. C'est bien malgré lui qu'il va devenir l'un des protagonistes d'une enquête de son personnage de BD préféré. À l'instar de Gotham City, Capharnaüm est le décor de l'intrigue où le super-vilain Gashinga sème désordre et zizanie.Plus de vingt ans après Lapinot et Les Carottes de Patagonie, Lewis Trondheim livre ici un récit rocambolesque et surréaliste qui flirte avec l'absurde. Fidèle à son humour caustique et sarcastique, on retrouve dans Capharnaüm son goût pour les situations cocasses, les rebondissements et les péripéties saugrenues. Ce projet pharaonique, qui devait compter 5 000 pages (sic), a aussi été pensé comme un exercice pratique dans les carnets de l'auteur. Ce récit, finalement inachevé, laisse place à une fin ouverte, invitant le lecteur à s'imaginer la suite des truculentes aventures de Martin Mollin. Willard Watte est un héros hors du commun, Martin Mollin est un libraire pas très malin. Rien, jusqu'ici, ne les prédisposait à se rencontrer. Sauf, peut-être, une bande dessinée. En effet, Willard n'est pas un justicier comme les autres, accompagné de sa fine équipe d'experts, il combat le crime et ses aventures sont reproduites et publiées sous forme de feuilletons dessinés. Vengeur cagoulé, sa véritable identité reste mystérieuse et les extrapolations fantaisistes à son sujet vont bon train. À la suite d'une bagarre sur son lieu de travail à laquelle il a assisté, Martin est amené à la base secrète de Willard pour y être interrogé. C'est bien malgré lui qu'il va devenir l'un des protagonistes d'une enquête de son personnage de BD préféré. À l'instar de Gotham City, Capharnaüm est le décor de l'intrigue où le super-vilain Gashinga sème désordre et zizanie.

    Plus de vingt ans après Lapinot et Les Carottes de Patagonie, Lewis Trondheim livre ici un récit rocambolesque et surréaliste qui flirte avec l'absurde. Fidèle à son humour caustique et sarcastique, on retrouve dans Capharnaüm son goût pour les situations cocasses, les rebondissements et les péripéties saugrenues. Ce projet pharaonique, qui devait compter 5 000 pages (sic), a aussi été pensé comme un exercice pratique dans les carnets de l'auteur. Ce récit, finalement inachevé, laisse place à une fin ouverte, invitant le lecteur à s'imaginer la suite des truculentes aventures de Martin Mollin.

empty