Louise Bouchard

  • Nora

    Louise-Anne Bouchard

    Une nouvelle enquête pour la journaliste Helen Weber.
    À Lucerne, Helen Weber, jeune journaliste, s'intéresse à un meurtre commis sur les hauteurs du Rigi.
    La disparition de Paul Mutter ne surprend personne, étant donné le passé trouble de ce trentenaire. Mais il va manquer à ceux qui l'ont aimé: Jackson, le policier démis de ses fonctions, et Inana Santini, l'amoureuse discrète qui tient boutique le long de la Reuss.
    Ces protagonistes nous mènent vers un accident plus ancien et tout aussi mystérieux : celui de la jeune Nora. Helen Weber enquête, rivalise d'astuces pour élucider ce crime, nous promène dans la ville, croise des personnages tous plus suspects les uns que les autres... Jackson suit Helen dans ses recherches, surpris par les méthodes de cette jeune femme ambitieuse pour trouver un coupable.
    Non, Lucerne n'est pas une ville tranquille.
    Découvrez sans plus attendre cette enquête policière particulière et sombre, dont le passé des personnages devient un élément clé pour résoudre l'énigme d'une disparition.
    EXTRAIT
    Une lune coupante et froide allume un versant du Pilate, point de mire de toute la Suisse et au sommet duquel des touristes du monde entier peuvent observer, à l'aide de lunettes grossissantes, l'entièreté de ce si petit pays. En plein jour, on verrait le col ciselé de cette montagne, ses côtés escarpés, les nuages qui se forment avant l'extrémité du pic. On observerait que toute la face nord de ce roc projette son calme dans l'eau du lac des Quatre-Cantons. Mais, sur ce ciel sombre, on n'aperçoit que le profil du Pilate. La ligne pâle qui dessine sa silhouette brute, coupée en deux par l'eau du lac, descend pour indiquer une ville, signalée par un petit bouquet de lumières. Il fait chaud, c'est la nuit, et voici Lucerne. Et dans cette ville il y a Helen Weber. Qui est assise, lasse, ou qui fait semblant de l'être, dans un fauteuil de velours cordé, au milieu d'une aire qui ne fait pas plus de quinze mètres carrés. Elle balance sa jambe par-dessus un des bras du fauteuil. On dirait un scanner. Son mouvement est embarrassé, nerveux. Tension des derniers jours ? Stress du scoop qu'elle ne parvient pas à décrocher ? Possible. Le journal qui l'emploie attend qu'elle redresse (à elle seule) les ventes hebdomadaires. Facile à dire ! Soixante-quinze mille habitants, presque jamais rien qui se passe, sauf des mouvements de masse d'Américains ou de Japonais qui ne cessent de bombarder la ville de clichés... Rien ? Pas tout à fait. Parfois, au bord de la rivière, un jeune homme ou une très jeune femme meurt : ils font partie des paumés qui tiennent lieu d'escadron à la Reuss, les yeux hagards, fixés sur quelque chose connu d'eux seuls, une aiguille plantée dans une veine, des résidus de came au fond d'une cuillère sale.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Une excellente surprise pour un récit parfaitement orchestré dans sa brièveté et dans son ambiance trouble où l'émotion et les souvenirs de l'auteur affleurent à chacune des pages de ce roman policier singulier. - Bibliosurf
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Canado-suisse, Louise Anne Bouchard habite en Europe depuis vingt-cinq ans. Photographe de formation, scénariste, elle a publié douze romans et de nombreuses nouvelles. Elle a reçu le Prix Contrepoint de la Littérature (Paris) en 1994 pour son roman, La Fureur.

  • Comme s'il ne suffisait pas que le destin porte ses durs coups, nous le fournissons en armes de destruction. Le mystère de la vie n'interdit aucunement aux hommes de s'entredéchirer, aux statues d'être fracassées, aux phares dans la nuit de s'éteindre... Aurons-nous la force d'ouvrir la voie, bien qu'elle semble sans issue ?
    Personne et le Soleil appartient au registre dit « grave » en musique. Des graves, certains affirment qu'ils se propagent plus loin que les aigus. L'oreille que tend le lecteur devient attentive à la basse, à la plus grave des voix. Celle qui chante la solitude de ce qui s'apprête à disparaître.
    C'est ce coeur mis à nu que Louise Bouchard transperce de la flèche lumineuse de sa poésie pour aider celui-ci à revivre. « Les regards tantôt se tourneront / Vers la silhouette minuscule / Qui monte // Est-ce l'enfant / C'est Ariane peut-être // À qui d'autre ira / Sinon / L'amour du vivant. »

  • Elle s'est perdue déjà au sortir de l'enfance. Elle a connu l'égarement et l'effroi, et le formidable appel de la mort. Une jeune femme alors l'a tirée de son cauchemar. Quelques années plus tard, voici que tout recommence.

  • Le système de santé canadien, bien qu´universel, présente un portrait contrasté des états de santé et de l´espérance de vie. Qu´advient-il lorsqu´on compare les profils de santé des communautés de langue officielle minoritaire à la communauté linguistique majoritaire? C´est la question sur laquelle se penchent les auteurs.

  • Pour nous Québécois, l'Amérique a toujours été une question. Nous sommes d'Amérique, c'est l'évidence, mais nous ne sommes pas, nous n'avons jamais été complètement américains. Nous vivons un peu comme dans un pays d'Europe du Nord : société prospère, politiques sociales généreuses, respect de la diversité, grands espaces, etc. Et, comme dans ces sociétés où il ne se passe jamais rien, nous sommes étrangers aux violences vécues aux États-Unis et dans les pays d'Amérique latine, qu'elles soient le produit d'un conflit racial qui s'éternise, de la guerre contre les narcotrafiquants ou des inégalités sociales criantes. Le dossier de ce numéro, constitué des textes de Vincent Lambert, Mathieu Bélisle, Samuel Archibald et Louise Desjardins, fouille la question : Sommes-nous américains? À quelle Amérique ou à quelle dimension de l'Amérique pouvons-nous nous identifier?

  • En prenant le parti de l'expression et de la liberté créative, Les Impatients offre à des personnes qui ont vécu ou qui vivent des problèmes de santé mentale un lieu dans lequel tisser un rapport renouvelé à soi, aux autres et au monde, à travers l'art et la création. En ce lieu, souffrances, joies et découvertes peuvent se décliner ensemble, d'un même mouvement, et ouvrir ainsi sur de nouveaux possibles. Ce projet, entamé il y a plus d'un quart de siècle, s'est accompagné d'un souci de désenclaver l'art des Impatients. Leurs oeuvres, introduites dans des espaces muséaux, ont ainsi été mises en dialogue avec celles d'artistes reconnus, qu'ils soient invités à animer des ateliers ou à exposer avec des Impatients.
    />
    En interrogeant plus généralement les sources intimes de la créativité et en établissant des ponts avec d'autres acteurs de la scène sociale et culturelle dont la démarche s'inscrit dans un esprit semblable, Les Impatients contribue à jeter un regard différent sur la santé mentale, l'art et la créativité. C'est cette démarche, ce qui la porte et en fait la force ainsi que l'ouverture dont elle témoigne, qu'explorent les textes de cet ouvrage

empty