Madame de La Fayette

  • Alors qu'elle aime depuis l'enfance le duc de Guise, Marie de Mézières est contrainte d'épouser un autre homme. Elle devient la princesse de Montpensier et se résigne à son sort. Jusqu'à ce que son regard croise à nouveau celui du duc, ravivant une flamme qu'elle croyait éteinte... Sur fond de guerres de Religion, Mme de Lafayette tisse la tragédie d'une passion amoureuse qui se heurte aux lois de la société. Considérée à sa publication comme « un petit chef-d'oeuvre », La Princesse de Montpensier (1662), l'une des premières nouvelles de la littérature française, redéfinit les frontières du genre romanesque. Une oeuvre à la beauté insidieuse, dont l'adaptation cinématographique de Bertrand Tavernier restitue toute la violence. Dossier : 1. Histoire et fiction 2. Le roman et la nouvelle au XVIIe siècle 3. L'oeuvre vue par ses contemporains 4. Les héroïnes de Mme de Lafayette 5. L'adaptation cinématographique de Bertrand Tavernier

    1 autre édition :

  • Edition enrichie (Introduction, notes, glossaire, chronologie et bibliographie)« La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru avec tant d'éclat que dans les années du règne de Henri second », et c'est bien sur le théâtre de la brillante cour des Valois que se noue et se joue la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion tacite, et qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dérobé, la couleur d'un vêtement au tournoi, la soudaine émotion d'un visage. Passion tragique, aussi, dont la mort est la conséquence imprévue.
    Si La Princesse de Clèves, lors de sa parution en 1678, est le livre le plus immédiatement commenté de son époque, c'est que, sans rompre totalement avec le roman antérieur, il y introduit le souci de vraisemblance et de brièveté qui caractérise alors la nouvelle, et concilie de manière neuve narration et psychologie. Le premier des romans d'analyse ? Certainement. Mais simplement, aussi, un grand roman sans romanesque. 

    9 Autres éditions :

  • Le célèbre roman de Mme de Lafayette, suivi d'un parcours littéraire «  Individu, morale et société  ». Dans une édition conforme aux nouveaux programmes de français du lycée, incluant notamment des prolongements artistiques et culturels et un dossier Nouveau bac.
     
    L'oeuvre
    À la cour du roi Henri II, Mme de Clèves tombe sous le charme de M. de Nemours et subit les ravages d'une passion coupable.
    Dans ce roman d'analyse, pionnier du genre, Mme de Lafayette dépeint avec minutie les tourments de son héroïne, déchirée entre désir et devoir.
     
    Le parcours «  Individu, morale et société  »
    10 extraits de romans des XVIIe et XVIIIe siècles pour étudier comment les personnages, en affirmant leurs désirs, entrent en conflit avec les codes sociaux et moraux de l'époque.
     
    Le dossier
    Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes  :
    o un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte
    o au fil du texte, la rubrique «  Des clés pour vous guider  »
    o après le texte  :
    - des repères sur l'oeuvre
    - un groupement de textes complémentaires sur le thème de la rencontre amoureuse
    - des sujets types pour l'écrit et l'oral du nouveau bac français
     
    Des prolongements artistiques et culturels
    Une sélection de 6 oeuvres, en lien avec le roman et le thème du parcours, et des outils pour les analyser.
     
    Et un guide pédagogique
    Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés  : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac, des lectures d'images.
     

  • "M. de Guise ne se mêlait point dans la conversation, et sentant réveiller dans son coeur si vivement tout ce que Mme de Montpensier y avait autrefois fait naître, il pensait en lui-même qu'il pourrait y demeurer aussi bien pris dans les liens de cette belle princesse que le saumon l'était dans les filets du pêcheur."

    Madame de Lafayette (1634-1693) est l'auteur de l'un des romans les plus connus de la littérature française, La Princesse de Clèves, paru en 1678. Amie de Madame de Sévigné et de quelques grandes figures littéraires de son temps, elle a également écrit des mémoires, des nouvelles historiques et un long roman, Zaïde.

  • A la fin de la Renaissance, le duc de Guise s'éprend de Mlle de Mézières. Mais bien qu'elle l'aime aussi, la jeune fille est contrainte d'épouser le prince de Montpensier. Trois ans plus tard, un jour qu'il a perdu son chemin près du château de la princesse, le duc la rencontre au bord d'une rivière où elle est venue se reposer : elle rougit à sa vue, et lui-même comprend aussitôt que sa propre passion n'est pas morte.
    Publié en 1662, le court récit de La Princesse de Montpensier fonde l'art classique de la nouvelle. Plus concise encore, et sans doute écrite la première, La Comtesse de Tende, qui resta inédite jusqu'au xviiie siècle, raconte elle aussi l'histoire d'un amour adultère, mais d'une noirceur plus grande. Car la noblesse et la magnificence des personnages ne doivent pas nous tromper. Mme de Lafayette jette sur la condition humaine un regard sombre et les deux héroïnes sont précipitées à l'abîme : La Princesse de Clèves leur fera bien plus tard écho.

    Edition de Laurence Plazenet. 

  • Amoureuse du duc de Guise, Mlle de Mézières épouse François de Bourbon, prince de Montpensier. Son mari parti à la guerre, elle l'attend au château de Champigny en compagnie du comte de Chabannes, dont elle fait chavirer le coeur. La beauté de la princesse de Montpensier est ravageuse ; elle renverse également le duc d'Anjou... Mais, fidèle à sa première inclination et de plus en plus près de s'y abandonner, la jeune femme suscite la jalousie et la haine dans le coeur des hommes qui la courtisent et qu'elle dédaigne, à commencer par son époux.
    Inspirée de personnages historiques et rédigée quelques années avant La Princesse de Clèves, cette nouvelle connaît le succès dès sa publication, en 1662.

  • Présentation, notes, appendices, table des personnages, chronologie et bibliographie par Camille Esmein-Sarrazin.
    Dans l'Espagne du Xe siècle aux prises avec les Maures, Consalve, fils de l'un des plus grands comtes de Castille, recueille Zayde, fille d'un prince musulman, à la suite d'un naufrage. Très vite, il s'éprend d'elle - mais les deux jeunes gens ne parlent pas la même langue...
    Un jour, elle disparaît : désespéré, il se lance à sa recherche. Pourtant, tout les sépare : la guerre, la religion de leurs pères, et une prédiction qu'on a faite à Zayde, qui la destine à un homme dont on ne connaît que le portrait...
    Dans cette « histoire espagnole », lettres et récits insérés rythment une intrigue à rebondissements - avec rapts, tempêtes, duels et quiproquos à la clé. Surtout, la psychologie des personnages, bouleversés par les passions et déchirés entre devoir et sentiments, y est décrite avec une finesse inconnue jusqu'alors dans le genre romanesque. Publié en 1670, Zayde fonde le roman d'analyse et annonce le clair-obscur de La Princesse de Clèves.

  • - 50%

    À Madame de La Fayette, on ne doit pas seulement le premier roman d'analyse, mais une révolution des lettres françaises : pour la première fois, le coeur du roman, c'est la vie d'une femme, La Princesse de Clèves ; pour la première fois, dans la société aristocratique du XVIIe siècle, qui la réduit au silence, elle fait entendre sa voix intérieure. « Il parut alors une beauté à la cour, qui attira les yeux de tout le monde, et l'on doit croire que c'était une beauté parfaite, puisqu'elle donna de l'admiration dans un lieu où l'on était si accoutumé à voir de belles personnes. Son père était mort jeune, et l'avait laissée sous la conduite de madame de Chartres, sa femme, dont le bien, la vertu et le mérite étaient extraordinaires. » M.d.L.F.

  • A la cour du roi Henri II, mademoiselle de Chartres épouse sans l'aimer le prince de Clèves. Au cours d'un bal, le prince de Nemours s'éprend de la princesse. Madame de Clèves, au désespoir d'être amoureuse, avoue son penchant à son époux. Follement jaloux, monsieur de Clèves meurt de chagrin.

  • A la cour du roi Henri II, mademoiselle de Chartres épouse sans l'aimer le prince de Clèves. Au cours d'un bal, le prince de Nemours s'éprend de la princesse. Madame de Clèves, au désespoir d'être amoureuse, avoue son penchant à son époux. Follement jaloux, monsieur de Clèves meurt de chagrin.

  • La Princesse de Clèves est un roman publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette en 1678. Le roman prend pour cadre la vie à la cour des Valois « dans les dernières années du règne de Henri Second », comme l'indique le narrateur dans les premières lignes. Il peut donc être défini comme un roman historique, même s'il inaugure, par bien des aspects (souci de vraisemblance, construction rigoureuse, introspection des personnages) la tradition du roman d'analyse dont se réclamera une partie de la modernité.

  • La collection « Fichebook » vous offre la possibilité de tout savoir de La Princesse de Montpensier de Madame de La Fayette grâce à une fiche de lecture aussi complète que détaillée. La rédaction, claire et accessible, a été confiée à un spécialiste universitaire. Notre travail éditorial vous offre un grand confort de lecture, spécialement développé pour la lecture numérique. Cette fiche de lecture répond à une charte qualité mise en place par une équipe d'enseignants. Ce livre numérique contient : - Un sommaire dynamique - La biographie de Madame de La Fayette - La présentation de l'oeuvre - Le résumé détaillé - Les raisons du succès - Les thèmes principaux - L'étude du mouvement littéraire de l'auteur


  • Madame de la Fayette (1634-1693)


    "La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second..."

    Marie-Madeleine Pioche de la Vergne, comtesse de la Fayette, n'a peut-être pas écrit seule, la « princesse de Clèves » mais c'est bien elle qui en eut l'idée et qui en fut l'architecte. Ce roman fut d'ailleurs publié une première fois en 1678 anonymement.

    Madame de la Fayette nous parle de la passion amoureuse, l'asservissement amoureux mais aussi du jeu de l'amour et cela dans une cour où tout ne paraît que divertissement.

  • La paix était faite entre la France et l'Espagne, le mariage du roi était achevé après beaucoup de difficulté, et le cardinal Mazarin tout glorieux d'avoir donné la paix à la France, semblait n'avoir plus qu'à jouir de cette grande fortune où son bonheur l'avait élevé. Jamais ministre n'avait gouverné avec une puissance si absolue, et jamais ministre ne s'était si bien servi de sa puissance pour l'établissement de sa grandeur.La reine mère, pendant sa régence, lui avait laissé toute l'autorité royale, comme un fardeau trop pesant pour un naturel aussi paresseux que le sien.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La Princesse de Montpensier est une longue nouvelle, publiée anonymement par Madame de La Fayette en 1662
    Première oeuvre de l'auteur, d'un genre fort prisé à l'époque, elle connaît un vif succès. Malgré des personnages presque tous historiques, elle relate des « aventures inventées à plaisir », comme avertit le premier éditeur, ce qui enflamme d'autant la curiosité des lecteurs !
    En France, dans les années 1560, au début des guerres de religion... Mademoiselle de Mézières, « héritière très considérable » est promise à un duc (Maine), tombe amoureuse d'un autre (Guise), le frère du précédent, et accepte d'en épouser un troisième (le prince de Montpensier). Elle échappe ainsi à son dilemme, mais pénètre dans le champ des meurtrières rivalités politiques et religieuses de deux clans nobiliaires : les Guise et les Bourbon. Un autre duc, le futur Henri III, entre dans la danse et trouble un jeu déjà complexe. Ajoutez un comte, ami intime du mari, lui aussi amoureux de la princesse, éconduit mais ami fidèle de la belle, et le drame peut se jouer.
    Malgré toutes les bonnes et mauvaises raisons de ne jamais se revoir, la princesse de Montpensier et le duc de Guise se rencontrent en secret, le mari interrompt l'entrevue, le comte sauve l'honneur de la princesse en perdant le sien... le destin de chacun est désormais scellé.
    Avec La Princesse de Montpensier, l'auteur entend montrer les ravages de l'amour sur la vie de celles dont le coeur guide les pas et rappelle que prudence et vertu mènent plus sûrement au bonheur. Les contemporains y ont vu une mise en garde à la très royale belle-soeur de Louis XIV, Henriette d'Angleterre, jeune femme mal mariée, convoitée, et amie intime de Mme de La Fayette.
    Gentiment moraliste, le vrai talent de Mme de La Fayette réside dans la fine analyse psychologique de ses personnages, qui fait d'elle un précurseur du genre, alliée à un sens aigu du récit et une écriture sans fioriture. Audacieuse, elle dépeint les Grands, non comme modèles, mais comme êtres vibrants, condamnés à osciller entre passion et devoir. Une leçon dont chaque lecteur appréciera la modernité.
    Amateurs de belles histoires et d'Histoire, cette princesse n'attend que vous !
    EXTRAIT
    Le duc d'Anjou en demeura accablé comme d'un coup de tonnerre. Il vit, dans ce moment, qu'il avait un rival aimé. Il comprit, par le nom de Madame, que ce rival était le duc de Guise ; et il ne put douter que la princesse sa soeur ne fût le sacrifice qui avait rendu la princesse de Montpensier favorable aux voeux de son rival. La jalousie, le dépit et la rage, se joignant à la haine qu'il avait déjà pour lui, firent dans son âme tout ce qu'on peut imaginer de plus violent, et il eût donné sur l'heure quelque marque sanglante de son désespoir, si la dissimulation, qui lui était naturelle, ne fût venue à son secours, et ne l'eût obligé, par des raisons puissantes, en l'état qu'étaient les choses, à ne rien entreprendre contre le duc de Guise.

  • La Princesse de Clèves est un roman de Marie-Madeleine de La Fayette, publié en 1678.
    Le roman prend pour cadre la vie à la cour des Valois « dans les dernières années du règne de Henri Second », comme l'indique le narrateur dans les premières lignes du récit. Il peut donc être défini comme un roman historique, même s'il inaugure, par bien des aspects la tradition du roman d'analyse dont se réclamera une partie de la modernité.
    Résumé
    |...Mademoiselle de Chartres est une orpheline de 16 ans et arrive à la cour du roi Henri II. Le prince de Clèves tombe amoureux d'elle, mais ce sentiment n'est pas partagé. Ils se marient. Elle tombe amoureuse du duc de Nemours, mais leur amour serait illégitime, puisqu'elle est mariée. Afin d'éviter de le revoir elle se retire de la cour, et avoue sa passion à son mari. Celui-ci meurt de chagrin. Elle décide alors de se retirer dans un couvent...|
    |Source Wikipédia|

  • 1558 en France, à la cour du roi Henri II.
    M. de Clèves tombe follement amoureux de Mlle de Chartres, 16 ans, gracieuse, jolie et bien élevée. Ils se marient avec la bénédiction de leurs proches, mais celle qui est devenue la princesse de Clèves ne partage pas les sentiments son mari.
    Peu après le mariage, lors d'un bal, elle rencontre le Duc de Nemours et immédiatement, ils éprouvent l'un pour l'autre un troublant désir...

  • La Princesse de Clèves, premier des grands romans historiques, écrit par une femme du XVIIè siècle, marque également le début de la place des femmes en littérature. Dans toute son oeuvre, Madame de Lafayette énonce les ravages des passions, qui ne font que révéler les faiblesses des hommes. La Princesse de Clèves obéit à cette règle. Madame de Lafayette analyse les étapes du sentiment amoureux chez les trois personnages, ses effets sur leur comportement et la lutte de la princesse qui, pour ne pas tomber dans des intérêts et des plaisirs qui la rendraient méprisables à ses yeux, accepte le seul destin qu'on réserve aux âmes nobles, la mort. Annie Ducaux, après avoir incarné La Princesse de Clèves à l'écran pour Jean Cocteau, interprète cette oeuvre et nous fait vivre toute la force de ce chef-d'oeuvre de la préciosité classique. Claude Colombini Frémeaux

  • Édition présentée et commentée par Marie-Madeleine Fragonard, professeur de littérature française à l'université de Paris III.
    Chuchoté, annoncé, préparé pendant six ans, on attendait comme un chef-d'oeuvre ce roman du désordre amoureux, de la passion et de la mort. Il allait franchir les siècles, dans son intacte perfection.
    À la cour d'Henri II, Mademoiselle de Chartres rencontre le prince de Clèves et l'épouse. Sitôt mariée, lors d'un bal à la Cour, elle tombe passionnément amoureuse du duc de Nemours. En dépit de la violence de leurs sentiments, les deux jeunes gens se taisent. Un jour, Madame de Clèves, modèle de vertu, avoue à son mari son amour coupable. Et cet aveu n'arrange rien. Torturé de soupçons et de jalousie, le prince se croit trompé. À la princesse, dorénavant, de conduire son destin...
    Lire avec le texte intégral et la préface
    Comprendre avec Les clés de l'oeuvre

    34 pages pour aller à l'essentiel

    37 pages pour approfondir

  • C'est à la brillante cour des Valois que se noue et se joue la passion de la princesse de Clèves et du duc de Nemours. Passion tacite, et qui ne s'exprime longtemps que par des signes : un portrait dérobé, la couleur d'un vêtement au tournoi, la soudaine émotion d'un visage. Passion tragique, aussi, dont la mort est la conséquence imprévue. Si La Princesse de Clèves, lors de sa parution en 1678, est le livre le plus immédiatement commenté de son époque, c'est que, sans rompre totalement avec le roman antérieur, il y introduit le souci de vraisemblance et de brièveté qui caractérise alors la nouvelle, et concilie de manière neuve narration et psychologie. La Princesse de Clèves est l'oeuvre la plus célèbre de Marie-Madeleine de La Fayette. Son succès fut immense dès sa publication en 1678, ce roman est considéré comme un prototype du roman d'analyse psychologique.

  • Décryptez La Princesse de Montpensier avec l'analyse de Paideia éducation !

    Que faut-il retenir de ce chef-d'oeuvre de la littérature française ? Retrouvez tout ce que vous devez savoir du roman de Madame de La Fayette dans une analyse de référence pour comprendre rapidement le sens de l'oeuvre.

    Rédigée de manière claire et accessible par un enseignant, cette fiche de lecture propose notamment un résumé, une étude des thèmes principaux, des clés de lecture et des pistes de réflexion.

    Une analyse littéraire complète et détaillée pour mieux lire et comprendre le livre !

  • Décryptez La Princesse de Clèves avec l'analyse de Paideia éducation !

    Que faut-il retenir de ce chef-d'oeuvre de la littérature française ? Retrouvez tout ce que vous devez savoir du roman de Madame de La Fayette dans une analyse de référence pour comprendre rapidement le sens de l'oeuvre.

    Rédigée de manière claire et accessible par un enseignant, cette fiche de lecture propose notamment un résumé, une étude des thèmes principaux, des clés de lecture et des pistes de réflexion.

    Une analyse littéraire complète et détaillée pour mieux lire et comprendre le livre !

empty