Madeleine Robitaille

  • Quoi de plus banal qu'un court voyage en autocar ? D'autant plus que ce trajet de quelques heures s'effectue sur une route de campagne sillonnant les Laurentides, région touristique fort appréciée et sans histoires... Jusqu'à ce jour...

    Parmi la trentaine de passagers qui montent à bord, en cette journée de canicule, personne n'aurait pu imaginer qu'ils allaient droit vers une destination imprévue: l'enfer. Personne ? Pourtant, Mia avait supplié sa mère de repousser son départ. Mais qui donc prête attention aux mauvais pressentiments d'une petite fille de dix ans ?

    Un thriller haletant et surprenant ! Jamais plus les événements qui ponctuent votre quotidien, tel un simple voyage en autocar, ne vous apparaîtront banals... Une journée de canicule à donner froid dans le dos...

  • Pervers ? Bizarre ? Asocial ? Je me fous royalement de ce que le monde pense de moi.

    Il n'y a que moi qui compte, mon plaisir et ma liberté. Je n'ai pas d'amis et je n'en veux pas. Mon monde intérieur, ce qui s'y trouve, n'appartient qu'à moi. Personne ne sait qui je suis réellement ; ça vaut mieux ainsi.

    Je travaille deux ou trois jours par semaine. Je pourrais bosser à temps plein - mon patron me l'a offert -, mais ça nuirait à mon autre passe-temps, qui nécessite préparation et prudence...

    Mon seul problème, c'est que j'aimerais gagner plus d'argent. J'en ai besoin pour finir mes travaux dans la pièce insonorisée. Si je veux l'utiliser, un jour... Je devrais peut-être creuser du côté de ce laboratoire, celui qui cherche des candidats pour tester un nouveau médicament. Ça paie drôlement bien ! Avec tout ce fric, ma salle de jeux serait rapidement opérationnelle.

    Découvrez l'univers de COBAYES à travers la plume de sept auteurs différents. L'horreur et le suspense vous attendent dans les sept romans de cette série, à lire dans l'ordre... ou dans le désordre !

  • Une grand-mère, dans l'imagerie populaire, c'est une petite femme toute ronde, au visage doux et souriant, à la peau délicieusement parfumée, à la voix chaude et rassurante, qui nous accueille avec des confitures maison et des beignets, qui nous caresse de ses mains aussi légères qu'un vol d'oiseau, qui sait consoler petits et grands chagrins, qui sait écouter avec sagesse et compassion, et qui, par-dessus tout, nous aime sans condition, pour toujours.

    Eh bien! pour Charlotte et ses soeurs, une grand-mère, c'est Clarisse : mâchoire inférieure avancée, nez plat, front large, yeux écartés et brillants d'un feu insoutenable, des mains comme des battoirs, un corps massif et imposant, et une voix qui s'apparente à un grognement, parfois même à un aboiement. D'où le surnom dont l'ont affublée ses petites-filles, pour rigoler entre elles : la Bouledogue.

    Le jour où Clarisse doit venir s'installer chez elles, à la suite d'un drame qui laisse leurs parents incapables de s'occuper d'elles, l'existence des quatre sours prend la tournure d'un cauchemar. L'éducation, selon Clarisse, c'est se soumettre ou souffrir. Pour en arriver à ce que son code de bonne conduite soit respecté à la lettre, elle ne lésine pas sur les méthodes, même les plus cruelles.

    Charlotte, la rebelle, regrettera amèrement de ne pas avoir plié l'échine devant cette nouvelle autorité. Sa résistance la conduira tout droit à l'horreur, à l'inimaginable, l'obsession de Clarisse l'atteignant au cour même de sa féminité... L'arrivée de la Bouledogue au coeur de cette famille unie par l'amour et la confiance aura les mêmes effets qu'un tsunami : dévastation, désolation, mort... Âmes sensibles s'abstenir...

  • Un printemps interminablement pluvieux et morne... Un soir d'orages vilents... Foudre, tonnerre et pluie diluvienne s'abattent sur le lac Guérisseur et ses environs, déchirant la nuit d'encre, zébrant le ciel d'éclairs aveuglants, faisant trembler la terre et détrempant le sol. Une nuit d'apocalypse, chuchoteraient plus d'un en se signant de la croix...

    Cette nuit chargée d'électricité servira de prémisse à la rencontre de destins dont rien ne permettait de croire qu'ils se croiseraient un jour : un viel homme, deux orphelins, une femmme violentée par son mari et un père de famille.

    Tous ont un point en commun : ils traversent l'épreuve d'un deuil récent. Tous sont sensibles aux effets de ce lac mystérueux, aux propriétés curatives - du moins, beaucoup veulent le croire. Tous vivront des expériences surprenantes, voir effrayantes, pour ne pas dire supranormales.

    En révéler plus risquerait de trahir bien des secrets et de priver le lecteur d'une finale époustouflante!

  • Chambre 426

    Madeleine Robitaille

    Un hôpital psychiatrique.
    Des patients.
    Le 31 octobre.
    Un soir de pleine lune.
    La chambre 426.
    Fin.

empty