Marcel Sassolas

  • A partir de sa longue expérience de psychiatre, dans des structures extrahospitalières destinées à des personnes affectées de psychose ou de troubles graves de la personnalité, Marcel Sassolas a élaboré une théorie du soin relationnel ancré dans la réalité clinique quotidienne. Il en précise pas à pas le cadre à travers la description du fonctionnement des différents dispositifs - hospitalisation à domicile, communautés thérapeutiques (soin au long cours), centre de crise (moyen terme), soins ambulatoires intensifs, service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés - et de leur évolution au cours du temps. Il met l'accent sur la nécessité de toujours questionner, en équipe et pour chaque patient, la fonction soignante pour éviter les deux écueils qui menacent ces institutions : la somnolence ou le chaos.

    Le stylo du psychiatre constitue une réflexion lucide autour de la transmission :  une régression  de la pensée du soin est en cours, la psychiatrie relationnelle qui nécessite temps et patience n'a plus les faveurs de l'époque pressée de se sentir efficace. Comment alors transmettre l'héritage de la psychothérapie institutionnelle ? Marcel Sassolas y répond à sa manière, modeste et pragmatique, en l'explicitant toujours davantage sans prêches ni jargon, et en invitant les jeunes soignants à se l'approprier pour inventer aujourd'hui de nouveaux dispositifs pour les patients psychotiques.

  • La proximité psychique entre patients et soignants est-elle devenue indésirable dans la technologie psychiatrique ? Ce livre montre qu'elle est un élément essentiel du soin. Il développe une réflexion à plusieurs voix sur ce qui la rend possible, supportable et féconde.

    Le terme de « clinique » met le malade au centre de l'activité soignante, et suppose donc la recherche d'une proximité avec lui. Pour le somaticien, proximité avec l'intimité corporelle du patient, pour les soignants psy, proximité avec son intimité psychique. Aujourd'hui la technologie psychiatrique cherche à en faire l'économie. Elle n'est nécessaire ni pour une prescription médicamenteuse, ni pour la mise en œuvre d'un programme comportementaliste. Lorsque la relation soignante en psychiatrie est amputée de cette dimension clinique, que devient-elle sinon une rencontre opératoire dont la seule finalité est la normalisation du sujet par l'extinction de ses déviances sociales ou symptomatiques ?

  • L'intérêt persistant des lecteurs pour ce livre est un argument suffisant pour justifier sa réédition en format poche, dix ans après sa première parution. L'évolution de la psychiatrie ces dernières années et plus précisément ces derniers mois en est un autre, qui donne d'ailleurs à cette nouvelle publication une dimension militante. Aujourd'hui, les psychiatres devenus rares ont peu de temps à consacrer à la réflexion avec les membres de leur équipe sur leur vécu quotidien avec les patients ; les infirmiers dont le nombre ne cesse de diminuer doivent passer de plus en plus de temps à veiller à la bonne tenue des dossiers et au respect des normes de sécurité. La gestion banale du quotidien grignote le temps de la rencontre, de la parole, de la réflexion – c'est-à-dire du soin psychique. Il est plus que jamais utile de dire ce qu'est ce soin psychique, dans sa dimension personnelle comme dans sa dimension institutionnelle. De rappeler les conditions nécessaires à son exercice. De souligner son utilité, si on souhaite éviter l'enfermement progressif de la démarche de soins dans la répétition et la chronicité. La démarche soignante décrite dans ce livre est en péril. Considérée comme coûteuse par ceux qui limitent leur horizon à la gestion comptable de l'actualité immédiate du soin, sans situer cette dernière dans l'histoire du sujet et de son parcours thérapeutique, elle est de plus en plus privée des moyens d'exister.

    Marcel Sassolas est psychiatre et psychanalyste.

  • Les lieux de vie proposés aux patients psychotiques favorisent-ils ou freinent-ils la démarche de soin ? Vont-ils dans le sens de l'aliénation ou de la réhabilitation ? Une réflexion innovante étayée sur des expériences concrètes offre aux soignants des outils pour rester lucides dans le difficile exercice de leur métier.

    Le soin psychiatrique peut difficilement se passer de lieux résidentiels au long cours : hier l'asile, puis l'hôpital, aujourd'hui les diverses sortes d'appartements et de communautés thérapeutiques, les différentes formules de foyers, les pensions, les maisons d'accueil spécialisé, les maisons-relais - sans oublier les services hospitaliers, ultime recours lorsque les capacités de contenance et de tolérance de ces structures sont dépassées. L'évolution actuelle des services hospitaliers vers la seule prise en charge des décompensations aiguës souligne chaque jour davantage la place centrale, dans toute stratégie de soin, de ces structures résidentielles, celles qui existent... et celles qui sont à créer. Pour autant, il ne suffit pas qu'une institution se veuille thérapeutique pour qu'elle le soit : comment un « toit » parvient-il à être soignant ?

    Marcel Sassolas est psychiatre et président de l'association « Santé mentale et communautés » dont il a été responsable médical pendant trente ans. Depuis 1986, il anime en qualité de directeur scientifique le cours sur les techniques de soins en psychiatrie de secteur organisé tous les deux ans à Villeurbanne par cette association. Il est membre de la Société parisienne de psychanalyse.

  • Cet ouvrage n'est ni un manuel sur la résolution des conflits ni un traité savant sur la conflictualité psychique. Plutôt une illustration vivante de cette vérité aujourd'hui si vite oubliée : les conflits ne sont pas des aspérités à raboter ni des dangers à éviter. Ils sont l'expression spontanée, parfois anarchique, de la conflictualité psychique inhérente à la condition humaine. L'objet du soin psychique est justement là : reconnaitre chez notre interlocuteur l'existence de cette conflictualité, cerner ses contours, puis adapter notre réponse à ces particularités. A ce prix-là, nous avons quelques chances de l'aider à vivre puis à dénouer ses conflits sans les dénier, évitant ainsi qu'ils dégénèrent en symptômes ou en violence.

  • Les prises en charge institutionnelles actuelles, volontiers séquentielles et multifocales, multiplient, pour les patients comme pour les professionnels, les occasions d'être confrontés au début et à la fin d'une démarche soignante. Cet ouvrage propose une réflexion sur la manière dont sont pensées les modalités d'entrée et de sortie dans les divers dispositifs soignants proposés aujourd'hui en psychiatrie : prise en charge individuelle, groupe, centre de jour, appartement ou communauté thérapeutique, centre de crise ou service hospitalier. Il suscite la question des relations avec les professionnels qui sont au-delà des portes de la psychiatrie, dans les structures sociales notamment.

  • Les nombreux changements survenus depuis la création du secteur psychiatrique n'ont pas engendré que des progrès : un ouvrage attentif au malaise des professionnels de la psychiatrie qui doivent gérer en permanence la misère sociale et psychique. Quelles sont les conséquences de l'évolution actuelle de l'organisation des soins qui donne la priorité à la gestion de la pénurie des moyens matériels et humains et non plus aux implications cliniques de telle ou telle particularité du dispositif soignant ? Dans la souffrance professionnelle des soignants psychiatriques, qu'est-ce qui revient aux nuisances psychiques de la psychose, aux contraintes nouvelles liées à l'organisation des soins, aux déceptions de la théorie, aux changements culturels qui ont modifié aussi bien les liens régissant les relations entre les sexes et les générations que la place de la loi et des interdits ?
    Marcel Sassolas est psychiatre et président de l'association Santé mentale et communautés (Villeurbanne) dont il a été responsable médical pendant trente ans.

  • En psychiatrie, prendre des risques, c'est oser porter sur telle ou telle pratique soignante un jugement qui risque de déplaire, c'est oser remettre en question certaines idées reçues, c'est oser utiliser son expérience et sa réflexion pour créer de nouveaux outils de soin, de nouveaux dispositifs non consensuels : cet ouvrage nous pousse à redécouvrir les vertus de l'esprit critique, de la remise en question, du non-conformisme et de l'action. Un bol d'oxygène dans la morosité ambiante !
    Marcel Sassolas est psychiatre, président de l'association Santé mentale et communautés (Villeurbanne).

  • Douze rencontres comme autant de nouvelles qui mettent en scène patients et soignants dans lieux de soins dits intermédiaires, groupes d'accueil, communautés thérapeutiques et centre de crise, créés à Villeurbanne par l'association Santé mentale et communautés.

    C'est parce qu'il s'engage en personne, avec sa créativité, sa spontanéité, mais aussi une réflexion sur soi-même, qu'un soignant en psychiatrie peut espérer soigner, c'est-à-dire accueillir et accompagner une souffrance psychique pour aider à l'élaborer et à l'atténuer, parfois à la surmonter. C'est parce qu'il voit dans celui qu'il rencontre le sujet de son histoire et non l'item substituable d'une population, qu'il peut espérer construire une relation d'aide. Cet ouvrage en est l'illustration littéraire, en même temps qu'un travail d'analyse approfondie de l'essence du soin psychique.

empty