Marie-Andree Arsenault

  • Mingan les nuages, c'est une histoire d'amour entre un enfant et son petit chat adoré, Mingan. C'est un hommage à un ami parti trop vite, un compagnon à quatre pattes que jamais on ne pourra oublier. C'est aussi un récit d'espoir sur ces chagrins qui, avec le temps, trouvent un certain apaisement.

  • Ahhh, l'école... L'endroit où naîtront certaines de vos plus grandes amitiés ; lieu d'apprentissage et de formidables découvertes, mais aussi source d'angoisse pour plusieurs d'entre vous. Pensiez-vous vraiment avoir réussi à en percer tous les secrets en lisant Mystères à l'école ? Croyiez-vous qu'il ne restait plus de lieux obscurs à découvrir, de crimes à élucider et de personnes étranges à rencontrer ? Détrompez-vous !

    Marie-Andrée Arsenault, Jocelyn Boisvert, Nadine Descheneaux, Pierre Labrie, Simon Lafrance, Samuel Larochelle, Richard Migneault, Sophie-Luce Morin, Maryse Pagé, Priska Poirier, Élise Rivard, Jennifer Tremblay, Catherine Trudeau et Elaine Turgeon

    Ces quatorze auteurs allient leurs forces et vous proposent des nouvelles inédites, et autant de mystères fascinants à dévoiler. L'école est ouverte... ou presque ! Entrez-vous ?

  • Le numéro d'hiver de la revue Lurelu s'ouvre sur un texte de Patrick Senécal déplorant le peu d'appui qui s'est manifesté de la part du milieu littéraire, durant le procès qu'a subi l'auteur pour ados Yvan Godbout. Au chapitre des entrevues, mentionnons celle de Véronique Fontaine, éditrice de Fonfon, et celle d'Alain M. Bergeron, qui a publié en 2020 son 300e livre jeunesse. L'auteure Annie Bacon raconte son séjour de neuf mois en Provence en 2019, tandis que Sophie Michaud signe « Quand les écrivains explorent la création littéraire », s'intéressant aux personnages qui prennent le contrôle de leur propre histoire dans les livres pour enfants. Trois illustratrices et trois auteures se sont prêtées au questionnaire ludique de « Créateurs d'ici », tandis qu'Amélie Bibeau, de l'AÉQJ, réfléchissait sur « Écrire et se renouveler en temps de pandémie ». Aussi au sommaire, les deux nouvelles gagnantes du Concours Lurelu 2020. 

  • Lurelu. Vol. 44 No. 1, Printemps-Été 2021 Nouv.

    Le numéro printemps-été de Lurelu s'ouvre sur une belle entrevue d'Angèle Delaunois, dont la candidature au prestigieux Prix Hans-Christian-Andersen 2022 a été déposée par IBBY-Canada. Les sections nationales de l'International Board on Books for Youth proposent à tous les deux ans la candidature d'un auteur jeunesse pour ce que d'aucuns appellent «le petit Nobel de littérature». Angèle Delaunois est éditrice, écrivaine, auteure d'une centaine d'oeuvres pour enfants et adolescents, du bébé-livre au roman d'amour, du documentaire à l'album engagé. Également dans ce numéro, un dossier de six pages : «La sexualité dans les romans pour adolescents: un survol». Aussi Lurelu fait la part belle à l'illustrateur François Thisdale. Il a répondu au questionnaire ludique de Nathalie Ferraris pour notre rubrique «Créateurs d'ici». Son bel album Papa est de retour (L'isatis) est analysé par Francine Sarrasin dans sa chronique «L'illustration», sous le titre «Revenir de loin : les couleurs du récit». Finalement, son illustration pour l'album «Sans Nimâmâ» se retrouve sur notre couverture. (Source : Lurelu)

  • Le numéro d'hiver de Lurelu s'ouvre sur l'entrevue de Maxime Mongeon, directeur du secteur jeunesse de Leméac Éditeur. La collection fête son dixième anniversaire, couronnée de nombreux succès littéraires.
    La chronique «Théâtre Jeunes publics» s'intéresse au théâtre pour adolescents et à son public parfois difficile. L'auteure Andrée Poulin signe un «Carnet d'écrivaine» à propos de son roman graphique «Enterrer la lune». Deux illustrateurs et deux auteures se sont prêtées au questionnaire ludique de «Créateurs d'ici» : Julien Chung, AnneMarie Bourgeois, Carole Dion et Tania Boulet.
    Les chroniques habituelles sont au rendez-vous, dont «À l'honneur», qui recense les prix littéraires décernés l'automne dernier en littérature pour la jeunesse. Aussi au sommaire, deux des nouvelles gagnantes du Concours Lurelu 2019.

  • Le numéro printemps-été de la revue Lurelu s'ouvre sur une belle entrevue de Stéphanie Lapointe, sous le titre approprié «Les étoiles filantes». En quatre ans, ses oeuvres pour jeunes lui ont valu deux fois le Prix littéraire du Gouverneur général. Entrevues aussi avec le lauréat et la lauréate des Cécile-Gagnon 2019, les prix de la relève attribués par l'Association des écrivains québécois pour la jeunesse, Mathieu Muir et l'illustratrice Orbie. Lurelu souligne les vingt-cinq ans de la dynamique maison d'édition Les 400 Coups, dont les albums ont maintes fois été primés au fil des années, et fait une incursion du côté des oeuvres numériques «natives», c'est-à-dire celles qui ne sont pas des adaptations d'oeuvres imprimées, mais ont été conçues spécifiquement pour les écrans.

  • Au sommaire du numéro d'automne de la revue Lurelu figure une entrevue avec l'artiste Émilie Leduc, qui a illustré à La courte échelle, la Pastèque et chez Québec Amérique. Quatre autres illustratrices, dont ValMo et Caroline Hamel, et quatre auteures, dont Évelyne Gauthier et Andrée-Anne Gratton, se sont prêtées au questionnaire ludique « Créateurs d'ici ». Comme à chaque numéro de la rentrée, l'équipe de Lurelu livre ses coups de coeur annuels. Au nombre des articles de la rentrée, deux sont tout à fait dans l'air du temps : « Réinventer l'accès aux livres : suivi des initiatives en temps de Covid-19 » et « Se réinventer, le nouveau refrain; présentiel, le nouvel adjectif ». Amélie Bibeau, de l'AÉQJ, s'est demandé « Peut-on parler de tout en littérature jeunesse? ». Céline Rufiange aborde le rôle des grands-parents dans les albums pour enfants. La chronique « À l'honneur », informe sur les prix littéraires qui ont été remis cet été, et ceux qui ne seront pas remis à cause de la crise sanitaire.

  • Au sommaire du numéro printemps-été de Lurelu, le second volet d'un dossier « Filles et garçons : égaux ou pas ? ». Et une flopée d'entrevues avec des éditeurs, illustrateurs ou auteurs pour la jeunesse. En commençant par celle d'Annie Bacon, auteure primée et blogueuse. Un entretien avec Maxime Mongeon, éditeur jeunesse chez Leméac. Des entrevues avec Jonathan Bécotte et Frédérick Wolfe, lauréats 2017 du Cécile-Gagnon, le prix de la relève en littérature pour la jeunesse. On souligne le « passage de flambeau » aux Débrouillards, par une entrevue croisée avec Félix Maltais, fondateur du mouvement scientifique du même nom, et Isabelle Vaillancourt, la nouvelle et branchée rédactrice en chef du magazine. Côté visuel, les nouvelles gagnantes du concours littéraire Lurelu sont illustrées par la talentueuse Caroline Merola, qui fera bientôt l'objet d'une vidéo sur la plate-forme de la Fabrique culturelle - où l'on peut déjà faire la connaissance de plusieurs illustrateurs jeunesse tels Jacques Goldstyn, Guillaume Perreault, Élise Gravel ou Isabelle Arsenault.

empty