Martin Winckler

  • «Le Centre hospitalier holistique de Tourmens est un hôpital public. On y reçoit et on y soigne tout le monde, sans discrimination et avec bienveillance. Mais les préjugés envers son approche féministe et inclusive des soins et de l'enseignement sont tenaces.
    Depuis sa création, en 2024, les hommes qui s'enrôlent à l'École des soignantes du CHHT n'ont jamais été nombreux : l'année où j'ai commencé ma formation, j'étais l'un des rares inscrits. J'espère que nous ne serons pas les derniers.
    Je m'appelle Hannah Mitzvah. Aujourd'hui, 12 janvier 2039, je commence ma résidence. L'officiante de l'unité à laquelle je suis affecté se nomme Jean ("Djinn") Atwood. C'est une figure légendaire de la santé des femmes.
    Je me demande ce qu'elle fait chez les folles.»

  • «Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de «Médecine de La Femme», dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit? Qu'il va m'enseigner mon métier? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.»

  • La maladie de Sachs

    Martin Winckler

    Dans la salle d'attente du docteur Bruno Sachs, les patients souffrent en silence.
    Dans le cabinet du docteur Sachs, les plaintes se dévident, les douleurs se répandent.
    Sur des feuilles et des cahiers, Bruno Sachs déverse le trop-plaint de ceux qu'il soigne.
    Mais qui soigne la maladie de Sachs?

  • Tilliers, petite ville de France, à la fin des années soixante.Dans la famille Farkas, Claire (la mère) soutient et transmet, Luciane (la fille) se révolte et s'émancipe ; Abraham (le père) écoute et soigne ; Franz (le fils) observe et (s') écrit.Ensemble et séparément, ils vivent et racontent les séquelles de la guerre d'Algérie et les conséquences de mai 68 ; la cause des femmes et les silences des hommes ; l'acné juvénile et les cicatrices du colonialisme ; les mélodies des Beatles et les maladies d'amour.

  • Abraham et fils

    Martin Winckler

    Printemps 1963. Sur la Grand-Place de Tilliers-en-Beauce, une Dauphine jaune se gare à l'ombre du monument aux morts. Ses passagers reviennent de loin. Abraham est médecin et il cherche du travail. Son fils Franz n'a pas dix ans et aucun souvenir de leur vie passée. Bientôt, ils emménagent dans une maison trop grande pour eux. Ensemble et séparément, ils vont découvrir la France du Général, de la télévision d'État, du Canard Enchaîné, des commémorations et des secrets empoussiérés.

  • Beaucoup d'écrivantes - et vous en faites partie - rencontrent, au cours de leurs projets, obstacles et chausse-trapes. Ces deux ateliers ont pour but de vous aider à les contourner ou à les franchir plus vite que si vous deviez le faire seule.
    Dans l''atelier de poche', je propose une dizaine d'exercices d'écriture accompagnés de suggestions, précisions et conseils, réflexions et titres d'ouvrages qui vous aideront à 'construire le labyrinthe' - une nouvelle, une autofiction, un roman - que vous désirez écrire.
    Dans l''atelier en solo', je partage des textes courts : contes, nouvelles, projets ou amorces de livres écrits ou en écriture. J'espère que vous trouverez dans ces deux ateliers de quoi concevoir et fabriquer vos propres outils et vos propres textes.

  • Un médecin, ça n'a pas toujours été médecin. Il a bien fallu qu'il le devienne. Bruno Sachs, le personnage déjà rencontré dans La Vacation (989) et La Maladie de Sachs (1998), n'échappe pas à la règle. S'il est devenu le médecin qu'il est devenu, c'est grâce, malgré ou à cause des longues années de formation qu'il a passées à la faculté de médecine de Tourmens, dans les années soixante-dix.
    Raconter ces sept années de faculté, c'était montrer que devenir médecin c'est vivre plusieurs romans à la fois : un roman de... formation médicale, bien sûr ; mais aussi un roman d'amour ; un roman qui parle de pouvoir et de politique ; un roman sur l'amitié ; un roman où l'on vit, où l'on se bat et ou l'on meurt - bref, un roman d'aventures.

  • «Parce qu'il fallait former les volontaires, on a fait appel à ceux qui travaillaient dans l'ombre. J'ai répondu présent.
    Ce que j'avais à dire tenait en quelques mots : S'ouvrir sans questionner, écouter sans interrompre, entendre sans juger. Expliquer. Apaiser. Soulager. Je pensais, depuis longtemps déjà, qu'il n'est pas nécessaire d'être un professionnel pour accompagner celui qui choisit de mourir.
    Veiller fait partie de l'expérience humaine.»

  • La vacation

    Martin Winckler

    «Tout en surveillant les mouvements du rideau, tu rabats les feuillets et tu poses le dossier derrière toi sur la paillasse.
    Tu attends, les bras croisés, le bassin calé contre le plan carrelé, et parfois avec un peu d'impatience, que la femme se soit dévêtue et qu'elle apparaisse enfin en longue chemise de nuit ou en robe légère.
    - Venez, Madame.
    Tu lui souris, tu fais deux pas dans sa direction ; tu l'invites à s'approcher.» Bruno Sachs, médecin généraliste, pratique des avortements lors de vacations hebdomadaires dans un hôpital.

    Le premier roman de Martin Winckler.

  • Plumes d'Ange

    Martin Winckler

    «Ange m´a beaucoup parlé, et j´ai cru qu´il était "naturel" pour un père de parler à son enfant avant de comprendre que ça ne l´était pas pour tout le monde... L´attention qu´il me portait m´a gratifié ; sa parole m´a protégé et m´a aidé à grandir ; son amour m´a rendu fort. C´était un parent - et un soignant - exemplaire. Je sais que l´écriture me vient de lui : s´il ne m´en a pas transmis le gène (je ne crois pas plus au gène de l´écriture qu´au gène de la médecine ou à celui du crime...), il l´a, je ne sais comment, mise en oeuvre.
    Mais écrire, c´est se constituer en secret. Un jour, bien après la mort d´Ange, j´ai découvert dans l´écriture autre chose que ce que je croyais y mettre.»

  • On attend d'un médecin qu'il écoute, rassure, explique et s'efforce de « Guérir parfois. Soulager souvent. Consoler toujours ». On attend d'un médecin qu'il soigne.En France, la réalité est autre : de la violence verbale aux jugements de valeurs, de la discrimination au refus de prescription, des épisiotomies arbitraires à la chimiothérapie imposée, bon nombre de médecins brutalisent les patients, à commencer par les femmes.Ces brutes en blanc trahissent la déontologie et enfreignent les lois.Ce n'est pas un hasard : la caste hospitalière, profondément sexiste, ne se consacre pas aux soins, mais à ses luttes de pouvoir ; dans les facultés, la formation éthique et psychologique est absente, le savoir sous la coupe de mandarins aux valeurs archaïques et l'esprit scientifique parasité par les industriels. Comment s'étonner, alors, que tant de médecins se comportent en aristocrates hautains, et non en professionnels au service du public ?Le temps est venu de dire non à cette maltraitance d'un autre âge.La santé des citoyens vaut bien une révolte. Ou une révolution.

  • Légendes

    Martin Winckler

    Les fictions qui nous accompagnent, qui nous aident à grandir et nous ouvrent sur le monde, ne sont pas seulement les livres que nous avons lus, les films que nous avons vus, ou, plus généralement, les histoires qui nous ont été racontées. Pour ne pas se dissoudre dans l´écoulement du temps, chaque homme, chaque femme, élabore également ses fictions personnelles à mensonges, fantasmes, faux-semblants, espoirs insensés, conquêtes irrésistibles, vengeances et crimes parfaits. Mais la mémoire est un monde sous-marin : aussi vivant que le corail, l´imaginaire y recouvre lentement l´épave de chaque événement, réel ou rêvé, vécu ou inventé ; peu à peu, le souvenir des fictions se mêle indissolublement à la fiction des souvenirs.

  • Histoires en l'air

    Martin Winckler

    «Deux fois par mois, pendant deux ans, j'ai écrit des textes courts - nouvelles, contes, saynètes, récits, chansons - ou esquissé sur quelques pages le synopsis de romans, de films, de séries télévisées, de comédies musicales qui ne verront peut-être jamais le jour.
    Deux fois par mois, pendant deux ans, j'ai lu à haute voix ces fictions, ces récits, ces projets en germe aux auditeurs d'arteradio.com.
    La plupart de ces rêves éveillés resteront, vraisemblablement, des "histoires en l'air"... mais j'avais envie de les partager, de les murmurer sur le vent d'une webradio, dans un espace de parole où tout est possible. Puis de les rassembler dans un livre.»

  • Revenu à Tourmens après avoir connu le succès à Hollywood, Jack Cutter, jeune et brillant scénariste, est contacté par un producteur de télévision : La Trilogie Twain, série romanesque et télévisée à succès dont Un pour deux et L'Un ou l'Autre constituaient les deux premières saisons, est en panne. Les extraordinaires aventures de René et Renée, les jumeaux parfaits, ont été interrompues par l'explosion du Centre multimédiatique Michel-Houellebecq. Les deux héros ont-ils survécu à la catastrophe ? Qu'est-il advenu de leurs adversaires : le fourbe maire Esterhazy, la venimeuse Anastacia Volkanova et la diabolique Bénédicte/Bunny, P-DG de WOPharma ? Le public de La Trilogie Twain attend impatiemment la troisième et dernière saison de sa série culte. Mais son auteur, le mystérieux Raphaël Marker, reclus et invisible, ne parvient pas à l'écrire. Jack Cutter doit relever un triple défi : convaincre le scénariste de terminer son oeuvre, raconter avec lui l'affrontement final entre René/e et l'abominable Bunny et, pour couronner le tout, élucider le « mystère Marker ».

  • Comme tant de grandes villes françaises, Tourmens peut s'enorgueillir de sa magnifique cathédrale médiévale, de sa rivière pittoresque, de ses quartiers difficiles, de son hôpital public sinistré et... de son maire tout-puissant, Francis Esterhazy. Ancien policier, nouveau riche et futur député, le maire de Tourmens braque sur ses administrés une batterie de caméras vidéo et... attire sur lui l'attention des paparazzi depuis qu'il a épousé Clara Massima, l'ancien mannequin vedette. Alors que plusieurs top models viennent de mettre mystérieusement fin à leur carrière, Clara Massima, qui se sent menacée, fait appel à « Twain Peeks », petite agence assurant la protection de célébrités et autres people.  L´un taciturne et réservé, l´autre extravertie et séduisante, Renée et René Twain, les jumeaux propriétaires de l'agence, ne se doutent pas que l´affaire Massima, en apparence très simple, va les mêler à plusieurs assassinats, leur révéler un sinistre complot médico-chirurgical et menacer l´incroyable secret qui les lie, tous deux, depuis leur naissance...Roman choral, dont la forme évoque Manhattan Transfer de Dos Passos et Tous à Zanzibar de John Brunner, Un pour deux - premier opus de la trilogie Twain - est non seulement un hommage chaleureux aux séries télé et aux comédies policières, mais aussi une réflexion personnelle sur l´amour fraternel, la différence des sexes et les mystères de l´identité.

  • - L'Un ou l'Autre. Qu'est-ce que c'est ? - Vous n'avez pas entendu parler de la Trilogie Twain ? - Euh, non. Les jolis yeux de la libraire pétillent. - C'est une série policière à l'américaine. René et Renée Twain, des jumeaux un peu. spéciaux, vivent à Tourmens, une ville complètement fliquée par un maire mégalomane, Francis Esterhazy. Pendant la première saison, Un pour deux, ils déjouent un complot abominable. Au début de la deuxième, l'horrible Esterhazy leur demande d'enquêter pour lui. Et comme il connaît leur secret. Non, je ne vais pas vous le révéler, ça serait un crime. Il faut que vous regardiez ! - Dites-moi, j'ignorais que vous vendiez des séries télévisées. - Seulement quand ce sont de bons romans, répond la libraire avec un sourire charmant.Après Un pour deux¸ ce deuxième volet de la Trilogie Twain (qui se conclue avec Deux pour tous) se joue des codes de la narration pour raconter les aventures d'un frère et d'une soeur hors du commun, en quête de leurs origines et du plus vieux rêve de l'humanité.

  • À quoi sert la douleur ? Pourquoi notre corps nous fait-il mal - parfois sans raison intelligible ? Pourquoi peut-il être si difficile de faire entendre qu'on souffre ? Sans toujours parvenir à être soulagé.
    Ces questions, tout le monde se les pose. Mais aujourd'hui, en France, il
    n'est pas toujours possible d'y trouver réponse.
    La douleur est un domaine immense et complexe : ses mécanismes varient selon qu'il s'agit d'une douleur utile, passagère, ou chronique et invalidante. Il en va de même pour ses nombreux traitements (médicamenteux et autres) : il est parfois difficile de distinguer leurs effets, leurs limites, et les mythes qui les entourent. Enfin, la douleur est intime et propre à chaque individu. D'où l'importance de faire le point sur la douleur, ses fonctions, ses remèdes, mais aussi sur ce qu'on n'aborde jamais ou presque : les préjugés, les inégalités, les insuffisances, les brutalités.
    Rédigé par deux médecins formés à l'écoute des patient·e·s, ce livre plaide pour une prise en compte de la douleur dans toutes ses dimensions : physique, psychique, sociale, familiale et intime. Il a été écrit pour les personnes qui souffrent, celles qui les entourent et celles qui les soignent - car comprendre la douleur est le premier pas pour s'en libérer.

  • Bruno Sachs is a country doctor who makes house calls and feels deeply for his patients. There are broken bones, unwanted pregnancies, people without the will to live, a friend dying of cancer. His pity for his fellow creatures is both his motivating force and his own untreatable condition. Among the deaths, love affairs, and small town gossip, a love story emerges at the heart of the novelbetween Dr. Sachs and a young woman upon whom he once performed an abortion.
    The Case of Dr. Sachs is a novel filled with voices of silent suffering and arias of quiet joy, and one dedicated to the notion that literature, like medicine, can save lives.

  • Classical Myth and Culture in the Cinema is a collection of essays presenting a variety of approaches to films set in ancient Greece and Rome and to films that reflect archetypal features of classical literature. The diversity of content and theoretical stances found in this volume will make it required reading for scholars and students interested in interdisciplinary approaches to text and image.

  • Arminius the Liberator deals with the modern reception of Arminius. Martin M. Winkler examines the ideological abuse of historical myth in German nationalism and National Socialism and its various international ramifications up until today. Special emphasis is on the representation of Arminius in visual media.

  • Arminius the Liberator deals with the complex modern reception of Arminius the Cheruscan, commonly called Hermann. Arminius inflicted one of their most devastating defeats on the Romans in the year 9 A.D. by annihilating three legions under the command of Quintilius Varus in the Battle of the Teutoburg Forest, as it is generally if inaccurately called. This book traces the origin of the Arminius myth in antiquity and its political, artistic, and popular developments since the nineteenth century. The books central themes are the nationalist use and abuse of history and historical myth in Germany, especially during the Weimar Republic and National Socialism, the reactions to a discredited ideology involving Arminius in post-war Europe, and revivals of his myth in the United States. Special emphasis is on the representation of Arminius in visual media since the 1960s: from painting and theater to cinema, television, and computer animation.

  • This book brings together policymakers, high-level practitioners, academics, and experts from central banks and international institutions in order to review key policy challenges for convergence in the region of central, eastern and south-eastern Europe. Contributions focus especially on inflation, growth, migration and the balance of payments.

  • Anglais Troy

    Martin M. Winkler

    This is the first book systematically to examine Wolfgang Petersen’s epic film Troy from different archaeological, literary, cultural, and cinematic perspectives. The first book systematically to examine Wolfgang Petersen’s epic film Troy from different archaeological, literary, cultural, and cinematic perspectives. Examines the film’s use of Homer’s Iliad and the myth of the Trojan War, its presentation of Bronze-Age archaeology, and its place in film history. Identifies the modern political overtones of the Trojan War myth as expressed in the film and explains why it found world-wide audiences. Editor and contributors are archaeologists or classical scholars, several of whom incorporate films into their teaching and research. Includes an annotated list of films and television films and series episodes on the Trojan War. Contains archaeological illustrations of Troy, relevant images of ancient art, and stills from films on the Trojan War.

empty