Mathias Thépot

  • Du haut de ses 60 ans de vie politique, Michel Rocard, qui admet que jamais les défis pour les nouvelles générations n'ont été aussi complexes à relever, apporte des éléments de réflexion pour identifier les maux de notre société. Il raconte l'incapacité des responsables politiques et des intellectuels de sa génération à comprendre et à mesurer les changements profonds qui ont conduit au marasme actuel. Il regrette le refus de nombre d'intellectuels de miser sur l'interdisciplinarité et l'effondrement d'une discipline de l'esprit : l'Economie. Il accuse enfin avec vigueur, la prise de pouvoir des monétaristes durant les années 1970, qui ont fait disparaître la notion de l'humain et du collectif, au profit du quantifiable. Il affirme aussi sa foi en l'intelligence humaine pour changer la donne et sa conviction que cela ne pourra se réaliser que par une volonté de réapprendre à vivre ensemble. Le pouvoir devra notamment passer outre l'opinion des grands médias, remettre en question le système monétaire européen, et penser à long terme.

  • La génération des moins de 35 ans hérite d'un contexte marqué par le chômage et la précarité, et une déperdition de la vie intellectuelle qui nuit à la démocratie et qui nous empêche de trouver les solutions pour sortir du marasme. Chez ces jeunes, l'abstention est au plus haut et le Front national est devenu le premier parti des votants. Les deux auteurs dénoncent : notre société est malade. Les raisons de cette évolution se trouvent dans l'héritage de cette jeunesse. Un héritage qui construit le présent et l'avenir et qui prend pour eux la forme d'une trahison, une pensée unique instillée par un pouvoir qui promeut le conformisme et qui fait fi des valeurs sociales et environnementales. Les auteurs relèvent dix sujets politico-économiques qui concernent leur génération, ils en critiquent les dogmes établis et proposent, dans une optique progressiste, des alternatives. Un livre coup-de-poing qui donne des pistes de réflexions aux lecteurs, dont le rôle de citoyen est aujourd'hui questionné.

empty