Melissa Blais

  • « J'haïs les féministes ! » : le 6 décembre 1989 et ses suites

    «J'haïs les féministes», la déclaration de Marc Lépine au moment d'ouvrir le feu sur des étudiantes de l'école Polytechnique le 6 décembre 1989, a suscité une vive controverse, répercutée dans les médias dès le lendemain de la tragédie. Pourtant, 20 ans plus tard, cet événement qui a profondément marqué la mémoire collective est toujours absent des livres d'histoire du Québec.

    S'inscrivant à même le travail de mémoire, cet ouvrage, à travers une étude minutieuse des médias (en particulier, des quotidiens La Presse, Le Devoir et The Globe and Mail), retrace l'évolution des réactions à la tuerie. Mélissa Blais s'intéresse aux multiples explications du geste de Marc Lépine, et défend les analyses et discours féministes, nés dans l'urgence, puis violemment discrédités ou détournés, malgré les intentions clairement exprimées par le tueur. Elle examine également les principales commémorations, notamment celles entourant le 10e anniversaire, et consacre un chapitre au film Polytechnique sorti en 2009.

    « J'haïs les féministes » : le 6 décembre 1989 et ses suites éclaire les débats entre féminisme et antiféminisme encore présents derrière cette tragédie.

  • À dix-neuf ans, Rose pourrait être une jeune femme comme les autres, mais ce n'est pas le cas. Dotée de capacités intellectuelles hors du commun, l'héroïne n'avait jamais envisagé que cette douance puisse, un jour, devenir un danger pour sa vie. À l'aube de la vingtaine, Rose constate l'apparition de pouvoirs surnaturels qui la contraindront à faire face à sa nouvelle réalité. Guidée par ses camarades, la jeune femme apprendra à apprivoiser ses capacités. La présence de Christian à ses côtés mettra un baume sur les douleurs physiques et psychologiques de son apprentissage, mais cet amour représentera aussi un danger insoupçonné!

    En constant chevauchement entre la réalité et le fantastique, ce roman plein de rebondissements nous transporte dans un univers que l'on pourrait croire réel et qui ravira les fans du genre.

  • Après avoir jonglé maladroitement avec sa nouvelle réalité, Rose quitte le nid familial pour aller à la rencontre de personnes qui partagent ses capacités surnaturelles. Le périple de Rose vers de nouveaux horizons se transformera, à son insu, en un voyage à l'intérieur d'elle-même, nous permettant de découvrir une jeune femme affirmée, audacieuse et en pleine possession de ses moyens. Sa rencontre avec la dynastie des Harrison sera la prémisse d'une montée pour Rose vers les plus hauts échelons de la bourgeoisie de San Francisco avec tout ce que ce faste a de plus disgracieux à offrir.

    La suite des aventures de Rose nous transporte dans un univers plus sombre où la réalité et le fantastique continuent de se côtoyer avec naturel. Le lecteur fera la rencontre de nouveaux personnages égocentriques qui auront su tirer profit de leurs capacités surnaturelles dans le seul but d'assurer la pérennité de leur dynastie.

  • L'antiféminisme n'est pas une tare du passé. En ont récemment témoigné le « Printemps des pères », la « Manif pour tous », l'opposition à la « théorie du genre » ou encore, de manière tragique, l'attentat, à Toronto, d'un homme se réclamant du mouvement des « célibataires involontaires ». Ces phénomènes, pour être compris et combattus, doivent aujourd'hui être situés dans une perspective historique. En analysant différentes expressions de l'antiféminisme depuis le XIXe siècle, dont celui porté par des femmes, les auteurs réunis autour de Christine Bard démontrent la vitalité historique du combat contre les droits des femmes et ses divers points de contact avec l'homophobie et le racisme. Une attention particulière est portée aux controverses provoquées par le masculinisme, volontiers victimaire, au sujet des « droits des pères » et des violences entre les sexes. L'ensemble constitue une réponse inédite et nécessaire à un phénomène en pleine expansion.

empty