Michel Serceau

  • La vulgarisation de la notion d'auteur de film, tant du côté de la réception que de la production, fait écran à une question que la critique, héritière zélée de la Politique des auteurs mise en oeuvre par les Cahiers du cinéma de jadis, ne pose plus, celle des critères qui permettraient de distinguer, de même que l'on distingue les écrivains des écrivants, les grands cinéastes des réalisateurs et des tâcherons. Ceci ne suffit pas à cela. Les critères d'appréciation étant devenus plus culturalistes qu'esthétiques, ou alors esthétisants, il n'est pas certains en bref que ceux que l'on présente comme des auteurs et les auteurs eux-mêmes soient de grands cinéastes. On ne prend guère en compte la façon dont le film fait sens au-delà de l'information, du discours, du message. Il ne suffit pas d'effets de sens, il faut que le spectateur soit mis en position de participer et même de construire du sens. Des classiques aux modernes, le cinéma a certes considérablement évolué : de nouveaux genres sont apparus, le cinéma documentaire a effectué des avancées et des mues essentielles, on n'est pas auteur aujourd'hui comme on l'était à l'époque des studios. Mais suffit-il d'être auteur ? Les critères sont plus que jamais nécessaires pour distinguer ceux des cinéastes qui sont, au même titre que les grands écrivains et artistes, des créateurs.

  • Le premier ensemble de ces nouvelles présente un éventail de relations amoureuses, parfois incongrues, voire cocasses. Le second ensemble s'appuie sur des faits de société, pour brosser des situations souvent utopiques. Variations dont le mode est volontiers ironique, ces nouvelles proposent de revisiter ces divers thèmes et les discours convenus qu'ils engendrent.

  • Une aube magnifique se lève sur la mer
    Une voile déchire l'air
    Le premier mont perce la nuée
    Un nouveau jour à être

    "La vie toujours pour être"

  • Le présent ouvrage ambitionne de combler un manque en évaluant la place qu'occupe dans les cinémas arabes la littérature, que les oeuvres soient des films d'auteur ou non. Les études synthétiques présentées concernent les différents pays de la zone traitée et des études transversales sur les formes et les genres, les adaptations de la littérature arabe et de la littérature occidentale viennent compléter l'ensemble. Les études de détail sur des cinéastes et leurs démarches qui enrichissent cet essai, tout comme les filmographies inédites exposées contribuent à donner un éclairage nouveau sur des cinémas encore insuffisamment connus.

empty