Sous la Cape

  • "Je suis venu te dire"

    Noann Lyne

    Plus de 18 ans. Désir, pulsions et tourments... Lorsque la passion fait chavirer les corps et les esprits, il n'est pas toujours facile de trouver le ou la partenaire idéal(e)... Dans une lettre d'adieu adressée à un ami, le narrateur se souvient de séances où il partagea une femme avec un autre homme, un homme avec d'autres femmes... Extrait. Te souviens-tu de la première fois où nous nous sommes retrouvés là ensemble? C'est quand une autre fille est arrivée, Élisa, cette belle trentenaire brune avec un corps ferme et un visage d'ange. Elle était accompagnée de son petit ami, un mec sympa, simple et plein d'abnégation, qui prenait du plaisir à la voir jouir à la chaîne. Nous étions là tous les deux, toi et moi. Mais moi je m'étais fait sucer vivement par la belle, qui m'avait prié de me lâcher dans sa bouche. Elle s'était délectée de ma semence. Je n'étais pas trop en forme et, après avoir joui, je n'ai plus eu envie de participer. J'aimais regarder les autres par contre, toi en particulier. Ton corps de sportif jamais fatigué, tes râles de mâle dominant. Tu avais un côté sauvage qui me fascinait.

  • Je suis venu te dire

    Noann Lyne

    Plus de 18 ans. Désir, pulsions et tourments...
    Lorsque la passion fait chavirer les corps et les esprits, il n'est pas toujours facile de trouver le ou la partenaire idéal(e)... Dans une lettre d'adieu adressée à un ami, le narrateur se souvient de séances où il partagea une femme avec un autre homme, un homme avec d'autres femmes...
    Extrait.
    Te souviens-tu de la première fois où nous nous sommes retrouvés là ensemble? C'est quand une autre fille est arrivée, Élisa, cette belle trentenaire brune avec un corps ferme et un visage d'ange. Elle était accompagnée de son petit ami, un mec sympa, simple et plein d'abnégation, qui prenait du plaisir à la voir jouir à la chaîne. Nous étions là tous les deux, toi et moi. Mais moi je m'étais fait sucer vivement par la belle, qui m'avait prié de me lâcher dans sa bouche. Elle s'était délectée de ma semence. Je n'étais pas trop en forme et, après avoir joui, je n'ai plus eu envie de participer. J'aimais regarder les autres par contre, toi en particulier. Ton corps de sportif jamais fatigué, tes râles de mâle dominant. Tu avais un côté sauvage qui me fascinait.

  • L'Ivresse des sens

    Noann Lyne

    Extrait
    Un jour, alors que je me promenais en ville et que j’étais en retard, j’ai voulu prendre un raccourci. Une petite rue près du centre, pas très convenable. C’est là que je l’ai vu.
    Le cinéma érotique, le « Mini-Minuit ». C’était un lieu comme je n’imaginais pas qu’il pût en exister. À l’entrée, j’ai payé une somme modique, sept euros. La caissière était jeune, vingt ans peut-être, jolie et fine. Elle me dévisageait comme si j’étais Grace Kelly ressuscitée. Les femmes étaient très rares dans cet endroit. Tout au plus y avait-il quelquefois un travesti ou un couple, en particulier les vendredis et samedis soir.
    J’ai pris mon ticket et je me suis engouffrée dans le sous-sol. Il y avait deux étages au-dessus, mais je n’aimais pas y aller. Le sous-sol était plus discret, accessible par une simple rangée de marches à l’arrière, dans la pénombre. Tandis que l’escalier qui menait aux étages était plus exposé, il faisait face à l’entrée, on le voyait du dehors à travers les baies vitrées. En bas, l’espace était divisé en petites cabines qui pouvaient être verrouillées de l’intérieur.



empty