Patrice Bergougnoux

  • France, ta sécurité fout le camp !
    «La sécurité est assurée sur la majeure partie de notre territoire, mais d'énormes fragilités persistent, en particulier dans plus d'une centaine de quartiers à la dérive où s'est développée une délinquance proche du grand banditisme.» Ainsi s'exprime Patrice Bergougnoux, ancien directeur général de la police nationale. Alors que la sécurité et la lutte contre le terrorisme restent les sujets de préoccupation n°1 des Français, il a décidé de tout dire.
    Fin connaisseur du sujet, dégagé de la parole administrative, ce grand policier livre ses explications, aussi dérangeantes soient-elles. Et son diagnostic est sévère : «La menace terroriste est très élevée et s'inscrit dans la durée», tandis que «les phénomènes criminels prospèrent à l'ombre de Vigipirate et de l'état d'urgence».
    Selon Patrice Bergougnoux, avec une police trop souvent coupée du terrain suite à la suppression de la police de proximité, et ainsi privée de renseignements précieux, notre sécurité collective est sérieusement mise à mal par une délinquance multiforme, terrorisme compris.
    Si la menace est plus que jamais inquiétante, les faiblesses de nos dispositifs de sécurité appellent des réponses fortes !

  • Patrice Bergougnoux est à la gauche ce que Claude Guéant est à Nicolas Sarkozy : une tour de contrôle de la Police nationale. Voilà bientôt quarante ans que ce républicain consacre à la Place Beauvau le plus clair de son temps. Après des années dans l'ombre des ministres qu'il a servis, de Pierre Joxe à Jean-Pierre Chevènement, il témoigne. Qui mieux que lui pouvait revisiter la politique de la gauche en matière de sécurité ? Il est aussi l'un des mieux placés pour porter un regard critique sur les dix années qui viennent de s'écouler, durant lesquelles Nicolas Sarkozy a posé son empreinte sur l'Intérieur. Un décryptage sans concession par un professionnel de l'art qui appelle à restaurer un lien de confiance entre police et population et au sursaut éthique.Patrice Bergougnoux, né en 1949, entré en 1973 à l'Ecole nationale supérieure de police, nommé préfet en 1989, a été directeur général de la Police nationale de novembre 1998 à l'été 2002.Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianne, est spécialiste de la police et de la criminalité.

empty