Langue française

  • Vert-de-gris

    Philip Kerr

    1954. Alors que Bernie Gunther tente de fuir Cuba en bateau accompagné d'une sulfureuse chica, il est arrêté par la CIA et enfermé à New York puis au Landsberg à Berlin. C'est que nous sommes en pleine Guerre froide. L'Oncle Sam place et bouge ses pions en Europe, cherche des informations sur l'Allemagne de l'Est et sur les Russes. Quel rapport avec Gunther ? Sa liberté dépendra des informations qu'il veut bien donner sur ses anciens « camarades » de la SS, notamment Erich Mielke, personnage trouble auquel Bernie Gunther a eu maintes fois affaire pendant et après la guerre, devenu chef de la toute nouvelle Stasi. Par ailleurs, les Français cherchent eux à mettre la main sur Edgar de Boudel, un collaborateur qui se cache sous l'uniforme d'un prisonnier de guerre allemand de retour de camp en URSS. Au fil des interrogatoires, Gunther raconte : son entrée dans la SS, la traque des communistes allemands dans les camps français, ses mois passés dans les terribles camps de prisonniers russes et ses faits et gestes, guidés seulement par une farouche volonté de sauver sa peau. 
    Vert-de-gris, le septième volet des aventures de Bernie Gunther, possède toute l'adrénaline et la vivacité d'esprit auxquelles Philip Kerr nous a habitués. 
    Traduit de l'anglais par Philippe Bonnet

  • Esaü

    Philip Kerr

    Les dieux n'ont pas apprécié que Jack Furness, alpiniste de renom, cherche à gravir le Machapuchare, une montagne sacrée dans le Sanctuaire des Annapurnas. Une avalanche engloutit son expédition, le laissant seul survivant. Mais lors de cette ascension interdite, il découvre le crâne d'un hominidé qu'il offre à sa petite amie épisodique, le Dr Stella Swift, paléoanthropologue à Berkeley.Le résultat des analyses est surprenant : le fossile semble bien moins ancien que supposé au premier abord. Stella et Jack décident de partir au Népal pour tenter d'éclaircir le mystère... Un projet auquel la CIA ne demande qu'à participer. Au carrefour de la Chine, de l'Inde et du Pakistan, l'Himalaya ne constitue-t-il pas une zone particulièrement sensible ? Pour l'espion infiltré dans l'expédition, peu importent les méthodes employées pour accomplir sa mission...
    Cette fois, Philip Kerr nous entraîne à cinq mille mètres d'altitude dans une histoire à couper le souffle, mêlant science, aventure, géopolitique et philosophie.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Cette fois, Philip Kerr nous entraîne à cinq mille mètres d'altitude dans une histoire à couper le souffle, mêlant science, aventure, géopolitique et philosophie. A à travers ces aventures rocambolesques au pays des neiges, Kerr traite d'une question essentielle liée l'origine des espèces, et le fait à travers un polar prenant à conseiller pour tous les mordus du genre et également ceux de montagne, d'alpinisme, d'Histoire et de Paléontologie. - Bazart, Babelio
    L'auteur ne lésine pas sur les effets spectaculaires, avec une certaine surenchère dans le sensationnel, voire les images chocs, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, richement documenté sur tous les sujets traités, particulièrement addictif dans le développement d'une intrigue prenant place dans un cadre impressionnant, avec juste ce qu'il faut de réflexions et d'interrogations pour apporter une petite touche humaniste et philosophique. - JML38, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR 
    Philip Kerr (1956-2018), auteur britannique, maître du polar historique et père du célèbre détective Bernie Gunther, est mondialement connu pour sa série dont l'action se déroule dans l'Allemagne nazie. Il a également signé des ouvrages de science-fiction et des livres pour la jeunesse.

  • Ancien policier, Bernie Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Et on disparaît beaucoup, à Berlin, en cet été 1936 où les S.A., à la veille des Jeux Olympiques, se chargent, à leur manière, de rendre la ville « accueillante » aux touristes.
    C'est pourtant une autre mission que lui propose Hermann Six : ce dernier ne cherche pas sa fille, assassinée chez elle, mais des bijoux disparus. Bernie se met en chasse. Et cet été-là, l'ordre nouveau qui règne sur l'Allemagne va se révéler à lui, faisant voler en éclats le peu d'illusions qui lui restent...
    L'interprétation de Julien Châtelet n'omet aucune dimension de ce roman policier qui est aussi une impressionnante analyse de l'irrésistible ascension de la folie nazie.
    Durée : 8 h 50 min

  • Septembre 1938. Tandis que les Berlinois attendent avec anxiété l'issue de la conférence de Munich, Bernie Gunther tente de retrouver l'individu qui fait chanter la riche veuve qui l'a engagé. Jusqu'à ce qu'il soit contraint par Reinhard Heydrich, l'adjoint d'Himmler, de diriger une enquête traquant le tueur en série qui s'attaque à des adolescentes dans les rues de Berlin. Mais Bernie ne pourrait imaginer ce que ses investigations, menées dans les coulisses du pouvoir nazi, vont lui faire découvrir : même lui, que rien n'étonne, se laissera surprendre par « le criminel à la pâle figure ».
    Julien Chatelet accompagne avec talent la progressive découverte, par Bernie, d'une horreur annoncée.
    Durée : 8 h 45 min

  • C'est dans le Berlin de 1947 que l'on retrouve Bernie Gunther, le détective familier aux lecteurs des premiers volumes de la Trilogie. Un Berlin cauchemardesque, livré au cynisme des « Puissances Alliées » qui se partagent la capitale anéantie. Une ville où tout est bon pour tenter de survivre, alors que la « dénazification » entraîne une valse des identités...
    Gunther est alors contacté par un officier soviétique pour sauver du peloton d'exécution un nommé Becker, accusé du meurtre d'un officier américain. Mais qui est au juste ce Becker ? Un trafiquant ? Un espion ? Un innocent manipulé ? L'enjeu est de taille pour Bernie Gunther, d'autant qu'il y va de sa propre vie...
    Sans en émousser le rythme et le suspense, Julien Chatelet clôt cette Trilogie berlinoise avec la gravité qui convient à ce texte à la fois puissant et désabusé.
    Durée : 9 h 52 min

empty