Philippe Bazin

  • L'institutionnalisation généralisée de tous les moments de l'existence a transformé la vie des hommes au xxe siècle, créant, après la Seconde Guerre mondiale, une situation inédite. Le travail photographique de Philippe Bazin se veut critique de cette transformation, que ce soit à travers un ensemble de faces photographiées dans des lieux institutionnels ou à travers différents projets à caractère documentaire.

  • Dans ce livre, Philippe Bazin s'interroge sur la photographie. D'abord, il articule des études techniques - la couleur - à des recherches historiques - à propos des relations entre médecine et photographie au XIXe siècle - et à des analyses esthétiques - à propos du « coup d'oeil » ou encore de Picasso et Brassaï. Puis, il s'intéresse à des photographes dont les oeuvres lui semblent éclairer la sienne (Larry Clark, Andreas Gursky, Albert Londe, Frédéric Lefever, Éric Nehr, Clarisse Bourgeois, Gérald Deflandre et Gérald Garbez).

  • On ne vous avait pas tout dit ! Philippe Bazin dévoile dans ce petit carnet, illustré de sympathiques dessins, des « secrets » forgés par l'expérience, parfois surprenants ou faussement naïfs, toujours porteurs d'une belle onde de bien-être et de force. Vrais, durables et communicatifs. Inspirants.Leur lecture qui ne prend que quelques minutes nous aide à porter un regard nouveau sur ce que nous faisons et sur ce qui nous entoure : elle dessille nos yeux et remet notre pendule interne à l'heure !Un petit ouvrage roboratif à garder à portée de main - à s'offrir et à offrir...« J'ai voulu livrer dans cet ouvrage des principes simples et puissants, fondés sur mes discussions avec les professionnels que j'accompagne depuis bientôt 20 ans. » nous dit Philippe Bazin.

  • Plébiscisté par les lecteurs dans ses précédentes éditions, ce guide du bien-vivre s'enrichit dans sa nouvelle édition actualisée de nouveaux exercices, en particulier d'auto-hypnose, maintenant familière au grand public.

  • Cet ouvrage a pour objectif de présenter au lecteur un outil novateur, extrêmement créatif et puissant dans la résolution des conflits et des situations générant tensions et malaises. Le Processwork, qui s'est imposé très rapidement sur les cinq continents depuis sa mise au point par Arnold Mindell, décode les conflits, les crises et les situations problématiques de telle façon qu'il permet de dégager les informations cruciales qui ouvrent la voie à des résolutions réelles et durables, suscitant l'adhésion de tous. Il assainit les mécanismes relationnels et organisationnels.  En donnant un nouvel élan et remettant en mouvement, il rend le changement possible.

  • L'édition automnale de la revue Circuit s'intéresse à l'usage de la microtonalité dans la musique moderne et contemporaine occidentale et ainsi au legs du compositeur russe et pionnier microtonal Ivan Wyschnegradsky. Philippe Leroux témoigne du rôle crucial joué par Wyschnegradsky dans l'éveil d'une génération de compositeurs à la question microtonale, tandis que la compositrice Pascale Criton, dans une entrevue avec la musicologue Sharon Kanach, illustre comment son propre langage est redevable à l'oeuvre du Russe. Dans un second entretien, le compositeur Michel Gonneville se confie à Jimmie LeBlanc au sujet de la place de la microtonalité dans son propre catalogue. La violoncelliste et compositrice Émilie Girard-Charest aborde ensuite la question de l'ergonomie de l'interprétation dans les oeuvres microtonales. Deux textes plus théoriques closent le numéro. Landon Morisson analyse Ein Schattenspiel de l'Autrichien Georg F. Haas et Paul Bazin démontre, pour sa part, comment Régime 11, Type A de Bruce Mather est profondément ancrée dans les principes théoriques de Wyschnegradsky.

empty