Philippe Charlier

  • Dans une enquête inédite sur les terres du spiritisme, l'auteur nous mène de la tombe d'Allan Kardec au culte des âmes du Purgatoire. De Rome à Paris, en passant par le Vietnam et l'Écosse, il interroge les archives et les adeptes de ceux qui refusent de voir la mort comme une inéluctable fin.

    Pourquoi les spectres, les fantômes ou les revenants continuent-ils de passionner ? Comment la science a-t-elle tenté d'enregistrer le son des morts, de photographier les fantômes ou les pensées ? Quel a été le rôle des médiums dans cette communication d'outre-tombe, entre sincérité et escroquerie ? Comment le surnaturel, qui défiait initialement la science, est-il devenu lui-même, au cours du XIXe siècle, un véritable objet d'étude ? Et surtout, à qui profitent les revenants et leurs manifestations ?

    Cette histoire du surnaturel est une invitation à voyager dans l'autre monde, à la rencontre de ceux qui croient aux fantômes, ceux qui réfutent leur existence, et ceux qui cherchent la vérité.

  • Que peut apporter un regard triple (le médecin, l'archéologue, l'anthropologue) au vaudou ? Depuis presque 15 ans que Philippe Charlier sillonne les pistes du Bénin, il a acquis suffisamment de matière, de données, d'expériences pour proposer le récit d'une immersion et d'une analyse du vaudou sur ses deux berges atlantiques.Au-delà de montrer et d'expliciter que le vaudou est une religion à part entière, avec ses codes, ses clergés, ses mythes et ses rituels domestiques et collectifs, on portera un regard nouveau, incisif, pragmatique et original sur cette croyance (et ses actions de sorcellerie associées) dans le territoire d'origine (Afrique sub-saharienne).
    Que va-t-on découvrir ?
    - gestes sacrés du quotidien
    - cérémonies des revenants (Egungun) semeurs de mort symbolique
    - divination Fâ par les coquillages
    - consécration de fétiches (avec ce qu'apporte leur examen radiologique lorsque certains ont été transportés en Occident)
    - fouilles archéologiques dans les palais des rois d'Abomey (permettant de retourner aux origines historiques du vaudou)
    - récits de l'initiation de l'auteur et des élévations successives (récit " de l'intérieur ")
    - cérémonies nocturnes avec chevauchement des adeptes par les divinités
    (" possessions ")
    - pèlerinages syncrétiques chrétiens/vaudou (" Saut d'eau ")
    - cérémonie des morts où se croisent une extrême sensualité et une fascination morbide
    (" Guédés ")

  • Rituels

    Philippe Charlier

    Scarifications, tatouages, transes, sorcellerie, envoûtements, inhumations : le médecin-légiste qui a popularisé sa discipline à la télévision exhume le fond anthropologique inédit du musée Branly. Une superbe leçon sur les origines en 60 photos époustouflantes et commentées.
    Les rituels sont un lien entre l'Homme et ses dieux. Face à l'inconnu (maladie, mort, lendemain), ils sont une façon d'organiser le chaos, de " savoir quoi faire ", d'éloigner la peur et d'affronter les épreuves. Mais comment passe-t-on du profane au sacré ? Quelle est l'histoire du rituel, son ancrage, sa raison d'être ? Quelle fonction occupent chamans, guérisseurs, hommes-médecines ? Quels supports servent à ces échanges verticaux, entre l'humain et le divin ? Comment comprendre la signification précise des gestes millénaires qui se répètent et se transmettent de génération en génération, de maître en initié, de père en fils ?
    Dans cet essai rassemblant de nombreuses cultures issues des cinq continents. Philippe Charlier entraîne le lecteur dans une description et une analyse originale de ces rituels du quotidien et de l'extraordinaire, illustrés par des clichés rarement reproduits, issus du fond d'archives photographiques du musée du quai Branly - Jacques Chirac.

  • Visages et corps dcharns, titubant travers les villes, marchant comme des somnambules : dans l'imaginaire occidental, les zombis suscitent l'effroi et servent d'exutoire aux angoisses et aux fantasmes les plus crus et parfois les plus farfelus. Ces morts-vivants, qui ont pour patrie d'origine Hati, nous fascinent, nous inquitent, tout en excitant notre curiosit. Qui sont-ils au juste ? D'o viennent-ils ? Existent-ils seulement ? Avec son double regard de mdecin lgiste et d'anthropologue, Philippe Charlier a enqut en Hati, interrogeant des prtres vaudou, assistant des funrailles, observant des rituels, inspectant des cimetires, et examinant avec ses collgues des patients considrs comme zombis. Fruit de ces rencontres, on dcouvre au fur et mesure du rcit, le rle cl d'un poison redoutable, extrait d'un poisson tropical dans le processus de fabrication de ces tres entre deux mondes, mais aussi tout un imaginaire carabe et africain autour de la mort et du corps. Quand la science explore les croyances. Postface d'Alain Froment

  • Médecin légiste passionné d'histoire, Philippe Charlier nous entraîne ici dans une nouvelle enquête. Après le succès de son ouvrage Le Roman des morts secrètes de l'histoire , il continue son exploration des maladies ou anomalies physiologiques méconnues. A travers l'étude d'une centaine de statuettes issues d'une collection privée, il décrypte pour le grand public les signes qui manifestent physiquement la maladie. En se penchant sur l'histoire de ces représentations, Philippe Charlier met en lumière les traditions et les moeurs méconnues. Il montre aussi quels objets ont pu être confectionnés par des artisans pour lutter contre les maladies. Présentées au public pour la première fois, les statuettes de cet ouvrage ont été collectées en des lieux très divers : Papouasie / Nouvelle Guinée - Bornéo - Iles de la Sonde (Lombok, Florès) - Cameroun - Bénin - Congo - Gabon - Nigéria - Mexique. Paralysie faciale, maladie des hommes sans cou, queue vestigiale, figures d'accouchement ou de chasse, telles sont les anomalies ou les amulettes que le lecteur découvrira dans cet ouvrage. Pour chaque statue, une carte indiquant sa localisation et un descriptif précis aideront le novice à entrer dans l'oeuvre et dans son histoire. Les photographies sont le fruit du travail de Vincent Gauvreau. Livre tout illustré en quadri.

  • Crime... ou pas crime ? Cette obsédante question surgit inévitablement au lendemain de la mort, violente ou suspecte, des grands personnages qui ont marqué leurs temps.
    Les Médicis sont-ils vraiment morts empoisonnés aux "poudres de succession"

  • Alexandre le Grand, Cléopâtre, Gilles de Rais, Christophe Colomb, Marie Stuart, Molière, Marat, Casanova, Sissi, Raspoutine, les Romanov... Des personnages illustres dont la disparition reste nimbée de mystère. L'Histoire dit-elle la vérité ? Les causes de décès transmises au fil du temps sont-elles authentiques ? Une seule manière de le savoir : faire parler les morts... Exhumation de restes momifiés, comparaisons génétiques, recherche de traces d'empoisonnement, relecture de procès-verbaux d'autopsie... À l'aide des techniques de pointe de la médecine légale appliquées à l'archéologie, ce Roman des morts secrètes dissèque les plus grandes célébrités, parties en emportant le secret de leurs derniers instants. Un secret que l'Histoire s'est parfois bien gardée de révéler...

  • La Préfecture de Police conserve, dans ses Archives, la mémoire de la criminalité parisienne depuis le Moyen-Age. L'utilisation de la photographie, dès le milieu du XIXe siècle, va fixer de façon pérenne meurtres, assassinats, suicides, accidents, attentats. C'est avec Bertillon que l'art photographique va connaître son heure de gloire, avec, dans le même temps, l'invention d'une criminologie moderne.
    Ces clichés photographiques sont autant de fenêtres ouvertes sur les crimes du passé bénéficiant dorénavant d'un réexamen à l'aune de la médecine légale moderne. Près d'une centaine de planches ont été choisies pour leur caractère didactique, et sont l'objet d'une description complète. Huit essais clôturent cet ouvrage, pour mieux cerner le contexte de cet art mis au service de la Justice, dans sa lutte perpétuelle contre « l'industrie du crime».
    Sous la direction de Philippe Charlier,

  • Qui n'a pas rêvé un jour d'être le médecin de Louis XIV ? D'autopsier Agnès Sorel ? De sonder les corps momifiés des Médicis ?Discipline scientifique aux confins de l'anthropologie physique et de la médecine légale, la paléopathologie permet de reconstituer un à un les carnets de santé de sujets décédés il y a plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires. Un corps mort est porteur d'une quantité impressionnante d'informations utiles à l'historien, à l'archéologue, mais aussi à la recherche médicale lorsqu'il s'agit de découvrir l'origine d'une maladie.Ce livre nous invite à un voyage dans le temps, mais aussi à un voyage dans la mort, la maladie, dans l'ouverture des cadavres, dans cette observation de nous-mêmes que sont les autopsies. On y croisera l'empoisonnement d'Agnès Sorel et le supplice de Jeanne d'Arc, on assistera à l'exploration d'une relique médiévale, oncomprendra comment le coeur du Roi-Soleil s'est retrouvé dans une peinture à l'huile, on verra comment les individus anormaux étaient éliminés en Grèce et à Rome, on dressera un tableau des pratiques magiques centrées sur les cadavres, on analysera selon un regard médical certaines descriptions de vampire, on décortiquera les rapports d'autopsie des rois de France. Sans oublier Richelieu, Descartes et de nombreux saints.Enfin, le lecteur trouvera un inventaire des lieux et des personnages dont l'existence a été éclairée par des études paléopathologiques ; il pourra alors réaliser un jeu de piste, non pas macabre mais instructif, découvrant que sous nos pieds ou à côté de nous dorment des trésors (squelettes ou momies).Paradoxalement, l'étude des cadavres rend les ruines et les populations du passé plus vivantes. C'est bien le but de cet ouvrage.Philippe Charlier est médecin (anatomo-pathologie et médecine légale) et docteur ès-lettres (EPHE, IVe section). Depuis 2002, il est chargé de cours en paléopathologie et histoire de la médecine aux Facultés de Lille 2 et Paris 7.Préface d'Irène Frain

  • La peur de la mort n'est pas une fatalité, il est possible de partir apaisé. À condition de ne plus escamoter « la fin de vie », mais au contraire de la préparer et même de la vivre intensément, aux côtés de ses proches et avec l'aide du personnel soignant. C'est l'enseignement que le docteur Sylvie Cafardy a tiré des expériences de mort imminente (EMI) vécues par des patients. Nourri de témoignages, de connaissances scientifiques et de références philosophiques, ce livre s'inscrit dans la lignée des Ars Moriendi, ces Traités de la bonne mort que l'on lisait il y a quelques siècles. Surtout, en questionnant notre façon de mourir, l'auteur nous interroge sur le sens de notre vie et les leçons que nous pouvons en tirer. Car apprendre à mourir, c'est d'abord apprendre à vivre.

  • Lors de l'occupation américaine d'Haïti, de 1915 à 1934, les Américains ont découvert le culte des zombies et l'ont propagé dans le monde occidental. Aujourd'hui incontournables, les zombies inspirent tous les domaines de la fiction, du cinéma aux romans en passant par les séries télévisées. Mais qui sont réellement ces morts-vivants issus de la culture vaudou ? Un médecin légiste renommé a enquêté sur place et la véritable histoire des zombies s'avère encore plus fascinante et angoissante que les nombreuses fictions qu'elle a inspirées. 

  • Aujourd'hui, les vivants ont besoin des morts. Grâce aux nouvelles techniques de la médecine légale et de l'anthropologie, il est désormais possible d'identifier les maladies et les causes de mort de personnages décédés il y a plusieurs siècles.

    Qu'ils soient célèbres - Richard Coeur de Lion, Agnès Sorel, Henri IV, Robespierre - ou anonymes, ces patients témoignent post-mortem des progrès fantastiques de la science. Empoisonnement ou mort naturelle ? Tumeur ou malformation ? Suicide ou crime maquillé ? De la Préhistoire au XIXe siècle, le docteur Philippe Charlier parcourt les carnets de santé de ces défunts pas comme les autres, et nous entraîne dans un fascinant voyage scientifique et historique.

  • Comment est morte Lucy, notre ancêtre commun ? Pourquoi et comment le corps de Saint Louis a été dispersé à travers le monde ? Que nous apprend l'étude du cerveau de Descartes ? Est-ce que Balzac a été tué par sa folie créatrice ? Hitler s'est-il suicidé dans son bunker en mai 1945 ?

    L'Histoire est pleine de mystères, c'est peut-être ce qui fait son charme... Les résoudre est une aventure passionnante qui s'étend sur plusieurs siècles. N'étant plus une discipline monolithique, l'Histoire voit désormais s'étendre son champ d'action tandis qu'elle s'enrichit de rapports fructueux avec d'autres sciences humaines et fondamentales : anthropologie physique, ethnologie, archéologie, biologie. La récente apparition de la paléopathologie - cette médecine appliquée aux cadavres anciens - a permis de réelles avancées dans le domaine des connaissances et a même contribué à résoudre des « énigmes historiques » depuis longtemps insolubles. Cette nouvelle méthodologie nous aide à mieux comprendre le quotidien et le mode de vie des populations du passé (tordant le cou, au passage, à quelques idées reçues...) et éclaire aussi, parfois, la mort de patients « célèbres ». À travers ces cas médico-historiques, dont beaucoup ont peuplé nos manuels scolaires, c'est une nouvelle façon d'écrire et d'appréhender l'Histoire qui s'ouvre devant nous.

  • L'ouvrage propose une comparaison entre la France et la Chine sur les procédures de formation des élites replacées dans un cadre plus large par des contributions portant sur d'autres pays d'Europe et d'Afrique. Il propose un nouveau cadre de comparaison internationale qui complète les analyses d'inspiration anglo-saxonne en prêtant attention aux procédures d'hybridation entre l'État et le marché ou entre les traditions culturelles de chaque pays et les nouvelles définitions de l'excellence portées par la globalisation.

empty