Pierre Kahn

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La loi du 28 mars 1882, celle-même qui établit l'obligation d'instruction et la laïcité des enseignements, prévoit l'introduction dans les programmes obligatoires de l'école primaire des sciences physiques et naturelles. Quel sens peut avoir pour l'école républicaine cette nouveauté ? N'est-ce que l'aboutissement normal d'une scolarisation primaire organisée depuis Guizot, ou bien est-ce un indice significatif du "nouveau régime" que Jules Ferry annonçait pour l'école ? Rupture ou continuité ? L'analyse fait apparaître une tension remarquable entre la réalité des prescriptions (textes officiels, programmes, etc.), qui maintiennent les sciences dans la tradition modeste et utilitaire de l'école du peuple, et les représentations idéales d'un projet éducatif et culturel qui se veut inédit et qui tend à enrôler l'enseignement scientifique primaire au service de l'humanisme moral, rationaliste, laïque et scientiste qui a marqué la IIIe République naissante. L'analyse de la leçon de choses, méthode exemplaire et universellement préconisée d'un tel enseignement, témoigne de cette tension dialectique originale entre le rêve et la réalité de l'éducation scientifique primaire.

  • Depuis quand l'école s'est-elle ouverte à la géographie, à l'éducation artistique ou aux langues régionales ? Quels rapports les matières enseignées ont-elles entretenus avec les pratiques sociales et les « savoirs savants » ? Quels sont les enjeux de l'émergence et des transformations d'un savoir scolaire ? L'histoire des disciplines scolaires contribue à enrichir l'histoire de l'école elle-même, en montrant notamment qu'il n'est pas possible de penser de façon totalement synchrone les transformations institutionnelles et les transformations disciplinaires. Celles-ci ont leur causalité spécifique et leur temporalité propre, souvent liées aux logiques des acteurs, qu'il s'agisse d'enseignants, d'associations de spécialistes, de responsables institutionnels, ou de militants pédagogiques. L'histoire des disciplines scolaires montre ainsi l'autonomie du pédagogique en regard du politique, et même l'autonomie des évolutions des disciplines les unes par rapport aux autres.

empty