Raymond Dumay

  • On a beaucoup écrit sur le vin, pour le louer plus que pour le comprendre. Il passe pour un produit, alors qu'il est un personnage. Aussi relève-t-il plus de la psychologie que de l'agriculture, de l'amour que de l'économie politique. Nous avons donc été amené à tracer le portrait moral des trois grands vins du monde, de Bourgogne, de Bordeaux, de Champagne, et de leur plus coriace concurrent, le vin des États-Unis. Ces quatre exemples convergent vers la même conclusion : le vin est au niveau de son pays. Qu'il s'avilisse, et c'en est fini de la littérature, de l'art, de la fierté. La foi se porte en bouteilles.

  • La gastronomie française est en danger. Les pauvres se servent dans les monstrueuses «grandes surfaces», à défaut de trouver encore en service la boucherie et le marchand de primeurs du village ou du quartier. Les riches se nourrissent selon les règles d'un snobisme abscons. Il est temps de s'inquiéter. Raymond Dumay (1916-1999) nous invite à la méditation. Aux retrouvailles avec les grandes recettes, et l'esprit des provinces. Écoutons-le.

  • La vie est là, ni simple, ni tranquille, mais, au contraire, curieusement équivoque, parce que nous en éprouvons la fragilité à l'instant même où nous en reconnaissons l'absolue immanence. Ainsi Raymond Dumay peut-il écrire qu'«après avoir sondé les reins et les coeurs, nous arrivons à une conclusion : l'alcool est un produit de la philosophie plus que de la distillation, il est existentialiste. L'alcool n'était pas, il est devenu. Il s'est fait en faisant son consommateur, qui lui-même devenait autre à mesure que l'alcool se modifiait. Tous les alcools suivent la même évolution, qui est celle de l'homme et tout aussi bien celle de l'art. Ils vont vers plus de dépouillement, de sobriété, de finesse...»

  • Fannie, l'insaisissable écuyère, est devenue comtesse de Montrieux. Aux côtés de son cher Klébert, elle mène - à Venise - une vie heureuse et insouciante. Mais, au fond de son coeur, elle aspire encore à l'aventure qui lui a toujours été plus fidèle que le bonheur. C'est le séduisant marquis de Saint-Véran, son père, qui, cette fois, la rejette sur les routes dangereuses. Nous sommes à la fin de la première Restauration. Pour sauver son prestige, le gouvernement de Charles X prépare l'attaque d'Alger. Mais une telle entreprise ne peut être conduite à bien que si l'on parvient à retrouver les plans et les remarques du colonel Boutin, le précurseur du colonel Lawrence, que Napoléon avait envoyé faire une enquête tout autour de la Méditerranée, et qui périt assassiné en Syrie dans des conditions restées mystérieuses. Dans cette recherche, le marquis de Saint-Véran décide de gagner de vitesse l'agent du Roi et, par des chemins différents, lance sur le Liban tous nos héros : Klébert, Fannie, Bécoeur, Calixte, le cirque Lafleur, et même un père jésuite. Se croyant trahie par son mari, dont elle est séparée, Fannie lui restera-t-elle fidèle, ou acceptera-t-elle l'amour du jeune émir Si Mohan ? Verrons-nous Klébert céder aux charmes de lady Hester Stanhope, la châtelaine du Liban ? Tout est possible dans cet Orient fabuleux et sauvage. Mais, déjà, claquent dans les rues de Paris les premiers coups de feu de la Révolution de 1830. Faut-il dire que nos amis joueront leur rôle au cours de ces journées de sang et de soleil ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Qui est-elle, cette jeune fille que, sur les routes de Provence et d'Italie, tant d'hommes saluent par son nom d'amitié ? Rien qu'une enfant abandonnée, une écuyère de seize ans, vedette du petit cirque Lafleur. Son sort change au cours de la plus douce nuit de mai. Alors que la vieille Sarah, sa protectrice, se mourait, la jeune fille cacha, dans son propre lit, un forçat évadé du bagne de Toulon. Il repartit avant l'aube mais, derrière lui, il laissa la porte de la roulotte ouverte sur l'aventure. Quelques jours plus tard seulement, Fannie saura son nom : Klébert de Montrieux. Le destin s'acharne à mettre les deux jeunes gens en présence, pour les séparer ensuite plus cruellement. C'est que Klébert, comme tous les hommes passionnés en cette année 1828, conspire. Duels, rendez-vous mystérieux, meurtres, arrestations, telle est sa vie que vient brusquement lier, de son fil rouge, l'amour... Et Fannie est projetée dans une ronde infernale : traquée par les adversaires de Klébert, qui la croient sa complice, fouettée par un impresario américain, qui veut l'emmener dans son pays, enlevée en pleine Camargue, elle tombe - à Naples - entre les mains du redoutable gang de la Camorre. Elle s'évade de sa prison, cachée dans un corbillard et parvient à reprendre la route en compagnie de ses trois inséparables : Lipou le négrillon, Tiko le perroquet, Moka l'étalon... pour poursuivre ses passionnantes aventures. Cocasse, allègre, émouvant, mené grand train par la plus fine écuyère qui fut jamais, ce roman d'aventures et d'amours romantiques est dédié à Alexandre Dumas, l'un des héros du récit qui, le plus naturellement, disent à son inoubliable héroïne : Bonjour Fannie.

  • Après la révolution de 1830, dont le mari de Fannie, Klébert de Montrieux, fut un des insurgés les plus actifs, l'avènement de Louis-Philippe, le roi bourgeois, ne comble pas les aspirations généreuses de nos héros. Klébert, las déjà d'une vie sans danger, part, chargé par Saint-Véran d'une mission périlleuse aux Indes. Mais qui croirait que Fannie puisse rester tranquille et filer la quenouille en attendant le retour du Chevalier errant ? En compagnie de Becoeur, de Calixte, du petit Gilles, de Menken, et de tout le cirque Lafleur, elle gagne, elle aussi, le pays lointain et fabuleux où elle est fastueusement reçue, et retrouve son mari pris aux charmes de Myra, fille du radjah de Mysore. Une nouvelle et extravagante équipée commence pour Fannie dans ce pays des prodiges, des danses sacrées et des joyaux merveilleux. Pourtant, la phrase qu'elle prononce un jour : je suis lasse des aventures, j'aspire à la paix, n'est-elle pas étonnante ? Comment une nouvelle aussi inattendue se peut-elle expliquer ? Vous le saurez en lisant ce nouveau roman, où Raymond Dumay a continué à prodiguer les grâces d'un style aussi rapide, léger et enchanteur que son héroïne.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un soir de glace et de vent, une très jeune fille aux yeux verts, galope vers Paris... Elle arrive dans les rues et elle fuit sa mère, la trop séduisante et impérieuse Fannie, pour mener à travers le vieux continent la vie d'artiste dont elle rêve. Car elle a décidé d'être chanteuse, comme son amie Adelina Patti, la plus fameuse cantatrice de tous les temps. Au lieu d'applaudissements, ce sont des coups de feu qui l'accueillent. Plus tard, Coryse de Montrieux célébrera la chance qui la fit entrer dans Paris le 2 décembre 1851. Les Français, dira-t-elle, ont deux passions : la cuisine, et les révolutions... Pudique et rusée, Coryse ne fait pas allusion à la troisième, celle qui enchaînera sa vie de pudeur et de caprices : l'amour. Le comte de Morny mettra sa puissance à ses pieds ; le colonel de Bouviernes lui sacrifiera sa jeunesse et son avenir. Et voici que surgit, comme le loup des steppes, Vladimir Orlowitch, pianiste virtuose et grand duc blasé. La main si nerveuse de la jeune fille se refermera-t-elle sur l'impossible trinité : la fortune, l'art et le bonheur ? D'autres aventures conduiront Coryse de Paris à Vienne et à Moscou. Alors l'Europe n'était pas si vieille puisqu'il lui restait la grâce de valser sur un volcan d'où jaillissaient des chansons et des fleurs.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty