Renard

  • Ce récit merveilleux inventé oralement par des enfants de la ville de Sevran s'inscrit dans un projet comprenant un travail d'initiation à l'art de conter, un atelier d'écriture et l'élaboration d'un spectacle dont ils sont les interprètes.

  • Le livre que Philippe Renard a consacré a Cesar Pavese dans le courant des années 70 s'est imposé comme une lecture d'une grande originalité, qui occupe désormais une place de choix dans la bibliographie française et étrangère. Les Presses de la Sorbonne Nouvelle proposent la réedition de cet ouvrage.

  • Petit dernier de la famille, Poil de Carotte est le souffre-douleur de sa mère. Corvées, gifles, humiliations, rien ne lui est épargné. Heureusement, dans la vie de Poil de Carotte, il y a aussi la nature, les jeux avec grand-frère Félix et les parties de pèche avec son parrain...

    Drôles, cruelles, touchantes, une suite de saynètes qui composent le portrait inoubliable d'un enfant mal-aimé.

    Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale au collège.

  • Le docteur Lerne

    Maurice Renard

    " Une variation brillante sur le thème du savant fou. " Augustin Trapenard, Elle
    Voilà quatre ans que Nicolas n'a pas vu son oncle, qui a bien changé depuis leur dernière entrevue. Son domaine des Ardennes semble abriter de nombreux secrets... Que se passe-t-il dans la serre ? Et comment expliquer le comportement étrange d'Emma, hébergée par son vieil oncle ?
    Nicolas ignore encore où il s'est aventuré. Sa visite du domaine lui en donnera un apercu glacant : y vivent des êtres victimes d'hybridations et de greffes monstrueuses. Des spécimens qui semblent défier les simples frontières entre hommes, animaux... et même végétaux. Le savant fou qui les a créés, le docteur Lerne, est-il le " sous-dieu " qu'il prétend être ? Est-il sur le point de réussir la " transfusion des âmes " ?
    Apollinaire a loué le " talent magique " de Maurice Renard, " dont l'art doue de vraisemblance les miracles les plus invraisemblables ", qualifiant Le Docteur Lerne (1908) de " roman subdivin des métamorphoses ". Dans la lignée de L'Île du docteur Moreau, ce chef-d'oeuvre méconnu du fantastique francais n'a en effet rien à envier aux oeuvres de H. G. Wells.

  • Recueil de travaux inédits, de croisements artistiques, d'études historiques et de propositions esthétiques qui convoquent une pensée politique de l'art contemporain, cette anthologie affirme la nécessité de sonder l'articulation entre art et histoire globale, entre art et genre, entre art et corporéités, entre art et décolonialité, à partir de références textuelles, visuelles, performatives et conceptuelles.


    Transnationale, pluridisciplinaire, intersectionnelle, elle témoigne de l'intrication des pratiques théoriques, artistiques et activistes féministes, queers et décoloniales. Composée pour mettre en résonance plusieurs temporalités de la création et de la réflexion, elle présente, ensemble et bout à bout, des textes théoriques, des écrits manifestaires, des scripts et des traces photographiques des oeuvres et des performances : autant d'actions militantes, de pratiques artistiques et de recherches théoriques qui, en transformant profondément les discours sur les identités et en favorisant les recoupements entre leurs diverses facettes - classe, genre, race, orientation sexuelle... - invitent à élaborer des politiques coalitionnelles.


    Avec des contributions de Muriel Andrin, Clélia Barbut, Dalida María Benfield, Rebecca Close, Anne Creissels, Stéphanie Dadour, Katy Deepwell, Fabienne Dumont, María Galindo, Virginie Jourdain, Aurélie Journée-Duez, Melanie Klein, Verónica Lahitte, Dominique Malaquais, Anyely Marín Cisneros, Liza Petiteau, Griselda Pollock et Nataliya Tchermalykh.

  • Les violences sexuelles envers les femmes n'apparaissent pas spontanément.

    Elles ne font pas partie de la " nature humaine " ni ne sont le résultat

    d'incontrôlables pulsions masculines. Elles ont des causes sociales – impunité

    des agresseurs, idées reçues sur la sexualité, inégalités structurelles – qui

    forment ce que l'on appelle une " culture du viol ". Cela va de remarques

    apparemment anodines qui culpabilisent les victimes à un traitement trop

    fréquent des viols comme des délits plutôt que comme des crimes devant les

    tribunaux ; de formules pour excuser les agresseurs à une remise en cause

    systématique de la parole des femmes qui dénoncent des agressions.

    En France, chaque année, entre 60 000 et 100 000 femmes sont victimes de

    viol ou de tentative de viol. Environ 16 % des Françaises auraient subi une telle

    agression au cours de leur vie. Et les viols ne représentent que la partie émergée

    d'un iceberg : celui des violences sexuelles, à la maison, au travail ou dans

    la rue. Or ces violences ont des conséquences graves : elles minent la confiance

    et limitent la liberté par la peur qu'elles instaurent. Elles constituent une atteinte

    aux droits et à la dignité des personnes et consolident la domination masculine.

    Mais cette situation n'est pas une fatalité. C'est pourquoi il est important

    d'identifier les éléments culturels qui servent de justification et de terreau

    à ces actes, afin de proposer des pistes qui permettront d'y mettre fin.

  • L'histoire d'Alpha commence par un assassinat, celui du banquier allemand Horowitz se rendant à un rendez-vous avec une certaine Assia Donkova. Localisée à Paris, cette belle Moscovite visite les galeries d'art, à la recherche de jeunes artistes à faire exposer en Russie. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance du peintre Julien Morgan.
    Ni lui, ni elle d'ailleurs ne semblent être ce qu'ils prétendent être. Elle a en fait pour mission d'échanger des milliards de roubles en dollars. Lui, c'est Alpha, un agent de la CIA.

  • De ses promenades à travers les prés, les routes et les jardins de sa Nièvre natale, Jules Renard, « chasseur d´images », ramène dans sa gibecière des portraits croqués sur le vif : insectes et animaux des bois, volailles des basses-cours et bêtes domestiques,rien n´échappe à l´oeil de l´écrivain, qui sait faire surgir le trait saillant, drôle, inattendu mais juste, d´une précision « mathématique », comme il aimait à le dire lui-même.
    Les Histoires naturelles, collection de portraits cocasses et attendris, trésor d´humour et de délicatesse, sont le résultat d´un sens de l´observation qui tient à la fois du naturaliste et du poète.

  • Sa mère l'appelle Poil de Carotte. Elle le prétend sournois, mauvais garçon, cruel avec les animaux, et le maltraite. Mais n'a-t-il pas tout simplement envie d'être aimé ? Il rêve de suivre son père à la chasse, de discuter en famille et de jouer aux mariés avec la jeune Mathilde. Mais un jour sa révolte éclate.

  • "Interrogez nos amis : ils vous jureront tous que ma soeur Ernestine a une douceur angélique, mon frère Félix, un coeur d'or, M. Lepic l'esprit droit, le jugement sûr, et madame Lepic un rare talent de cordon bleu. C'est peut-être à moi que vous trouverez le plus difficile caractère de la famille. Appelez-moi Poil de Carotte, comme tout le monde."
    Un roman poignant de cruauté et de tendresse.

  • Considéré comme l'un des responsables de la tuerie qui coûta la vie au banquier allemand Hans Dieter Horowitz, le ministre russe des Finances est à son tour exécuté par une bande de motards masqués. C'est dans ce climat de tension qu'Alpha débarque à Moscou et retrouve la belle Assia Donkova. Tous deux vont devenir des marionnettes manipulées sans ménagements par les têtes pensantes des services secrets américains et russes. Leurs existences pèseront bien peu en comparaison des 500 millions de dollars que convoite Arkadi Bogdanov, le parrain le plus puissant et le plus redouté de la mafia de la toute jeune Fédération de Russie.

  • Regina vient d'Ouzbékistan. Sur la place d'une ville allemande, dans la nuit et le froid, elle attend, seule. Son père a été assassiné sous ses yeux, sa mère a fui précipitamment en Europe. Mais la jeune réfugiée veut croire au pouvoir de la mémoire, croire en un monde meilleur. Pour sublimer l'attente, elle se rappelle sa vie passée et les gens qu'elle a aimés...

  • Suite à un terrible accident, le pianiste Stephen Orlac perd l'usage de ses deux mains. Un chirurgien se propose de lui en greffer une nouvelle paire, avec succès. Quand de mystérieux crimes se produisent dans son entourage, un horrible soupçon naît dans son esprit... Un classique de la littérature fantastique, maintes fois adapté au cinéma et enfin réédité.
    Stéphen Orlac est un pianiste virtuose de renommée internationale. Grièvement blessé à la tête et privé de l'usage de ses mains à la suite d'un accident de chemin de fer, il voit sa carrière et sa vie s'effondrer en un instant. L'espoir lui est rendu par la rencontre inespérée d'un chirurgien qui lui greffe une nouvelle paire de mains.
    Très vite, cependant, Orlac est hanté par d'horribles hallucinations. Ses mains semblent animées de pulsions autonomes. Et si, au lieu d'appartenir à un compositeur décédé, ces appendices avaient été prélevés sur un assassin fraîchement guillotiné ? Tandis que les crimes se multiplient, Rosine, son épouse, mène l'enquête...
    Paru en 1920, Les Mains d'Orlac est rapidement devenu un classique de la littérature fantastique, adapté à quatre reprises au cinéma. Maître de l'horreur et du mystère, Maurice Renard y combine fantastique, occultisme et roman policier avec un art unique du suspense.

  • L'ÉCORNIFLEUR

    Jules Renard

    C'est un homme de quarante ans, un peu raide et lourd, convenablement vêtu. On sent qu'il n'a pas lui-même soin de sa personne, qu'il ne s'habille pas seul. Madame Vernet le boutonne, l'épingle, le peigne. Rarement un jour se passe sans que la raie, droite et pure, se défasse, et que la cravate remonte. Mais Monsieur Vernet est incapable de « revenir sur sa toilette », et il semble, pour cette raison, plus distingué le matin que le soir.Le peu qu'il montre de ses yeux est d'un bleu tendre.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ce manuel est un grand classique. Articulé en  37 modules de cours, il offre un panorama complet des Sciences de la Terre et de l'Univers, du Big Bang à l'origine de l'Homme en passant par toutes les disciplines des Sciences de la Terre (tectonique des plaques, géologie structurale, géophysique, minéralogie, pétrographie, géochimie, géomorphologie, sédimentologie...). Dans cette 16e édition, en couleur et actualisée, la première partie "La Terre : une planète dans l'Univers" a été profondément remaniée. Un site compagnon, www.elements-geologie.com, accompagne cet ouvrage de référence.
     
     
     
     
     

  • Cet aide-mémoire en couleur présente sous une forme visuelle l'essentiel des notions, des structures, des phénomènes et des mécanismes géologiques à connaître en vue des examens et des concours. Regroupés en fiches, plus de 600 schémas et photos sont commentés pour vous permettre de réviser d'un seul coup d'oeil !
    Cette nouvelle édition intègre de nouvelles fiches sur l'origine des bassins sédimentaires, l'homme fossile, les modèles en dynamique terrestre, l'évolution de la croûte continentale...

  • Après un premier roman, Samuel Beauclair s'installe à Melvile dans une maison ayant appartenu à son père, lui-même romancier. En proie à une dépression créative et amoureuse, il ne parvient plus à écrire. Il espère trouver dans les lieux de son enfance une nouvelle sérénité, loin des noirceurs du passé. A la suite d'une double rencontre, celle des frère et soeur, Rachel et David, Samuel ouvrira des portes trop longtemps restées closes. Mais c'était sans compter qu'ici, à Melvile, certains démons, certaines légendes prennent chair et corps bien plus facilement qu'ailleurs...

  • Saul Miller, brillant universitaire, professeur d'astrophysique, passe sa retraite à Melvile. Auprès de Saul, il y a Paz et sa fille Mia, une jeune fille de onze ans que Saul aide dans ses devoirs. Il y a Beth et Daniel, ses amis et voisins. Et il y a eux. Des chasseurs venus d'ailleurs et qui rodent dans les bois. Une discussion qui tourne mal, un sourire inquiétant et c'est le monde de Saul qui explose. Mais c'était sans compter qu'ici, à Melvile, certaines légendes prennent chair et corps bien plus facilement qu'ailleurs...

  • La poule, le paon, le chat, le cochon, le lézard, le crapaud, le hanneton, le papillon, l'écureuil, le goujon, la sauterelle : ces poèmes, extraits des Histoires naturelles de Jules Renard (parues en 1896, dont certaines font partie de la liste de l'Education nationale, cycle 3) sont ici superbement illustrées par Jean-François Martin.

  • Le Docteur Lerne, sous-dieu Nouv.

    Nicolas erre dans l'inquiétude. D'abord dans un labyrinthe, puis dans un sinistre château, pour en finir là, observé par un médecin qui collectionne les chimères dans un serre. Trop observé... Ce sont ces greffes que le docteur Lerne trouve si merveilleuses, si abominablement somptueuses, et qui mènent au seuil d'une démence certaine. C'est là l'oeuvre d'un sous-dieu capricieux.



    Maurice Renard (1875-1939) est un écrivain français. Il connaît une enfance solitaire, et passe une grande partie de son temps plongé dans les livres. Il est diplômé en lettres et philosophie; suite à quoi il abandonne de nouvelles études de droit pour se consacrer finalement à la littérature. Il publie dans un premier temps un hommage à Victor Hugo, puis un recueil de contes «Fantômes et fantoches», en 1905. Ce n'est qu'en 1908 qu'il publie son premier roman «Le Docteur Lerne, sous-dieu», suivi par «Le Voyage immobile» en 1909, puis par «Le Péril bleu» en 1912, «Les Mains d'Orlac», en 1920. - chacun d'eux auront une influence science-fiction/fantastique. En 1922, en tant que secrétaire général de la Société des Gens de Lettres, il met à disposition 10 000 francs pour primer des romans merveilleux-scientifique. Il est aussi connu pour ses romans policiers «Le Mystère du masque» qu'il publie avec de nombreuses nouvelles, sous forme de feuilletons.

  • Paris, dans les années trente. Deux familles corses se haïssent depuis l'assassinat d'un aïeul par un membre de l'autre clan.
    Un siècle plus tard, deux descendants se rencontrent, sans savoir qui ils sont, tombent amoureux et se révèlent. Pourront-ils prouver l'innocence de l'assassin ?
    D'abord sorti sous forme de feuilleton, ce roman tient l'intrigue de rebondissement en rebondissement. Digne des séries actuelles, il inclut dans son scénario d'étranges plaques lumineuses qui sont capables de révéler, selon leur épaisseur, des vérités passées.

  • On s'amuse beaucoup avec cette histoire racontée par un savant qui a mis au point un procédé pour diminuer l'humain dont va faire les frais le jeune Fléchembeau soucieux de perdre quelques centimètres pour rassurer ses futurs beaux-parents... et qui se retrouve dans le monde de l'infiniment petit dont il reviendra pour témoigner. C'est dans un véritable pays que le voyageur malgré lui a plongé, un monde microbien où vivent trois espèces désespérement semblables aux Hommes en ce qu'elles détruisent leur environnement, pratiquent la sélection et se font la guerre. Amusé, amusant, Maurice Renard, parodiant le roman bourgeois en le trempant d'anticipation, ne cesse jamais d'interroger la place dans l'univers de l'être humain, cet être formidablement vaniteux qui s'en croit le centre.

    L'activité littéraire de Maurice Renard né à Reims (1875-1939), à l'origine du « merveilleux scientifique » français, le place parmi les très rares à avoir une postérité dans le domaine du fantastique et de l'anticipation, entre Jules Verne et Rosny Aîné d'un côté et Spitz, Messac ou Barjavel de l'autre. C'est pourtant de Poe et de Wells dont il s'est senti le plus proche. Nouvelliste, conteur, romancier, il est l'auteur de L'Invitation à la peur, du Docteur Lerne, sous-dieu et du Péril bleu.

  • Les légendes urbaines désignent des histoires surprenantes, non vérifiées ou même fausses, qui circulent dans nos sociétés. Manifestation contemporaine du folklore narratif, ces histoires brèves expriment de manière symbolique les peurs et angoisses d´une société moderne en crise.

  • «  Tout est possible. J'ai traversé de nombreuses épreuves, l'essentiel est de ne jamais renoncer. C'est le message de confiance que  je  veux faire passer aux jeunes, un  message de  persévérance.  »
      Wendie Renard, capitaine emblématique de l'Olympique Lyonnais, compte déjà 13 titres de championne de France, 6  Ligues des champions et plus de 100  sélections en équipe de  France.
    Dans ce livre, elle nous fait vivre son parcours hors du commun  : de sa jeunesse martiniquaise au Prêcheur, à  l'arrivée en Métropole. Un chemin loin d'être tracé d'avance.
    Elle partage avec nous ses valeurs - le courage, le respect, la combativité  -, qui l'animent depuis toujours. Un récit d'une  sensibilité rare.
    Avec des témoignages inédits de ses proches, de  ses anciens entraîneurs, et de Jean-Michel Aulas. Préface de Félix Merine

empty