Arts et spectacles

  • Après le succès de ses deux romans (L´Inachevée, Grasset, 2008 ; L´Emprise, Grasset, 2010), ainsi que de son essai sur Fernando Pessoa (Personne(s), Cécile Defaut, 2013), l´écrivaine et psychanalyste Sarah Chiche revient avec une glaçante méditation sur le Mal, à partir de l´oeuvre noire et fascinante de Michael Haneke. Découpé en 71 fragments, sur le modèle d´un des films de ce dernier, Éthique du Mikado se présente comme une promenade cursive dans laquelle chaque image devient une invitation à penser le pire de ce dont l´humanité est capable. Mais cette descente aux Enfers est aussi une manière de réfléchir à la manière dont les images du cinéma, comme celles de Haneke, peuvent nous servir d´école morale. C´est-à-dire combien, en mettant en scène le Mal, elles lancent en réalité un appel au Bien - un appel à s´ébrouer une fois le film fini, et à s´engager dans l´existence en conservant en nous la mémoire d´une horreur que, d´une certaine manière, nous avons vécue. Car telle est la puissance du cinéma : nous faire vivre avec des souvenirs rêvés, des peurs imaginaires, des émotions fabriquées - mais, par là même, rendre nos existences plus riches et plus fines. C´est ce que confirme Haneke lui-même, dans un entretien intime et profond avec Sarah Chiche, offert en annexe du livre.

empty