Sylvie Berard

  • La saga d'Illyge

    Sylvie Berard

    « Naître à Saga, c'est surgir en plein désordre. C'est apparaître entre les cuisses de sa mère au fond d'un appartement obscurci par une nouvelle panne, c'est apprendre très tôt à éviter les dispensaires indigents qui portent le nom nostalgique d'hôpitaux, c'est accepter très jeune de demeurer intouchable pour le reste du monde, c'est se résoudre à demeurer isolée dans un espace enclos aux dimensions démesurées...     Grandir à Saga, c'est apprendre à ne jamais apprivoiser le silence. C'est connaître la solitude dans tout ce qu'elle a de cliché : perdue au milieu de la foule. C'est connaître très peu le soleil, parce que ses rayons franchissent mal la brume opaque qui enchâsse la Cité, c'est vivre sous la chape de nuages poussés depuis les Périphes jusqu'au Coeur urbain, c'est se familiariser très vite avec la saleté, la détresse et la gloire passée des monuments décrépit... »     Celle qui parle s'appelle Illyge Raimbault, et c'est la performeuse la plus sulfureuse de Saga. Pas plus que la majorité des Citéens, contrairement aux Périphéens venant s'encanailler dans l'Arrondissement rouge, elle ne peut quitter le Coeur urbain. Illyge habite un ghetto, une prison. Est-ce pour cette raison qu'elle est devenue accro à l'élyx, la nouvelle drogue qui sévit dans la Cité ?     Selon les autorités, l'artiste est morte d'une overdose et c'est un jeune Périphéen, Idrisse Sainmarc, qui a découvert son cadavre. Mais Idrisse n'est pas d'accord : si le visage était bien celui d'Illyge, le corps était manifestement celui d'un homme ! Têtu, défiant les autorités, Idrisse décide de retrouver la performeuse. Dès lors, sa vie à Saga devient un enfer, mais il n'en a cure, car très vite il se sait sur le point de découvrir une réalité qui risque de changer à jamais l'avenir de l'Humanité !

  • Lorsque vous me manquez
    Votre absence est légion
    Vous vous pavanez dans des tailles de guêpe
    Votre talle étrangère sucrée

    Les espaces vacants
    Les miels arrêtés

    Ces yeux
    Qui ne se posent pas
    Destins inassumés de petites places
    Ces joues
    Sans nouvelles ni papier
    Sans ailes ni bruit

    Lorsque vous me désertez
    Le vide me rappelle

    Dans un train qui file vers l'est, une femme médite sur l'éloignement amoureux de l'autre qui ne se rappelle plus qu'elle existe. Dans une maison, une femme - est-ce la même ? - songe à sa mère diminuée par la maladie d'Alzheimer. Ces deux formes d'oubli, qui se rencontrent de manière naturelle et discordante au fil d'un récit où tout s'estompe, provoquent colère et tristesse chez la personne en proie au souvenir.

  • À croire que j'aime les failles
    À louer les tremblements
    Érigés en plein ou en creux

    La route n'est droite dans aucun sens
    Ses accotements abîmes
    De souffles coupés
    Ses pentes vertiges renversés

    Des accidents
    M'échouent sur le chemin qui mène
    J'aimerais vous dire je m'y retrouverai la prochaine fois
    Ou non

    Jamais exactement là où elle devrait être, jamais attendue telle quelle, jamais tout à fait comme il faut. Ni d'eux, ni d'elles, ni d'iels, la voix poétique investit l'univers de la faille, cette imperfection qui devient ici un espace où repenser les possibles. Les trois suites poétiques du recueil sont tour à tour transgressives, grammaticales, joyeusement de guingois, et questionnent le matériau, celui avec lequel on forge une langue, celui contre lequel s'érodent les souvenirs.

    La poésie de Bérard explore le queer, «peut-être le mot [...] qui résume le mieux ce sentiment de ne pas totalement réussir à être comme il faut». C'est de ce point de départ, l'impression d'être «un peu en avance ou en retard ou juste un peu à côté, de travers, à l'écart» que s'ouvre le chemin de l'écriture.

    Après avoir remporté le prix de poésie Trillium 2018 avec «Oubliez» (Prise de parole), un magnifique premier recueil sur l'effacement, Sylvie Bérard démontre qu'elle sait créer une poésie d'une grande puissance d'évocation.

  • Terre des autres

    Sylvie Berard

    Sur une planète extrêmement chaude et ensablée, les Darztls, une race de gros lézards, ont érigé une civilisation complexe. Pour eux, cette terre s'appelle Sielxth.
    Un jour, un vaisseau-colonie en provenance de la Terre se pose en catastrophe sur cette planète. Constatant qu'elle est habitable, les humains décident de s'y établir. Pour eux, cette terre portera le nom de Mars II.
    Bien sûr, au début, il y eut quelques rencontres dites de « troisième type », voire des tentatives de cohabitation. Tant chez les darztls que chez les hommes, la curiosité et le besoin de comprendre l'Autre - ou plutôt d'apprivoiser sa différence - favorisèrent les échanges Pourtant, sous la surface couvaient la peur et la violence ; bientôt il y eut des escarmouches, puis la rupture des contacts, finalement la chasse et l'esclavage. Malgré tous les darztls et tous les hommes de bonne volonté, un nouvel enfer venait de naître...
    Terre des Autres : la fascinante chronique d'un choc extrême des cultures, un roman d'une rare intensité.

    PRIX BORÉAL 2005
    PRIX JACQUES-BROSSARD 2005
    PRIX DES LECTEURS DE RADIO-CANADA 2006

  • L'une, forte de sa longue expérience dans le domaine de la rédaction scientifique, vient de publier un premier roman intitulé Une sorte de nitescence langoureuse ; l'autre, qui n'en est pas à sa première expérience littéraire, a lancé Rendez-vous sur Apocalypse, son nouveau roman de science-fiction.
    Pour l'une, la critique institutionnelle remarquera, au fil des semaines, « l'écriture qui transcende la trivialité des représentations », « la noirceur éclatante de son propos » et « sa grande maturité ». Certains iront jusqu'à la comparer à « Boris Vian pour sa façon fantaisiste de décrire la réalité », voire à « Marguerite Duras pour son style s'égarant sur les choses ». Sans oublier, bien sûr, de recommander le titre à « quiconque aime s'immerger dans les livres et en ressortir complètement dépaysé ».
    Pour l'autre, il y aura l'habituelle attente, heureusement compensée par l'enthousiasme communicateur des amateurs de science-fiction, qui aiment se réunir et discuter de leur genre préféré, mais aussi par les pertinentes analyses de certains blogues spécialisés.
    Or, voici que l'une et l'autre ont été invitées à la même émission littéraire...
    Une sorte de nitescence langoureuse, ou quand Sylvie Bérard, forte de ses expériences littéraires et universitaires, nous offre un habile mélange d'autofiction et d'(im)pertinentes réflexions sur le monde littéraire d'aujourd'hui, l'ensemble magnifiquement illustré par Bernard Duchesne.

  • L'édition automnale de Voix et Images se consacre à la place des régions dans la littérature québécoise et à son renouveau durant les dernières années. Ce dossier délaisse l'héritage parfois lourd et poussiéreux de la littérature du terroir « en rassemblant des analyses critiques d'oeuvres récentes [...] [et] ambitionne de montrer comment ces oeuvres déjouent avec bonheur certaines attentes. » David Bélanger et Cassie Bérard se penchent sur trois romans construits autour d'un meurtre et des impacts de cet événement dans une petite communauté. Francis Langevin s'intéresse lui aussi au motif de la mort, mais aussi à celui de la filiation et à la relation entre héritage et territoire. Élise Lepage se penche plutôt sur un recueil de poésie dépeignant un lieu-dit dépeuplé, alors qu'Isabelle Kirouac Massicotte analyse l'écriture de la périphérie à travers La Déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen et Nutshimit de Naomi Fontaine.

empty