Sylvie Thénault

  • Peut-on aujourd'hui parler de la « guerre d'Algérie » d'une façon dépassionnée ? Cinquante ans après les Accords d'Évian, les blessures sont encore vives, les débats toujours d'actualité, les clichés tenaces. L'appellation de la guerre elle-même pose question : « Révolution » ? « Libération nationale » ? « Guerre d'indépendance » ? Du long chemin menant des « événements » à la reconnaissance de la guerre, il nous reste bien des idées reçues : « La guerre aurait pu être évitée », « Ce n'était pas une guerre, mais des opérations de maintien de l'ordre », « La bataille d'Alger est le symbole de la guerre d'Algérie », « De Gaulle a donné l'indépendance à l'Algérie », « Les intellectuels français soutenaient le FLN », « Le FLN a mis en place un état autoritaire », « La violence est une permanence de l'histoire de l'Algérie »...
    Des origines du conflit à nos jours, cet ouvrage retrace les moments-clés et leur impact dans les mémoires.

  • Pendant la guerre d'indépendance algérienne, les autorités françaises ouvrirent des camps d'internement pour les « suspects » arrêtés par la police ou par l'armée. Des dizaines de milliers d'Algériens y furent détenus. Recours ponctuel pour maintenir l'ordre public dans des circonstances extraordinaires ? Pas seulement. Ces camps n'étaient qu'une forme nouvelle de l'internement, dont elles avaient usé, depuis longtemps, pour réprimer les résistances qu'elles rencontraient en Algérie. Y compris en dehors des périodes de guerre ou d'insurrection. Cet ouvrage ne se borne pas à dénoncer les duretés des autorités ou leurs dérives aux moments de crise. Il retrace l'histoire, tout au long de la période coloniale, de la pratique de l'internement dans sa mise en oeuvre concrète par la France, depuis l'épo-que de l'indigénat.?Pourquoi était-il utilisé ? Qui en était victime ? Quel rôle jouait-il dans la tutelle exercée sur les colonisés ? C'est toute la logique de l'arbitraire colonial que démonte l'une de nos meilleures spécialistes dans cet ouvrage dépassionné mais clinique. Sylvie Thénault est chargée de recherche au CNRS, au Centre d'histoire sociale du xxe siècle. Elle est notamment l'auteur d'une Histoire de la guerre d'indépendance et d'Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d'Algérie. 

  • Un livre essentiel sur l'un des aspects les plus méconnus, et néanmoins essentiel, de la guerre d'Algérie.
    De 1954 à 1962, au nom de la lutte contre la " subversion " du FLN, au nom du rattachement de l'Algérie à la France qui interdisait d'y appliquer le droit de la guerre et de considérer les nationalistes comme des combattants, la justice et son personnel prirent une part active à la guerre d'Algérie : instruction des affaires, condamnations par milliers infligées par les tribunaux correctionnels et militaires, rappel de magistrats sous les drapeaux, etc. Les seules condamnations à mort atteignirent les 1 500, dont près de 200 furent exécutées. Dans ce livre passionnant et très documenté, Sylvie Thénault montre que cette insertion de la justice dans un vaste système de répression la priva de fait de son droit de regard sur les arrestations, les gardes à vue, les détentions et les interrogatoires pratiqués par l'armée. S'appuyant sur des archives jusque-là inaccessibles de l'Armée de terre - instructions, directives, fiches de renseignements, etc. - et du ministère de la Justice, notamment la correspondance entre les procureurs généraux d'Algérie et la Chancellerie parisienne, elle met au jour une justice amputée et réformée par les législations d'exception. Une " drôle de justice ", à l'image de la " drôle de guerre ", cette guerre qui n'en était pas vraiment une.

  • À l'occasion du cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, les Éditions La Découverte (Paris) et les Éditions Barzakh (Alger) ont publiéconjointement et simultanément en 2012, dans les deux pays, cet ouvrage collectif destiné à un large public sur l'histoire de l'Algérie à la période coloniale (1830-1962). En effet, en France comme en Algérie, celle-ci reste souvent mal connue des non-spécialistes, alors qu'elle est essentielle pour mieux comprendre la situation actuelle dans les deux pays, ainsi que leurs relations depuis l'indépendance en 1962. Or, depuis les travaux pionniers de Charles-André Julien et Charles-Robert Ageron, malgré la multiplication des publications, on manque aujourd'hui d'une vaste fresque synthétique de cette histoire, rendant compte notamment des travaux les plus récents. Ce livre, écrit principalement par des historiens (algériens, français et d'autres nationalités), a donc pour but de mettre à dis-position des lecteurs une histoire partagée et critique de cette période historique, qui tienne compte des interrogations actuelles des sociétés sur ce passé.
    Cet ouvrage replace ainsi la guerre d'indépendance dans le temps long de la période coloniale, car c'est bien dans cette longue durée que le conflit s'enracine. Il permet ainsi de rendre compte des résultats des nombreux travaux de recherche novateurs conduits depuis une quinzaine d'années sur la période comprise entre la fin de la conquête et le début de cette guerre. Dans ce cadre historique, l'ouvrage entend questionner comment l'histoire de ces deux pays et de ces populations s'est nouée, dans des rapports complexes de domination et de violence, mais aussi d'échanges, dans les contextes de la colonisation puis de la décolonisation. Il s'agit enfin d'interroger les héritages de ces cent trente ans de colonisation qui marquent encore les sociétés algériennes et françaises.

empty