Tremblay Julie

  • Il y a, à la source du mal de vivre, une profonde division interne, un conflit intérieur qui peut se propager jusqu'à devenir un conflit avec la vie elle-même.
    J'étais morte, mais pas enterée, et c'est la philosophie qui m'a ramenée ;a la vie. Comme une mère, elle m'a non seulement donné la vie en me donnant accès à ma vie intérieure par l'élargissement de ma conscience, mais elle m'a également appris à vivre, c'est-à-dire comment agir au mieux dans la vie quotidienne.
    Tout au long de ses réflexions et de son témoignage, l'auteure affirme haut et fort que la philosophie peut sauver des vies, car elle rend possibles la conversion du regard et la prise en charge de sa propre liberté.

  • Cet ouvrage est le témoignage d'un homme « ordinaire » et sincère, qui, depuis 2013, a publié ses textes sur son blog "au-delà des écrans" pour raconter son odyssée de retour vers sa bien-aimée, pour se dire, se comprendre et partager ses questionnements sur l'intimité avec sa compagne. C'est l'histoire d'un couple qui s'est réinventé jour après jour, en remettant l'amour en circulation malgré les années passées, le quotidien surchargé, et en invitant la joie et l'écoute dans leur sexualité. Lu et remercié par des milliers de lecteurs (il est suivi par plus de 20 000 personnes et son TEDx a été vu plus de 241 000 fois), Jean-Philippe Ruette en a conçu, avec sa muse Julie Tremblay, Coeur et Sexe enfin réconciliés, un livre concret sur le couple, l'amour, le quotidien et le sexe, avec des conseils pratiques, des prises de conscience et des remises en question. Son objectif premier était de s'adresser aux hommes, d'homme à homme, de coeur à coeur. Les femmes qui l'ont découvert sur les réseaux sociaux ont été touchées par tant d'authenticité, de beauté, d'humilité et de puissance. « Soulagé, j'avais enfin compris ce qu'elle me disait depuis si longtemps avec ses mots de femmes que je n'avais jamais captés. Son premier besoin était si simple : être vue, reçue, accueillie entièrement, aimée sans condition. Et pour cela je n'avais qu'à cesser de FAIRE, qu'à sortir de ma tête pour me laisser enfin toucher, par sa Beauté-qui-rayonne, celle qui ouvre et nourrit le coeur de l'homme. Et ce fut le début de la vraie rencontre... »

  • L'échappée

    Julie Tremblay

    • Emoi
    • 5 Octobre 2016

    À vingt-deux ans, son diplôme de la Sorbonne en poche, Anne Menard décide de partir au Canada. De petits boulots en petits boulots, son itinéraire la mène jusqu'au Myers Lake, un petit coin de paradis perdu au fond de l'Ontario. Ce qui ne devait être qu'un simple travail saisonnier va prendre une tournure différente lorsqu'Anne fait la rencontre des fils du domaine. Si Nathan se montre très avenant avec Anne, Ethan est beaucoup plus difficile à cerner... Ex-star de hockey, il a vu sa carrière prendre brutalement fin et tous ses rêves s'envoler. Déterminée à mieux le connaître, Anne ne se laisse pas intimider par l'attitude revêche du jeune homme. Encore faut-il que celui-ci baisse la garde et accepte de s'ouvrir...
     

  • Pour franchir la porte du haïku, cela prend du temps. Il faut souffler sur la poussière, redécouvrir les rires qui traînent au-dessus de la table après un long repas, le plaisir de marcher lentement à travers les gens pressés. On en reste éblouis, étonnés. Car en portant notre attention sur ces instants, on découvre que ce sont eux qui, l'un après l'autre, font notre bonheur.

    réveille-matin / le chatouillis d'un baiser / dans mon cou

    dimanche gris / pendant ma lecture matinale / le bruit du frigo

  • À contre-courant

    Julie Tremblay

    • Emoi
    • 28 Novembre 2018

    Après quatre ans d'absence,  Sienna retourne à Tofino, sur l'île de Vancouver, pour passer les fêtes en famille. Suite à une terrible tragédie, elle a préféré tout laisser derrière elle, y compris Finn, avec qui elle devait se marier. Les années ont passé, mais qu'en est-il des blessures et des sentiments  ?

  • Cette 3e édition du guide Gestion optimale du rucher décrit, saison par saison, les étapes de travail d'une année au rucher et les soins à donner aux abeilles.
    Apiculteurs et conseillers y trouveront les méthodes recommandées pour bien observer l'état des ruches, les manipuler de façon sécuritaire et favoriser la santé et la productivité des colonies.
    Le chapitre sur les maladies et parasites a été revu et augmenté et reflète les meilleures pratiques afin de savoir prévenir, identifier et traiter les problèmes selon une approche de lutte intégrée.
    Enfin, ce guide présente les lois et règlements dont les apiculteurs doivent tenir compte, ainsi que de nouvelles sections sur l'apiculture biologique, le partage du territoire et l'apiculture urbaine

  • « Qui a peur des changements climatiques? » Ainsi s'interrogent les collaborateurs et collaboratrices du numéro printanier de la revue L'Inconvénient. Les climatologues multiplient les avertissements quant à la catastrophe qui nous guette. L'humanité reste pourtant curieusement immobile face à ces mises en garde. Depuis des décennies, nous nous donnons des cibles d'émissions de gaz à effet de serre que nous ne respectons pas et que nous reportons sans cesse alors que le moment de vérité, lui, se rapproche inéluctablement. Que signifie cette inertie tragique? Quelles en sont les causes profondes? L'humanité ne tient-elle pas à sa pérennité? Découvrez quelques pistes de réflexion dans ce dossier fouillé. Aussi au sommaire, un portfolio d'Isabelle Hayeur, les habituelles chroniques cinéma, séries télé et littérature et un portrait de Ma Rainey dans la rubrique Jazz.

  • Cet hiver, la revue L'Inconvénient propose un dossier sur l'art (presque perdu) du dialogue. Au coeur du dossier, retrouvez des essais entre autres sur la polémique, la notion de dialogue, la tolérance ou quoi dire (ou ne pas dire). Lisez aussi « Crise des médias : pour un retour de l'audace », un entretien avec Marie-France Bazzo. Les chroniques de Julie Mazzieri, Vincent Lambert, Robert Lévesque et Patrick Nicol sont au rendez-vous, ainsi que les rubriques cinéma, série télé et littérature. Dans la rubrique Jazz, découvrez Mary Lou Williams et dans la rubrique BD, de nouveaux aphorismes inédits de Cioran. Du côté de la rubrique Peinture, lisez un retour sur l'événement Pictura : Pleins feux sur la peinture à Montréal, présenté durant les mois de novembre et décembre 2020.

  • En couverture du numéro estival de la revue Séquences, Marathon Man de John Schlesinger, premier film à suspense du cinéaste, sorti au milieu des années 1970. Arnaud Corbic se penche sur ce film et les autres du réalisateur (Midnight Cowboy, Easy Rider, Yanks, Darling). Marathon Man rejoint directement ou en filigrane, les thèmes de l'identité (ici, la judaïcité), de l'engagement personnel et de la « chasse aux grands coupables de ce monde, toujours en délire de racisme, d'intolérance. ». Le numéro propose aussi de gros plans sur Leto et Rêveuses de ville, des critiques de Hak_MTL, Jeune Juliette, Kokoschka OEuvre-vie, The White Crow et The Grizzlies et des entrevues avec la réalisatrice Nadine Gomez, le documentariste Nicolas Goyette et le réalisateur Wang Xiaoshuai. Retrouvez-y aussi un compte-rendu du 9e Lux Film Fest, un hommage à Agnès Varda, la deuxième partie de celui à Bernardo Bertolucci et quelques recensions d'essais sur le cinéma.

  • En couverture du numéro d'automne de Séquences, Antigone de Sophie Deraspe. Élie Castiel s'est entretenu avec la cinéaste et Guilhem Caillard en signe le commentaire critique. La rubrique Gros Plan met de l'avant des critiques de Once Upon a Time... in Hollywood de Quentin Tarantino, The Death and Life of John F. Donovan de Xavier Dolan et The Last Black Man in San Francisco de Joe Talbot. Également au sommaire : une critique rétrospective de Easy Rider, un essai sur L'étranger de Luchino Visconti d'après le roman de Camus, un hommage à Jean-Claude Labrecque, de courtes critiques de plusieurs films récents dont Les drapeaux de papier, The Lion King et Marianne & Leonard : Words of Love, ainsi que de nombreuses recensions d'ouvrages sur le cinéma et une rubrique Salut l'artiste ! soulignant les décès du critique Freddy Buache, du réalisateur Jean-Pierre Mocky, de l'actrice Édith Scob et du réalisateur et scénariste Franco Zeffirelli.

  • L'Inconvénient se branche cet automne sur la crise sanitaire engendrée par la pandémie de COVID-19 qui ébranle la société depuis plusieurs mois déjà. Au-delà des statistiques quotidiennes et des incessants débats sur la gestion de la crise sanitaire, les philosophes, les essayistes et les écrivains réunis dans ce numéro vous invitent à prendre du recul et à explorer le sens et les impacts de la pandémie sur nos vies et notre société. Comment sera l'après-pandémie ? Changerons-nous vraiment ou oublierons-nous après un moment, bien confortablement installé dans une normalité retrouvée ? Qu'est-ce que le confinement aura apporté, de bon ou de moins bon ? Également au sommaire, un portait de Benjamin Klein dans la rubrique Peinture, un de Bill Evans dans la rubrique Jazz, de nouveaux aphorismes inédits de Cioran en bande dessinée et des essais sur des oeuvres littéraires récemment parues.

empty