Yves Lequin

  • C'est dans un large cadre géographique que s'inscrit le travail d'Yves Lequin : Lyon et sa mouvance directe mais aussi le bassin de la Loire, le Dauphiné, la Savoie, le Bugey, le Vivarais, les montagnes du Roannais et du Beaujolais ; il évite ainsi à la fois l'étroitesse de la monographie et les faux-semblants du cadre national confondu avec les appareils parisiens. Livre d'histoire sociale de la classe ouvrière, il éclaire la vie et l'action de ses organisations par les modalités de l'industrialisation, par les évolutions de la vie matérielle et culturelle, par la sociologie des groupes où elles s'insèrent. L'image qui en sort rompt avec l'idée habituelle d'une évolution linéaire. Yves Lequin oppose fortement deux périodes séparées, grossièrement par la grande dépression des années 1880-1890 qui coïncide avec une profonde mutation de toute l'économie régionale. Jusque-là, l'industrialisation n'a pas été rupture mais développement parti de loin ; aussi les groupes ouvriers renforcent-ils leur cohésion en augmentant leur nombre, même si la médiocrité des conditions de travail et de vie correspond bien aux descriptions du temps ; autour du métier naissent des mouvements collectifs et une prise de conscience très précoces d'où sortent des organisations professionnelles d'une puissance insoupçonnée et qui atteignent leur apogée à la veille des années 1880. C'est après 1890, la reconversion totale de l'industrie régionale qui brise leur base militante ; la Belle Époque est un temps d'inquiétudes et d'incertitudes malgré l'amélioration du niveau de vie ; avec la disparition du « métier » liée à une déqualification générale du travail, disparaît ou s'affaiblit l'identité collective. C'est en fait une nouvelle classe ouvrière qui est en train de naître, encore incertaine d'elle-même et souvent prisonnière de conduites revendicatives ou politiques héritées du XIXe siècle, inadaptées au siècle qui naît.

  • C'est dans un large cadre géographique que s'inscrit le travail d'Yves Lequin : Lyon et sa mouvance directe mais aussi le bassin de la Loire, le Dauphiné, la Savoie, le Bugey, le Vivarais, les montagnes du Roannais et du Beaujolais ; il évite ainsi à la fois l'étroitesse de la monographie et les faux-semblants du cadre national confondu avec les appareils parisiens. Livre d'histoire sociale de la classe ouvrière, il éclaire la vie et l'action de ses organisations par les modalités de l'industrialisation, par les évolutions de la vie matérielle et culturelle, par la sociologie des groupes où elles s'insèrent. L'image qui en sort rompt avec l'idée habituelle d'une évolution linéaire. Yves Lequin oppose fortement deux périodes séparées, grossièrement par la grande dépression des années 1880-1890 qui coïncide avec une profonde mutation de toute l'économie régionale. Jusque-là, l'industrialisation n'a pas été rupture mais développement parti de loin ; aussi les groupes ouvriers renforcent-ils leur cohésion en augmentant leur nombre, même si la médiocrité des conditions de travail et de vie correspond bien aux descriptions du temps ; autour du métier naissent des mouvements collectifs et une prise de conscience très précoces d'où sortent des organisations professionnelles d'une puissance insoupçonnée et qui atteignent leur apogée à la veille des années 1880. C'est après 1890, la reconversion totale de l'industrie régionale qui brise leur base militante ; la Belle Époque est un temps d'inquiétudes et d'incertitudes malgré l'amélioration du niveau de vie ; avec la disparition du « métier » liée à une déqualification générale du travail, disparaît ou s'affaiblit l'identité collective. C'est en fait une nouvelle classe ouvrière qui est en train de naître, encore incertaine d'elle-même et souvent prisonnière de conduites revendicatives ou politiques héritées du xixe siècle, inadaptées au siècle qui naît.

  • "Depuis une dizaine d'années, les historiens européens ont développé des voies de recherches originales sur l'histoire de l'entreprise, se démarquant de l'historiographie américaine sur la business history. Ce volume, issue d'une Table-Ronde qui rassemblait des historiens américains, allemands, italiens, anglais et français, rassemble des articles qui illustrent en particulier une nouvelle histoire sociale des entreprises : on s'attache là à l'étude des itinéraires sociaux et professionnels en mettant en valeur les carrières, les mobilités, les sédimentations et aussi les manières entrepreneuriales pour créer une culture d'entreprise".

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La pandémie actuelle de Covid-19 nous donne l'impression de vivre un moment unique. Pourtant, l'histoire française est pleine de calamités et de fléaux. Hier, les pestes, les famines, les pillages, les inondations... Aujourd'hui, les accidents nucléaires, les épidémies nouvelles, le terrorisme... Loin de nous désespérer, ce constat doit nous rassurer : si nos aïeux ont su s'en relever, pourquoi n'en serions-nous pas capables ?
    C'est en effet à la lumière des malheurs d'hier que les historiens dégagent ce qui conditionne nos réactions face aux menaces du XXIe siècle. Cette nouvelle édition augmentée éclaire ainsi les maux qui ont marqué la France du début du Moyen Âge à nos jours, tels qu'ils ont été vécus et qu'ils ont évolué.
    « Car n'est-ce pas précisément la fonction de l'historien dans la société de fournir à ses contemporains les lumières sur le passé dont ils ont besoin pour comprendre le présent, prendre du recul par rapport à lui et, en même temps, inventer l'avenir ? » Jean Delumeau.
     

  • Si les auteurs de ces dossiers sont des historiens de formation, ils n'ignorent ni la vision du géographe, ni les soucis du sociologue ou de l'économiste. Ainsi, ont-ils visé la synthèse et se sont-ils efforcés d'expliquer le XXe siècle en termes de sciences humaines. Les 6 dossiers de cette série constituent un ensemble qui rend compte des problèmes essentiels du monde contemporain, dans cette seconde moitié du XXe siècle. L'Europe occidentale au XXe siècle par Y. Lequin et J. Maillard Le monde nord-américain par J. Maillard et Y. Lequin - avec la collaboration de B. Rouanet, M.-L. Triollet et J. Girault. L'U.R.S.S. et le monde socialiste européen par Y. Lequin et J. Maillard. Les nouveaux mondes d'Extrême-Orient : Chine, Japon au XXe siècle, par J. Maillard et Y. Lequin - avec la collaboration de B. Rouanet, M.-L. Triollet et J. Girault. Le Tiers Monde par J. Girault, J. Maillard, B. Rouanet et M.-L. Triollet. La Méditerranée arabe et le Proche-Orient au XXe siècle, par J.-H. Dénécheau, J. Girault, J. et B. Maillard, J.-L. Marais, M.-L. Triollet.

empty