Éditions MM Ltd

  • Le journal d'une femme sur les traces du passé de sa famille.
    Sur les traces d'une ancêtre effacée de son arbre généalogique, une jeune femme nous offre, à travers son journal, un récit qui met en scène la circulation d'un silence entre trois générations.
    A quoi correspond-il ?
    Découvrez le récit d'une jeune femme à la recherche d'une ancêtre oubliée et qui tente de percer le silence qui entoure sa famille depuis trois générations.
    EXTRAIT
    La colère de ma grand-mère.
    J'adore ma grand-mère. Elle s'appelle Emilia, c'est la mère de ma mère, elle est d'origine portugaise, et quand j'étais petite j'étais tout le temps fourrée chez elle, j'y passais tout mon temps libre ; c'était d'autant plus facile qu'on habitait à peine à trois rues de distance. Pas très grande, plutôt mince, les cheveux gris frisés au petit fer - c'était la mode à l'époque - un visage aux contours très doux, elle était la plupart du temps « en tablier » comme si ce vêtement faisait intrinsèquement partie de sa personnalité. Avec mes grands-parents on avait des relations fantastiques. De tout l'été je n'étais pas chez moi à la maison, j'étais chez mes grands-parents. Tout près, en bas du village, il y avait mes oncles et tous mes cousins, seulement des garçons pendant longtemps. En plus, j'avais un oncle du même âge, à un mois près, Etienne, parce que ma mère et ma grand-mère avaient eu un enfant en même temps, nous étions toujours ensemble. Au début mon père était le seul à avoir une fille. Pendant toute mon enfance j'étais la seule fille née Lobroslak. J'étais la chouchoute, la petite préférée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie-Lorraine Pradelles-Monod a été maître de conférence en psychologie clinique et psychopathologie à l'université Louis Pasteur (actuellement Université de Strasbourg). Elle est psychologue-psychanalyste.

  • Donnez à votre vie tout le sens qu'elle mérite !
    Un ouvrage qui a été pensé comme un accompagnement aux cheminements intérieurs et qui pose les premières pierres d'une démarche de développement personnel.
    Dix chapitres qui donnent une première réponse à cette question universelle : la quête du bonheur et des luttes qui vont avec.
    EXTRAIT
    La perception est le cadre de votre horizon. Elle est limite et/ou ouverture sur votre monde intérieur comme extérieur. Lorsque vous observez le paysage qui vous entoure, voyez-vous la végétation qui en ressort ? Percevez-vous le ciel ? Vous écoutez-vous penser? Ou êtes-vous entré sur vos angoisses, le bruit, le gris? Ce que vous voyez vous connecte au monde d'une certaine manière. Si vous observez le monde d'en bas, on vous regardera d'en haut. Si vous vous concentrez sur les risques et les potentiels dangers à l'horizon, vous vous dirigerez tout droit vers vos craintes. Idem pour la réussite intérieure comme extérieure, si vous la percevez, vous la rechercherez et vous la trouverez. Nous cherchons toujours dans notre vécu la confirmation de ce que nous croyons, en positif comme en négatif.
    À PROPOS DES AUTEURES
    Fanny Bauer-Motti est psychologue, psychanalyste, Docteur en psychologie clinique et psychopathologie et Visitor academic à l'université d'Oxford. Elle a ouvert son premier cabinet de psychologie à l'île Maurice et exerce à présent à Londres et en France dans son propre cabinet de psychologie et psychanalyse. Elle a développé le psycoaching et une forme de thérapie à l'approche multiculturelle. Elle possède égalemebt Master en droit, économie et gestion, en journalisme et en science politique.
    Marinette Motti était psychologue psychanalyste et Docteur en stylistique. Elle a inventé de nombreuses thérapies permettant l'exploration du psychisme notamment le psycoaching et l' écoute approfondie des connexions comme voie d' analyse thérapeutique. Elle est à l'origine d'un courant de pensée psychologique et spirituel.

empty