Alias

  • Dalida, c'est Andromaque et Blanche Dubois, Cléopâtre et Dalila, Rita Hayworth et Mistinguett. La rencontre en une seule femme de plusieurs personnalités mythiques, réelles ou fictives, qui ont toutes aujourd'hui valeur d'archétype. Chanteuse avant tout, actrice à ses heures, celle qui aura été l'un des plus grands monstres sacrés du music-hall d'après-guerre occupe désormais une place de choix dans la mémoire collective. Publié d'abord quinze ans après sa disparition, ce livre est le tout premier essai consacré à la créatrice de Gigi L'Amoroso. Un texte singulier, un regard lucide sur une artiste célèbre mais néanmoins méconnue. Au-delà de l'anecdote, est mise en lumière ici l'extraordinaire complexité du personnage Dalida, un être dont l'existence et le travail s'enchevêtrent jusqu'à former, l'un dans l'autre, une oeuvre apparemment éclatée, mais forte pourtant d'une implacable cohérence.

  • Mise en doute par certains et considérée comme allant de soi par d'autres, la spécificité de l'écriture au féminin est au coeur de nombreux débats. Lori Saint-Martin prend ici
    parti et propose une explication éprouvée, inspirée de la théorie littéraire et de la psychanalyse féministe : le rapport mère-fille, pivot de l'identité des femmes, est tout aussi déterminant pour leurs écrits. Un essai subtil, provocant et tout à fait actuel.

  • Cet essai de Robert Richard a pour motif central le mythe de l'Annonciation, fondateur de l'Europe contractualiste moderne. L'auteur démontre l'importance de l'invasion des «barbares», de la rencontre avec l'Autre et du contrat que l'on passe avec lui, entente étrange d'où naît le sujet politique libre. L'essai de Robert Richard a l'originalité de parler de l'Europe à partir d'un point de vue américain et de traiter du politique à partir de textes littéraires de Dante, Sade et Aquin.

empty