Armand Colin

  • L'analyse de la poésie, même contemporaine, ne saurait se passer d'une connaissance approfondie de la versification, discipline rigoureuse, délicate, et qui ouvre à une étude plus complète de ce tout signifiant qu'est le poème.  Cet ouvrage présente une série d'exercices progressifs qui couvrent le champ dévolu à cette discipline, du vers aux formes fixes en passant par le rythme et la rime : les textes d'application sont variés, choisis dans des genres et des époques diversifiés, et chaque question est développée selon un plan clair et pédagogique.  À travers l'ensemble, c'est toute la question du langage poétique qui est posée.

  • Il semble clair que Shakespeare a véritablement et consciemment conçu ses oeuvres comme les vecteurs de sa sagesse politique - ses pièces historiques en fournissent la preuve. Shakespeare a cherché à y développer un point de vue raisonnable sur la nature du régime anglais et sur la façon dont il devait être accepté et révéré par les générations ultérieures d'Anglais. Il a réussi dans son entreprise, car les Anglais, à bien des égards, comprennent véritablement leur histoire de la façon dont il l'a dépeinte. Sur ce point, son dessein était clairement politique. C'est en se référant d'abord aux préoccupations de la société civile qu'il a compris ce qui pouvait éblouir et passionner son public.
    Est-il vraisemblable que ce ne fût là rien de plus qu'une série d'histoires bonnes pour le théâtre ? Peut-on raisonnablement prétendre que Shakespeare s'est jeté précipitamment dans la composition de pièces historiques parce qu'il avait besoin d'argent, ou encore qu'il ignorait les faits les plus importants de l'histoire anglaise parce qu'il n'avait jamais fait d'études ? Ce serait comme dire que Jefferson, sans s'intéresser vraiment aux principes politiques, a écrit la Déclaration d'indépendance parce qu'il voulait être célèbre, et que le succès de cette déclaration tient au fait qu'elle fournit un excellent discours de 4 juillet...

  • Destiné aux étudiants de lettres de licence et de master, et aussi à ceux qui préparent les concours du CAPES et de l'agrégation, ce manuel fournit les éléments indispensables au traitement des sujets proposés de façon récurrente aux examens et concours.
    Il se compose de trois grandes parties : les deux premières sont consacrées à la morphologie (nominale puis verbale) et la troisième à la syntaxe. En morphologie, chaque question est envisagée dans la double perspective synchronique et diachronique. La section syntaxe offre des « grilles » d'analyse préétablies : chaque chapitre propose un plan d'étude précis, illustré d'exemples empruntés aux oeuvres « classiques » du Moyen Âge. Ce plan doit permettre d'identifier, de classer et de commenter toute occurrence rencontrée dans les textes inscrits aux programmes.
    Cette nouvelle édition est enrichie d'un nouveau chapitre sur le participe passé et des compléments sur la négation et les propositions relatives.

  • Est-il possible de juger une tragédie de Racine sans l'inscrire dans les principes du classicisme, un roman de Maupassant sans le référer aux postulats du réalisme, un poème de Mallarmé sans le rapporter à la quête du symbolisme  ?
    L'objectif de cet ouvrage est de raconter une histoire, celle des belles-lettres, de l'humanisme au postmodernisme, mais aussi de donner à tous, étudiants ou simples amateurs, les clés théoriques pour comprendre chacun des grands mouvements de notre littérature.

  • Cet ouvrage permet à tous ceux qui étudient la langue française de se familiariser aisément avec les figures de style grâce à : 
    -  une présentation claire et un langage accessible ; 
    - un slogan ou un condensé de la définition ; 
    - de nombreux exemples et des remarques faisant état des nuances existant entre les différentes figures dont l'étymologie est donnée systématiquement. 

  • La philosophie indienne représente l'une des réalisations majeures de l'esprit humain : les doctrines qui sont nées sur la terre de l'Inde recèlent des trésors spéculatifs et spirituels, que l'Inde a légués à la philosophie universelle. Cet ouvrage offre un panorama concis de la philosophie indienne (écoles, courants, oeuvres majeures) ; dégage l'originalité de la philosophie indienne en la distinguant de la philosophie occidentale ; apprécie ses contributions à la philosophie universelle.

  • Ce livre est une nouvelle version, modifiée en de nombreux points, d'un ouvrage paru en 2010. Son objectif est resté le même  : fournir aux étudiants de littérature un manuel complet proposant à la fois les notions linguistique et la méthodologie indispensables à l'étude linguistique des textes. Il prend pour fil directeur diverses problématiques des théories de l'énonciation et des courants pragmatiques, avec une véritable volonté pédagogique. De nombreux exemples d'analyse permettent de se familiariser avec la mise en oeuvre des concepts exposés.

  • Le théâtre se décline à présent sous bien d'autres formes que celle de la représentation scénique d'une action fictive incarnée par des acteurs. Depuis les années 1960 et les défis de la performance, les expériences spectaculaires et performatives se sont multipliées.
    L'auteur dans ce Dictionnaire de la performance et du théâtre contemporain a choisi quelque 240 termes et notions pour replacer le théâtre et les spectacles dans le contexte des arts et des méthodes d'analyse. Il puise généreusement dans la théorie des médias, l'anthropologie, l'esthétique et la philosophie de l'art.
    Outil de référence et de formation, à destination des étudiants et des professionnels, cet ouvrage met en valeur des formes artistiques et des méthodes liées aux spectacles dans un monde de plus en plus globalisé. Il est la continuation et l'aboutissement du Dictionnaire du théâtre, traduit en plus d'une vingtaine de langues.

  • L'approche narratologique présente trois caractéristiques majeures : elle permet l'analyse des différents types de récits (littéraires ou non) ; elle met en lumière leurs principes de composition communs au-delà des différences apparentes ; elle peut s'articuler avec des approches fondées sur la production ou la réception de ces textes.
    Cet ouvrage expose donc les concepts fondamentaux et les outils descriptifs permettant l'étude précise des grands niveaux du récit : fiction, narration et mise en texte. Afin d'éclairer leurs applications possibles, les notions sont illustrées de nombreux exemples issus aussi bien d'oeuvres littéraires variées que de récits non littéraires.

  • Qu'est-ce qu'un roman ? Que raconte-t-il ? Comment le romancier s'y prend-il pour raconter ces histoires ? Quelles sont, du roman classique au roman contemporain, les différentes modalités du récit ? L'étude prend constamment appui sur des exemples précis empruntés aux chefs-d'oeuvre du genre. Cette réédition tient compte des récentes acquisitions de la critique littéraire et propose ainsi aux étudiants une mise au point riche et claire de toutes les grandes questions que soulève l'esthétique romanesque.

  • Ce manuel d'initiation à l'ancien français présente à chacun, étudiant ou enseignant, les fondements d'une discipline obligatoire pour la licence de lettres et les concours de l'enseignement secondaire. Faisant la part belle aux textes et aux exercices d'application, il s'inscrit dans une démarche originale et efficace : couvrir un semestre universitaire au rythme d'une leçon par semaine.
    Chaque chapitre est constitué d'une ou deux leçons de morphologie, phonétique ou syntaxe, d'un texte traduit et commenté et d'exercices d'application. Les 18 chapitres sont complétés par deux index et un lexique.

  • L'auteur propose ici une synthèse équilibrée, aussi attentive aux écrivains de la « Belle Époque » qu'à la production la plus contemporaine. Sans les illusions déformantes d'une interprétation « moderniste » ou « traditionaliste », l'histoire de la littérature des XXe et XXIe siècles qu'il dessine n'est pas plus celle d'un progrès que celle d'une décadence.
    Cet ouvrage suit les mutations de la littérature dans l'histoire. Le panorama qu'il dresse des ouvrages les plus récents en fait un outil unique pour l'étudiant confronté aux problématiques littéraires de notre temps.

  • Il semble entendu de nos jours que la pensée chinoise est radicalement différente de la philosophie occidentale. Il est même proposé à cette dernière de s'appuyer sur ce décalage pour mettre en cause l'évidence de ses principes et apprendre à s'orienter autrement dans la réalité. On se réfère habituellement pour cela au taoïsme (très critique à l'égard des conventions) plutôt qu'au confucianisme (toujours suspect de moralisme), malgré l'importance primordiale de Confucius aux yeux des penseurs chinois eux-mêmes. L'intention de cet essai est d'établir des rapprochements entre la tradition de pensée issue de Confucius et la philosophie occidentale d'origine grecque, principalement la philosophie socratique.

  • L'analyse stylistique fait partie intégrante de l'explication littéraire : l'interprétation d'un texte passe par une observation rigoureuse des procédés langagiers. C'est pourquoi la stylistique figure parmi les épreuves de plusieurs concours d'enseignement des lettres. Pour réussir une analyse stylistique, à quels éléments textuels doit-on être attentif ? Comment passer de l'observation formelle à l'interprétation sémantique ? C'est à ces questions, entre autres, que répond cet ouvrage en présentant un exposé des notions fondamentales pour l'analyse stylistique, illustrées par des exemples littéraires variés, toujours accompagnés d'un commentaire interprétatif.

  • Le présent ouvrage propose une synthèse claire et accessible des principales problématiques de civilisation d'un sous-continent divers et complexe : l'Amérique hispanique. Sans jamais se départir du nécessaire regard rétrospectif qui permet d'éclairer les réalités présentes, il invite le lecteur à découvrir la géographie de l'Amérique de langue espagnole, les disparités de sa population, les contrastes de son économie actuelle et à explorer son histoire souvent tourmentée, depuis les cultures précolombiennes, la conquête et l'instauration de la société coloniale, jusqu'à nos jours.
    Chaque partie intègre divers compléments qui permettent de faciliter la lecture du cours (cartes, chronologies, portraits, tableaux) et la compréhension de certains termes essentiels (notions-clés, remarques). De même, plusieurs encarts offrent au lecteur des extraits de documents historiques traduits en français (décrets, discours, manifestes, constitutions, plaidoiries, etc.).

  • Le théâtre n'existe que dans le présent d'une rencontre entre deux groupes humains : celui des acteurs porteurs de la fiction et celui des spectateurs. Une fois la rencontre passée, il ne reste plus que des traces : un texte, des images, des souvenirs. La scénographie est l'une de ces traces les plus lisibles du présent de cette rencontre. 
    À travers l'analyse de nombreux textes, dessins, plans, enluminures, peintures et photographie, l'auteur nous propose une lecture emblématique, rhétorique ou allégorique des décors.  Ces vestiges du temps - où architecte, machiniste, décorateur ou peintre pour n'être pas « scénographes » ne cessèrent pourtant pas de collaborer à la perpétuelle invention de l'espace scénique - sont aussi porteurs d'une vision du monde. Car le théâtre qu'il soit cérémonie religieuse, comme dans l'Antiquité grecque et au Moyen Âge, ou divertissement comme à Rome ou en Italie à la Renaissance, est l'expression d'une civilisation, d'une époque, d'une pensée. 
    Anne SURGERS est professeur à l'université de Caen Basse- Normandie.

  • Cet ouvrage est une introduction méthodique à la lexicologie. Les deux premières parties décrivent l'organisation du lexique sur les deux plans du sens et de la forme (sémantique et morphologie). Les notions présentées sont mises en perspective théorique et illustrées par de nombreux exemples et exercices corrigés. La troisième partie présente les éléments de la lexicographie, étude des dictionnaires, avec des exemples tirés des principaux dictionnaires français.

  • Nietzsche qui se voulait à la fois de son temps et contre son temps, a posé à notre modernité les questions les plus fondamentales et soulevé autant de polémique que d'enthousiasme. Après avoir rappelé les principales difficultés d'interprétation, cet ouvrage s'efforce de faire le point. 
    Dans une première partie, le sens de la tragédie grecque et celui de la sagesse socratique se trouvent renouvelés à partir de la dualité de l'équilibre apollinien et de l'ivresse dionysiaque. 
    Une deuxième partie montre comment une critique généalogique retrouve sous le problème du fondement de la morale, celui, critique, de la valeur des valeurs c'est-à-dire de leur hiérarchie. La célèbre volonté de puissance, si souvent abusivement interprétée, est ici précisée. 
    La troisième partie décrit l'anthropologie de Nietzsche, le développement du «  type de l'homme  » du nihilisme jusqu'à l'homme supérieur et enfin le «  surhomme  » dont l'interprétation a donné lieu à tant de contresens. 
    Reste à affronter dans une dernière partie la pensée de l'éternel retour, la plus mystérieuse, la plus difficile, pleinement accessible seulement au surhomme, ultime approfondissement du dionysisme. 

  • L'analyse des textes dramatiques est dans une situation paradoxale : on a tellement répété que le théâtre n'appartient pas à la littérature mais aux arts de la scène qu'on en avait presque oublié l'analyse du texte. Cet ouvrage est venu proposer une méthode d'analyse des textes modernes et contemporains : il permet aujourd'hui de décrire et interpréter des pièces, en dépit de leur foisonnante diversité et de leur abord parfois difficile.
    Une dizaine de pièces de langue française sont étudiées selon une méthodologie de la lecture du théâtre écrit contemporain, librement inspirée de l'analyse dramaturgique mais aussi des travaux d'Eco, de l'esthétique de la réception et de la coopération du lecteur. 
    Ce livre s'adresse aux étudiants en lettres et en théâtre, aux élèves comédiens ainsi qu'au public intéressé, mais parfois aussi désorienté par l'écriture dramatique d'aujourd'hui. 
    Patrice PAVIS, après avoir été professeur à l'université de Paris 8, est actuellement professeur au département de l'université du Kent à Cantorbéry et à l'université nationale des Arts de Corée.

  • Cet ouvrage présente un panorama descriptif des règles de versification, illustré de nombreux exemples commentés dans une perspective littéraire. Il propose également une approche historique des grandes étapes de l'histoire du vers français, en particulier aux XIXe et XXe siècles où l'accent est mis entre autres sur l'esthétique de la poésie de Mallarmé et de Saint-John Perse. En fin d'ouvrage, des exercices systématiques de versification sont proposés, ainsi que des corrigés.
     

  • À la recherche du passé, amateurs et spécialistes sont de plus en plus nombreux à vouloir remonter dans le temps, jusqu'à l'Ancien Régime, soit les XVIe XVIIe et XVIIIe siècles. En France, en Belgique, en Suisse comme au Québec mais aussi en Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie, bien des manuscrits de cette période sont écrits en français. Pourtant, ils paraissent illisibles.
    De fait, les scribes d'alors, constituant une minorité lettrée de la société, s'étaient dotés d'un système d'écriture particulier, destiné certes à économiser du papier et à gagner du temps, mais aussi à les valoriser puisque, de cette façon, ils étaient les seuls à pouvoir lire et écrire. La difficulté que nous rencontrons aujourd'hui était déjà celle de la majorité de la population à cette époque. Pourtant, il suffit de posséder le code pour réussir à lire les textes.
    Le présent ouvrage se veut un manuel de paléographie. La paléographie étant la science de l'écriture ancienne et le manuel un livre pratique, il vise, à l'aide de nombreux exemples, à initier le débutant à l'écriture manuscrite française des XVe-XVIIIe siècles. En découvrant et en apprivoisant la forme particulière de certaines lettres, les ligatures, les déformations dues à une écriture de plus en plus cursive, les abréviations des mots les plus usités, chacun peut maîtriser cette « science » qui n'est qu'une « technique » et lire le français d'hier.
    Cette cinquième édition a été revue, corrigée et augmentée d'un chapitre sur le « moyen français » et de trois nouveaux documents « très difficiles ».

  • S'il y a une véritable légitimité à considérer que la critique littéraire des XIXe et XXe siècles constitue un ensemble qui mérite d'être cartographié pour lui-même, c'est que le terme de littérature, autour de 1800, vient supplanter celui de Belles-Lettres naguère ouvertes à un espace plus large que nos trois genres - la poésie, le théâtre et le roman -, et c'est aussi que, dans le même temps, disparaissent les Arts poétiques et leurs prescriptions : l'imitation des modèles maintenant a vécu, comme la mimèsis héritée d'Aristote, et la rhétorique dont le code contraignant bridait l'inventivité du Sujet est de plus en plus contestée.
    Par ailleurs, à côté de la parole que les écrivains eux-mêmes peuvent tenir sur la littérature, le développement de la presse, désormais, permet l'essor de la critique journalistique tandis que la refondation de l'Université au début du Premier Empire ouvre à un discours érudit qui va peu à peu gagner en rigueur et élaborer de véritables méthodes. Trois critiques se mettent en place qui permettent la constitution d'un savoir sur la littérature, mais un savoir où l'apport de chacune d'elles varie selon les époques : l'ambition de ce livre est ainsi de présenter doctrines et méthodes, de préciser le mouvement dans lequel elles se sont trouvées prises ou qu'elles ont initié, et de dégager les lignes de force qui ont traversé deux siècles de critique.

  • Multiplicité et diversité des romans suscitent souvent chez étudiants un certain « désarroi méthodologique ». Cet ouvrage répond à cette préoccupation au moyen de la narratologie, qui étudie l'organisation interne des écrits, met en lumière les points communs à partir desquels s'élaborent les différences et fournit des instruments descriptifs, explicites et utilisables dans les cadres interprétatifs les plus divers. 
    Après un rappel historique des mutations du roman, chacun des chapitres de la partie méthodologique expose les notions essentielles en s'appuyant sur des exemples et en proposant des applications et une bibliographie précise sur le thème traité. Cette partie est suivie de commentaires de textes - un conte d'Andersen, Germinal et l'ouverture de Bel-Ami -, qui montrent, concrètement, comment utiliser cette démarche sur des extraits ou des oeuvres intégrales. 

  • L'histoire littéraire est en plein renouveau. Cet ouvrage en offre la première synthèse générale. Il se confronte aux grandes notions que rencontre toute théorie littéraire (la littérarité, l'auteur, le genre, le lecteur, la mimésis, etc.) et présente les voies les plus récentes de la recherche.
    Il est aussi un essai d'interprétation original, dont l'orientation est résolument pluridisciplinaire. Considérant la littérature comme un système culturel parmi d'autres, l'histoire littéraire entre en résonance avec l'anthropologie et la sociologie ; se définissant elle-même comme histoire de la communication littéraire, elle croise l'histoire culturelle et la médiologie ; visant à édifier une poétique historique des formes littéraires, elle porte la même attention aux inventions et aux pratiques esthétiques que l'histoire de l'art.
    Au fil des chapitres, l'ouvrage esquisse enfin une interprétation historique globale des grandes phases de la littérature française et, de façon plus précise, des bouleversements majeurs (esthétiques et institutionnels) qu'elle a connus de la Révolution jusqu'au XXIe siècle.
    Alain Vaillant est professeur de littérature française à l'université Paris-Nanterre, et directeur du Centre des sciences des littératures en langue française (EA 1586).

empty