Armand Colin

  • Alors que l'on croyait en avoir fini avec le fait religieux sous la poussée
    d'une modernité occidentale qui semblait en avoir fortement réduit l'impact
    social, la religion occupe à nouveau une place centrale dans l'actualité
    française. Au coeur de discussions et polémiques, elle figure également à
    l'agenda politique, les autorités publiques cherchant à redéfinir aussi bien
    les conditions d'exercice de la liberté religieuse et ses limites que le point
    d'équilibre à trouver pour garantir la neutralité religieuse de l'État dans
    la société. Dans ce contexte, les diverses religions relisent leurs traditions
    et l'actualisent, suscitant des réactions diverses en leur sein.
    Cet ouvrage présente les données les plus actuelles sur les reconfigurations
    contemporaines du religieux en France : net décrochage du catholicisme,
    progression des « sans religion », pluralisation accentuée, essor de certaines
    croyances, brouillage des frontières entre religieux et non-religieux...
    Congédiant l'idée selon laquelle plus de modernité signifierait moins de
    religion, il vient également montrer que, bien au contraire, l'ultramodernité
    contemporaine, pénétrée d'incertitudes, entraîne de profonds
    bouleversements du religieux qui ont des conséquences politiques, sociales
    et culturelles dont on ne mesure pas encore suffisamment l'ampleur.

  • Depuis la fin du XIXe siècle, la planète connaît un bouleversement écologique sans précédent causé par l'activité humaine. Cette crise nous oblige à repenser notre agir et à envisager une transformation de notre manière de faire de la politique.
    Cet ouvrage propose de découvrir les principales théories politiques et morales qui ont été élaborées pour faire face à cette nouvelle réalité et imaginer de nouvelles formes de vie en commun (éthique environnementale, critique de la technique, écologie radicale, démocratie écologique, etc.).
    L'étude de ces différentes propositions permet d'aborder un certain nombre de questions qui sont au coeur des débats politiques contemporains : quelles obligations morales avons-nous envers la nature et le vivant ? Faut-il reconnaître un crime d'écocide ? Lutter contre l'idéologie du progrès technique et inventer de nouvelles formes de vie plus résilientes et respectueuses de l'environnement ? Réaffirmer l'importance du principe de précaution dans l'action publique ? Ou encore proposer un nouveau contrat social et écologique qui inclurait les formes de vie non humaines et les générations futures ?

  • La nouvelle édition de cet ouvrage intègre les connaissances les plus récentes issues d'une littérature académique particulièrement foisonnante.
    Toutes deux disruptives, les campagnes présidentielles américaine de 2016 et française de 2017 font l'objet de développements particuliers. Une nouvelle partie est consacrée spécifiquement à la digitalisation de la communication politique et fait le point sur ses conséquences réelles, assez éloignées des mythes souvent véhiculés par les acteurs et les commentateurs du jeu politique.

  • Qu'est-ce que le renseignement ? En quoi diffère-t-il de l'espionnage ? Qui prend les décisions dans les services secrets ? Comment sont menées les opérations spéciales ? L'étude du renseignement permet d'aborder ces questions et de s'interroger sur les modalités de son contrôle et de son influence sur la politique étrangère des États.
    Cette nouvelle édition est enrichie d'un chapitre dédié aux transformations de l'information et au cyber, et d'études de cas portant sur des thématiques actuelles : renseignement des entités non étatiques, services secrets américains sous la
    présidence Trump, droit du renseignement en France, etc.
    Une introduction sans équivalent à un sujet désormais central des études de sécurité.

  • La question de la représentation est un objet central d'interrogation pour la science politique. Cet ouvrage propose une synthèse de la représentation politique basée sur trois grandes dimensions : la tradition philosophique, la représentation des intérêts et la mise en scène de cette représentation. Pour cela il traite des mandats, de l'indépendance, de la relation de représentation dans les régimes démocratiques ou autoritaires, de la légitimation des représentants, de la crise de la représentation politique, des dimensions théâtrales de celle-ci et de l'équilibre entre éminence et proximité. 

  • Qu'est-ce que l'État ? Au-delà de la formule prêtée à Louis XIV - «  L'État, c'est moi  ! »  - cette question fondamentale se pose dans des termes sans cesse renouvelés. Construit mais inachevé, l'État n'est pas un produit fini ou un modèle absolu et définitif. Au contraire, il est foncièrement appelé à évoluer dans l'espace et dans le temps. «  On nous change notre État  !  », s'exclamait déjà Maurice Hauriou à la fin du XIXe siècle. Aussi ce manuel vise-t-il à appréhender l'objet étatique dans ses traits ontologiques (et immuables ?) comme dans ses mutations contemporaines.
    À partir essentiellement du cas de la France, l'État est ici étudié à travers sa construction (théorique, historique, politique et juridique), son organisation (répartition verticale et horizontale du pouvoir), son action (via les finalités et les moyens de ses missions et fonctions) et son statut (sur le plan international). Non seulement, ces approches se veulent didactiques et complémentaires, mais elles mobilisent à la fois les sciences juridiques et politiques. Autant de caractéristiques qui font l'originalité de ce manuel sur l'État.

  • Une introduction à la vie politique américaine et aux systèmes des partis. Après avoir tracé les grandes lignes historiques, l'auteur montre que les partis américains ne sont jamais que des combinaisons toujours bien imparfaites entre plusieurs individus qui aspirent aux postes électoraux. L'auteur souligne le poids de la société civile et propose de l'étudier comme une source de renouvellement, et non un obstacle, pour la vie démocratique. Il effectue un zoom sur le cas Obama et la rupture introduite par la campagne de 2008.
    Professeur des universités, Pierre Sicard est notamment co-auteur de Regards sur l'Amérique, histoire documentaire des États-Unis, Armand Colin, 2011. Il a également publié une Chronologie des États-Unis, Seuil, 2011.

  • L'activité multilatérale mobilise aujourd'hui l'essentiel de la politique extérieure. Dans un monde façonné par la libéralisation des échanges et la mondialisation de l'information, aucun domaine de l'activité humaine n'échappe désormais au besoin de concertation à l'échelle planétaire. Chaque problème nouveau engendre, à plus ou moins longue échéance, une nouvelle instance internationale baptisée selon les circonstances, forum, conseil, groupe, comité, organisation... Jamais les formes de coopération n'ont été aussi diverses. Jamais les institutions internationales n'ont été aussi nombreuses. Elles possèdent toutes leur trajectoire particulière, leur organisation, leur degré d'autonomie variable vis-à-vis de leurs membres, rendant l'ensemble du système difficile à saisir dans tous ses détails. 
    D'où l'intérêt du présent ouvrage, sans équivalent en langue française, qui fait le choix d'une approche globale et privilégie l'étude des organisations internationales comme phénomène social majeur. Il souligne ainsi le mouvement propre à ces organisations et propose une nouvelle manière de lire la transformation des relations internationales. 
     

  • L'Amérique latine est en train de vivre une transformation démocratique sans précédent. Pour la première fois de son histoire, la sortie des dictatures et les passages à la démocratie politique vont de pair avec un ébranlement des multiples réseaux de tutelle que furent le patrimonialisme, le clientélisme, le corporatisme, et débouchent à la fois sur des processus d'individuation des citoyens et sur la revendication d'identités collectives. La reconnaissance de la diversité ethnique et de l'égalité de genre constituent les ingrédients d'une culture anti-autoritaire. 
    S'appuyant sur l'histoire, mais aussi sur une analyse comparatiste, cet ouvrage s'attache à distinguer les points communs unissant l'évolution de ces régimes, mais aussi les singularités de chaque pays. Il offre un panorama complet des régimes et des systèmes politiques en oeuvre en Amérique latine. Il intéressera principalement les étudiants en science politique, en histoire, en sociologie, en langues et civilisations, mais aussi tous ceux qui se passionnent pour ce continent en pleines mutations. 
    Bérengère MARQUES-PEREIRA est professeure de l'Université libre de Bruxelles en sciences politiques et sociales. 
    David GARIBAY est maître de conférences en science politique à l'Université Lumière Lyon 2, chercheur à Triangle (UMR CNRS 5206).

  • Pourquoi les pays occidentaux versent-ils davantage d'aide au développement aux autocraties qu'aux démocraties ? Pourquoi le Danemark réussit-il à exercer une influence disproportionnée au sein de l'Union européenne ? Pourquoi le Canada a-t-il fait du maintien de la paix la pierre angulaire de sa politique étrangère ?
    Ce manuel propose une introduction aux théories et aux méthodes de l'analyse de la politique étrangère. Il passe en revue les principales approches, des classiques aux plus récentes. Plus qu'une simple synthèse, il identifie les courants émergents, les lacunes qui doivent être comblées, les données qui peuvent être mobilisées, les pièges à éviter et les références bibliographiques à creuser.
    C'est le point d'entrée incontournable pour tous les étudiants, les doctorants et les chercheurs qui entament un projet de recherche sur la politique étrangère.
    Jean-Frédéric MORIN est professeur de relations internationales à l'Université libre de Bruxelles, où il enseigne notamment l'analyse de la politique étrangère.

  • La démocratie n'est-elle pas nécessairement « participative » ? C'est en principe le gouvernement de tous et l'implication de chaque citoyen dans les choix collectifs. Pourtant, l'idée de « démocratie participative » s'est aujourd'hui peu à peu diffusée, par différence avec la démocratie représentative classique.
    Son principe général est simple : les citoyens doivent être consultés avant la prise de décision politique. Mais son application soulève de nombreuses difficultés : comment organiser la consultation, jusqu'où aller dans la concertation, comment ne pas se contenter d'une « société civile » cooptée, quels sont les risques de populisme ?
    Mis à jour pour cette nouvelle édition, cet ouvrage prend appui sur des études de cas destinées à organiser la réflexion et à donner des grilles de lecture, afin de comprendre les enjeux de la participation.

  • Cet ouvrage offre un panorama synthétique, inédit en français, des démocraties de par le monde. Après avoir présenté l'histoire et les théories de la démocratie, il fournit des connaissances précises sur le fonctionnement institutionnel et politique des régimes démocratiques. Il explore les défis contemporains auxquels sont confrontées les démocraties occidentales tout comme les démocraties du Sud, et met en lumière les similarités et les contrastes entre les continents et les États. La mondialisation peut laisser penser que les démocraties sont en voie d'homogénéisation mais, comme le révèle cet ouvrage, bien que fondées sur des principes communs, elles resteront inévitablement diverses.

  • « Révolution Facebook » dans les pays arabes, émergence de grands groupes industriels du Global media, traitement médiatique permanent des crises et des conflits... les médias sont devenus incontournables pour comprendre les mutations et les évolutions contemporaines. Outils d'intelligence collective et collaborative, mais aussi de contrôle, d'influence et de domination, les médias ont acquis une véritable dimension « géopolitique » que vient explorer cet ouvrage novateur.
    Après avoir présenté les concepts, la méthodologie et les réflexions actuelles sur la géopolitique des médias, la première partie met en évidence l'impact de leur globalisation sur la recomposition des interdépendances entre sociétés. Ensuite sont abordés les rapports entre mondialisation, rivalités de pouvoir et médias, qui révèlent à la fois la prédominance américaine et les utilisations mises en oeuvre par les pays émergents. Enfin est traitée la place des médias dans les relations internationales et les conflits, depuis leur exploitation dans le champ d'action militaire au XIXe siècle, aux nouvelles rivalités du cyberespace.

  • La comparaison s'impose aujourd'hui comme une nécessité, non seulement aux analystes du politique mais aussi aux décideurs. L'intégration européenne, d'une part, et la mondialisation, de l'autre, imposent l'importation de modèles étrangers dans le domaine des politiques publiques, mais encore dans celui des législations ou du régime politique voire, bientôt, des systèmes juridiques. L'accroissement des pouvoirs du Parlement européen bénéficie à des groupes politiques dont l'hétérogénéité va, elle aussi, croissante d'un élargissement à l'autre.L'objectif de ce livre n'est certes pas de conférer de la transparence à un univers politique de plus en plus opaque, mais de fournir au lecteur quelques outils afin que ce dernier puisse construire sa propre analyse. Il ne porte pas sur les résultats de la comparaison des faits politiques mais sur ses voies et moyens. La préoccupation centrale du livre est donc d'éclairer le pourquoi et le comment comparer les différents pays du point de vue de l'action et des institutions politiques.Cet ouvrage consacré à l'exposé critique de la méthode comparative s'adresse, non seulement aux étudiants et aux politologues en général, mais également à tous les autres analystes soucieux d'appréhender les pays étrangers de la manière la plus objective possible.Théorie. Du comparatisme. La tradition comparative. De la comparaison. Le comparatisme en science politique. Les repères théoriques de la comparaison. Position du problème et définition. Les paradigmes de la politique comparée. Les théories générales. Les écoles. Méthode. Les finalités de la comparaison. Comparer pour interpréter. Comparer pour classer. Les règles de la comparaison territoriale. Les difficultés de la comparaison internationale. Quelques préceptes pour l'analyse comparative comparaison.

  • 2e édition refondueÀ quelles entraves la quête de bonheur des groupes et des individus s'est-elle heurtée au cours de l'histoire ? Un monde plus juste est-il possible ? Comment organiser plus démocratiquement la vie des cités humaines ? Les grands penseurs de la politique, de Platon aux contemporaines, nous fournissent de très utiles repères.Face à l'épuisement des pensées du consensus et à l'émergence de nouvelles forces critiques (altermondialisme, etc.), relire la tradition occidentale, éclairer les débats contemporains, nouer un dialogue fécond entre pensées politiques et sociologies critiques s'impose comme une tâche essentielle; Ce petit livre d'introduction à la philosophie politique ouvre le sillon.À la fois solide, d'emprise globale et non-conformiste, il s'adresse aux étudiants des IEP, des autres cursus de science politique, de droit, d'AES et de philosophie, comme à tout le public citoyen.Philippe Corcuff est maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon.
    Anthropologies et philosophes politiques : de « la nature humaine » à la cité. Domination et justice. La philosophie politique, entre fondements et déconstruction.

  • La mise à jour tient compte de l'évolution législative et de la jurisprudence
    Le droit administratif général est la « majeure » la plus redoutée par les étudiants de science politique et de droit (L2). Pour réussir, il faut en maîtriser les grands principes, les évolutions de la jurisprudence, mais surtout savoir les appliquer.
    Fortement méthodologique, ce manuel aborde les trois modalités du contrôle de connaissances sous forme d'exemples concrets : commentaire de décision du Conseil d'État, dissertation, cas pratique.

  • Toute recherche qui se veut « scientifique », même au sens le plus large du terme, ne peut faire abstraction d'une analyse préalable de ses aspects méthodologiques. Il faut commencer par déterminer un sujet qui suscite notre intérêt et notre curiosité ; puis se poser une question qui le concerne ; procéder à la formulation d'une ou de plusieurs hypothèses de travail ; puis au choix des cas à étudier et, enfin, au recueil des données nécessaires pour répondre à la question soulevée et vérifier la ou les hypothèses formulées.
    Comparer est donc important, à tel point que l'on compare souvent implicitement, voire inconsciemment dans notre activité quotidienne. Cet ouvrage a pour objectif de faire comprendre de manière simple ce qu'est la comparaison et comment l'utiliser.

  • La France a connu, en un peu plus de deux siècles, pas moins de seize constitutions écrites rédigées pour vingt et un régimes différents. L'étude de l'histoire constitutionnelle et de la vie politique française permet de mieux comprendre la logique des évolutions institutionnelles, construites souvent par réaction aux expériences passées. Elle offre, en outre, un fondement indispensable à la compréhension des institutions contemporaines qui puisent leurs inspirations dans cet héritage.

  • Le maintien de la paix, inventé par l'ONU des Nations unies pour répondre à la crise de Suez en 1956, est né dans l'improvisation et n'a cessé de se développer jusqu'à devenir un outil incontournable de gestion des conflits.
    Pendant la Guerre froide, l'ONU a été sollicitée à plusieurs reprises pour tenter de résoudre des conflits qui auraient pu conduire les deux superpuissances à s'affronter directement. À partir de 1989, les casques bleus ont été déployés dans un grand nombre de pays pour accomplir des tâches toujours plus ambitieuses. L'ONU reste pourtant soumise à la volonté de ses États membres qui financent ses activités et fournissent le personnel civil et militaire nécessaire à la conduite des opérations.
    Cet ouvrage contribue à une meilleure connaissance du maintien de la paix. L'analyse proposée, retrace ses origines après 1945 et vise à démontrer son utilité comme mécanisme de gestion des conflits armés, malgré les nombreuses limitations que lui impose la politique internationale.

  • Cet ouvrage présente l'histoire et la sociologie des partis politiques français depuis la fin du xixe siècle jusqu'à aujourd'hui. Il propose de nombreux outils pédagogiques indispensables à une connaissance précise des grands courants qui ont composé et composent le paysage politique français : chronologies, tableaux des résultats électoraux, portraits des principaux leaders.
    Cette nouvelle édition mise à jour offre une synthèse claire et accessible des outils théoriques nécessaires à l'analyse sociologique de l'activité des partis et des évolutions qui affectent le système politique français dans son ensemble.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est en homme profondément attaché à ce pays immense et soucieux du développement économique, social et politique de l'Inde indépendante, que Charles Bettelheim nous propose ce livre. Il nous rappelle les conditions de son accession à l'indépendance le 15 août 1947, nous présente les différents pans de son économie, son peuple auquel il voue une admiration sans bornes, son niveau de vie, ses luttes politiques, ses perspectives d'avenir.

empty