Arts et spectacles

  • « Spilliaert et moi sommes frères de noir. Ce qui nous différencie, c'est qu'il a du talent,
    une oeuvre et une moustache.
    Ses paysages sont des asiles, ses portraits, les effigies de nos âmes sombres. Avec ses natures mortes, il transcende le réel et rend le banal fantastique.
    C'est un alchimiste : de la boue et la sombreur, il fait du sublime.
    Spilliaert donne du panache au spleen.
    Pour le côtoyer davantage, j'ai voulu écrire sur lui en partant sur ses traces.
    Ostende, Bruxelles, Paris.
    Ce n'était pas si loin.
    J'espère que vous prendrez le même plaisir que moi à faire sa connaissance. »

    E. B.

  • Il y a des philosophes mélomanes et des philosophes sourds... Quelques-uns seulement ont fait de la musique l'épicentre de leur vision du monde. Deux ou trois ont été compositeurs - Rousseau, Adorno. D'autres, mélomanes, ont écrit sur la musique ou les musiciens. Nietzsche, lui, a réuni ces trois talents.
    Avec son ami Jean-Yves Clément, Michel Onfray aborde une multitude de questions : y a-t-il une essence de la musique ? Dit-elle quelque chose ? Comment et pourquoi devient-on mélomane ? Quels rapports entretiennent musique et philosophie ? Michel Onfray raconte ses premières expériences, ses rendez-vous manqués, la façon dont il a construit sa culture musicale en autodidacte, avant de travailler aujourd'hui avec des compositeurs contemporains. Il nous confie comment la musique lui a appris à écrire, à composer ses livres...

  • "Avoir pris la décision de passer une année avec des arbres, d'aller rendre visite à quinze des individus les plus âgés et les plus grands de la Terre, a changé mon regard sur la vie. Les arbres communiquent les uns avec les autres, interagissent avec les animaux, les champignons et les plantes. À nous ils ne parlent pas, pourtant ils ont beaucoup de choses à dire."
    Si les arbres pouvaient parler, qu' auraient-ils à nous raconter ? Zora del Buono a rendu visite à l'Ankerwycke Yew, en Angleterre, l'if à l' ombre duquel Anne Boleyn rencontra Henri VIII, son futur mari et bourreau ; elle s'est émerveillée devant le Gros Chêne d'Allouville-Bellefosse, en Haute-Normandie, dont le tronc creux abrite une chapelle et une cellule d'ermite ; elle a bravé la tempête à travers les plaines suédoises pour rencontrer le plus vieil arbre du monde, âgé de 9 550 ans ; elle a rendu hommage au seul survivant d'Hiroshima, qui coule désormais des jours paisibles à Washington - sous haute surveillance.
    Dans ce récit poétique et envoûtant, illustré de 30 superbes photographies prises par l'auteur, Zora del Buono nous invite à partager sa fascination pour les témoins muets de notre humanité.

  • Alors que le contexte actuel montre une raréfaction des ressources, une dégradation des milieux de vie et un dérèglement climatique, les métropoles mobilisent des ressources abondantes, d'origines proches ou lointaines, flux physiques de matières et d'énergie qui donnent à voir le métabolisme métropolitain.
    Leur analyse, en s'appuyant sur l'exemple de la Métropole européenne de Lille, conduit à révéler les interdépendances systémiques des métropoles, traversant les échelles et les périmètres institutionnels, entre voisinages et mondialisation. Elle questionne la capacité des politiques publiques interterritoriales à agir sur ce métabolisme.

    Les cahiers POPSU rassemblent les connaissances produites au fil des travaux de recherche-action menés par la Plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines (POPSU) dans le cadre du programme « Métropoles ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty