Sciences humaines & sociales

  • Quatorze témoignages d'anonymes présents à certaines périodes de l'histoire de France : la bataille de Verdun, le débarquement de Normandie, Auschwitz, le Front populaire, l'Algérie française, le Tour de France, les années yé-yé...

  • L'amiral Canaris est connu comme chef des services secrets militaires allemands, et comme opposant et victime du régime nazi. Ce qu'on ignore trop souvent, c'est qu'il possédait de remarquables dispositions pour la diplomatie secrète que déjà, au temps de la république de Weimar, la Kriegsmarine avait mises à profit. Ses activités en Espagne, au cours de la Première Guerre mondiale et après le traité de Versailles, avaient fait de lui le meilleur expert allemand des questions ibériques. Hitler, qui affectionnait la diplomatie parallèle, Franco, qui connaissait les sentiments hispanophiles de l'amiral, recoururent à lui au cours de la guerre civile espagnole, et au cours de la Seconde Guerre mondiale. Canaris a-t-il saboté la politique espagnole de Hitler, comme on l'a écrit ? Marin de profession, l'amiral était convaincu de l'importance de la prise de Gibraltar. Mais la connaissance qu'il avait de la situation économique, militaire et sociale de l'Espagne, lui faisait redouter que l'alliance avec ce pays ne devienne un lourd handicap pour la stratégie allemande. Quand, en décembre 1940, Hitler voulut arracher à Franco son accord pour qu'un corps expéditionnaire allemand pût traverser l'Espagne, c'est Canaris qu'il chargea de cette délicate mission. L'auteur élucide cet épisode mal connu et qui fut, pourtant, un des grands tournants de la guerre. Canaris a aussi profité de ses relations en Espagne, pour faire de cette dernière une des plaques tournantes de l'Abwehr. Bien qu'il eût trouvé, en Espagne, une seconde patrie, bien qu'il y ait entretenu de solides amitiés, c'est avec une grande indépendance d'esprit, que Canaris ne cessa d'attirer l'attention de ses chefs sur la politique tortueuse de Franco et sur les graves déficiences du régime franquiste dans le domaine social. Pour écrire ce livre, L. Papeleux a passé au crible d'une critique sévère une abondante documentation, qui va des archives de la Wilhelmstrasse, et des documents du tribunal de Nuremberg, aux propos de table de Hitler. Il a aussi exploité d'importants documents inédits.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il n'y a pas de civilisation qui ne confère un sens à l'existence et ne donne une certaine figure au monde, c'est-à-dire à la nature, au moi, aux formes, à l'espace, au temps... et à ce qui en fait l'unité. Qu'en est-il à cet égard de notre civilisation ? La vision du monde qui lui est propre semble profondément ébranlée, et en voie de changement radical. Toutefois, les mouvements qui peuvent entraîner ce changement, sont encore peu visibles et souvent méconnus. C'est qu'ils n'affectent guère les institutions, les structures et les idéologies dominantes. On voit mal leur unité ; on ne saisit pas encore leur vertu positive. La métamorphose de notre vision du monde ne s'effectue encore que de façon obscure, marginale, dispersée et, le plus souvent, dans la négation. Malgré cette difficulté, on peut tenter de déchiffrer ce que recèle un certain nombre de tendances actuelles. C'est l'objet même de cet essai.

  • Le travail de la mère se conjugue au pluriel : en effet, ce travail est multiple - professionnel, domestique, éducatif. Les situations sont diverses : il n'y a pas qu'une femme, mais des femmes, des mères, confrontées à des réalités économiques, affectives, familiales différentes, des pères et des enfants directement concernés. La famille n'est pas, naturellement, douée pour le bonheur, comme on aimerait le croire, et le travail professionnel de la mère - de l'épouse - est encore considéré comme accessoire, voire hasardeux... Des problèmes se posent. Des orientations, des solutions sont à trouver. En famille. En société.

  • Ah, ces gens bousculés que nous sommes, par l'heure qui carillonne, le car qui va partir, le bébé qui veut boire, l'enfant qui ne sait pas faire son devoir de maths, le patron qui appelle à six heures du soir, les vacances qui approchent, et pour lesquelles on n'a encore rien prévu... Sombre tableau d'une vie de famille, ou fidèle croquis de la réalité quotidienne ? En expliquant les nouvelles découvertes à propos de nos rythmes internes, en démontrant pourquoi nous nous sommes fabriqué une société difficile à vivre, une famille où l'on a du mal à se rencontrer, ce livre donne des pistes pour que la cacophonie familiale devienne une musique rythmée, mais bien accordée, vivante, mais douce.

  • La littérature, et les théories actuelles sur la littérature, dénoncent souvent notre type de société gouvernée par les technocrates, et dominée par les technologies de toutes sortes. Mais les écrivains vivent, tous, dans un bain d'idéologie nourrie du culte des modèles technologiques et technocratiques. À leur insu, ils sont donc profondément conditionnés. En réduisant la littérature à ses techniques - formalisme, structuralismes superficiels en tous genres, ils ne sentent pas qu'ils sont indélébilement d'époque. La fabrication des formes, qui est un moyen, ils l'érigent en fin. Ils oublient que la littérature vise à créer des objets qui produisent en nous des émotions. Le poète, dit René Char, a plus besoin d'être échauffé que d'être instruit. C'est vrai pour le lecteur aussi.

  • Si l'homosexualité attire aujourd'hui l'attention du corps social, ce n'est pas seulement parce que la sexualité (dans son ensemble) est à la mode. C'est surtout parce que les homosexuels constituent un groupe marginal assez exemplaire. On devrait dire, d'ailleurs, deux groupes marginaux, car on découvrira, à la lecture de La femme homosexuelle, que les homosexualités masculine et féminine ne sont pas exactement réductibles l'une à l'autre. En un temps où la condition des femmes (et singulièrement des femmes occidentales) fait l'objet d'une profonde remise en cause, l'analyse de l'homosexualité féminine est en mesure d'apporter des éléments de réflexion de toute première importance. Selon le Dr France Paramelle, on ne peut comprendre la sexualité de la femme, ni son comportement individuel, ni son insertion sociale, si l'on néglige sa composante homosexuelle. En contrepoint de l'étude psychanalytique, le témoignage de Maria Lago apporte la sensibilité et la chaleur (parfois l'amertume) d'une expérience quotidienne.

  • Des extraits de journaux lycéens, une parole différente. Des textes, des poèmes - sans prétention littéraire - qui disent les blessures de vivre à quinze ans, dans un monde qu'on voudrait changer. Certes, les adultes peuvent s'esquiver, ignorer, se moquer, mais quel gâchis ! Cet ouvrage propose d'abord un autre regard, un moment de dialogue, de reconnaissance de ces adolescents qui ne demandent qu'à échanger, dès lors que leur parole est en équivalence avec celle des adultes. Peut-être alors, découvrira-t-on dans ces productions des questions fondamentales qui nous concernent tous, des interrogations directes, exprimées avec la force des mots simples...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce livre est le premier essai de connaissance générale consacré à l'idée même d'action considérée comme un phénomène isolable, indépendant de celui qui la fait et de ses buts : acheter une boîte d'allumettes, une automobile ou une villa, sont des actes qui engagent plus ou moins l'homme, impliquent un certain nombre d'acteurs ou de témoins, réagissent sur un plus ou moins grand nombre de gens, sont plus ou moins liés à notre volonté, à notre effort et à la trame des autres actions. Comment chacun de nous construit-il logiquement l'agenda de ce qu'il a à faire, pèse-t-il ses décisions et en apprécie-t-il le retentissement sur les autres ? Tel est finalement le sujet de cet ouvrage qui, après avoir décrit les caractères universels d'une action, montre comment celle-ci se relie à celle qui la précède et celle qui la suit et comment elle-même se décompose jusqu'à une structure quasi « atomique » conformément à la méthode structuraliste.

  • Qu'est-ce qu'être père ? La question, dans le contexte social et politique d'aujourd'hui, est complexe et appelle des réponses nuancées. Il faut distinguer la paternité biologique, psychologique et symbolique, comme il faut distinguer les trois niveaux de signification de la paternité : pour le père lui-même, pour l'enfant, pour l'entourage socio-culturel. À la fonction paternelle ainsi définie, est associé, habituellement, le sens de l'autorité, si discuté de nos jours. On parle souvent d'une crise de la paternité, et d'une crise de la famille. Pour le Dr Bernard Muldworf, il faut redonner au rôle du père une dimension en rapport avec les structures de notre société et, surtout, rappeler que la vérité première est celle qui consiste à être heureux du bonheur d'autrui. Assumer jusqu'au bout cette vérité, c'est cela être père.

  • Ce livre est le résultat d'une longue expérience : celle d'une pédagogue qui a vécu tous les états de la vie pédagogique, depuis l'institutrice d'école maternelle jusqu'à la formation d'enseignants et de chefs d'établissements, celle d'une psychologue clinicienne longtemps à l'écoute des adolescentes, celle enfin, qui n'est pas la moindre, d'une mère dont la fille se situe dans la tranche d'âge traitée ici. C'est dire qu'enfants et adolescentes ne sont pas pour elle des abstractions construites à travers une doctrine. Les jeunes filles dont elle parle sont des êtres qui ont vécu dans son expérience, qu'elle fait revivre sous nos yeux, et dont le comportement serait souvent Indéchiffrable sans le fil freudien, qui lui sert de guide dans la complexité de cette psychologie difficile. Ce livre est plus qu'un livre qui explique les jeunes filles, il permettra peut-être aux éducateurs et aux parents, de mieux se situer par rapport aux problèmes que posent les jeunes filles d'aujourd'hui.

  • Comment devient-on loubard ? Comment se forment ces bandes, parfois redoutables ? Et pourquoi ces bouffées de violence ravageuses ? D'où sortent-ils ces inconnus baptisés loubards qui inquiètent ? Imagine-t-on les rêves qui les habitent lorsqu'ils déambulent dans les rues ? Un loubard n'est pas un ska, un rebelle ou un faf. C'est un jeune qui cherche désespérément à être lui-même, à trouver sa place dans un univers qui l'oublie, et souvent le méprise. De cette recherche, on entend les cris, les bagarres, les refus, mais sait-on vraiment mesurer l'étendue du désespoir qu'elle recouvre ! Pour la première fois, des réponses sérieuses et sans parti pris, sont apportées à ces questions. Odile Naudin, journaliste, a enquêté, durant plusieurs mois, dans l'univers fermé et violent des loubards. Elle raconte la vie quotidienne, avec ses codes, ses secrets, ses amours, de ces jeunes qui n'ont pour avenir que celui des sans avenir.

  • Stéphane Lupasco résume d'abord sa conception nouvelle de l'énergie et en dégage une notion inédite de l'âme, c'est-à-dire du système neuro-psychique. À partir de ces principes, l'auteur ouvre des voies nouvelles à la sociologie. Il tente d'examiner la présence et le rôle qu'y joue le psychisme, en montrant que celui-ci ne se développe, dans toute sa force de contrôle et de connaissance de la connaissance, qu'au sein de l'homme individuel. Un psychisme sociologique des peuples, donc de l'Histoire elle-même, s'il est profondément souhaitable, est-il néanmoins possible ?

  • Surprenante période que celle de l'adolescence : pour les adolescents eux-mêmes, pour beaucoup de leurs parents, désorientés, inquiets, renvoyés à leur propre adolescence. Nous avons voulu donner ici la parole aux uns comme aux autres, montrer un petit bout de ce que vit et ressent chacune des parties concernées. Tant mieux si cela donne envie d'en discuter ensemble, et permet de découvrir que chacun peut guider, et être guidé, que chacun a droit à l'erreur. Que, surtout, chacun a le droit d'être soi-même. Un droit que l'on peut découvrir et prendre à tout âge.

  • L'auteur, comédienne de formation, se consacre depuis une dizaine d'années à la poésie. Elle a parcouru la France et l'étranger, avec des choix de poèmes contemporains qu'elle a présentés avec succès devant des publics très divers. Aujourd'hui, elle nous livre sa traversée en poésie, depuis l'enfance jusqu'à ce jour, les événements personnels qui ont favorisé et entretenu sa passion : la poésie. À partir d'une expérience exceptionnelle qu'elle a menée à Annecy, avec Jean-Hugues Malineau, pendant plusieurs mois, autour de la poésie, dans les écoles, sous forme d'ateliers, elle entreprend une démarche fondée sur la reconnaissance de la matière-mot, alliée à la matière-corps. Elle explore la sensibilité de l'une et de l'autre, de l'une à travers l'autre. Elle met en pratique ses recherches dans les différents stages et ateliers dont elle s'occupe. Elle prend le maquis du poème pour témoigner que vivre en poésie, c'est agir sa vie, pour affirmer que pénétrer dans le corps des mots, c'est reconnaître son propre corps. Dans cet esprit, tout au long du livre, elle interroge l'argile des mots, elle s'interroge, comme un voyageur épris de son paysage, en passant du rire aux larmes, de la colère à l'étonnement, de l'ombre à la lumière. Ce livre est une profession de foi, un témoignage à partir de réflexions extraites du quotidien, de rêveries, de paradoxes et de dialogues. Il est une main tendue en direction de la poésie et de la vie, tout simplement.

  • Vous avez des jumeaux ? Les reconnaissez-vous ? - Et vous, des quadruplés ? Ce n'est pas possible ! Comment faites-vous pour les élever ? Les jumeaux, les triplés, les enfants multiples sont pourtant des... enfants. Avec, en plus, un autre soi-même, qui va vivre et grandir à côté d'eux, de la maternité à l'école, des amours adolescentes à la vie conjugale. Le long de ces parcours, ils emprunteront des voies diverses, comme l'indiquent les témoignages repris dans ce livre. Mais à chacun de trouver sa voie singulière, en dehors des bons conseils, des mythes et des légendes. Encore faut-il apprendre à lire la carte : ce livre vous y aidera.

  • Quelques principes généraux définissent l'enseignement en France ; chacun a droit ou savoir, notamment. Tous les Français sont égaux, dit-on. Est-ce si vrai ? Y a-t-il une commune mesure entre le premier cycle d'un lycée parisien, et un collège de la banlieue nord, perdu au milieu d'immeubles tristes ? Qu'ils aient quinze ans, et donc passé le premier cap de l'orientation à la fin de la classe de 5e, ou douze ans et soient nouveaux arrivés dans l'établissement, indistinctement groupés dans des classes hétérogènes, que font-ils, que pensent-ils, comment se comportent-ils ces jeunes déjà socialement et culturellement défavorisés ? Un Principal de collège témoigne. Il s'attache à comprendre les enfants les plus démunis, tisse des relations, tente des expériences. En toile de fond chômage immigration, misère. Et surtout une société malade.

  • Prend en compte l'évènement majeur de la fin 1993 : la signature des accords de paix israélo-palestiniens du 13 septembre à Washington. Contient le texte des accords et une analyse de leur contenu et de leurs implications politiques sur la situation proche-orientale.

  • Nés de l'alliance des forces politiques de gauche, les fronts populaires parviennent au pouvoir en 1936 et prennent des mesures audacieuses, dont l'instauration, en France, des congés payés. Mais, si l'expérience française se heurte aux réalités économiques, l'Espagne se déchire dans une guerre civile meurtrière.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'intérêt suscité par les problèmes touchant à la vie affective et sexuelle témoigne à la fois d'un besoin de réflexion à partir des données nouvelles de la science moderne et d'une plus grande exigence de bonheur. Une équipe de spécialistes tente pour un large public de jeunes, de parents et d'éducateurs, de répondre à un désir d'informations précises qui permettent à chacun, seul ou en relation, de situer la vie affective et sexuelle parmi tous les facteurs d'épanouissement de l'individu.

empty