Thriller

  • Le froid de novembre.
    La neige et l'horreur.
    En France, à Lyon, un homme est assassiné dans une église. Son dos a été tailladé, sa langue, coupée. A sept cents kilomètres de distance, sa fiancée est retrouvée pendue à un arbre. Un meurtre maquillé en suicide.
    Très vite, le sang se répand jusqu'en Belgique. Dans un asile abandonné, on découvre le cadavre d'une femme entièrement nue, le visage arraché. Une folie sans nom.
    Les meurtres s'enchaînent, et tous portent la signature d'un tueur en série libéré un an plus tôt, le Borgne. L'homme aurait-il repris du service ? Difficile à croire vu son âge avancé et son état de santé.
    Non, la réalité est bien plus noire.
    Laura, Milan et Adami, des policiers venus de tout horizon, vont rapidement le comprendre. « Nous ne sommes pas face à un tueur en série, mais à une série de tueurs. » Et ceux-ci se sont réunis en force, décidés à marquer les mémoires de leurs crimes pour entrer dans la postérité.

  • Certains ne méritent pas une seconde chance...

    Maxence Verlomme récemment vu sa vie s'effondrer. Il y a trois mois, sa carrière de flic s'est brisée avec l'annonce du cancer de sa femme. Pour vivre ses derniers instants avec elle, il a dû abandonner sa traque du Marchand de sable, un tueur en série activement recherché.

    Ayant enterré Marion le matin même, l'homme se réveille, quelques heures plus tard, prisonnier d'un autobus fuyant la capitale.

    Deux ravisseurs, neuf otages. Lorsque le premier captif est ramené sain et sauf à son domicile par ses bourreaux, plutôt que de profiter de sa liberté, il préfère se tirer une balle en pleine tête. Dès lors, chacun comprend que le danger ne se trouve pas à l'intérieur du bus, mais bien à l'extérieur.

    Un road trip macabre où chaque arrêt se révèle fatal. Et, quand les affres du passé resurgissent, le compte à rebours est déjà lancé, ne laissant à Verlomme que peu de temps pour découvrir le lien qui les unit tous.

    A la fin du voyage, la rédemption. Ou bien la mort.

  • Ce que j'aime faire de mes journées : rien.

    Je me définis comme un paresseux. Les DVD et les livres sont mes seuls amis, car ils n'exigent aucune concession de ma part. Même travailler ne me viendrait pas à l'esprit. Voilà pourquoi je prête mon corps à la science. Je participe à des études cliniques en tant que cobaye. Pas de responsabilités, peu d'exigences. On me paie pour tester des produits. Point.

    J'ai récemment trouvé une compagnie pharmaceutique qui me proposait un énorme montant d'argent pour me guérir de ma dépendance à la marijuana. J'aurais été fou de ne pas sauter sur l'occasion.

    Depuis quelque temps, je me sens bien. J'ai l'impression de devenir quelqu'un. Comme si je méritais enfin de prendre ma place parmi les meilleurs. Lisez mon blogue, vous allez comprendre.

    Moi, Cédric Labonté, j'ai maintenant le monde à mes pieds !

    Découvrez l'univers de COBAYES à travers la plume de sept auteurs différents. L'horreur et le suspense vous attendent dans les sept romans de cette série, à lire dans l'ordre... ou dans le désordre !

  • Cobayes, Yannick

    Martin Dube

    Mon principal défaut : ma générosité.

    Coup de pouce, oreille attentive, dos large, coeur sur la main. Je me fends toujours en quatre pour aider les autres... à mon détriment. Et j'ai l'embarras du choix. De mon meilleur ami Lucien pour qui je suis le parfait confident, à ma voisine d'en dessous, la charmante Marguerite, qui me prend pour son homme à tout faire, tous me considèrent comme le candidat idéal pour satisfaire leurs caprices et calmer leurs angoisses. Et il y a ma soeur, Myriam, pour qui je donnerais ma vie. La sienne n'est pas facile et j'aime croire que je suis toujours là pour elle. Souvent, je m'oublie pour qu'elle puisse être heureuse. Sauf que, ces derniers temps, je sens que j'ai franchi le point de non-retours. Depuis que je participe à cette étude clinique, ma vie me semble lourde, déréglée, impossible. Oui, l'argent que je reçois aide beaucoup ma soeur, mais toute cette expérience me dépasse. Je suis de moins en moins charitable, de plus en plus impatient. Et je commence à faire des cauchemars. A avoir des hallucinations qui me semblent parfois tellement vraies...

    Découvrez l'univers de COBAYES à travers la plume de sept auteurs différents. L'horreur et le suspense vous attendent dans les sept romans de cette série, à lire dans l'ordre... ou dans le désordre !

  • Pervers ? Bizarre ? Asocial ? Je me fous royalement de ce que le monde pense de moi.

    Il n'y a que moi qui compte, mon plaisir et ma liberté. Je n'ai pas d'amis et je n'en veux pas. Mon monde intérieur, ce qui s'y trouve, n'appartient qu'à moi. Personne ne sait qui je suis réellement ; ça vaut mieux ainsi.

    Je travaille deux ou trois jours par semaine. Je pourrais bosser à temps plein - mon patron me l'a offert -, mais ça nuirait à mon autre passe-temps, qui nécessite préparation et prudence...

    Mon seul problème, c'est que j'aimerais gagner plus d'argent. J'en ai besoin pour finir mes travaux dans la pièce insonorisée. Si je veux l'utiliser, un jour... Je devrais peut-être creuser du côté de ce laboratoire, celui qui cherche des candidats pour tester un nouveau médicament. Ça paie drôlement bien ! Avec tout ce fric, ma salle de jeux serait rapidement opérationnelle.

    Découvrez l'univers de COBAYES à travers la plume de sept auteurs différents. L'horreur et le suspense vous attendent dans les sept romans de cette série, à lire dans l'ordre... ou dans le désordre !

  • Bouche cousue

    Marilou Addison

    J'ai lâché le volant une fraction de seconde seulement.

    Juré.

    Je ne l'ai pas fait exprès.

    Pas que je m'en sois voulu, de toute manière. J'étais plutôt indifférente. Sauf que ça allait m'occasionner davantage de problèmes. Je l'ai senti à l'instant où ma voiture a fait une embardée vers la droite. Vers ce piéton qui ne m'a jamais vue venir.
    Non mais, que fabriquait-il là, aussi, en plein milieu de la nuit ?

    J'ai pourtant tenté de freiner. Sans succès. J'aurais dû faire changer les freins il y avait un moment, déjà. Mais j'avais manqué de temps pour m'en charger...

    Lorsque je me suis enfin arrêtée, je savais que le corps ne se trouvait plus à l'avant du véhicule, qu'il avait glissé entre mes roues. Assez difficile d'aller le repêcher.

    C'est pourquoi j'ai décidé d'appuyer encore un peu sur l'accélérateur.

  • Une grand-mère, dans l'imagerie populaire, c'est une petite femme toute ronde, au visage doux et souriant, à la peau délicieusement parfumée, à la voix chaude et rassurante, qui nous accueille avec des confitures maison et des beignets, qui nous caresse de ses mains aussi légères qu'un vol d'oiseau, qui sait consoler petits et grands chagrins, qui sait écouter avec sagesse et compassion, et qui, par-dessus tout, nous aime sans condition, pour toujours.

    Eh bien! pour Charlotte et ses soeurs, une grand-mère, c'est Clarisse : mâchoire inférieure avancée, nez plat, front large, yeux écartés et brillants d'un feu insoutenable, des mains comme des battoirs, un corps massif et imposant, et une voix qui s'apparente à un grognement, parfois même à un aboiement. D'où le surnom dont l'ont affublée ses petites-filles, pour rigoler entre elles : la Bouledogue.

    Le jour où Clarisse doit venir s'installer chez elles, à la suite d'un drame qui laisse leurs parents incapables de s'occuper d'elles, l'existence des quatre sours prend la tournure d'un cauchemar. L'éducation, selon Clarisse, c'est se soumettre ou souffrir. Pour en arriver à ce que son code de bonne conduite soit respecté à la lettre, elle ne lésine pas sur les méthodes, même les plus cruelles.

    Charlotte, la rebelle, regrettera amèrement de ne pas avoir plié l'échine devant cette nouvelle autorité. Sa résistance la conduira tout droit à l'horreur, à l'inimaginable, l'obsession de Clarisse l'atteignant au cour même de sa féminité... L'arrivée de la Bouledogue au coeur de cette famille unie par l'amour et la confiance aura les mêmes effets qu'un tsunami : dévastation, désolation, mort... Âmes sensibles s'abstenir...

empty