Delachaux

  • Si l'on vous dit que « nous sommes tous responsables de la crise écologique », ne le croyez pas, ce n'est pas vrai : c'est pour vous faire oublier que certains le sont infiniment plus que d'autres. Les vrais coupables existent, ce sont les puissants de ce monde, à la tête des multinationales de l'industrie et de la finance qui ruinent la nature et les hommes, possèdent des groupes de presse, financent des lobbies, ne paient pas leurs impôts et orientent les grandes décisions politiques. Qui ose nous faire croire que nous endosserions autant de responsabilités qu'eux dans ce désastre ? Qui a le toupet de prétendre que nous pourrions sauver la planète avec quelques écogestes dérisoires tandis qu'ils la ruinent à coups de milliards ? Ça suffit ! La destruction définitive de nos conditions de vie et de l'avenir de nos enfants par une poignée de criminels irresponsables mérite que nous arrêtions les amabilités. Face à la folie de ceux qui nous dirigent, nous avons le droit - et même le devoir - de nous mettre en colère. Nos émotions ne s'opposent pas à notre raison, notre courroux est sage et notre ire nécessaire. Nous exigeons des mesures d'urgence et nous réclamons justice.

    Bouleversé par la catastrophe écologique, Éric la Blanche est devenu journaliste de presse écrite, écrivain, auteur et scénariste (notamment de la série Bridget Kyoto avec Laure Noualhat) - avec un seul objectif : secouer le cocotier des questions environnementales. Dans cet essai vif et documenté, il analyse sans indulgence la situation de la planète, pose la question du partage des responsabilités, interroge avec humour notre rapport embarrassé à la colère et défend notre droit à l'exprimer. Colère ! est un coup de gueule à la fois drôle et brutal, tendre et revigorant.

    « Une grande enquête psycho-scientifico-politico-émotionnelle. J'ai eu mal au coeur, j'ai ri, et j'ai compris des trucs. Comme une sorte de rejeton d'Indignez-vous ! en plus marrant, en moins poli et en plus "vénère". »

    Pablo Servigne

  • Les écolosceptiques suivent une mode politique utilisée pour marquer la société : derrière l'expression " développement durable " se cache l'inertie et le refus d'agir, attitude parfaitement irresponsable à terme. Ils jouent l'avenir de la biodiversité, d'une vie supportable et même de la planète.Les écolosceptiques comme les climatosceptiques s'acharnent, utilisant les réseaux les plus puissants et maîtrisant parfaitement l'outil internet, à décrédibiliser les écologistes et à dénoncer leur " catastrophisme " auprès des ministres et des parlementaires.D'un ton résolument polémique, l'auteur pointe du doigt avec ironie ces conservateurs vêtus des oripeaux de la science, voire du capitalisme. Il dénonce les adversaires du principe de précaution environnemental, qui paralyserait, paraît-il, le progrès technique et scientifique. Il accuse enfin certains milieux économiques et grandes institutions d'utiliser leurs appuis pour relayer leurs arguments fallacieux.

  • Depuis environ un quart de siècle, certains génomes de végétaux et animaux sont modifiés par transgénèse pour plusieurs raisons : amélioration de l'espèce (goût, valeur nutritive, conservation) et des rendements, limitation de l'emploi de pesticides, meilleure résistance aux maladies, etc. Mais la réalité est plus contrastée. On s'oppose en effet au sein des communautés scientifique, médiatique et politique sur la dangerosité des OGM.Où sont les OGM en France ? Et dans le monde ? Y a t-il des OGM dans mon assiette ? Comment les repérer ? Pourquoi modifier le vivant ? Quels sont les risques ? Pour moi ? Pour l'environnement ? Pour tout le monde du vivant ? Pourquoi les OGM déclenchent-ils tant de bruits et de fureur ?Ce texte fait le point pour que l'homme, citoyen et consommateur, comprenne le pourquoi du comment des OGM et aborde le débat sans dramatiser à outrance pour une réflexion plus constructive.

  • Le Bioparc de Doué-la-Fontaine, dirigé par Pierre Gay, fils du fondateur, et son fils François, présente des espèces rares et menacées dans d'immenses enclos immersifs. Il s'investit aux côtés d'associations locales pour réintroduire des espèces en danger dans leurs milieux d'origine. Pierre Gay relate dans ce livre ses valeurs et son parcours, l'évolution de son zoo en Bioparc : celui-ci joue un rôle de tout premier plan dans la conservation animale et présente aux visiteurs de très nombreuses espèces dans d'immenses enclos évoquant les écosystèmes d'origine des animaux. Une véritable promesse de nature.

empty