Editions Lucien Souny

  • Les perdrix s'aiment au point du jour Nouv.

    Le passé de Martin ressurgit sans crier gare et l'oblige à aller chercher des réponses chez son père qu'il a tant détesté.
    Une carrière en plein essor à la Défense, un mariage heureux, un premier enfant à naître... Il pensait avoir sa vie bien en main. Mais le passé est traître : il ressurgit sans crier gare. Si Martin ne veut pas tout compromettre, il doit aller chercher la vérité sur ses origines et sur ce père qu'il a tant détesté. Pourquoi Christian a-t-il quitté les siens ? Pourquoi n'a-t-il jamais parlé de sa famille à son fils ? Le jeune Parisien va se retrouver dans un petit village de la Marne où personne ne l'attend. Lui, s'attend au pire..., à des révélations qui le changeront irrémédiablement. Comment les hommes apprennent-ils à vivre avec leurs ombres ? Une histoire singulière et bouleversante qui met en lumière, sans jugement, le paradoxe des sentiments. Sandra Banière est l'auteure de Noces meurtries (Presses de la Cité, 2017), son premier roman finaliste du prix Nos lecteurs ont du talent organisé par Place des éditeurs et la Fnac (2013).
    Découvrez ce roman bouleversant décrivant avec justesse les sentiments ambigus qu'il peut y avoir entre un père et un fils.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Amoureuse de la vie, des plaisirs simples, Sandra Banière partage son temps entre l'enseignement des Lettres modernes et l'écriture. Elle s'adonne à ces activités toujours dans l'idée d'oeuvrer pour les autres et pour la défense de notre culture. En participant à un concours, Nos Lecteurs ont du talent, organisé par Place des éditeurs et la Fnac (2013), elle voit la publication de son premier écrit, un roman, Les Noces meurtries (Presses de la cité). Les thèmes de la famille, de la nature, de la place des femmes dans la société et du couple, sont au coeur de son travail d'écriture.

  • ?Quand l'une trouve l'amour et connaît le bonheur de la maternité, l'autre conclut un mariage de raison. Ni heureuse ni comblée, mais riche, Julienne se fait un devoir de soutenir ses vieux parents et sa soeur cadette, poursuivis par la misère. Or la vie se charge de rebattre les cartes et entraîne les deux filles, qui avaient tant d'affection l'une pour l'autre, dans une confrontation impitoyable pour défendre leur famille... Mais laquelle, celle de sang ou celle de coeur ? Les affrontements sont encore plus violents lorsqu'ils opposent des gens qui s'aiment.
    Dans cette histoire aussi juste que touchante, Béatrice Bourrier continue à explorer et à disséquer les thèmes qui lui sont chers : les liens familiaux, les aspirations à la résilience et au pardon... La sagesse et la générosité peuvent-elles nous sauver des inévitables tragédies humaines ?
    Béatrice Bourrier est l'auteure de nombreux romans publiés aux éditions Lucien Souny, dont Le Pacte de sel, Au Défaut de l'épaule, Le Berger et son étoile.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Originaire de Montpellier, Béatrice Bourrier s'est fait connaître avec ses nouvelles qui ont éte récompensées par le Prix des libraires 1999 et par le Prix de la nouvelle du Conseil Général de l'Ariège (2002). En 2005, elle signe son premier roman Collines au crépuscule (Cheminements, 2005), honoré par le Prix des écrivains régionalistes 2006. En 2014, elle publie Le Berger et son étoile (Lucien Souny), et en 2015 Au défaut de l'épaule (Souny Poche). Tous ses romans nous entraînent au coeur de ce coin de pays qu'elle aime - les Cévennes - qu'elle dépeint finement et dont elle restitue toute la finesse et l'âme. Elle vit ? Montpellier.

  • Le détective privé Ethon Blimiec vous entraine dans une enquête palpitante !
    
    Quand Ethon Blimiec ouvre la porte de son appartement, ce matin-là, il ne s'attend pas une seconde à ce que son immeuble de la cité Ribot se transforme, quelques instants plus tard, en QG de la police judiciaire. Il lui faudra être très convaincant auprès du commissaire Clérambar pour se sortir d'une sombre affaire de règlement de comptes. Un détective privé a pourtant l'habitude de vivre dangereusement, même si son affaire s'appelle l'Agence Mogador... Mais voilà que tous ceux qu'il approche tombent comme des mouches, jusqu'à ce qu'il en découvre la véritable raison.
    Fort du succès des enquêtes du commissaire Merle, Michel Benoit convie le public à un nouveau rendez-vous, avec un détective privé, Ethon Blimiec, un professionnel pittoresque, à une époque - pas si lointaine - où les policiers travaillaient sans Internet, sans téléphones portables et sans recours aux analyses ADN. Au fil des investigations, Ethon deviendra un intime du lecteur, une sorte d'ami de la famille que l'on a hâte de retrouver avec plaisir.
    Découvrez le premier tome de la nouvelle série policière de Michel Benoit, père du célèbre commissaire Merle, qui vous replongera dans les années 80 !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Michel Benoit est un écrivain prolifique, tour à tour romancier, historien, essayiste, dramaturge. De tous les genres, c'est le polar qu'il préfère, "le roman par excellence" comme il aime le désigner. La vie n'est qu'un polar et dans un polar on y trouve tout ce
    qui compose une vie : l'amour, la fidélité, l'amitié mais aussi la jalousie, l'envie, les blessures, la haine et la mort. En 2010 il publie son premier roman policier : La Belle marinière où il donne naissance au commissaire Augustin Merle, une série qui connait
    un retentissant succès. En 2020, il publie la 13ième enquête du commissaire Merle. Michel Benoit aime donner des rendez-vous aux lecteurs. Ainsi le principe de la série le permet tout à fait. Il imagine donc aujourd'hui un nouveau personnage : Ethon Blimiec, détective privé que le lecteur va suivre mission après mission. Plus intime, plus dévoilé, le personnage devient en quelque sorte un ami de la famille qu'on a plaisir et hâte à retrouver.

  • La mort de deux anciens camarades d'école lors d'un week-end de retrouvailles va déterrer des secrets que Lisa aurait préféré garder enfouis.
    En perte de repères après un cinglant échec professionnel, Lisa retourne dans sa ville natale en Virginie, qu'elle a quittée dix ans plus tôt. Elle y croise des visages familiers, mais elle reste en retrait. Puis, en l'espace de trois jours, deux anciens de ses camarades d'école trouvent la mort. Les souvenirs se bousculent lorsqu'elle comprend que son retour coïncide avec le week-end de retrouvailles de sa promotion 2009. Elle s'y rendra à reculons. Alors que le sang continue à couler, elle est rattrapée par de vieux secrets, qu'elle pensait morts et enterrés grâce à une solidarité estudiantine inoxydable.
    Une histoire haletante et fascinante. Anaïs Culot n'a de cesse de brouiller les frontières, de décortiquer les facettes de chaque personnage, les rendant tantôt coupables, tantôt victimes. Une lecture noire qui donne un incroyable aperçu de la psychologie à la fois du prédateur et de sa proie, et qui interroge le lecteur sur ce qui est socialement acceptable et sur la justification de la violence.
    Découvrez le deuxième roman de Anaïs Culot, un thriller haletant qui vous plongera dans le passé d'anciens étudiants où la victime n'est pas toujours ce qu'elle semble être.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Je pensais avoir compris une grande partie du scénario, mais c'était sans compter le brio de l'auteure. Les retournements de situation, les doutes et les rebondissements vont ponctuer ce thriller. J'ai eu beaucoup de mal à lâcher ma lecture. Un thriller à découvrir de toute urgence ! Et une auteure à suivre car elle promet de belles lectures. - Chronique de Jess, Livres Addict
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Anaïs Culot est née en 1991 à Châteauroux dans l'Indre. Après l'obtention d'un Master en sciences de l'atmosphère et du climat à Toulouse, elle poursuit ses études en journalisme scientifique, puis en littérature et civilisation anglophone à Paris. Aujourd'hui journaliste scientifique indépendante, elle vulgarise les travaux de plusieurs organismes de recherche. L'essentiel de ses loisirs est partagé entre ses passions pour le cinéma et l'écriture. Elle passe son temps entre la Vendée, l'Indre et la région parisienne. En 2016, elle a signé un premier roman intitulé Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

  • ?Une Traction Avant s'éloigne de la ville pour rejoindre le manoir familial des Lavallière. La solitude dans une prison dorée... Voilà la punition infligée à Mathilde, la femme adultère. Henri compte ainsi sauver son ménage, au moins en apparence, et faire oublier à son épouse son amourette. Dans un ultime sursaut de bonté, il daigne engager une demoiselle de compagnie. La jeune Odette apprivoise l'oiseau en cage et lui redonne espoir en proposant de servir de boîte aux lettres. Alors que l'horizon s'éclaircit pour Mathilde, qui déjà prépare sa fuite, un grain de sable enraye le bon déroulement des opérations : un homme de l'ombre projette ses fantasmes sur « la dame du manoir ».
    Les désirs du mari, de l'amant et de l'imposteur se conjuguent et pèsent sur Mathilde jusqu'à la broyer. Qui va vaincre, qui va périr ?
    Dans ce roman noir extrêmement prenant et émouvant, Patricia Bertin sème le trouble et la confusion des sentiments. Sans artifice, elle raconte la folie et la dévotion qu'une femme peut éprouver pour un homme avant de découvrir un amour plus violent, celui de la liberté. Envers et contre tous, et seule, elle luttera pour son nouvel idéal. 
    Patricia Bertin est l'auteure de Seul en la demeure (Lucien Souny, 2019).
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Passionnée de lecture, de cinéma et décriture, Patricia Bertin reprend tardivement ses études pour réussir un master en lettres modernes. Depuis qu'elle a pris sa retraite, elle ne cesse de publier, des polars principalement : Car mon péché, moi, je le connais, 2013 ; Margot, 2015 ; Judith et le croquemitaine, 2016 qui a reçu le Prix France de la Journée du manuscrit francophone. Elle vit ? Paris, d'où elle est originaire.

  • Quand une rencontre improbable vient bousculer leur quotidien, Carole, Diego, Steve et Huguette devront relever les défis que la vie leur propose afin d'essayer d'en comprendre le sens et d'y trouver, peut-être, le bonheur.
    ?Carole débarque au Boomerang pour un important repas d'affaires. Elle est accueillie par le beau Diego, le patron d'origine mexicaine, et par Steve, le serveur, tellement sympathique qu'on lui pardonne sa nonchalance et ses maladresses. Rien n'échappe à la vieille Huguette, autant discrète qu'espiègle, qui a fait du lieu sa cantine du midi. Au fil des apparitions de Carole, ce petit monde cabossé et discordant commence à s'apprivoiser, à se disputer aussi. La complicité finira pourtant par s'installer jusqu'au moment où tout s'écroule : Diego ne reçoit plus de lettres de sa famille, les démons de Carole refont surface, la mère de Steve est aux soins intensifs, et Huguette se perd en ville. Comment vont-ils s'en sortir ? Tomberont-ils comme des dominos ou s'aideront-ils à se relever ? Avec justesse, humour, tendresse et légèreté, l'histoire de ce quatuor improbable incite à s'interroger sur le sens de la vie et la quête du bonheur. Elle permet également à l'auteure d'aborder des sujets qui lui tiennent à coeur, comme les violences conjugales, le sexisme, la place des aînés dans la société, ou l'environnement.
    Laissez-vous subjuguer par le tout nouveau roman de Claire Vandevivere et méditez sur le sens que l'on peut donner à notre vie.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Claire Vandevivere écrit depuis plus de vingt ans des publications académiques, des articles et des discours politiques. Après avoir été collaboratrice universitaire, puis parlementaire, elle est aujourd'hui échevine, élue locale, à Jette, une des 19 municipalités de Bruxelles. Un jour, elle a éprouvé l'envie irrésistible de s'essayer à un genre littéraire lui offrant une liberté totale : le roman. Après un premier livre campant une histoire de famille dans le somptueux décor de la Baie du Mont-Saint-Michel - Trois Week-ends en famille -, elle signe ici un second roman. L'auteure s'inspire cette fois-ci de sa localité pour planter le décor. Ce qu'elle apprécie le plus dans son métier - au-delà des dossiers et des projets qui lui tiennent à coeur - ce sont les contacts humains. Et ses romans dépeignent les relations humaines avec justesse, humour, tendresse et profondeur.

  • Trois personnes se retrouvent bloquées dans l'obscurité d'un ascenseur en panne. Ces 60 longues minutes bouleverseront leur vie !
    ?
    Un homme d'affaires, une cabossée de la vie et un utopiste se retrouvent bloqués dans un ascenseur de la tour Montparnasse. Soixante interminables minutes dans le noir feront basculer leur vie en réveillant leur sens de la solidarité et de la fraternité. Rendus à l'air libre, ils ne se quitteront plus : ensemble, ils iront à leurs rendez-vous respectifs. La suite les conduira aux confins de la Creuse pour résoudre d'autres crises. Ils se confronteront à un territoire économiquement appauvri et parfois abandonné, à des habitants en détresse, à un monde agricole quelque peu éloigné des préoccupations écologiques du moment. Profondément bouleversés, ils élaboreront une philosophie de vie - de survie - basée sur leur complémentarité, une règle de trois unique mise à rude épreuve. Trouveront-ils des issues aux crises personnelles et sociales qu'ils traversent ? À leurs dépens, ils apprendront qu'il faut gravir bien des marches pour monter à ce village de Laichafaux. Robert Farejeaux signe ici un premier roman jubilatoire, prémonitoire et tragique.
    Découvrez ce roman qui narre une rencontre hors-norme pour aborder l'avenir des territoires ruraux et l'évolution du monde agricole !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'auteur a réussi sa mayonnaise du divertissement intelligent, douce et épicée juste comme il faut, pour goûter un moment de plaisir simple. - Quartier Libre, Le Semeur Hebdo
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Issu d'une famille de paysans et de maçons de la Creuse, Robert Farjeaux a vécu sur la ferme. À la demande de Platon, il a d'abord étudié la géométrie et il a obtenu un diplôme d'ingénieur. Ensuite, bien plus tard, il a décroché un titre de « maître philosophe ». L'écriture s'est imposée à lui comme une autre passion. En combinant la réalité et l'imagination, le fil d'une histoire s'est mis en route assez facilement. Il manquait l'étincelle qui est venue en écoutant la musique de Miles Davis du film de Louis
    Malle Ascenseur pour l'échafaud. Avec En panne de sens, il signe son premier roman. Du plaisir il en a pris et il sait le communiquer au lecteur. Il partage aujourd'hui son temps entre Clermont-Ferrand et les Combrailles avec son épouse et ses deux juments comtoises. Entre la ville et la campagne, il n'a pas choisi mais il aime cultiver son jardin où qu'il soit et ses juments comtoises adorent l'écouter réciter des poèmes épiques. Il vient il ne sait d'où, il est il ne sait qui, il meurt il ne sait quand, il va il ne sait où, et il s'étonne d'être aussi joyeux !

  • Comme un papillon qui s'est brûlé les ailes Nouv.

    Un accident de voiture provoque la mort d'une mère et d'une fille. Violette Dessaux est certaine que ce n'est pas un simple accident et décide d'enquêter sur le passé des victimes.
    Deux gendarmes viennent annoncer à un homme que sa compagne et la fille de cette dernière ont péri brûlées dans un accident de voiture. Après leur départ, l'individu ouvre la boîte à souvenirs. Éloignés au quotidien, les amants s'adressaient régulièrement des messages avec, pour nom de code, « papillon ». Un véritable conte de fées... Tandis que l'homme se passe en boucle leur vie commune, les gendarmes se posent des questions. Pour le supérieur, Victor Ducasse, il s'agit d'un banal fait divers routier. Mais sa jeune collègue, Violette Dessaux, ne l'entend pas de cette oreille. « La nouvelle a laissé le type de marbre. Pire, il savait quelque chose. » Elle n'en démord pas, il ne s'agit pas d'un accident. Pour le prouver, elle devra reconstituer les faits, et surtout l'histoire de ce couple, en dehors de toute enquête officielle.
    Auteur de pièces de théâtre, Willerval relève ici le défi et nous offre un remarquable thriller psychologique, sa contribution pour dénoncer et combattre le féminicide.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Willerval écrit habituellement des pièces de théâtre. Il relève ici le défi et propose un remarquable thriller psychologique. Parce que le roman offre au dramaturge une liberté totale dans laquelle on joue avec les non-dits, les discordances, Willerval a décidé d'adopter de nouveaux codes et une nouvelle façon de raconter, ici l'innommable. Il est membre des Écrivains associés du théâtre de Nouvelle-Aquitaine. Né dans le Pas-de-Calais, il habite le Périgord et est engagé dans la vie culturelle Locale.

  • Une série de nouvelles à découvrir.
    Grand marcheur mais aussi rêveur impénitent, Jean-Pierre Bonnet a effectué le chemin jusqu'à Santiago à trois reprises, empruntant chaque fois un nouvel itinéraire. En 2004, il part de Vézelay, l'année suivante, du Puy-en-Velay. Et en 2007, il reprend son bâton pour découvrir la voie d'Arles.
    À chacun de ses retours, il compile ses notes et ses rencontres qui deviendront Des nouvelles de Compostelle. Dans ce livre, l'auteur raconte le chemin, mais aussi le parcours de ces gens qui essayent de naviguer entre les turbulences de la vie pour trouver leur chemin. En final, cette cinquantaine de nouvelles créent un paysage émotionnel remarquable entraînant le lecteur au coeur de cette aventure singulière des temps modernes.
    /> Plutôt qu'un récit de voyage, voici une série d'histoires - drôles, tendres, parfois émouvantes - qui racontent le chemin. Une autre façon de le découvrir ou de se rappeler son propre périple.
    EXTRAIT DE LA DAME AU LIVRE D'OR
    Le chien aboie, le marcheur s'arrête hésitant. Ce n'est pas le premier chien pourtant depuis son départ, mais c'est le premier de la journée ! Il vient de quitter le gîte communal de la petite bourgade de Dordogne, par une belle matinée printanière, une des rares de cette année pluvieuse et venteuse. La grimpette pour s'éloigner des rives de la Dordogne a été dure ; mais n'est-ce pas le cas tous les matins quand il faut remettre le corps en marche et que l'on sait qu'il devra « fonctionner » sept à huit heures de rang ?
    Arrivé dans ce petit hameau, il peut voir les premières vignes du Bordelais, et il peut entendre les premiers jappements de chien du jour. Apparemment, le chien s'était assoupi au soleil, car ce n'est qu'une fois dépassée la maisonnette que le pèlerin est rattrapé par le glapissement frénétique de la bête.
    C'est alors qu'une porte s'ouvre précipitamment et qu'un cri s'en échappe :
    - Monsieur ! Monsieur !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Cussac, dans le Limousin, Jean-Pierre Bonnet est resté fidèle à cette terre dont il parle la langue d'oc. Il y puise son inspiration. Dans tous ses romans, il aime à dépeindre finement la société paysanne dans les années 50-60. La famille est son thème de prédilection. Il porte un regard lucide et avisé sur ces relations privilégiées mais fragiles qui se créent entre les êtres, souvent bonifiées sous l'effet des revers de la vie et balayées par les faiblesses humaines.

  • Jim s'installe à la Combe des Bois dans l'espoir de se construire une nouvelle vie, mais il s'avère que sa venue dérange...
    ?Un chevreuil abattu à ses pieds alors qu'il flâne dans la forêt. La tête de la bête se retrouve plus tard sur le pas de sa porte. L'accueil n'est pas meilleur chez les voisins. À la Combe des Bois se murent un patriarche infirme et sa fille qui dirigent, dans le secret absolu, la propriété et les terrains attenants. Visiblement, la présence du nouvel arrivant ne plaît pas. Pire, elle dérange.
    Et pourtant, c'est au coeur de cette campagne que Jim, frais émoulu d'une formation de guide de pêche, s'installe avec son projet de reconversion, ses espoirs, et un passé décevant. Il sera confronté à un milieu aussi trouble qu'attachant.
    Dans cette histoire maîtrisée et captivante, Daniel Taboury campe une étonnante galerie de personnages hauts en couleur, souvent des laissés pour compte, abandonnés sur le bord du chemin sur ces terres oubliées de l'Administration. L'auteur a l'art d'explorer les mystères des vies, les méandres de l'âme humaine et les rives des passions. Une quête authentique et originale de l'intime.
    Il a signé d'autres romans aux éditions Lucien Souny, dont De retour, Silence de plomb.
    Ce roman mènera le lecteur sur une quête de l'intime et des mystères de l'âme humaine...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Daniel Taboury a fait le choix à la fin des années 70 de s'installer à la campagne. Sans doute pour vivre près des eaux et des poissons, - une passion déterminante - et au coeur de cette France "profonde" qu'il aime tant. Dans ses romans, il en parle sans nostalgie ni concessions bucoliques. Il y campe des personnages "brut de décoffrage" comme si la rudesse ou la pudeur ne pouvaient que les accompagner chaque jour dans ce quasi désert. L'illustration d'un monde à l'écart dont les Français ont perdu la connaissance dans le brouhaha d'une civilisation en marche forcée. Il est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages sur la pêche et les poissons (nouvelles, essais) dont le remarqué Dico insolent de la Pêche (2015). Plusieurs romans ont été publiés aux
    éditions Lucien Souny : Silence de plomb, Le Triton du diable, Les Noces de copeau, À contre-courant, et plus récemment, De retour (2019), Humeurs insolentes d'un confiné (2020).

  • Antoine Bressac a un passé douteux qu'il tente d'oublier, mais il fait une rencontre envoûtante d'une femme mystérieuse...
    Elle pousse la porte de cette agence immobilière pour louer un appartement. Le patron est hypnotisé par la beauté de la cliente, nouvellement nommée guide au gouffre de Padirac. Si Lydie montre à son interlocuteur qu'elle n'est pas indifférente à son charme, elle lui fait également comprendre qu'il lui faudra se montrer patient.
    Qu'importe le temps pour Antoine Bressac ! Établi dans cette région depuis deux ans, il s'évertue à effacer de sa mémoire une autre vie, à la fois trouble et frénétique, où les relations, les amours et les affaires fleurissaient grâce au réseau, au détriment de certaines valeurs. Aujourd'hui, il se jure d'arriver à ses fins avec cette envoûtante mais indéchiffrable Lydie. Il a juste oublié que, pour gagner, il faut connaître son partenaire en tout point.
    Plus qu'un thriller effrayant, Pierre Ménard décortique la société et ses excès pour mieux interroger le lecteur. Le cheminement des personnages sera long et tortueux, jusqu'à ce que les masques tombent... cruellement.
    Un polar cruel et terrifiant qui amènera le lecteur à décortiquer la société, l'humain et leurs vices !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Très belle écriture, rythmée, ciselée, pour des personnages remarquablement campés, cet opus présente en plus l'avantage de nous faire voyager dans certaines des plus belles régions de France, ce qui n'est pas négligeable! Agréable moment de lecture et un très grand merci aux éditions Lucien Souny car, c'est un polar que je n'attendais pas du tout, a fortiori dans le contexte actuel. - Polarmaniaque
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Journaliste spécialisé dans le sport automobile historique, Pierre Ménard est l'auteur de La grande encyclopédie de la Formule 1 ainsi qu'une série de biographies sur certaines légendes de F1, Fangio, Moss, Ascari, Lauda, Prost, Senna et d'autres encore. Après avoir écrit les histoires des autres, il a voulu raconter "ses" histoires, via le roman policier. Son premier "rampol" Le rodeur de minuit (Atelier de presse, 2007) est nominé au Festival du premier roman policier de Lens en 2008, où il
    atteint la finale et est battu par Michel Bussi et son Omaha crimes ! Né dans le Lot, le mystère dégagé par les concrétions et anfractuosités du gouffre de Padirac a toujours impressionné Pierre Ménard. La majesté de ce lieu s'est imposée à lui pour y situer cette seconde histoire.

  • Un pan peu glorieux de l'histoire : le sort des prisonniers de guerre allemands (PGA) en France.
    C'est d'une histoire peu glorieuse, longtemps passée sous silence des deux côtés du Rhin, que témoigne ici Werner Schneider, sous la plume de sa fille, Christine. « [...] ce livre donne également une consistance personnelle à une lacune historiographique qui est celle du sort des prisonniers de guerre allemands (PGA) en France », précise Beate Klarsfeld dans sa préface.
    Werner Schneider fait partie de ces 750 000 PGA envoyés en France, dès avril 1944, pour reconstruire le pays que leur armée avait détruit. Détenus dans les terribles camps de la plaine du Rhin, dans des conditions inhumaines, affamés, affectés au déminage des régions côtières, aux travaux industriels ou agricoles, ils ne furent pas traités comme l'exigeaient les conventions de Genève. Si tous feront l'amère expérience de la défaite et connaîtront le processus de dénazification, tous ne sont pas des criminels de guerre.
    Le voile sur cette sombre page se lève petit à petit. « Nous n'avons jamais cessé de lutter contre l'impunité des criminels nazis, mais nous n'avons jamais demandé ou accepté que l'on persécutât des Allemands parce qu'ils étaient allemands », a déclaré Serge Klarsfeld le 25 mai 2018 lors de l'inauguration d'une stèle au camp de Rivesaltes où furent détenus des PGA.
    Un récit remarquable, ponctué de références historiques, écrit en toute humanité. Un témoignage de première main pour que « chacun puisse se forger une opinion personnelle de ce qui s'est alors passé, car l'Histoire n'est pas seulement celle des vainqueurs », comme l'écrit Werner Schneider.
    Werner Schneider a participé au documentaire de l'historien Fabien Théofilakis, Quand les Allemands reconstruisaient la France, réalisé par Philippe Tourancheau, produit par Cinétévé et France Télévisions, et diffusé sur France 2 le 10 mai 2016.
    Plongez dans le témoignage de première main de Werner Schneider, un des 750 000 PGA envoyés en France pour reconstruire le pays que leur armée avait détruit et découvrez un récit remarquable, ponctué de références historiques, écrit en toute humanité.
    EXTRAIT
    À Cherbourg, dans ses pensées, Werner se dira qu'à ce moment-là encore il aurait pu s'enfuir facilement et rejoindre l'Allemagne par ses propres moyens. S'il avait su !
    Le 5 septembre 1945, quatre officiers, accompagnés d'autres soldats anglais, avaient déboulé à grand bruit de jeep dans le campement. C'était un début de matinée glacial, dehors il gelait ; aussi, personne n'était parti aux travaux de la ferme. Tout se passa si vite que pas un ne put réagir. Sans même leur laisser le temps de se vêtir, ces parachutistes au béret rouge firent mettre en formation les militaires allemands dans la cour, les regardèrent de la tête aux pieds, parlèrent en anglais sans qu'aucun comprît, puis repartirent. Werner et ses compagnons avaient quand même eu le temps de se geler ; ils rentrèrent en trombe pour s'habiller. Personne n'avait saisi un traître mot de ce qui avait été dit, certes fort, mais pas à leur intention. Retour à l'attente.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Franco-allemande, ne´e 15 ans apre`s la guerre, Christine Schneider a souvent entendu les re´cits de son pe`re concernant son ve´cu de prisonnier de guerre allemand en France. Mais elle ne pouvait le resituer ve´ritablement dans aucun contexte historique correspondant a` ce qu'elle avait appris jusque-la`. Le silence des me´moires nationales la laissait incre´dule face a` certaines conditions e´voque´es par Werner. Des heures de re´cits de´taille´s, des enque^tes sur les lieux du passe´ (Normandie, Bretzenheim), des lectures documentaires et des rencontres lui permettront d'e´crire ce livre dans lequel elle peut enfin reconstituer l'histoire assez incroyable de son pe`re, en ve´rifier la ve´racite´ et avoir envie de la faire connai^tre.

  • Vincent va subir les conséquences de passions et de mystères familiaux...
    Il n'est pas de famille sans secrets. Souvent dérisoires, ils peuvent s'avérer parfois sérieux et leurs conséquences deviennent graves pour ceux qui les découvrent. Vincent en fera l'expérience au détour d'une rencontre fortuite.
    Ce qui aurait pu demeurer une simple péripétie prend un tour alarmant quand il est victime d'un accident de voiture. Plus tard, il reçoit une lettre anonyme.
    Les secrets de famille se nourrissent souvent de jalousies ou de ressentiment, mais il arrive, comme ici, que ce soient les amours et les passions qui les alimentent.
    Auteur de plusieurs livres parus chez Buchet-Chastel et JC Lattès, Pierre Lagier signe son quatrième roman aux éditions Lucien Souny.
    Ce roman contemporain emportera le lecteur dans une intrigue riche en suspense, mystères et émotions !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de Brive, Pierre Lagier a exercé la profession de journaliste de presse écrite à Brive, à Limoges et à Clermont-Ferrand. Auteur, on le connaît surtout pour ses romans policiers mais il s'adonne également à l'écriture de romans.

  • Fracasses

    Julien Daluis

    François Guéronce, responsable de la protection de l'enfance, croise le destin de la famille Lagronie, des gens du voyage...
    François Guéronce vient d'être nommé responsable de la protection de l'enfance. Si cette promotion récompense ses valeurs et son travail, il la doit également à sa femme et à ses parents, pour leur disponibilité et leurs sacrifices.
    Le flot d'histoires tragiques que son nouveau service charrie le conduira vers la famille Lagronie, dont le quotidien repose sur la capacité de débrouille du père, qui a le coeur au bord des coups, et de la mère, globalement dépassée. Lili, l'aînée, treize ans, profite de sa liberté autour du camp.
    Deux destins qui n'étaient pas faits pour se croiser. L'impact sera violent et projettera les protagonistes dans une course à contre-courant, douloureuse.
    Julien Daluis signe un thriller dont le réalisme et l'humanité permettent d'appréhender l'enfance en danger. Par le biais d'un scénario infernal, l'auteur livre une vision éprouvée d'un univers méconnu, où le tragique côtoie les rires d'enfants. Il avait à coeur de partager avec le lecteur ce monde complexe, détonant et déchirant. Un premier roman « coup de poing ».
    Ce thriller réaliste et humaniste entrainera le lecteur dans le monde douloureux de la protection de l'enfance...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai passé un magnifique moment, trop court, un formidable roman noir écrit tout en délicatesse, poignant, captivant, maîtrisé et d'une tristesse singulière. On ne peut être qu'impuissant mais pas indifférent. Un auteur qui mérite d'être mis en avant et que je vais suivre. - pbrient, Babelio
    Voici une lecture que j'attendais autant que je redoutais et qu'il convient de lire au bon moment pour en supporter tout le réalisme. Voici une histoire, certes fictive, mais tellement réaliste qu'elle donne au lecteur le sentiment de se prendre une gifle qui lui laisse une marque indélébile dans le coeur. Voici un roman percutant et juste qui sait nous faire réfléchir sur ce que l'on croit savoir de notre monde. Un très bon premier roman qui promet la percée d'un nouveau grand nom d'auteur dans l'univers du polar français ! - Les lectures de Pampoune
    L'auteur nous offre un roman noir, dur et tellement réaliste que ça en devient glaçant. Une histoire glauque qui malheureusement n'aura pas de happy end. - Chronique de Jess, Livres Addict
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Julien Daluis est né, a grandi et vit près de Chartres. Il avait à coeur de partager avec le lecteur cet univers complexe, âpre, détonnant et déchirant. Un premier roman, bluffant de réalisme et d'humanité.

  • Pour sauver sa vie, Valérie fait un choix qui pourrait la lui coûter...
    Valérie, une toxicomane repentie, veut se libérer de l'emprise d'un compagnon qui s'enfonce dans une violence incontrôlable. Il y a urgence, sa vie ne tient plus qu'à un fil. Une seule solution s'offre à elle : dénoncer le trafic de drogue que Marco gère depuis l'Espagne vers la France. Elle va alors reprendre contact avec un ancien amant, Pierre. Le chef de brigade à l'antenne PJ de Nice deviendra sa porte de sortie et se retrouvera au coeur d'un trafic international de stupéfiants, où la survie de son indic doit passer avant le reste.
    Éric Oliva et Denis Richard, deux flics, se sont associés pour nous dévoiler les coulisses de la brigade des Stups. Au coeur d'une ambiance étouffante, très vite le lecteur ne sait plus où se situe la frontière entre la réalité et la fiction.
    Stockez les bombonnes d'oxygène tandis que vous entamerez la lecture de ce thriller essouflant...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un énorme coup de coeur pour ce polar criant de vérité. Le style de l'auteur est fluide, addictif et imagé. J'ai vu chaque scène défiler devant moi. Lu dans la journée ! Un excellent polar avec une enquête que vous allez suivre comme si vous y étiez. Un polar à adapter au cinéma ! - nathaliemillet65, Babelio
    Quand un flic de la PJ de Nice s'associe avec un autre de la brigade des stups, on assiste à une traque sans répit ! C'est comme si on y était... Les pages défilent rapidement tellement il y a de l'action, des rebondissements et des situations imprévues. Wow... j'ai adoré ce bouquin, les personnages, l'histoire percutante de réalisme, ainsi que le vocabulaire coloré du milieu des stups. J'ai passé des moments de lecture très intenses ! - tousimic, Babelio
    À PROPOS DES AUTEURS
    Denis Richard : Il entre dans la police en 1982. Affecté quelques années à Paris, il est muté à Nice. D'abord, à l'antenne de la police judicaire, puis à la brigade criminelle, il terminera sa carrière à la brigade des stupéfiants. Son expérience nourrit son imagination. Pour transformer ses idées en roman, il s'est associé à son ami, Eric Oliva, auteur de plusieurs polars, dont Hotspots, paru aux éditions Lucien Souny(2019).
    Éric Oliva a intégré la police nationale depuis 27 ans. En Seine-Saint-Denis, dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. Une expérience hétéroclite, riche, dure, singulière, compliquée qu'il souhaite, d'une certaine façon, partager. Il se met alors à jeter des mots sur une feuille blanche. « La blancheur s'apparente souvent aux victimes tandis que l'encre noir reste l'apanage des méchants ». Le résultat est d'une cruelle vérité sans fard, des écrits d'un réalisme musclé, car le terrain, les hommes, les affaires, il les connaît. Il vit à Nice et il exerce au sein d'un groupe d'enquête à l'antenne de la Police Judiciaire de Nice.
    Ensemble, ils ont voulu montrer au lecteur les situations auxquelles les enquêteurs stups peuvent être confrontés lorsqu'ils gèrent des informateurs, même si « les problèmes vont rarement aussi loin que dans le roman », tiennent-ils à préciser !

  • XXX

    Xxx

    Ludovic est rejeté par son grand-père adoptif qui refuse de donner son amour à ce petit-fils noir, tandis que les années passent...
    ?Ludovic a été adopté. Sa mère est médecin et son père, chercheur. Il s'est très vite intégré et s'est fait des amis à l'image d'Aurélie, qui, à dix ans, n'a d'yeux que pour son petit copain noir. Des sentiments irréversibles. Si les enfants n'attachent aucune importance à la couleur de la peau, il en va autrement pour certains adultes. À commencer par le grand-père de Ludo. Cardiologue de renom, fondateur du laboratoire familial, à la tête d'un empire immobilier, il renie son petit-fils jusqu'à l'humiliation. Et jamais, au grand jamais, sa fortune ne lui reviendra.
    Les années s'écoulent et Ludovic devient docteur à son tour. Il travaille maintenant au laboratoire permettant ainsi à ses parents de se consacrer à leur passion, la voile en mer. Au cours d'un voyage, le drame couve : le couple ne donne plus signe de vie. L'inquiétude est à son comble. Chez le grand-père aussi, car si son fils unique venait à disparaître, son héritier direct et incontestable serait Ludovic. Impossible d'y déroger?! Mais Louis-Étienne, lui, l'entend d'une tout autre oreille. La haine, comme l'amour, n'a pas de limites.
    Les préjugés sont tenaces, parfois même obsessionnels, et étrangers à toute notion de génération ou d'époque. Roger Vannier n'a de cesse de croire qu'un jour l'homme finira par les éradiquer pour construire un monde meilleur.
    Il est l'auteur de précédents romans parus aux éditions Lucien Souny, dont Les Âmes voyageuses, Une Histoire en suspens, La Ferme des lilas.
    Un roman profondément humain.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Roger Vannier est né dans le Cher, à Reigny. Instituteur, il a d'abord enseigné en Algérie, puis il est rentré sur ses terres natales pour terminer sa carrière. Aujourd'hui à la retraite, il mène une activité artistique à laquelle il associe l'écriture. Il vit à Chateaumeillant. Son univers s'enracine dans sa région natale. Il en restitue toute la finesse, l'âme et la beauté.

  • En pleine nuit, en mission pour porter un télégramme dans les hauteurs enneigées, des raquettes aux pieds, un facteur fait une rencontre inattendue.
    ?Au pied d'une vallée qui s'étire jusqu'au bout du monde, le facteur se prépare au milieu de la nuit. Il doit partir séance tenante, sous la neige, porter un télégramme à la ferme la plus éloignée. Un pli urgent qui va changer le destin des siens et d'autres encore.
    Trois familles que tout sépare et que tout oppose vont pourtant se rencontrer grâce à la puissante et?formidable?imagination?d'Alysa?Morgon. L'auteure les entraîne dans un périple incroyable ponctué de surprises, de tragédies, d'émotions et aussi parfois de larmes. Avec sa plume délicate, elle saura même recoller leurs coeurs que la vie aura réduits en miettes. Plus que jamais la lumière inondera alors cette belle terre de Provence.
    Alysa Morgon rassemble de fidèles lecteurs séduits par son écriture poétique, son sens du rythme, son amour des mots. Elle a signé de précédents romans parus aux éditions Lucien Souny, dont La Dentellière des prés, Les Arbres ont aussi leur histoire, La Dernière transhumance, Le Hameau près du ciel, Un Bouquet de fiançailles.
    La neige ne recouvrera pas la rancoeur d'un père abandonné par ses enfants.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Alysa Morgon est née en Provence. Elle y passe toute son enfance et sa jeunesse, entreposant méticuleusement dans sa mémoire des souvenirs qui nourriront son imagination de romancière des années plus tard. À vingt ans, elle change d'accent et s'installe dans les Hautes-Alpes, où elle réside encore aujourd'hui (Gap). Dans chacun de ses romans, les lecteurs retrouvent les couleurs, les senteurs, les coutumes et les traditions provençales, celles d'une Provence qui a malheureusement disparu aujourd'hui.
    « En enfant du Midi, Alysa Morgon s'est amusée à rendre sonores les accents et les intonations. Elle a souvent le mot juste. Résultat : une tchatche désopilante. » Le Dauphiné Libéré, F. Billy, 21 avril 2013.

  • ?Erreurs de jugement et mauvaises fréquentations ont conduit Jules dans un centre de rééducation pour jeunes délinquants. À sa majorité, les portes s'ouvrent : il est enfin libre. Libre mais seul, car son père ne veut pas le revoir à la maison. Sans toit, sans formation, sans argent, il se retrouve à la rue et sur les routes de France. De Paris, il arrive dans les Landes. Le climat y est clément, et les gens plus souriants, mais méfiants quand on fait la manche. Et curieusement c'est une vieille dame attachée aux principes et aux valeurs qui décide de lui donner une chance.
    Jules saura-t-il se plier aux exigences de Colette ? Acceptera-t-il son autorité et le contrat qu'elle lui propose ? Débordant de fierté et d'ambition, il n'a qu'une seule idée : regagner l'estime des autres et surtout celle de son père. Le chemin sera semé de rencontres, d'embûches, d'amours, de tragédies. De quoi lui faire perdre la tête souvent, l'espoir parfois.
    Jean-Paul Froustey, auteur de nombreux livres parus aux éditions Lucien Souny, dont Droit comme un pin, Le Gardien des abeilles, signe ici un roman qui nous dit ce que signifie être humain dans ce monde.
    Une nouvelle vie commence...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Auteur amoureux de sa terre, de ses paysages et de ses traditions, Jean-Paul Froustey rend hommage, dans chacun de ses romans, aux Landes, à ce patrimoine construit laborieusement par des hommes soucieux de donner vie à une terre désertique et insalubre. Il dévoile des intrigues haletantes, mais également sa passion pour l'environnement, la forêt et les abeilles. Lorsqu'il n'écrit pas, il entretient, le long d'une rivière, un domaine de trois hectares sur lequel il a planté plus de 200 arbres ou il s'occupe de ses abeilles !
    Il vit aujourd'hui à Bias, à côté de Mimizan.

  • Simon tente de percer les mystères qui entourent son enfance et qui le hantent...
    Chaque jour éloigne un peu plus Simon des cauchemars de son enfance. Pourtant, quand un chien croise sa route et qu'il l'achève à coups de pelle, tout s'effondre, le replongeant impitoyablement dans les abysses. Son père s'est-il réellement suicidé ? Qu'est devenue sa mère ? Et qui est cette inconnue qui pleure la nuit ? Déterminée à vaincre les démons qui le hantent, Jahia, avec qui il partage sa vie, se laissera-t-elle, à son tour, dévaster par ce tourbillon insensé de dévotion et de haine, de courage et de peur ? Par amour, osera-t-elle affronter les vérités que personne ne devrait jamais approcher ? Devra-t-elle renier ses propres valeurs et basculer dans la violence ? Autant de questions que ces personnages devront braver, autant de réponses qui prennent à la gorge au détour d'une nuit sombre.
    Simon et Jahia arriveront-ils à surmonter ces terribles vérités ? Laissez-vous prendre dans le tourbillon de ce thriller psychologique haletant et glaçant !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'intrigue est maitrisée de bout en bout. Quand je pensais tenir la solution, un revirement de situation venait tout remettre en question. Un véritable labyrinthe cérébral dans lequel il est pratiquement impossible d'atteindre la sortie. Le final est incroyable. Je salue la prouesse narrative captivante de Thierry Doré pour ne pas dire hypnotique. Sûr que ce premier roman ne sera pas le dernier et qu'il va falloir compter avec lui dans le monde thrillerdien. - Collectif polar
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de la région parisienne, après avoir voyagé d'un bout à l'autre de la France, Thierry Doré a enfin posé ses valises dans le Limousin il y a une douzaine d'années. Enseignant, c'est au contact de ses élèves qu'il a retrouvé la magie des mots, avant de replonger dans les lectures de sa jeunesse bercée de fantastique et de thrillers. Dans ce premier roman, Thierry Doré mélange et réassemble les pièces d'un puzzle dont personne ne sort indemne. Avec ses personnages, jetés en pâture dans un monde sans pitié, il mène le lecteur sans ménagement vers ces vérités enfouies derrière le sourire lisse de la civilisation. Jusqu'où l'individualisme et l'égoïsme peuvent-ils mener ? Qu'est-ce qui sépare l'homme de l'animal qui sommeille en lui ? Comment faire face aux monstres oubliés de l'enfance ? Comment se protéger de ceux que l'on aime, quand notre survie en dépend ? Autant de questions que ses personnages devront affronter, autant de réponses qui prennent à la gorge au détour d'une nuit sombre. Il vit à côté de Limoges.

  • Une vie de passions Nouv.

    À la suite d'un mariage arrangé, Robert Frémont espère unir les deux entreprises familiales mais la tâche s'avère plus difficile que prévue...
    La noce est belle, mais personne ne s'y trompe. En épousant Amandine Galéa, Robert Frémont espère réunir deux entreprises : l'atelier familial, riche d'un savoir-faire artisanal, et le groupe industriel Galéa. Le jeune homme n'ignore pas qu'il occupera une place de choix dans ce nouvel ensemble. Pourtant malade et diminué, son père s'oppose à cette fusion. Robert l'abandonne à son sort, sachant que l'affaire lui reviendra un jour ou l'autre. Le conflit s'installe jusqu'à ce que le destin s'en mêle. L'arrivée inopinée de Lilly-Fleur Paturel bouleversera la vie de tous les personnages. Cette "reine des goûts et impératrice des saveurs" défiera l'histoire et la fatalité, la lâcheté de certains hommes et illuminera ce roman dense et généreux qui fait la part belle à la passion, à la tendresse, à l'amitié.
    Découvrez le nouveau roman familial de Claude Rizzo, plein de passion, de tendresse et de combat.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Comme bien d'autres consommateurs quotidiens de chocolat, Claude Rizzo ignorait tout des processus qui conduisent de la cueillette des cabosses au produit fini. La découverte des métiers du chocolat l'a inspiré pour cette histoire ! Niçois d'adoption, Claude Rizzo est né à Tunis de parents maltais. Son univers romanesque s'enracine dans les histoires de famille, les secrets et les passions qui les traversent. On y côtoie une galerie de personnages, authentiques et attachants, écartelés entre orgueil, raison et surtout sentiments. Il aime dire que ce sont ses enfants ! Et le père qu'il est, ne les quitte pas des yeux tout au long de l'escalade périlleuse dans laquelle ils sont engagés, telle une leçon destinée à leur offrir force et courage. Un chemin, où chaque épreuve leur permettra de franchir un pas de plus les conduisant de l'ombre vers la lumière. Ils étaient désarmés en entrant en scène, et à la fin de la pièce, ils sont devenus forts, clairvoyants et prêts à affronter l'adversité.

  • Un véritable plaidoyer pour la cause animale. 1718 - La capitale n'a encore rien perdu de son aspect provincial. C'est dans ce Paris, où les riches demeures côtoient les chaumières de boue, qu'un enfant assiste, épouvanté, à un meurtre commis par ses camarades de jeu. Douze ans plus tard, dans la nuit du 16 au 17 novembre 1730, des chats sont victimes d'une féroce tuerie organisée par des typographes de la rue Saint-Séverin pour se venger de leurs patrons. Atroce fait divers qui va réveiller, chez l'enfant, une colère jamais apaisée par le temps. L'enquête est confiée à l'attachant commissaire Gratien Chantereau et à son inséparable compagnon, le chien Pug. Un roman émouvant, aux personnages fantasques et captivants. Des dialogues émaillés d'humour - grâce aux trouvailles de la langue et aux menus anachronismes malicieux, glissés de-ci de-là. On y retrouve certaines figures historiques comme le peintre Chardin ou le jeune Louis XV, âgé de vingt ans. Une véritable comédie humaine, frappante de modernité - avec le récent projet de considérer les animaux comme des personnes -, qui passionnera tous les lecteurs convaincus qu'aimer les animaux rend les hommes meilleurs. Cette enquête captivante nous plonge dans le Paris du 18e siècle tout en abordant des thèmes marqués par la modernité. EXTRAIT - Vous ne portez point perruque? s'enquit le lieutenant général,dont le pied droit battait impatiemment le sol. Encore un qui accorde peu de crédit aux hommes qui portent les cheveux de leur cru. Il pourrait bien s'en repentir, le petit seigneur de Fontaine-l'Abbé et de Vaucresson. Sois prompt, Gratien, à la repartie, et n'attends pas qu'il te prie de t'asseoir pour le faire. Comment peut-on espérer être engagé dans la police et se montrer aussi malappris? Cessons de crier au paradoxe et soyons à l'écoute de ce qu'il lui dit. - Les perruques masquent notre personne. Aussi ai-je choisi de ne point cacher ce que la Nature m'a donné, répliqua-t-il en prenant place sur la chaise. Son fier culot fut reçu par une mimique de dédain. - C'est la main de Dieu qui nous donne, corrigea le magistrat. Faites attention, toutefois, à ne pas trop jouer à jeu découvert. La prudence ne se trouve guère avec la jeunesse. À PROPOS DE L'AUTEUR D'origine corse, Anne-Marie Mitchell possède la double nationalité franco-britannique. Critique littéraire à La Marseillaise, elle est aussi romancière et essayiste. Passionnée par certains auteurs, elle porte un oeil d'entomologiste sur leurs oeuvres. Elle a signé ainsi un livre sur George Sand, un autre sur Guillevic, un troisième sur Ismaïl Kadaré. Son Rhapsode albanais fut la première étude publiée en France sur cet écrivain. Ardente défenseuse de la cause animale, son livre L'Humain me fatigue, Voyage avec mon chat (préfacé par l'écrivain Gilles Lapouge) a rencontré un formidable succès et a frôlé le Prix Littéraire 30 millions d'Amis en 2007.

  • Carajuru

    Sebastien Vidal

    Le gendarme Walt Brewski en proie à ses propres démons...
    Lors d'une patrouille nocturne, les gendarmes Walt Brewski et David Arpontet découvrent le corps d'un homme, sans vie, une balle en pleine tête. Il s'avère que la victime est un ancien militaire devenu récemment une célébrité en faisant échec d'une manière héroïque à un braquage dans une banque.
    Les premières constatations portent à penser qu'il s'agit d'un suicide, mais certains détails sèment le doute. Pour découvrir la vérité, Brewski et son équipe se plongent dans le passé de l'individu. Ils en exhumeront de sales histoires et de pénibles secrets. Alors que de nouveaux personnages troubles apparaissent, les pires tourments de Walt ressurgissent et corrodent son moral.
    Quand les âmes damnées s'unissent et que les victimes se révoltent, l'atmosphère devient explosive et... mortelle.
    Après la vengeance dans Woorara, Sébastien Vidal s'attaque à la haine, à la honte et à l'imposture, ces sentiments noirs qui tirent l'être humain vers le fond et l'entraînent du côté obscur. Frissons garantis !
    EXTRAIT
    Elle avait tenté de se débattre, mais il s'accrochait à son cou comme un naufragé à une bouée. Elle n'avait aucune chance. Il avait alors entrevu le pire de son être, parce qu'il avait aimé cet instant, ces secondes où l'adversaire comprend son erreur et pressent la défaite. La défaite, celle qui éteint tout. Il avait savouré intensément ce regard de bête pourchassée, et ce mélange d'amertume et de regrets. Il avait serré de plus en plus au fur et à mesure que s'éteignait cette lueur dans ses yeux de garce, serré pour annihiler une vie comme on souffle une vulgaire bougie. Ça valait le coup. Bien plus puissant et plus efficace qu'un discours. Plus fort que lui envoyer au visage ses quatre vérités. Il resta dans cette position bien après qu'elle eut cessé de gigoter et d'émettre des sons enfouis dans sa gorge, penché sur elle et les doigts raides autour de son cou.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Lecture addictive, passionnante à beaucoup d'égards, que je ne peux que vous encourager à découvrir. - Polarmaniaque
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    S'il n'écrit pas, Sébastien Vidal lit. Il ne peut envisager de passer une seule journée sans l'une ou/et l'autre de ces activités. Fin connaisseur de la littérature américaine, il se délecte aussi avec Claude Michelet et Antoine de Saint-Exupéry.
    Il tient un blog littéraire, de très bonne facture, Le Souffle des mots, qui attire un public toujours plus nombreux. Il a signé Woorara, paru en janvier 2017, dans la collection Plumes noires.

  • Akowapa

    Sebastien Vidal

    Un braquage rondement mené finit par dégénérer...
    Un fourgon de transport de fonds est attaqué par trois hommes. Butin : un million-deux-cent-mille euros en petites coupures qui étaient destinées à alimenter les distributeurs de billets de la région. Mais le braquage, s'il a bien réussi, prend une tournure barbare et dégénère dans ses grandes largeurs. Un vieil homme mauvais comme la gale, son fils soumis, une jeune femme indépendante et rebelle et d'autres personnes peu fréquentables mais très intéressées par le magot vont interférer et évoluer en milieu hostile, dans une nature foisonnante et isolée. Dans ce récit crépusculaire, l'adjudant Walter Brewski est une nouvelle fois embarqué dans une enquête âpre et plus noire que la nuit. 
    Retrouvez l'adjudant Walter Brewski dans une formidable enquête sur les traces de personnages peu fréquentables.
    EXTRAIT
    Walter Brewski venait de se servir un café. Il s'était couché à deux heures du matin à cause de sa patrouille de nuit. Ils n'avaient pas trouvé la voiture de M. Farges. Comme le travail administratif s'accumulait, il avait repris plus tôt que prévu. Par la vitre de la salle dédiée à cette activité, il observait la cour de la caserne. Les joints qui ceignaient les pierres du mur d'en face donnaient l'impression de se dilater sous la lumière franche. Le téléphone sonna dans son bureau. Il posa sa tasse et fila pour décrocher. C'était encore le numéro du capitaine Leroi. Comme la veille, il hésita puis décrocha en soupirant.
    - Mon capitaine...
    - Bonjour, mon adjudant. Vous avez du monde sous la main ?
    - Comme hier, mon capitaine, mais j'ai un gars en récupération de nuit jusqu'à dix heures.
    - Oh, il est presque neuf heures et quart, il doit déjà être réveillé, ça ne fait pas une grande différence.
    - Quand c'est la troisième patrouille nocturne en six jours peut-être que ça en fait une, mon capitaine.
    - De toute façon, je n'ai pas le choix. Des randonneurs ont trouvé un véhicule calciné dans le tunnel d'accès au viaduc des Rochers Noirs.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    L'auteur analyse avec brio et lucidité la complexité des sentiments les plus noirs. Ces instants hors du temps où tout peut basculer sur un détail, une situation propice, un incident de parcours, une occasion où se révèlent incontrôlables les réactions de tout individu. - Mordoc's readings
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    S'il n'écrit pas, Sébastien Vidal lit. Il ne peut envisager de passer une seule journée sans l'une ou/et l'autre de ces activités. Fin connaisseur de la littérature américaine, il se délecte aussi avec Saint-Exupéry et Michelet. Il tient un blog littéraire, de très bonne fracture, Le Souffle des mots, qui attire un public toujours plus nombreux.

  • Un meurtre sordide, un enlèvement, plusieurs disparitions... La police se lance dans une vaste enquête qui aboutira à de nombreuses révélations !
    Peu de temps après les funérailles du vieil Adrien Ragnotti, le corps de son fils Jacques est retrouvé sur une plage, une croix gammée gravée au fer rouge dans le dos. Sur le registre de condoléances, on lira la même phrase que celle écrite lors de l'enterrement de son père : Souviens-toi du 6 juin.
    Alors que la police peine à trouver une piste, la soeur et les deux autres frères de Jacques disparaissent tour à tour. L'enquête pour meurtre puis pour enlèvement conduira les flics de l'Alsace au Roussillon en passant par Cortona, un village toscan. Mais la fratrie reste introuvable. En revanche, les souvenirs inaltérables et douloureux qu'a laissés une époque troublée et somme toute assez récente de notre Histoire refont surface et ravivent les sentiments les plus noirs et les plus violents.
    Rythme effréné et diabolique pour une affaire dont les ramifications sont beaucoup plus complexes et sordides qu'il n'y paraît.
    Pierre Brocchi est l'auteur de précédents polars dont Aucun répit, paru aux éditions Lucien Souny en 2018.
    Découvrez une enquêtre haletante au travers de la France et de l'Italie, sur les traces d'anciennes mémoires rescapées des camps de concentration. Un roman noir à lire au plus vite.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un récit poignant. Un sans-faute, Bravo ! À découvrir absolument.- Beatrice258, Babelio
    Un très bon roman qui nous tient en haleine jusqu'au bout. On se pose des questions jusqu'à la fin, on a hâte de savoir comment ça va se terminer et au final, on n'est pas déçu par ce roman. Décidément, j'aime les livres des éditions Lucien Souny ! - MissCode, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Depuis qu'il a raccroché les baskets - il était prof d'EPS, Pierre Brocchi écrit. Il a signé Aucun Répit (2018) aux éditions Lucien Souny. Avec Oubli interdit, il tenait à évoquer la tragédie qui s'est déroulée dans le camp de Saint-Cyprien en 1940 où le gouvernement français y a parqué des milliers de réfugiés. L'auteur construit un scénario sur un rythme effréné et diabolique pour une affaire dont les ramifications sont beaucoup plus complexes et sordides qu'il n'y paraît.
    Pierre Brocchi est originaire d'Antibes, ville où il réside encore aujourd'hui.

empty