Editions Saint Martin

  • France, 2084. Le pays entier est placé sous l'influence du Lien. Ce réseau social inédit a été créé pour pacifier la société et insuffler une atmosphère calme et sereine chez ses usagers. L'expérience est si concluante que ses créateurs envisagent de le généraliser au monde entier.
    Pourtant une résistance s'organise, en lutte contre ces apparences numériques. Une universitaire et une militaire un peu trop curieuses, Louna et Lynn, en prennent conscience. Elles ne tardent pas à percer les secrets du Lien et la manière dont il manipule les esprits. Commence alors leur combat, en quête de liberté.
    Ont-elles vraiment le pouvoir de lutter contre le Lien ? Parviendra-t-il à broyer ses opposants ? A éliminer Lynn et Louna ?

    /> Plus qu'un roman d'anticipation hommage à Orwell, Le Lien est une satire de notre société actuelle. Nous sommes de plus en plus connectés, nous avons de plus en plus l'impression d'être au coeur du "vivre ensemble". Alors qu'en fait...

  • Tête en l'air, moi ?

    Si peu ! Enfin... c'est ce que je croyais. Jusqu'à ce face-à-face avec un 4x4. Paf ! Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne m'a pas raté. Depuis, il paraît que je suis mort.

    Voyons au moins le bon côté des choses : cela m'a permis de retrouver mon ex, ma Suzie. Sauf qu'elle ne me voit pas. Elle ne m'entend pas non plus. Vous m'étonnez, dans mon état...


    Et que dire de ce Rachid ? Quand je pense que Suzie va l'épouser !


    Vous feriez quoi à ma place ? Jouer les revenants ? Disparaître ? J'ai trouvé mieux : devenir l'ange gardien de ma belle. Et ce n'est pas de tout repos, croyez-moi.

    Je vous passe les détails sur mes funérailles et autres délicatesses familiales. Vous constaterez par vous-même.
    Une chose est sûre : rien ne sera plus jamais pareil.




    Coup d'envoi, coup de maître ! Avec Tête en l'air, moi ? Fabien Koralewski nous livre un roman à l'humour décapant. Il puise dans notre quotidien la source d'une histoire inattendue... Mais ô combien attachante !


  • Notre histoire se perd dans la nuit des Temps.



    Elle a commencé sur Xaa'an, une planète lointaine dans une autre galaxie. Les conditions de vie de notre peuple, les Anunakis, étaient alors bien différentes de celles que nous connaissons aujourd'hui. C'est pourquoi, afin qu'il demeure une trace de ces faits enfouis à présent dans la mémoire des Morts, j'ai choisi de composer ce livre à l'image de l'univers. Toute chose y possède toujours deux significations : l'une apparente, et l'autre cachée.



    La plupart n'y verra qu'une histoire. Seuls quelques-uns sauront lire à travers les lignes.

    Et si, en retraçant le parcours de son peuple, Kénokh nous livrait le secret de notre histoire ?

  • Fruit étrange

    Pavy Fabien




    Que faire de sa vie quand on a vingt ans et que l'on est pris au piège entre les murs d'une cité sans avenir ? Que l'on est tiraillé entre deux cultures...

    Subir son sort en fumant ?
    Se révolter contre ceux qui ont tout ?

    Walid cherche ses marques dans la musique d'Ella Fitzgerald et de Billie Holiday. Il ne veut pas se résigner, malgré les moments de doute et d'abattement.

    Jusqu'à cet appel, un samedi matin ! La possibilité de se prendre vraiment en main. Parce que la réponse est au bout de ce voyage vers le Sud. Peut-être !

    Il y avait Sur la route, de Jack Kerouac.

    Il y a Fruit étrange, de Fabien Pavy.


  • Nice, 1929. Les palaces et la fête. La vie facile. Pourtant les Années Folles jettent leurs derniers feux. Déjà dans le ciel bleu s'accumulent de sombres nuages.
    Employé dans une prestigieuse joaillerie, le jeune Slava Grychenko observe ces changements. Coincé entre une mère possessive et un patron méprisant, Slava espère une autre existance. Le coeur plein de rêves et d'ambitions, il veut tenter sa chance à Paris.
    La rencontre avec Alexandre Mérin va bouleverser sa vie. Mérin cherche à échapper à des hommes qui ont juré sa perte. Derrière ses sourires et ses silences, Slava comprend que Mérin est hanté par un lourd secret. Un secret qui se paie par le sang !
    Commence pour Slava un voyage rythmé par d'étranges rencontres. Un bijoutier membre d'une organisation occulte qui complote contre la République. Des truands marseillais pour qui la vie ne pèse rien... Sans compter l'ombre des aviateurs Nungesser et Coli, les conquérants perdus.

    Plus qu'un thriller palpitant, Bijouterie Impériale propose l'évasion d'une saga dans la France de l'entre-deux-guerres. Entre flamboyance des Années Folles et violence des années de crise. Une période fondamentale qui n'est pas sans un certain écho aujourd'hui !!!

  • Deux hommes, deux destins, une histoire.
    D'un côté, le capitaine Verjat, le flic. De l'autre, Valère, le fugitif. Un tueur froid et déterminé. Il n'a aucun regret pour ses victimes. Des notables qui gravitent dans le monde des tribunaux de commerce. L'assassin se fond dans la foule. Insoupçonnable. Insaisissable.
    Son audace le fait échapper aux clichés habituels. Valère n'existe pas dans les fichiers. Un fantôme ! Son arme n'est pas répertoriée. Verjat a beau faire, le traqué lui glisse entre les doigts.
    Verjat réalise que Valère et lui-même sont très proches. Ils ont presque le même profil. Pourtant...
    Les médias arbitrent leur face à face. Pour les uns, Valère est un truand romantique. Son désespoir résulterait de la faillite du système. Pour les autres, c'est un prédateur. Un fou furieux qui sape la société. Il est donc naturel de le retirer de la circulation.
    Une chose est sûre : cette affaire éclabousse chacun d'entre nous, quel que soit notre camp.

  • Karl Vondorff, avec une implacable cruauté, retrace l'image d'Elsa la maudite. Elsa l'Allemande nazie, la bête sauvage, l'être satanique qui se joue des hommes avec une facilité désarmante, mène une lutte impitoyable contre un agent allié parachuté sur Berlin avant la capitulation de cette ville. Combats dans la nuit, tortures de la Gestapo, arrivée des Russes, fuite dans les égouts de la ville incendiée, seront les différents tableaux où évolue cette femme du diable qui s'offre sans pudeur pour mieux pouvoir déchiqueter sa proie comme une louve. Si l'Allemagne a perdu la guerre, Elsa n'a pas abandonné la lutte et son ennemi d'hier la retrouvera travaillant pour les Russes ; les caresses d'Elsa cachent le désir qu'elle a de se venger. Au cours des journées sanglantes de Berlin-Est, le combat atteindra son apogée et, comme dans les arènes de Rome, il faudra que l'un des deux gladiateurs s'écroule, blessé à mort.

  • Karl Vondorff, avec une implacable cruauté, retrace l'image d'Elsa la maudite. Elsa l'Allemande nazie, la bête sauvage, l'être satanique qui se joue des hommes avec une facilité désarmante, mène une lutte impitoyable contre un agent allié parachuté sur Berlin avant la capitulation de cette ville. Combats dans la nuit, tortures de la Gestapo, arrivée des Russes, fuite dans les égouts de la ville incendiée, seront les différents tableaux où évolue cette femme du diable qui s'offre sans pudeur pour mieux pouvoir déchiqueter sa proie comme une louve. Si l'Allemagne a perdu la guerre, Elsa n'a pas abandonné la lutte et son ennemi d'hier la retrouvera travaillant pour les Russes ; les caresses d'Elsa cachent le désir qu'elle a de se venger. Au cours des journées sanglantes de Berlin-Est, le combat atteindra son apogée et, comme dans les arènes de Rome, il faudra que l'un des deux gladiateurs s'écroule, blessé à mort.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une partie de la critique littéraire d'aujourd'hui semble heureuse de pouvoir enfin tordre le cou de l'autofiction, le genre littéraire auquel de nombreux écrivains se sont essayés depuis plusieurs décennies : nous serions donc en présence d'un genre qui aurait tellement abusé du "je" qu'il a apparemment dû renoncer à toute visée universelle. Et pourtant, ce genre compte parmi les plus féconds de ces dernières décennies, et pas seulement en France.
    Le Suisse Paul Nizon, qui fut l'un de ses précurseurs dans le paysage littéraire de langue allemande, reste aujourd'hui l'un de ses plus illustres représentants. En thématisant dans L'Année de l'amour l'interaction de la vie et de l'écriture, cet auteur met en lumière la dimension narrative de l'existence, nous rappelant que tout en tournant autour de son moi d'écrivain, on peut prétendre toucher les autres.

    Christophe Martin nous fait découvrir les dimensions essentielles de l'oeuvre de ce grand écrivain afin de mieux l'appréhender.

  • Indignez-vous, dit le vieux. Et après ? Au-delà de l'apparente sagesse, cette exhortation suffit-elle à rendre meilleure notre société ?
    On s'indigne en croisant un SDF dans la rue. On s'indigne devant la légéreté de certains discours politiques. On s'indigne en disant que c'était mieux avant. Mais au fond, qu'est-ce que ça change ?
    Pour Youri l'ex-libraire et ses camarades, ces bons sentiments ne suffisent pas. Ils veulent aller plus loin. A partir de ce constat, ils se mettent à regarder autour d'eux. Ils se demandent quelle société ils veulent. Après avoir défini la réponse, ils se donnent les moyens d'agir.
    Ils rompent avec les conformismes. Ils s'affranchissent de la bien-pensance. Ils foncent ! Il faut y croire et tout devient possible.

    Plus d'un roman, plus qu'une fiction, "Changez le monde !" marque la rupture avec les ouvrages théoriques d'"experts" coupés des réalités de notre temps. C'est un vrai regard sur notre société.

  • On vit une époque formidable !
    En prenant un billet de train, qui pourrait croire qu'on fera une halte dans un camps de Roms ? Tout ça à cause de caténaires défectueuses. Il y a des coïncidences parfois... Là deux réactions sont possibles. Soit l'indifférence drapée de préfugés. De rejet. Soit la curiosité de découvrir, celle d'aller au-delà de barrières hâtives que l'on construit par peur de l'autre. Par peur de sa prétendue différence. Il existe toujours des terrains d'entente, quand on ose faire le premier pas !
    A côté de cette première halte, le périple de Christophe MARTIN passe aussi par la salle des profs d'un établissement scolaire... Occasion de porter un autre regard sur l'Education Nationale, et ceux qui la font vivre.

    Avec ce 3e livre, Christophe Martin poursuit sa flânerie dans les secrets de l'âme humaine. Il observe, il s'imprègne. Il témoigne de nos espoirs, de nos doutes, de nos joies quotidiennes. En toute simplicité. En toute humanité.

  • La vie ne tient qu'à un fil. Verjat est bien placé pour le savoir. Très ébranlé par une arrestation qui a mal fini, le capitaine est officiellement en convalescence. Les hautes sphères estiment nécessaire que l'affaire se tasse dans les médias...

    En attendant, le capitaine ronge son frein ! Alors, quand sa vieille connaissance Maxime Jacoby lui demande de l'aide, Verjat n'hésite pas un instant. Au diable ses supérieurs !!!

    La compagne de Jacoby a disparu. Il semble vite que ce soit un enlèvement. Mais qu'est ce que cela cache ? Une vengeance ? Une fugue amoureuse ? Une escroquerie ?

    Même un professionnel aguerri comme Verjat ne peut imaginer l'ampleur de cette nouvelle enquête. Laissera-t-on Verjat aller au bout de ses recherches ?

    Ce n'est pas parce qu'on est flic qu'on cesse d'être un homme !

  • La France est sous le choc ! Paul Anguebert a disparu !
    Non, ce n'est une enfant enlevée, ou une héritière kidnappée. C'est juste l'un des personnages qui apparaît sur le Déjeuner sur l'herbe, célèbre tableau de Manet exposé au musée d'Orsay.
    Les autorités sont plongées dans la plus extrême perplexité. Les experts sont complètement dépassés. Les uns et les autres avancent des explications pour le moins fumeuses. Le public comprend surtout que derrière cette bizarrerie, se cache un mystère.
    Est-ce une nouvelle forme de terrorisme ? Est-ce un acte de vandalisme ?
    En fait, tout pourrait être si simple. Paule Anguebert a juste envie de prendre le large !
    Avec humour et fantaisie, Daniel Harmand nous entraîne dans l'intimité des grands chefs d'oeuvre de Manet. Un roman fou, fou, fou qui offre un nouveau regard sur notre société.

  • En peinture comme en écriture, le portrait est un genre particulier. Il demande que soit saisi un aspect de la ou des personnes que l'on décrit. Il s'agit de figer un bref moment. De le rendre le plus révélateur possible... Et peut-être, atteindre une certaine vérité.
    Les personnes qui font l'objet de ces portraits ne sont pas toujours - ou pas tout de suite - au centre des textes. Ces moments fugaces pourront dans un premier temps parler d'autres choses, comme dans ces tableaux de maîtres anciens dont le thème annoncé ne nous est pas livré d'emblée et occupe même parfois une place marginale sur la toile.
    Les différents procédés narratifs des portraits permettent de ne pas enfermer les personnages ni de les serrer de trop près. C'est cette exploration par cercles concentriques qui permettra peut-être d'approcher un réel que l'on ne peut certes jamais atteindre complètement, mais dont on ne désespère jamais tout à fait de restituer des fragments.

  • Heure H-6.
    L'équipe des Editions Mansisky est sur le qui-vive.
    La maison d'édition s'apprête à lancer le nouveau roman de son auteur vedette : Francis Berg. Ce n'est plus qu'une question d'heures avant que la machine médiatique ne se mette en action.
    Pourtant un détail cloche : où est Berg ?
    Pendant que les uns et les autres s'agitent, Charles Mansiski, le patriarche, revient sur son parcours. Ses débuts dans le métier, les raisons qui l'ont poussé à créer sa propre maison d'édition. Sa rencontre avec Berg, l'écrivain prodige.
    Sans détour, sans langue de bois, Mansiski nous révèle les coulisses du monde littéraire. Avec ses passions, ses règles et ses secrets. Ses trahisons et ses espoirs.

    Avec ce 12ème ouvrage, Valéry Coquant propose une fresque qui retrace 65 ans d'histoire des Lettres françaises. L'ombre des plus grands plane sur cette intrigue.

  • Une jeune fille presque sage, une mère tyrannique, un père trop absent, un personnage ignoble et des rencontres singulières. Autant d'éléments qui vont bouleverser le cours de la vie de Lucile, jusqu'à la conduire en prison.

    Marieke, jeune journaliste belge en stage à Paris, doit remplacer au pied levé une collègue sur un étrange dossier. Elle va découvrir l'histoire de Lucile par petites touches. À chaque envoi provenant d'une prison pour femmes. Elle décide de mener sa propre enquête. Une amitié va naître entre les deux jeunes femmes.
    Pourquoi la vie de Lucile a-t-elle basculé ? Quel est son secret ?

  • En 2053, l'avènement du Parti Patriotique a transformé la démocratie française. Plus rien n'est comme avant. La vie politique se limite à une dictature fascisante qui abuse des nouvelles technologies de communication pour asservir une population passive. Les dévients, les opposants sont envoyés à Cayenne. Pour les cas désespérés, il y a la guillotine ! De l'ordre naît le chaos.
    Dans cette société, pas facile de trouver sa place quand on a trucidé des victimes pas si innocentes que ça. A son retour de Cayenne, après une peine de 10 ans de bagne, le narrateur doit se faire une nouvelle vie. Pour lui, la réinsertion passe par l'enseignement, et peut-être, l'écriture d'un livre. C'est sans compter l'appel de la chair fraîche... Ces étudiantes si attirantes...

    Au-delà du thriller, Marcel Lourel nous balance un roman puissant, véritable scan de notre société actuelle. Avec un soin chirurgical, il démonte nos compromissions, nos petites lâchetés. Ces petits riens qui, jour après jour, affaiblissent notre république. Un sursaut est-il encore possible ?

  • Qu'espérait Elena en quittant son Ouzbékistan natal ? Fuir un monde pesant, lourd de traditions héritées d'un autre âge. Dans cet univers, difficile d'être une femme épanouie, surtout à 25 ans. Son avenir : subir un mariage arrangé et se taire, quoi qu'il arrive.
    Quand elle croise Gabriel, un Français venu à Samarcande pour les vacances, Elena entrevoit un autre possible. Gabriel n'est pas là par hasard... Il cherche une épouse éventuelle.
    Commence alors une nouvelle existence. De tout son être, Elena s'investit, mais la seule bonne volonté ne suffit pas. Dans cette ville de province, les a priori sont sans pitié. Elena est l'étrangère. Ses efforts n'y changent rien. Tout est-il joué d'avance ?

    Plus qu'un simple roman sur la rencontre de deux cultures, La fiancée de Samarcande est un hommage à toutes les femmes déracinées. Avec humilité et respect, c'est un hymne à la découverte de l'autre. Un livre d'espoir.




  • Encore et toujours debout !

    Malgré des avis médicaux pessimistes, Stéphane poursuit sa route contre vents et marées. Ce n'est pas une maladie engageant son pronostic vital (une N.A.S.H) qui va l'arrêter après tout...





    Les nouvelles épreuves lui permettent surtout de hiérarchiser les choses et de se tourner vers l'essentiel. La maladie lui a même ouvert de nouveaux horizons qu'il ne soupçonnait pas. De découvertes singulières en rencontres multiples, il relate simplement la suite de ses aventures commencées avec Toujours debout !





    La vie continue et vous découvrirez avec lui le dévouement du monde médical, les relations humaines parfois complexes dans son entourage, les arcanes du monde de l'édition... Bien d'autres choses encore !





    Pour son deuxième livre, Stéphane Pineau force notre admiration. Son ton enjoué et plein d'humour lui permet de relater les situations les plus dures en restant toujours positif. Un livre fort en émotions débordant d'amour et une leçon de vie !

  • 90 longueurs

    Pavy Fabien

    Francky, 50 ans, chef de rayon dans la grande distribution. 25 ans de carrière, employé modèle pour une enseigne qui maximalise ses ressources, pas son capital humain.
    Pourtant, Francky fait comme si. Avec son pote Jean-Phi, sa femme, que la routine tue à petit feu. Et son fils dont l'absence claque comme un rendez-vous manqué. Francky ne lâche rien.
    Pour se laver la tête, il aligne les longueurs. Dans une piscine, dos crawlé, il repousse ses limites. La flotte le purifie de toutes ses impasses. Jusqu'à quand ? Et si Francky décidait lui-même de plaquer ce système ? Après tout, tout n'est pas encore perdu !
    Après Fruit étrange, Fabien Pavy nous fait enfiler les souliers d'un loser magnifique. Entre empathie et humour noir, blues et rythmes eighties, on s'aperçoit très vite que l'on connaît très bien ce Francky...

  • Créé en 2003 à Lille, l'établissement d'enseignement privé musulman Averroès nourrit les plus vives rumeurs. Il serait infiltré par les Frères musulmans, il serait une menace contre notre République, financé par le Quatar. Plus grave, les filles seraient séparées des garçons, certaines matières ne seraient pas enseignées... Pour conforter ces rumeurs, les articles, les livres, les tribunes se succèdent. Cela entretient une petite musique de fond qui brouille l'image de l'établissement et de ses élèves.
    VOICI ENFIN LE LIVRE QUI RETABLIT LA REALITE.
    Pas une réalité fantasmée par des pseudos experts. Mais une réalité basée sur l'expérience d'un enseignant qui fréquente au quotidien l'établissement depuis plus de 5 ans. Un témoignage sans complaisance, et des questions précises, libres, qui amènent à se questionner sur la France d'aujourd'hui. Une France où tout le monde dit que le vivre ensemble est mort. Alors qu'Averroès prouve tous les jours que c'est possible.

    Ecrivain-citoyen, historien, Valéry G. Coquant s'affirme de plus en plus comme un fin observateur de notre société. Sans langue de bois, sans détour.

  • Au tournant du 18e et 19e siècle, révolution, guerres, instabilité politique et crises économiques plongent la France dans une période troublée. Le peuple est le premier à subir cette réalité. Dans l'Oise, au nord de Paris, les paysans ne parviennent plus à nourrir leur famille. Pour compléter leurs revenus, ils doivent travailler le textile, la céramique. Les plus habiles s'essayent à l'artisanat de luxe. Dans le pays de Thelle, ils se font tabletiers. Ils gravent l'os, l'ivoire et la nacre pour en faire des montures d'éventails ou des nécessaires de toilette.
    Vic Garriguier est l'un d'eux. Après son apprentissage à Paris, il revient s'installer au pays. Avec Elise, sa jeune épouse, il a foi en son savoir-faire. Il a de grandes idées pour développer son activité. Il peut aussi compter sur l'aide de ses frères. Commence alors une formidable épopée. Vic et les siens se soutiennent et affrontent les coups du sort. Ensemble, ils font face aux conséquences des guerres napoléoniennes. Ils dépassent les secrets de famille. L'amour aide à triompher des épreuves.
    A la fois saga familiale et roman historique, L'envers de l'éventail nous dévoile l'intimité d'une époque. C'est un hommage aux hommes et femmes dont le talent a fondé la réputation de la France dans le monde de la mode. Un talent qui a su passer les siècles.

    L'envers de l'éventail est le résultat de plusieurs années de recherches. Parcourant les musées, épluchant les archives, Joëlle Desseigne a fidèlement reconstitué l'univers des artisans du début du 19e siècle. Elle redonne la parole aux humbles, et nous fait entrer dans les coulisses de la grande Histoire.

empty