Littérature générale

  • Les récits qui composent ce recueil prennent leur source dans un pays réel mais si méconnu qu'il en devient facilement imaginaire. Un homme retrouvé mort sur la plage, des femmes que tout le monde dit folles, un légionnaire inconsolable... pour chacun de ces personnages, la vie doit reprendre sous un jour neuf. Eux n'ont jamais existé, mais ils sont à l'image de ce pays bien réel : ils attendent leur propre résurrection.

  • Elle, c'est Isabelle. mais elle pourrait s'appeler Lydie, Brigitte, Aude ou Christine. Elle a la cinquantaine. Elle vient d'être quittée.
    Lui, c'est Bernard. Comme il pourrait être Michel, Didier, Yves ou Jean-Luc. La cinquantaine pareillement. Il a décidé un beau matin de "reprendre sa liberté" comme il dit. A l'occasion de la rupture, Isabelle tente, à travers l'écriture, de faire le point sur sa vie, sur ce qu'elle est, sur cet autre qui la fuit après un quart de siècle de vie commune et sur cet amour qui s'obstine malgré l'épreuve...

  • Ce roman raconte l'histoire de ces paysannes insoumises, sur fond de misère, de guerre et de révolte. C'est l'histoire aussi de toutes ces femmes, bourgeoises, manantes, filles du ciel ou filles de joie qui, avec les Magayantes, ont jalonné l'histoire de cette île et embrasé leur époque, afin que l'on puisse, aujourd'hui, saisir un peu de leur lumière.

  • Une terre inconnue : l'Algérie, quelque part dans le XXIè siècle. Une terre que Pierre-Hassen va apprendre à connaître, à reconnaître. Il y reconnaîtra aussi Imane, la femme de sa vie. Des ruines antiques de Tipasa, d'un voile de pierre sur une statue romaine à celui jeté sur un visage de chair se construit alors un récit où les voix s'entremêlent, se confrontent, et où un couple, s'extirpant des entraves sociales et du passé, ose prendre le risque de la liberté et de l'amour.

  • Le père attend, sur un quai de la gare de Zurich, une correspondance pour Budapest et se dispute âprement avec le fils. Le premier a passé toute sa vie dans le pays que le fils a quitté un quart de siècle auparavant. Leurs visions du monde diffèrent radicalement. Le rejeton ne vit-il pas simultanément dans de multiples univers ? SLes voies ferrées se déploient en éventail et conduisent le lecteur sous des cieux différents.

  • Un enfant qui a tout pour être heureux...Il habite un village perdu au temps de l'Occupation et de la peur des représailles...Le narrateur, pour nous emmener dans ce bout du monde, entrecroise fragments, descriptions et micro récits. L'auteur nous livre un premier roman à l'écriture subtile où se mêlent charme et sensibilité. Un regard décalé sur un monde en voie de disparition ou déjà disparu. En ce temps-là, on pratiquait l'écologie sans dire le mot.

  • Pourquoi les femmes sont-elles dupes dans les jeux de l'amour ? Comment se fait-il qu'on soit si loin des contes de fées qui colorent encore la vision des Autresses éternellement délaissées, violentées, et pourtant toutes-aimantes ? Pourquoi semblent-elles s'accommoder de leur sort ? Un univers drolatique où l'on prétend que "technologie et épanouissement sexuel marchent la main dans la main". Où les héroïnes des contes meurent de leur destin "bienheureux" : "On la pleure beaucoup, mais on ne la comprend jamais". Un nouvel univers littéraire dont personne ne sort indemne.

  • Sylvan, collectionneur de silences et de nuages, doit quitter sa ferme natale de l'aneyron pour une maison de retraite à Toulouse. Arrachement. Choc. Vide. Sylvan n'est plus que Sylvestre. Mais au milieu du rien, Lucie offre son sourire, ses livres et ses paroles, sa musique surtout qui retrouve le visage de ménie. Sa tendresse, enfin... Et l'exil prend la forme d'un épanouissement? Si le Mal du monde transparaît, la douceur humaniste et la poésie baignent ce roman aux personnages pas tout à fait ordinaires...

  • Un manoeuvre qui doit livrer un mystérieux colis dans une des tours du Chinatown parisien, un banquier en proie à une inquiétante rencontre avec son passé, un footballeur mis au ban de son équipe... Des personnages sans grade, désoeuvrés, étranges animent les sept récits de ce recueil. Chacun incarne à sa manière la difficulté d'exister dans le monde incompréhensible qui l'entoure. Heureusement, la rêverie et le voyage intérieur constituent parfois des échappatoires salutaires.

  • L'histoire se déroule dans cette Afrique du Sud où les peuples, empreints de violence et de haine, n'ont cessé de s'entredéchirer. La rivière impétueuse, habitée par le souffle d'un Zoulou, n'est pas à proprement parler un roman historique mais trouve sa source au milieu de ces hommes qui font l'histoire, grands ou petits, célèbres ou anonymes. Des camps de concentration à l'apartheid, des premières victimes hollandaises à l'icône Mandela, ce roman traverse les tragédies d'un pays en devenir.

  • Le professeur Ferrand a disparu. Dans son appartement, sa pièce unique et dérisoire, il ne reste que la machine fantastique où il a copié sa mémoire et ses rêves. Son jeune voisin entre par hasard ; lui, rêve son amour et sa vie...

    "La machine à rêves" est un roman multiple. Autour de la mémoire et du rêve il aborde différents thèmes : la maladie d'Alzheimer, la guerre d'Algérie, la violence du quotidien et le deuil en amour...

    C'est à la fois un conte philosophique, un roman policier, un roman d'amour... A la fois dramatique et humoristique.

  • Moussa abandonne la plaine aux Turcs. Pour préserver de l'extinction sa tribu vaincue, il s'installe à Thirga, qui subit bientôt les assauts des conquérants. Pendant que des hommes tombent sous l'envoûtement de Boutabani, marabout venu de la rive atlantique, des femmes, fidèles aux guerriers disparus, résistent et entretiennent l'espoir des enfantements. Debbia, est soumise dès l'enfance aux violences de noces sans amour. Elle accepte sa condition jusqu'au jour où elle croise le regard d'Ameddah, le troubadour. Enceinte, elle est bannie de Thirga.

  • A 18 ans, Samuel mène une existence marginale rythmée par ses prises d'héroïne. Il puise sa seule lumière dans l'écriture d'une biographie de Cyrano de Bergerac, son maître à penser. Jusqu'au jour où deux infirmiers se présentent à son domicile. Samuel est interné de force en hôpital psychiatrique. Mais Cyrano veille et apparaît régulièrement en songe. Dans la douleur et la confusion, Samuel découvre l'amour et l'amitié. Et le pouvoir des mots. De simple conteur, il devient prophète des égarés. La violence est prête à éclore, jusqu'à la révolte finale.

  • "... Ce fut les yeux fermés qu'il se dirigea vers Louise, comme un aveugle qui connaît les moindres recoins d'une pièce, chaque encoignure de meuble. Il arrivait maintenant à hauteur du lit. On lui prit la main, doucement, ensuite, terriblement. On l'attirait contre lui et les yeux toujours clos, il s'abandonna. Ils restèrent ainsi, dans un pur instant d'éternité. Et l'éternité ne fut pas de trop." On l'a surnommé l'idiot, et elle la vieille fille. La bêtise des hommes les a séparés. Désormais il vit seul à Désert-Plaisance, quant à la vieille fille, à Saint -Alban, elle s'est enfermée dans sa folie...

  • "... le fermier revient avec un litron de rouge et deux verres... Je surprends parfois son regard rivé sur mon col râpé aux couleurs flétries par les nombreux lavages, mes chaussures avachies. Il évoque le chômage, la précarité, la société qui va mal. Je lui dis que, pour moi, c'est différent, que je suis vieux, que j'ai commis des erreurs, que je suis le seul responsable. J'ose lui parler d'un projet vers le sud..." Ce SDF tourmenté raconte, dans son carnet de route, un poignant retour aux sources qui culmine, au sommet des Pyrénées, dans un sombre mais lumineux dénouement.

  • Après avoir été quittée par son amant, Elsa Dune, psychanalyste, est confrontée à son passé de militante d'extrême-gauche. Ces épreuves cumulées vont pourtant lui permettre d'entrer en contact avec un passé encore plus ancien. A l'image de la vie, ou d'une psychanalyse, les allers-retours entre présent et passé vont lui permettre de se dégager de ce qui l'habitait, sans qu'elle le sache...

  • Bertrand est agent territorial au Congo belge. Le tracé d'une route doit être esquissé dans la forêt fangeuse. Le projet routier divise les partenaires présents dans la région. Laure, qu'il vient d'épouser, est à ses côtés, alors qu'un drame inexpliqué détruit leur entente amoureuse dès les premières semaines. Ce déchirement sans parole se perçoit comme une métaphore du silence qui occulte les vicissitudes de la colonisation quelques années avant l'indépendance. Bertrand découvre chez son guide une humanité qu'il ignorait jusqu'alors dans ses rapports avec les Africains. Pour quelles raisons sa relation avec Laure est-elle aussi gravement compromise ? Pourquoi a-t-il négligé sa connaissance des autochtones ?...

  • En 2006, à Bordeaux, William Amec, magistrat de son état, ne voit pas venir la crise de la quarantaine. Pourtant, elle s'éveille, s'installe et le conduit vers l'absurde et l'inconnu dans une course effrénée entre Bordeaux, Paris et la forêt amazonienne. Accusé d'un crime qu'il nie farouchement, il est contraint à fuir et à suivre une nouvelle vie.

  • De passage à Lisbonne, Xavier Martins revoit, au long d'un trajet soigneusement choisi, son passé. Né dans la capitale portugaise bien avant la révolution des oeillets d'avril 74, obligé de partir à l'étranger à cause du régime totalitaire de l'époque, il revisite cette ville qui a été la sienne, avec un regard critique et un coeur toujours lusitanien. Xavier Martins est ainsi plongé rapidement dans ses souvenirs les plus intimes. Un voyage intérieur, un aller et retour, qui nous conduit à travers les rues de Lisbonne, Bruxelles, Paris.

  • Un café de la Butte aux Cailles, trois personnes sirotent un expresso à la terrasse. Marie, Cyril et Roger ne se connaissent pas et pourtant repartent ensemble pour une parenthèse, un instant ; un temps hors du temps qui changera à jamais leur vie (car, après, tout s'accélère...). Des personnages hauts en couleur. Un style clair, bref, élégant. D'abord initiatique puis social et enfin noir, l'auteur signe ici son roman le plus accompli.

  • Majesté rugueuse de l'Hindu Kûsh! Course-poursuite à la recherche de Marie-Nefissé enlevée par des talibans après le meurtre de son mari. Nouria veut les venger et faire payer le prix du sang! Aussi, profite-t-elle du passage d'une mission menée par un original pour se rendre à Bamiyan. La route de la soie est devenue celle de l'opium, les pistes sont parsemées de tanks rouillés... Miraculeusement, malgré les massacres, un charme médiéval surnage dans la tourmente.

  • Quelque part, dans le midi de la France, Nadia, jeune fille maghrébine et fille de harki, décide de fuir sa famille et sa région avec l'aide et la complicité de sa mère, pour échapper à un mariage forcé décidé de bonne foi par son père convaincu d'agir dans l'intérêt de sa fille tout en respectant les coutumes familiales et sociologiques. Nadia fait le choix de la déchirure en quittant sa famille, ses amis, et en tournant une page de son histoire personnelle.

  • Sur le point de se retirer des affaires de l'Etat à l'approche de la vieillesse, un prince se penche sur son passé, sur son action, en manière d'examen de conscience. Esprit sensible, scrupuleux, compatissant, quelque peu philosophe, il porte sa réflexion sur le pouvoir lui-même, sa justification, ses limites, sa solitude, son éthique, et tout ce sur quoi le pouvoir a prise : la liberté, l'ordre et le désordre, la guerre, la loi, les agents du pouvoir, les sujets du pouvoir.

  • Fermer les yeux. Gagner du temps. Ne pas cesser une seconde de penser. Amasser, encore et encore, des copeaux de vie pour colmater les brèches. SDésormais, pour cette jeune femme, il n'y a plus d'autre solution. Il faut tenir le siège, se fortifier dans ses souvenirs pour endurer l'assaut. Se battre, vouloir sans faiblir que tout ce qui devait exister existe. Le temps que ça passe. Une fois encore.SMais, de l'autre côté, le sablier se vide. Le grondement sourd des attaques se dissipe, et, bientôt, ce sera le silence. Le silence de l'élan. Celui qui fend l'air, frénétique, avant l'ultime collision.

empty