Editions L'Harmattan

  • Nous sommes chaque jour la cible de centaines de slogans publicitaires qui visent tous à nous faire acheter. Ces slogans s'emparent des procédés d'écriture littéraire et les détournent de leur fonction esthétique et spirituelle pour les utiliser à des fins mercantiles. Quels sont ces procédés, et comment agissent-ils sur nous ? Ce petit dictionnaire tente de répondre en nous livrant une réjouissante analyse critique de cette littérature particulière qu'est la publittérature.

  • Sarah, la Toubab qui croit en la volonté, Khadija, la Sahélienne qui croit en Dieu, et Yacine, La Dakaroise qui croit aux djinns. Toutes trois sillonnent les pistes pour convaincre les villageois qui attendent la pluie, de s'assurer contre les démesures du soleil. Puis elles rentrent dans leur petite ville sillonnée par les enfants mendiants, pour y retrouver le cours de leurs vies et leurs amours. Mais les cauris l'ont prédit : « Un grand chaos vole vers le Sahel. Le vent de la fuite va souffler ». L'heure des djinns, c'est le portrait de trois femmes et de tout un monde, d'une saison des pluies à l'autre. Une saison où tout changea pour Sarah, Yacine et Khadija. Où tout changea à l'heure des djinns...

  • Comme le Danube, Petre meurt au bord de la Mer Noire et naît à la source de ce fleuve qui est son compagnon, son réconfort, son guide tout au long de sa vie de génial vagabond. Enlacés en une valse langoureuse, inséparables, Petre et le Danube nous racontent leur vie en commençant par sa fin, remontant à contre courant et symboliquement vers les sources. Leurs deux vies parallèles et néanmoins imbriquées relèvent du chemin initiatique.

  • Situé au croisement du roman picaresque et du conte philosophique, Tribulations d'un bâtard à Beyrouth explore les symptômes d'une folie collective sur un ton à la fois grave et caustique. Son héros malgré lui, Yad Mandour, se retrouve dans des situations absurdes qui s'enchaînent au rythme trépidant d'un pays possédé par les démons du communautarisme. Derrière ce récit grinçant, pétri d'humour amer, se profilent les questions essentielles du rapport à l'autre et de la liberté individuelle.

  • Clément est un enfant comme les autres, mais il souffre d'un mal qui le ronge : il s'ennuie. Pourtant, au plus profond de lui, une étincelle de joie et d'espérance lui crie qu'elle veut vivre, une étincelle qui va l'entraîner vers un monde imaginaire, un voyage au terme duquel il deviendra le semeur d'étoiles.

  • Après l'Italie et la Suisse, l'auteur poursuit ici son voyage intime et artistique à travers l'Europe. Aujourd'hui, ses Incursions espagnoles le mènent de l'Andalousie musulmane à la Catalogne, de la Cantabrie à la Navarre, de Tolède à Grenade. Nous traversons une Espagne où le peuple a de la personnalité. Un peuple religieux épris des saints qui figurent l'Espagne traditionnelle. Un peuple où les femmes jouent un rôle majeur et à qui les peintres du Siècle d'or surent rendre hommage. Un peuple qui chante, danse et joue de la musique. L'auteur nous invite à ces fêtes, nous les dévoile et nous les illustre.

  • À la fin du printemps 1950, Gabriel, vingt-six ans, fut retrouvé mort dans le massif de l'Adamaoua, au nord du Cameroun. Il venait de déserter sa congrégation de pères missionnaires. Suivant ses dernières volontés, son corps fut mis en terre selon la coutume païenne des Kirdis. Peu de temps avant son décès, il s'était pris en photo en pleine nature, tenant dans une main une page déchirée de son journal et sur laquelle il avait griffonné : Rien qui m'appartienne, sinon la paix du coeur et la fraîcheur de l'air. L'autre main semblait levée en signe d'adieu. Il souriait et, malgré son visage affreusement décharné, sûrement rongé par la fièvre et la maladie, ceux qui le connaissaient depuis longtemps, bien avant son départ en Afrique, lui trouvèrent un air étonnamment radieux, débarrassé de cette tristesse qu'ils lui avaient toujours connue.

  • L'ombre s'étend est la réponse que fit en 1923 le compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) à un journaliste qui lui demandait de définir sa sixième symphonie en une seule phrase. Trois ans plus tard est créé son dernier poème, Tapiola. Le terme signifie littéralement le séjour de Tapio, le dieu sylvestre des anciens Finnois. Avec cette oeuvre, dans laquelle il fait le portrait d'une forêt mythique balayée par des vents glacials, se clôt sa carrière de compositeur. Suivront trente ans de silence.

  • Trente et une histoires brèves ou très brèves, tendres ou caustiques, douces ou cruelles. Trente et un scénarios farfelus, tragiques, comiques, imaginés ou vécus, aux dénouements inattendus. L'auteur évoque des tranches de vie, des rencontres, des personnages imaginés ou réels, aussi divers que Cendrillon, Dieu, un sauveur de bonsaïs, un charcutier et un vieil oncle facétieux, ou un bibliophile épuisé. Autant de saynètes inspirées par la vie de tous les jours.

  • Temps mort ...Stemps de la nuit, de l'insomnie, des songes, que traverse Camille, enfant coutumier d'une expérience si peu enfantine ... temps suspendu de la quête de son identité qu'il subit sans impatience, comme étranger à lui-même, hors de sa vie. Temps réinvesti, où la mort, réelle ou fictive, met sur le chemin de la vie, par les itinéraires les plus inattendus, les rencontres les plus fantastiques...

  • Stan, peintre à succès, s'offre un voilier et part avec Olga sa compagne dans les Cyclades. Yannis le skipper grec est aussi du voyage. Expert en cuisine et en mythodologie, il est révolté contre l'Europe et peut être aussi contre les hommes. Pour Stan la vie à bord est oppressante. Au-delà du récit et des doutes du narrateur, ce roman nous invite à poser le regard sur la Grèce, celle d'aujourdh'ui, pathétiquement mise au ban de l'Europe et celle d'hier et de toujours, à la source de notre culture.

  • Ces nouvelles qui décrivent les multiples facettes de l'amour, à tout âge, évoquant l'adolescence et la vieillesse, et quel qu'en soit l'objet, même le plus insolite, nous plongent dans un univers décalé, teinté d'humour et chargé de fortes émotions.

  • Lorsque Calixte, un jeune haïtien, arrive en Belgique comme réfugié politique en 1992, il n'a que 19 ans. Il a pour seul objectif d'être l'immigré modèle et de ne point faire de bruit. Lorsqu'il rencontre Michaël, réfugié issu du Congo (ex-Zaïre) et chef de bande, il doit faire face à un autre type de comportement. Les destins du ressortissant haïtien et du Congolais ne cesseront dès lors de se croiser.

  • Sommes-nous aveugles au point d'avoir occulté d'autres "écritures" que la nôtre? Dans la culture occidentale, l'écriture correspond au pouvoir. Celui qui ne la maîtrise pas, est dominé par celui qui détient le Savoir. Rejoignant les thème de Jacques Derrida, l'auteur s'est intéréssé aux raisons qui nous rendent incapables d'accepter l'autre dans sa diversité. Il n'y a, en fin de compte, qu'un pas entre l'acte purement littéraire et l'acte de tracer son chemin à travers la forêt d'Amazonie.

  • L'auteur nous livre ici un roman déchirant : l'odyssée de Yann, enfant perdu de la guerre, et de l'exode, réfugié avec sa famille dans une ferme en bordure de Garonne et, à travers cette histoire, c'est tout le livre de l'Algérie envoûtante et éternelle qui renaît avec passion et avec une sensibilité à fleur de peau.

  • Vieillir, est-ce une histoire qui peut se raconter ? Dix-huit histoires de vieillir montrent, avec sensibilité et humour, comment des femmes et des hommes engagent une dernière partie. Ils vivent à la campagne ou à la ville, seuls ou en maison de retraite. Parfois, ils se parlent à eux-mêmes, parfois leurs enfants, leur docteur, leur banquier parlent d'eux. Sympathiques, odieux, lucides, tous vieillissants, chacun livre bataille, chacun cherche et trouve des alliés. Entre fiction et témoignage, ces nouvelles donnent un visage à la vieillesse en ce début de siècle.

  • On le sait : l'immigration au XXe siècle est d'abord une immigration de l'intérieur. Parmi le flot de ces "sans-grade" de la vie, Joséphine accomplit un itinéraire emblématique de beaucoup d'autres, qui la mènera de la Bretagne vers Paris. Traversé d'ombres et de lumières, son destin se serait éteint sans bruit à l'aube du XXIe siècle, s'il n'y avait eu l'Archiviste et son souci de dévoiler à la fois les secrets d'une vie et le regard singulier qu'elle jetait sur un monde dont elle aura accompagné les avatars historiques, de l'Occupation à la Globalisation...

  • Comment continuer à vivre libre quand son fils est enfermé? Apprivoiser le manque, la souffrance, lutter contre l'impuissance, la culpabilité et partir à la reconquête d'instants de bonheur, malgré tout. C'est ce chemin de révolte face à un destin hostile et celui de l'espoir que Mathilde va parcourir. Un éclairage rare sur un aspect peu traité de la double peine: le vécu des familles de prisonniers.

  • Un cri

    Didier Tassy

    Tu avais trente-cinq ans et tu étais belle, belle comme une vache. Notre petit Julien te l'avait dit avec tant d'amour qu'après un moment de surprise tu l'avais remercié pour ce drôle de compliment. Mi-vexée, mi-amusée, tu étais partie avec moi dans notre dernier fou rire. J'ai pensé te rejoindre, rouler en moto à toute vitesse, prendre la route des Crètes et faire un vol plané en sautant du Cap Canaille mais Julien était là, avec ses grands yeux perdus, son corps maigre et sa confiance effrayante qui me rendait invincible.

  • A travers des textes courts, discontinus, descriptifs et réflexifs, la narratrice cherche à saisir la simultaneité des sentiments et des souvenirs, à concilier le passé et le présent. SLa menace de la solitude s'efface avec la conviction que ce que nous avons pleinement vécu ne se termine jamais dans ce monde imparfait que nous ne comprenons pas complètement, mais qu'il faut accepter.

  • A la suite d'un coup d'Etat manqué au Liban, Elie se réfugie à Paris où Françoise ne peut le garder. Samir s'enfuit en Jordanie et rejoint la résistance palestinienne. Michel est un bourgeois jouisseur au grand coeur que tout sépare d'Akef, l'instituteur communiste, sauf leur amitié commune avec Elie.
    Dans le Beyrouth cosmopolite des années cinquante et soixante, de jeunes Libanais avancent ensemble et leurs horizons se télescopent au milieu du tumulte de leur amour, de l'ivresse de leur âge et des drogues douces, d'un coup d'Etat et d'une révolution. Ils sont les acteurs d'une époque à jamais révolue, avant que le Liban ne sombre dans la guerre civile.

  • Berlin 1961. Une ville, un peuple, deux Etats ; Alexander a 4 ans lorsque sa mère décide de passer avec lui en Allemagne de l'Ouest. Quelques jours plus tard, dans la nuit du 12 au 13 août, un mur de barbelés s'abat sur Berlin ; des millions d'Est-Allemands se retrouvent soudain pris au piège. Parmi eux, le père d'Alexander...

  • Depuis l'enfance, on nous a habitués à de belles histoires, où les gentils finissaient par triompher des méchants. Or, dans la vie réelle, c'est rarement le cas, comme le prouve cette histoire. Il s'agit d'une femme, qui après avoir hérité des affaires de son père, s'avère incapable de les gérer, comme il le lui avait prédit. Voulant toujours garder la main, elle ne renonce à aucun coup bas, à aucun complot, pour asseoir son pouvoir sur son entourage, quel qu'en soit le prix. Michel Meyer nous offre ici son premier roman, qui va à contre-courant des tendances de la littérature actuelle.

  • Perte de repères, premières désillusions, malaise dans un monde hanté par le culte de l'image omniprésente, des réseaux sociaux et de l'argent. A travers le prisme de différents personnages dont les voix s'entrecroisent et s'élèvent, L'Âge doré évoque les émotions et les sentiments d'une jeunesse en perpétuelle quête de soi, confrontée à la réalité de la vie, de l'amour, de la mort aussi parfois. Le monde entier court après ses 20 ans. Le plus bel âge de la vie, vraiment ?

empty